• Comment la peur permet à la Matrice de fonctionner

    Article d'Arno Pienaar traduit par Ey@el

    Available in English

    Partager sur Twitter

    Haine, peur, résistance et persistance se succèdent dans une réaction en chaine qui s'avère être la cause majeure de notre réalité stagnante et figée dans le temps.

    Tout ce qui, dans cette réalité, vous perturbe au point de vous décentrer du point zéro peut être assimilé à quelque chose que vous « détestez ». De cette réaction émane automatiquement une certaine dose de crainte vous confinant à une réalité englobant la peur. En conséquence de quoi, vous vous mettez à résister. Libérez-vous de cette haine à l'origine de vos peurs.

    La peur et la résistance ne peuvent exister l'une sans l'autre, tout comme il ne peut y avoir de peur sans haine. Une bien mauvaise réaction de cause à effet !

    Haine plus peur égale résistance. La peur engendre la résistance à ce que vous détestez. En résistant, nous faisons l'expérience de la persistance par l'aimantation de l'énergie polarisée utilisée notre esprit.

    N'avez-vous jamais entendu dire que ce à quoi l'on résiste persiste ? Il s'agit là d'une loi universelle que nul ne peut nier en rapport avec la simple loi de l'attraction. Les pensées et émotions que vous nourrissez de votre précieuse énergie vont se manifester dans votre vie. Ainsi toute haine résidant encore dans les replis de la psyché déformera toujours la vision de la réalité en autant d'aperçus de la matrice. Et, comme de bien entendu, l'inconscient collectif est rempli de peur !

    La peur bloque toute manifestation

    Toute peur à l'intérieur de la psyché agit à la manière d'un virus entravant votre capacité d'expression. Les êtres de lumière de la création ne peuvent manifester librement qu'en focalisant leur foi et leur énergie sur un unique et minuscule point à la fois.

    Je m'étais toujours demandé ce qu'entendaient les sages orientaux dans les textes anciens lorsqu'ils faisaient mention de cette focalisation sur un point unique minuscule. Puis j'ai pris conscience qu'il s'agissait de parvenir à concentrer toute son énergie vers une seule chose — un petit point minuscule, bien délimité, ne laissant place à aucune dispersion. En ne permettant à aucun archonte de vous dérober votre énergie à travers le crainte de ce que vous détestez comme vous le faites, vous pourrez manifester n'importe quoi.

    Tout au fond, les choses envers lesquelles vous éprouvez de la haine sont celles qui vous effraient le plus. Si vous vous penchez sur l'état actuel de ce monde, vous n'y verrez que ce qui vous écœure, vous révolte, vous répugne et cette incroyable violence. Cela ne ressemblerait-il pas à tout ce que nous détestons le plus ? N'y voyez-vous pas un modèle commun sous-jacent ? Nous avons été incités à diaboliser le mal pour le mettre en bouteille sous l'étiquette « haine » !

    Peut-être devrions-nous cesser de nourrir notre haine envers les choses qui nous font peur et la remplacer par l'énergie du pardon. En d’autres termes, cesser d'alimenter ce que nous percevons comme étant mal, lui faire nos adieux et regarder le démon bien en face sans sourciller. Sans jugement ni emphase.

    J'ai déjà évoqué l'empathie qui accompagne l'illumination à mesure qu'un individu n'est plus sensibilisé ni affecté par les schémas matriciels de ce monde. Si vous souhaitez creuser la question, je vous invite à lire cet article (en anglais).

    Le bien et le mal sont identiques

    Le mal existe à cause du bien et vice versa, bien que les deux ne peuvent être ensemble au même endroit tout comme l’obscurité et la lumière ne peuvent se manifester en même temps. Pourtant ils se définissent et se donnent vie l'un l'autre. Ils existent en polarité aux extrêmes du négatif et du positif. L'un sans l'autre ne veut rien dire, du fait de leur besoin mutuel de l'autre pour donner un sens à une réalité matricielle reposant elle-même sur la dualité et la séparation.

    Le caractère dualiste de cette réalité prend sa source dans le code et la fréquence qui déterminent comment cette dernière est perçue et vécue. De même, l'esprit interprète tout en fonction du bien ou du mal parce qu'il est également détourné et programmé pour percevoir la réalité sous un angle de dualité.

    Voyez-vous combien ce que nous sommes devenus au cours du dernier millénaire découle du caractère « susmentionné » de ce que je pourrais qualifier d'algorithme que nous aurions confondu avec nous-mêmes ?

    Nous sommes en fait responsables de la projection d'une réalité englobant à la fois le bien et le mal par le biais de nos esprits subjectifs et lorsque nous affirmons détester ce qui est mal, c'est pourtant bien nous lui avons collé cette étiquette en premier lieu. Ce vif sentiment que nous éprouvons envers ce que nous percevons comme négatif prend le pas sur la réalité et nous fait vivre la plupart de cette négativité collectivement. Par l'intermédiaire des médias, des hiérarchies pyramidales supérieures ont fait en sorte de nous maintenir dans ce paradigme. La presse à sensation regorge d'images négatives ; il est temps de voir que tout ceci ne fait qu'un.

    Cette connaissance nous rend responsables étant donné que nous sommes maintenant au courant de ce qui se passe véritablement. Nous pouvons prendre conscience proactivement de la manière dont notre esprit fonctionne en nous éloignant de la nature-même du traitement mental qui échappe certainement, en grande partie, pour l'instant, à notre contrôle.

    Plus de jugements ni de de comparaisons !

    Un nouveau monde nous attend

    Le mal n'est que la négation du bien. Sa survie dépend de la perception de la polarisation — l'extrémité négative d'un même pôle.

    Imaginez à quoi ressemblerait la réalité si nous ne la polarisions pas. Tout se conterait d'être. Personne ne souffrirait à un extrême ou un autre.

    Au sein de la dualité réside la polarité dans laquelle la réalité n'est autre qu'une montagne russe sans fin. Sortir de la conscience matricielle revient à sortir de la polarité.

    Il peut sembler difficile d'envisager un monde en dehors de la polarité mais c'est la réalité du monde dans lequel nous sommes sur le point d'entrer. Tout est en train de se démanteler et plus nous prendrons conscience de tous les mensonges et duperies, plus nombreux nous serons à réassumer notre rôle d'êtres créateurs au service de l'âme, cessant d'être assujettis aux lois matérielles qui sont soit des inventions de la matrice ou de l'homme.

    Nous avons créé tout ce qui sur ce plan nous emprisonne. Nous avons eu recours aux mots et aux nombres pour quantifier tout ce qui s'y trouve à l'échelle infime de la Terre de manière à ce que nos esprits logiques puissent l'appréhender et le comprendre.

    Nous avons codifié notre existence afin de lui donner une dimension humaine qui la rende compréhensible. Nous avons créé une échelle pour oublier son aspect impénétrable.

    ~ Lucy dans le film éponyme de Luc Besson (2004)

    Traduit de l'anglais par Ey@el
    © lapensinemutine.eklablog.com

    La reproduction du contenu de ce billet est strictement interdite.
    © lapensinemutine.eklablog.com. Tous droits réservés.
    « Jour de maiLa marijuana contient de « l'ADN extraterrestre » de provenance extérieure à notre système solaire. Des experts pensent que c'est également le cas pour les humains. »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 5 Mai à 10:06

    Pfff, la matrice ?? même pô peur moua !!!

    neo

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :