• Comment cesser d'être jaloux du succès d'autrui

    Haut de page

    Bas de page

    Article de Steven Handel traduit par Ey@el

    Available in English

    La jalousie, un poison insidieux qui nous pourrit la vie à tous qu'on l'éprouve ou qu'on en fasse les frais. Mais qui des enviés ou des envieux souffre le plus dans l'histoire ? Difficile à dire. Cependant, en faisant preuve de lucidité et d'honnêteté, nous devrions parvenir à nous faire une petite idée vu que, mis à part les hypocrites et ceux qui sont dans le déni total, nous en sommes tous à la fois dispenseurs et receveurs à certains degrés.

    Pour ma part, ayant davantage subi la jalousie d'autrui, je me suis beaucoup posé la question du pourquoi car de mon point de vue, je m'inspirerais plutôt la pitié (j'ai tout de même fini par comprendre que rien n'est irrémédiable et je pense fort heureusement avoir dépassé ce stade de l'auto-apitoiement). Ceci dit, dans la perspective de ceux qui ignorent tout de ce que je vis, de mes blessures profondes et de ce que je peux ressentir et qui me jugent sur les apparences, c'est sans doute le revers de l'image que j'essaie de renvoyer — surtout pour moi-même et pour maintenir mon pauvre ego à flot qui aurait bien besoin, parfois, d'une bonne petite crise de « m'as-tu vu », histoire de boire un peu moins fréquemment la tasse.

    Tu te fais ça à toi-même, ouais.
    Et c'est ça qui fait très mal,
    Le fait que tu t'infliges ça à toi-même,
    Toi tout seul et personne d'autre.

     "Just", Radiohead (1995)

    Comme le constate avec grande justesse l'auteur de cet article, « le monde dans lequel nous vivons actuellement est dévoré par la jalousie ». Dès le plus jeune âge, on nous conditionne à la compétitivité, à la fameuse loi darwinienne du plus fort et tout cela n'est au final que pure connerie et ne sert qu'à engendrer des générations de névrosés qui vont consommer, obéir et se policer les uns les autres. Car, au fond, quand quelqu'un parvient à échapper à ce système perverti, ce n'est certainement pas par loyauté si le reste du troupeau se substitue à ses geôliers, qu'il abhorre, pour tenter de lui faire payer son audace — syndrome de Stockholm ? Certes, si le courage inspire le meilleur chez certains, il peut être perçu comme l'humiliation suprême par d'autres, comme un insupportable rappel de leur propre lâcheté. Ceci dit, il ne s'agit nullement de blâmer les méchants ni d'encenser les gentils parce que la réalité est bien plus complexe que cette dualité réductrice et ces notions surfaites de bien et de mal.

    Je plébiscite les conseils prodigués par Steven Handel qui sont tout bonnement excellents et qui ne pourront que vous rendre plus heureux. Puissent les personnes qui m'ont volontairement fait douter et essayé de me décourager en tirer quelque enseignement qui leur sera bénéfique — et par delà à nous tous.

    Ey@el

    100% de tous les haineux de par le monde représentent un potentiel inexploité.
    ~ Joe Rogan

    La réaction d'une personne au bonheur et à la réussite d'autrui en dit long sur cette dernière.

    Nous sommes nombreux à nous sentir vite menacés dès lors que d'autres s'avèrent meilleurs que nous dans certains domaines de l'existence. Nous avons du mal à nous réjouir pour eux et c'est plutôt de la jalousie et de l'envie que nous ressentons à leur égard.

    Je me souviens quand j'étais jeune, chaque fois que je voyais un de mes semblables réussir quelque chose — que ce soit en classe, au sport, dans ses relations, au travail, etc. — j'avais toujours tendance à essayer de le dénigrer. Des bonnes notes ? « Un intello coincé. » Doué pour le sport ? « Des muscles et pas de cervelle. » Un super boulot ? « Il a vendu son âme à l'Amérique des corporations. »

    Il n'en demeure pas moins que c'est la mauvaise estime de soi qui est à l'origine de toute cette jalousie.

    J'assistais au concert du groupe d'un copain et je me disais qu'ils n'étaient pas si bons que ça, que leur musique était chiante et que je pouvais faire bien mieux. Mais en vérité, c'était meilleur que tout ce que j'aurais été capable de produire à l'époque. Je ne faisais qu'empêcher mon ego de se faire trop mal.

    La jalousie est une forme d'auto-protection que nous pouvons éprouver envers diverses formes de succès simplement parce que nous n'en faisons pas encore l'expérience dans nos vies.

    Vous avez sans doute un ami heureux en amour alors que vous êtes toujours célibataire et vous considérez sa relation comme superficielle ou bien vous dites des trucs dans leur dos du style « ça ne pourra jamais durer ».

    D'après une étude, il apparait que les sentiments de jalousie et d'envie sont davantage exacerbées chez ceux qui passent beaucoup de temps sur les réseaux sociaux comme Facebook et Twitter.

    Le monde dans lequel nous vivons actuellement est dévoré par la jalousie. Comme si le succès et le bonheur de tout un chacun était examiné dans les moindres détails pour être bafoué — qu'il s'agisse de dénigrer des sportifs, des musiciens, des acteurs, des actrices ou n'importe quelle célébrité.

    Il nous est parfois difficile de ne pas succomber à la haine. Certains psychologues affirment même que ressentir de telles émotions comme la jalousie et l'envie serait une réaction normale à ce que nous percevons comme notre « rang » dans cette société et une conséquence de notre évolution.

    Mais l'important est justement cela : il ne s'agit que d'une perception, de la manière dont vous vous jugez par rapport à quelqu'un d'autre. Et même si la jalousie est une réaction naturelle pour la plupart des gens, elle n'en est pour autant ni saine ni bonne pour nous.

    De bons conseils pour minimiser votre jalousie

    • Acceptez la jalousie.  Elle est naturelle. C'est un fait. Reconnaissez vos sentiments. Faites preuve d'honnêteté vis à vis de votre ego légèrement meurtri quand vous voyez des gens accomplir ce que vous aussi aimeriez pouvoir faire.
    • Essayez d'éviter de vous comparer aux autres. Souvenez-vous que chacun poursuit une voie différente dans l'existence. Nous avons tous nos forces et nos faiblesses mais ce n'est pas ce qui nous définit en tant qu'individus à part entière. Percevez votre valeur sans pour autant vous sentir « supérieur » à quiconque.
    • Transformez la jalousie en inspiration. En vérité, vous êtes affecté parce que quelqu'un a réalisé quelque chose que vous n'avez pas accompli pour vous-même. Vous pouvez alimenter la jalousie mais elle peut également servir à nourrir votre inspiration et votre motivation. Au lieu de dénigrer les réalisations d'autrui, dites-vous plutôt « s'il peuvent y arriver alors moi aussi ! »
    • Félicitez les autres pour leur succès. Prenez l'habitude de féliciter les gens pour leur succès et leurs réalisations même si vous ne les appréciez pas particulièrement. Célébrez avec eux. Réjouissez-vous de leur bonheur. C'est beaucoup plus sain et moins stressant que de les haïr.
    • Soyez attentif à votre « réflexe d'envie ». L'envie et la jalousie peuvent recéler une certaine sagesse.  Quelles sont les choses qui ont tendance à susciter le plus votre jalousie ? Cela pourrait être un signe précieux vous indiquant les domaines de votre existence sur lesquels vous devriez vous concentrer davantage.

    Êtes-vous quelqu'un de facilement jaloux ? Avez-vous l'impression que cela vous empêche de vous réaliser pleinement ? J'espère que ces idées vous aideront à mieux gérer vos sentiments à l'avenir.

    Traduit de l'anglais par Ey@el
    © lapensinemutine.eklablog.com

    La reproduction du contenu de ce billet est strictement interdite.
    © lapensinemutine.eklablog.com. Tous droits réservés.

    Haut de page

    Bas de page

    « Le chat et le soleilLes types de rêves les plus courants »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :