• Comment faire, en ces temps difficiles, pour ne pas être constamment dans la peur

    Propos de Lulumineuse transcrits par Ey@el

    Available in English

    © Stefan Keller

    Il y a un espace vide dans mon cœur
    Où poussent les mauvaises herbes.
    Et maintenant, je vais te libérer...

    ♫ "Lotus Flower", Radiohead (2011)

    En fait, il faut faire comme pour les enfants : enlever les sources anxiogènes. Mes enfants, je ne vais pas leur coller un film interdit aux moins de 18 ans parce que ça ne va pas les aider du tout. C'est exactement pareil pour nous. Si, à chaque fois, ça vous donne des angoisses d'écouter la radio, de regarder la télé ou même de vous connecter sur vos réseaux sociaux, eh bien arrêtez !

    Moi, j'ai enlevé des mots-clés sur mes recherches (ils font du phishing avec des mots-clés pour proposer des articles) comme Covid19, Corona Virus... Je n'en ai rien à faire. Je n'ai pas envie d'avoir des informations en permanence sur le nombre de morts ou des trucs comme ça. Je me coupe de toutes les sources anxiogènes ou qui peuvent potentiellement l'être.

    On est quand même au courant que le journal télévisé, ce n'est pas quelque chose de positif. Il n'y a aucun journal télévisé qui nous donne des bonnes nouvelles alors qu'il y en a tous les jours, en fait. Donc on se coupe des sources anxiogènes.

    Ça ne veut pas dire se couper de l'information mais simplement que quand je suis apte à moi chercher une information que j'ai demandée, et bien je me sers toute seule, je n'ai pas envie qu'on vienne me la donner comme ça.

    Faire son ménage intérieur

    Et puis autre chose : la principale source de stress et de peur que je peux avoir, ce sont mes pensées, en fait. Parce que si on me dit : « Attention parce qu'il va t'arriver un truc grave » par exemple, cette parole va résonner dans ma tête comme une pensée. Elle va devenir une forme-pensée qui va rester dans ma tête et qui va tournoyer, tournoyer, tournoyer. Et je vais me dire : « Pourquoi ils ont dit ça ? Oh mon dieu, ça veut dire quoi ? ». Et je vais fabriquer d'autres pensées.

    Il y a un processus qui se met en route — un mécanisme qui se déclenche qui va faire énormément d'autres pensées sur cette première pensée. Et donc du coup, je vais m'accrocher à ces pensées-là et ça va m'aveugler et m'hypnotiser entièrement.

    C'est tellement important de comprendre qu'il faut enlever l'hypnose parce qu'elle vient, en fait, de nos propres pensées. Il faut donc que je me calme un moment, que je me dise : « Attends, dans tout ce méli-mélo de pensées qui sont venues s'accumuler dans ma tête, laquelle m'aide vraiment ? Aucune ? Bon alors, j'ai pas besoin de rester accrochée à ces pensées-là. Elles ne m'aident pas ». Ça veut dire que de toute façon, s'il y a une solution elle n'est pas dans ces pensées-là. Donc virez-les !

    Quand vous vous occupez d'un jardin, vous savez ce que vous avez à faire. Et pourquoi on ne s'occupe pas de l'intérieur ? C'est quand même hallucinant ne pas avoir une hygiène intérieure ! On a une hygiène corporelle, on a une hygiène de la maison mais par contre à l'intérieur de nous, on peut avoir plein de pensées affreuses, plein d'émotions du style « il m'a dit ça il y 30 ans ».

    On a plein de trucs comme ça qu'on garde comme une espèce de vieux grenier où on n'a jamais fichu les pieds, et c'est tout à fait normal !

    Devenir un terrain vierge et fertile

    Non, ce n'est pas normal du tout en fait et surtout ce n'est pas le chemin vers lequel on va parce que nous, on va vers le chemin d'humains réalisés, libres.

    Libres de quoi ? Pas libres des gouvernements, de la société. Non, libres d'eux-mêmes, de leurs propres pensées — de leur propre emprisonnement intérieur. Parce qu'une fois vous avez compris que ce qui peut vous emprisonner ce n'est que vos propres pensées, vous êtes un homme libre. On ne peut plus rien vous imposer puisque vous êtes libre de vos pensées. Vous devenez un acteur, quelqu'un qui peut créer.

    Un exemple tout bête : si je vous demande de dessiner quelque chose de génial sur une feuille déjà imprimée, ça va être difficile. Il faut toujours partir d'un terrain vierge. Donc il faut absolument que je sois un terrain vierge et fertile et pour ça, il faut que je ne remplisse pas en permanence ma feuille blanche intérieure de milliards de pensées et de préoccupations.

    Extrait de propos de Lulumineuse transcrits par Ey@el
    © www.lulumineuse.com

    La reproduction du contenu de ce billet est strictement interdite.
    © lapensinemutine.eklablog.com. Tous droits réservés.
    « MascaradeProject Eklabugs : Sus à la pollution mentale ! »
    Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :