• 12 faits concernant les fours micro-ondes qui devraient mettre un terme définitif à leur utilisation

    Article de Marco Torres traduit par Ey@el

    Available in English

    Partager sur Twitter

    Les fours micro-ondes constituent-ils un bastion inoffensif de commodité ou bien un facteur inquiétant provoquant des dommages biologiques et nutritionnels ? De plus en plus de personnes prennent au sérieux les avertissements de spécialistes de la santé holistique en se débarrassant de leurs micro-ondes en raison des dangers présentés par ce mode de cuisson des aliments.

    Si la plupart des animaux consomment leur nourriture à l'état naturel non transformée, les humains eux s'évertuent à en éliminer tous les nutriments avant de l'ingurgiter et le recours aux micro-ondes n'y fait pas exception. Songez à tous ces aliments transformés préemballés que nous achetons et absorbons annuellement. Pas étonnant que notre état de santé soit aussi lamentable.

    Non content d'être à l'origine de l'infertilité masculine, l'utilisation des micro-ondes dénature également la plupart des protéines indispensables de ce que nous mangeons en le rendant indigeste.

    Comment fonctionnent les micro-ondes ?

    Les micro-ondes irradient le contenu hydrique de particules ultra rapides pour l'amener à ébullition.

    Ce sont des sources d'énergie électromagnétique (une forme de rayonnement non ionisant) générées électroniquement qui, en pénétrant les aliments, déclenchent une rotation interne des molécules d'eau, laquelle provoque une friction entre ces dernières, ce qui a pour conséquence d’élever rapidement la température.

    Les fours micro-ondes ont une action à la fois physique, biochimique et physiologique produisant des ions et divers radicaux libres, lesquels détruisent virus et bactéries mais non les toxines et micro-toxines. Selon les experts, les aliments cuits de cette manière perdent entre 60% et 90% de leur énergie vitale et conjointement, cela accélère les processus de désintégration structurelle. En outre, les substances nutritives sont altérées, engendrant des pathologies digestives. Ces micro-ondes peuvent provoquer une augmentation des cellules cancéreuses dans le sang et dans l'estomac et les intestins.

    Exposition aux rayonnements

    Les fuites de rayonnements micro-ondes constituent une problématique importante. Suffisamment grave pour que le FDA [l'agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux N.d.T.] fixe aux fabricants de micro-ondes des limites légales au taux de fuite permis. Toutefois, la seule manière d'éliminer tout risque est de ne pas utiliser ces appareils quand on sait que ces rayonnements provoquent cataractes, malformations congénitales, cancers et autres maladies graves.

    C'est pour ces raisons qu'en 1976 cette technologie fut interdite en U.R.S.S., les scientifiques soviétiques ayant découvert que l'exposition aux micro-ondes réduisait la capacité d'absorption de certaines vitamines par le corps humain, accélérait considérablement la désintégration structurelle des aliments et réduisait le stress métabolique des alcaloïdes, glycosides et galactoses.

    En 1991, le Dr Hans Ulrich Hertel, un chercheur suisse, réalisa une étude qui démontra que les aliments cuits ou réchauffés au micro-ondes présentaient de plus grands risques pour la santé qu'avec la cuisson traditionnelle. Il découvrit que les personnes consommant de la nourriture préparée au micro-ondes enregistraient des pertes au niveau du taux d'hématies et de lymphocytes.

    En 2003, une étude du gouvernement espagnol à Murcia montra que que les légumes et les fruits cuits au micro-ondes perdait 97% des substances contribuant à réduire le risque de maladies cardio-vasculaires.

    Dans son ouvrage intitulé Health Effects of Microwave Radiation — Microwave ovens [Fours micro-ondes et effets des rayonnements micro-ondes sur la santé] ainsi que dans les numéros de mars et septembre 1991 de la revue Earthletter, le Dr Lita Lee signalait que tous les fours micro-ondes laissent échapper des rayonnements électromagnétiques, dégradent les aliments et convertissent les substances cuites en produits toxiques pour les organes et cancérigènes.

    Dans une "Étude comparative des aliments préparés de manière traditionnelle et au micro-ondes" publiée par Raum & Zelt en 1992, on peut lire :

    Les micro-ondes récrées artificiellement, y compris celles de fours, sont produites à partir de courant alternatif, forçant la polarité à s'inverser plus d'un milliard de fois par seconde pour chaque molécule qu'elle rencontre. La création de molécules contre-nature est donc inévitable. On observe sur les acides aminés naturellement présents des changements isomériques (modification de forme) qui se transforment en substances toxiques sous l'impact des micro-ondes générées par ces fours.

    Aucun atome, molécule ou cellule organique n'est en mesure de résister à un courant aussi violent et destructeur sur la durée, pas même à faible dose de l'ordre de milliwatts. Les micro-ondes détériorent les molécules délicates des vitamines et autre phytonutrients (constituants médicinaux) présents à l'état naturel dans la nourriture. Une étude montre que la cuisson des légumes au micro-ondes détruit jusqu'à 97% de leur valeur nutritive (vitamines et autres éléments prévenant les maladies, stimulant l'immunité et améliorant la santé). 

    Le Dr Hertel fut le premier scientifique a concevoir et mener une étude clinique des effets des nutriments passés au micro-ondes sur la qualité du sang et la physiologie du corps humain. Réalisée à petite échelle certes mais bien contrôlée, elle mis en évidence la force dégénérative produite dans ces appareils mêmes et les aliments cuits à l'intérieur. La conclusion scientifique montra que ce mode de cuisson modifiait la qualité nutritive et que des changements opérés sur le sang des participants présentaient un risque potentiel de détérioration du système humain. Les recherches du Dr Hertel furent menées conjointement avec celles du Dr Bernard H. Blanc de l'Institut fédéral helvétique de technologie et l'institut universitaire de biochimie.

    12 effets des rayonnements micro-ondes

    1. Détérioration du « champ d'énergie vitale » humain chez ceux exposés à des fours micro-ondes en fonctionnement, les effets secondaires sur le champ énergétique augmentant avec la durée ;
    2. Dégénérescence des parallèles de voltage cellulaire durant l'utilisation des appareils en particulier au niveau sanguin et lymphatique ;
    3. Dégénérescence et déstabilisation des potentiels énergétiques activés de l'extérieur par l'utilisation de la nourriture dans les processus métaboliques du corps humain ;
    4. Dégénérescence et déstabilisation des potentiels des membranes cellulaires internes lors du transfert des processus cataboliques [dégradation métabolique] résultant de la digestion dans le sérum sanguin ;
    5. Dégénérescence et dégradation des circuits électriques des impulsions nerveuses au niveau des potentiels de jonction du cérébrum [zone frontale du cerveau abritant la pensée et autres fonctions supérieures] ;
    6. Dégénérescence et dégradation des circuits électriques nerveux et perte de symétrie du champ énergétique au niveau des plexus neuronaux [centres nerveux] aussi bien à l'avant et à l'arrière des systèmes nerveux central et autonome ;
    7. Perte de l'équilibre et du circuitage des forces bioélectriques au sein du système d'ascension réticulaire activant [système contrôlant la conscience] ;
    8. Perte cumulative durable des énergies vitales chez les êtres humains, les animaux et les végétaux dans un rayon de 500 mètres d'appareils en fonctionnement ;
    9. Effets résiduels durables de « dépôts » magnétiques localisés dans tout le système nerveux et lymphatique ;
    10. Déstabilisation et interruption de la production et la maintenance de l'équilibre hormonal chez les individus de sexe masculin et féminin ;
    11. Élévation manifeste du taux de perturbation des ondes cérébrales au niveau des configuration des signaux alpha, thêta et delta des personnes exposées aux champs d'émission de micro-ondes ;
    12. Et, en raison de ces perturbations des ondes cérébrales, des effets néfastes sur le plan psychologiques ont été observés dont perte de mémoire, perte de concentration, suppression du seuil émotionnel, décélération des fonctions intellectuelles et épisodes de sommeil haché en plus grande proportion statistique chez les individus soumis aux effets de la portée constante des champs d'émission d'appareils à micro-ondes, qu'il s'agisse de fours ou de bornes de transmission [antennes relais, wifi — N.d.T.].

    Changements moléculaires

    Plus vous utiliserez les micro-ondes, plus votre état nutritionnel empirera, augmentant le risque de développer diverses maladies nécessitant la prise de médicaments qui, bien sûr, engendreront d'autres problèmes vous aspirant dans la spirale infernale de détérioration de votre santé.

    De toutes les substances naturelles (polaires), l'oxygène de l'eau est le plus sensible. C'est ainsi que la chaleur de cuisson au micro-ondes est créée — par friction violente déchirant la structure des molécules hydriques, les forçant à se déformer dans un processus appelé isomérisme structurel qui altère leur qualité. Tout l'opposé de la cuisson traditionnelle où la chaleur est transférée par convection de l'extérieur vers l'intérieur. La cuisson au micro-ondes se fait à l'intérieur des cellules et des molécules contenant de l'eau, transformant l'énergie en chaleur frictionnelle.

    Voici un résumé des études russes publiées par le Atlantis Raising Educational Center de Portland en Oregon :

    • Cuire les viandes préparées au micro-ondes suffisamment pour en éliminer tout risque sanitaire provoque la formation de d-nitrosodienthanolamines, un cancérigène très connu.
    • Le passage du lait et les céréales au micro-ondes transforme leurs acides aminés en substances cancérigènes.
    • La décongélation de fruits surgelés convertit leurs glucosides et galactosides en substances cancérigènes.
    • L'exposition très courte des légumes crus, cuits ou surgelés convertit leurs alcaloïdes en substances cancérigènes.
    • Après passage au micro-ondes des légumes, en particulier les légumes-racines, on observe des radicaux libres cancérigènes.

    Les chercheurs russes parlent également d'une accélération marquée de la dégradation structurelle provoquant un appauvrissement nutritif de 60 à 90% de tous les aliments testés. Parmi les modifications observés, on note :

    • Une bio-disponibilité amoindrie des vitamines des groupes B, C et E, des minéraux indispensables et des facteurs lipotropes dans tous les aliments testés.
    • Différents types d'altération de nombreuses substances végétales dont les alcaloïdes, les glucosides, les galactosides et les nitrilosides.

    Selon le Dr Lee, on observe des modifications dans la chimie sanguine et les taux de certaines pathologies chez les consommateurs de nourriture préparée au micro-ondes. Les symptômes ci-dessus peuvent être aisément provoqués par les observations ci-dessous. Voici un exemple de ces changements :

    • Troubles lymphatiques réduisant la capacité de prévenir certains types de cancers.
    • Accroissement du taux de formation de cellules cancéreuses dans le sang.
    • Augmentation des troubles digestifs et dégradation progressive des émonctoires.

    Diminution de la valeur nutritive des aliments

    L'exposition aux micro-ondes a provoqué une diminution significative de la valeur nutritionnelle de tous les aliments testés. Voici les découvertes les plus importantes :

    1. Une diminution de la bio-disponibilité [capacité de l'organisme à utiliser les nutriments] des vitamines du groupe B, C, E, des minéraux essentiels et des lipotropes dans tous les aliments ;
    2. Perte de 60 à 90% de l'énergie vitale contenue dans tous les aliments testés ;
    3. Réduction du comportement métabolique de la capacité d'intégrer les alcaloïdes [éléments à base d'azote organique], glucosides, galactosides et nitrilosides ;
    4. Destruction de la valeur nutritive des nucléoprotéines des viandes ;
    5. Accélération marquée de désintégration structurelle pour tous les aliments.

    Comment cuire sa nourriture de manière saine ?

    Il s'agit certainement là d'un euphémisme parce qu'en réalité, à l'exception peut-être de la déshydratation, il n'existe aucun moyen de chauffer la nourriture tout en conservant sa valeur structurelle et nutritionnelle. Toutefois, la cuire à feu doux dans une poêle en fonte sur une gazinière représente, sans doute, une alternative plus saine que l'irradiation. La bonne vieille méthode dépassée qui n'a jamais trahi nos ancêtres.

    Débarrassez-vous de votre micro-ondes et efforcez-vous de consommer au moins la moitié de votre nourriture crue, cela constituera un pas gigantesque dans la bonne direction afin d'en retenir toute la valeur nutritionnelle. Ma mère avait coutume de dire que si les aliments sont emballés ou doivent être réchauffés avant de les manger, il y a de grandes chances pour qu'ils soient pauvres en nutriments. Elle avait raison en grande partie alors gardez cela à l'esprit en vous aventurant dans les rayons de votre épicerie.

    Pour les sources et liens connexes (en anglais), veuillez consulter la page de l'article original ICI.

    Traduit de l'anglais par Ey@el
    © lapensinemutine.eklablog.com

    La reproduction du contenu de ce billet est strictement interdite.
    © lapensinemutine.eklablog.com. Tous droits réservés.
    « Projet Eklabugs : J'ai rêvé d'un autre mondeLa musique OGM »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 3 Juillet à 21:49

    Ben et comment qu'on fait-on pour faire sécher son chat ?

    Je ==>

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :