• Guérir le monde en se guérissant soi-même

    Article de David Wilcock traduit par Jean Hudon & Louis Royer

    Available in English

    J’entends de plus en plus souvent dire que les gens deviennent plus conscients et davantage en phase avec la conscience planétaire et ses effets. Je crois que ce n’est pas le fait du hasard. Ainsi que nous allons le voir plus en détail dans les prochains chapitres, il semble que nos esprits sont énergétiquement transformés par des forces extérieures qui exercent leur influence sur l’ensemble de notre système solaire. Et cela soulève une intéressante question. Se pourrait-il que les règles du monde des rêves s’appliquent également au monde physique ? Si nous partageons tous une conscience collective, que pouvons-nous faire concrètement pour améliorer le monde, et ce, uniquement par le pouvoir de la pensée ? Est-il possible d’améliorer la vie des autres en s’améliorant soi-même ? Peut-on changer ses rêves en changeant son propre esprit ? Tout semble indiquer que nous sommes beaucoup plus en mesure d’améliorer la santé des gens sur terre que nous ne l’aurions jamais cru.

    Sur une période de deux ans, des groupes réunissant environ sept mille personnes se sont rassemblés à trois reprises et, durant ces rencontres, ces gens ont réussi à réduire de plus de 72 pour cent le nombre d’actes de terrorisme dans le monde, ce qui est tout de même assez phénoménal. De toute évidence, la valeur tactique d’une telle stratégie gagnante serait d’une importance capitale du point de vue de la sécurité nationale. Ces gens étaient-ils des diplomates, des politiciens ou des planificateurs militaires préparant leur prochaine offensive ? S’agissait-il de militants pacifistes plongeant dans les tranchées sous une grêle de balles pour sauver des vies ? S’agissait-il de manifestants rassemblés devant des édifices gouvernementaux pour exiger un quelconque changement ?

    Qu’ont-ils fait au juste ?

    La réponse pourrait bien transformer tout ce que vous croyez savoir sur la façon dont l’univers fonctionne. Ces personnes se sont réunies afin de méditer ensemble et d’envoyer des pensées d’amour et de paix. Gardez à l’esprit qu’il s’agissait d’une étude scientifique publiée dans le Journal of Offender Rehabilitation. Les auteurs de cette étude ont tenu compte de divers facteurs comme les cycles, les tendances, la météo, les week-ends, les jours fériés et toutes les autres variables ayant pu influencer ce résultat, et selon eux il est clair que cette diminution de 72 pour cent du terrorisme mondial ne pouvait s’expliquer que par l’influence de ces méditations collectives, et par rien d’autre. Dans un autre exemple du même genre, la criminalité violente à Washington DC diminua de plus de 23,6 pour cent sur une période de deux mois à l’été 1993, alors que le nombre de participants à de telles méditations passait de 800 à 4 000, et ce, en dépit du fait que les crimes violents avaient augmenté avant le début de ces méditations. Dès leur expérience terminée, le taux de criminalité commença à remonter. La probabilité que cet effet puisse avoir été causé par une « variation aléatoire des taux de criminalité » était inférieure à deux chances sur un milliard, et encore là tous les facteurs — météo, week-ends, et activités policières et communautaires anticriminalité — ont été écartés comme non pertinents.

    Déjà, en 1993, cinquante études scientifiques avaient démontré hors de tout doute que cet effet existe réellement. Elles ont été publiées dans de grandes revues évaluées par des pairs et elles ont démontré que les efforts conjugués de ces méditants avaient été à l’origine d’améliorations observées sur le plan de la santé et de la qualité de vie des populations étudiées. L’effet de ces méditations avait également entraîné une baisse du nombre d’accidents, de la criminalité, des conflits militaires et d’autres facteurs semblables. Selon moi, cet effet existe parce que, dans une certaine mesure, nous partageons tous la même conscience. Il semble y avoir un équilibre entre les pensées et les informations privées que nous acquérons directement à partir du Champ unitaire. Rappelons-nous aussi les expériences de l’institut HeartMath, dans lesquelles des personnes ayant la plus grande cohérence influençaient les ondes cérébrales et le biorythme d’autres personnes qui étaient proches d’elles. Si sept mille personnes peuvent réduire de 72 pour cent le terrorisme dans le monde entier, cela donne à penser que le Champ unitaire est nettement biaisé en faveur des émotions positives plutôt que négatives.

    Par conséquent, la prochaine fois que quelqu’un vous dira qu’il n’y a plus d’espoir, que nous allons tous mourir, ou bien que, selon un rêve ou une prophétie, nous serions impuissants à changer quoi que ce soit à notre avenir en ce monde, je vous recommande fortement de ne pas tomber dans le piège de laisser une telle peur sans visage s’emparer de vous. Il est scientifiquement démontré que par le seul fait d’entretenir une attitude positive dans la vie, vous contribuez à réduire la guerre, le terrorisme, la souffrance et la mort. Ainsi que nous allons le voir, des chercheurs russes ont également offert des preuves convaincantes que l’ampleur des phénomènes météorologiques violents, des tremblements de terre et de l’activité volcanique notamment peut être atténuée grâce à l’influence de la conscience.

    [...]

    Maintenant que nous voyons à quel point un petit groupe de personnes peut affecter le comportement de tout le monde sur une vaste échelle, l’idée que le monde réel soit un rêve lucide ou un hologramme ne semble pas si folle que cela après tout. Et si les règles du monde des rêves s’appliquaient au monde physique ? Dans ce cas, toutes ces visions de désastres planétaires pourraient être en réalité des reflets symboliques de notre propre détresse intérieure alimentée par la peur, la douleur, la tristesse et la colère. Après avoir pratiqué la méditation durant de nombreuses années, j’ai finalement acquis la conviction que notre tristesse vient d’une illusion très convaincante, soit la vérité apparemment inéluctable que nous nous sentons seuls.

    Les preuves que j’ai déjà présentées ici semblent indiquer que nous avons tous une âme qui veille constamment sur nous tout en vivant ses propres expériences, en ayant ses propres pensées et en faisant ses propres voyages. Je crois que chacun d’entre nous peut entrer en contact avec cette dimension supérieure de son être et ainsi obtenir de sages conseils spirituels afin de comprendre le grand plan et le but qu’il a choisi de remplir avant même sa venue en ce monde. Ce faisant, nous pourrions tous nous éviter bien des souffrances. Toutefois, lorsque nous refusons de réaliser les objectifs que nous nous étions fixés avant de naître, nous devons nous attendre à rencontrer de plus en plus de souffrances, de difficultés et de malchances soi-disant fortuites.

    Selon Edgar Cayce, ce remarquable médium qui donnait des lectures psychiques au début du vingtième siècle, l’ignorance ne nous exempte pas de devoir respecter les grandes lois spirituelles, dont la loi du karma, selon laquelle tout ce que nous faisons subir aux autres, nous devrons également le subir. Si nous violons délibérément le libre arbitre d’une autre personne, il est possible que nous ayons à consacrer une autre vie à retrouver l’équilibre en subissant des épreuves similaires à celles que nous lui avons fait subir. Cayce a également dit que nous pouvons éliminer ce cycle karmique en pratiquant le vrai pardon et l’acceptation tant envers soi-même qu’envers les autres. Cela semble la principale raison de notre présence en ce monde. Si c’était facile à réaliser, nous n’aurions nul besoin de nombreuses incarnations pour arriver à le comprendre.

    Par David Wilcock
    © 2011 Extrait d'Investigations sur le champ de conscience unitaire

    « Effet patchwork sur une photoLes huiles essentielles, ces concentrés d'énergie pranique »
    Pin It

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 16 Janvier à 10:20

    ça reprend exactement le principe de l'Ho'oponopono. Nous sommes tous reliés.

      • Mercredi 16 Janvier à 13:25

        Oui, c'est tout à fait ça. D'ailleurs il en est question dans les paragraphes que j'ai coupés (ou après ?). C'est pourquoi il est important de parler maintenant de tous les trucs glauques dont les gens ne veulent pas entendre parler parce qu'ils ont peur, parce qu'ils sont dans le déni, parce qu'ils se sentent impuissants... mais c'est justement tout le contraire qu'il faut faire. Refouler ne fait que nourrir et renforcer. Affronter, accepter sans se laisser absorber, c'est transcender. Nous avons tellement de pouvoir que c'en est ridicule et si nous n'avions aucun pouvoir, pourquoi se donnerait-on autant de mal pour nous manipuler alors que dès le départ il aurait suffit de mettre le Plan à exécution par la force, hein ? Pourquoi ? Mais le meilleur moyen de le découvrir n'est pas de croire ça sur parole ni de tirer à boulets rouges sur tous ceux qui disent des choses qui dérangent mais de le mettre en pratique. Franchement, qu'est-ce que ça coûte d'essayer d'améliorer sa vie, celle des autres ? On ne pourra jamais la rendre pire, juste meilleure ou ne rien changer. Mais ne rien faire ou collaborer docilement atteindra d'abord au niveau individuel avant de toucher au collectif. Donc il n'y a même pas à tergiverser. C'est la vie ou le néant. Pas d'entre-deux, pas de zone neutre. En sachant que ça ne s'arrête pas à la mort physique (ce qui est aussi ridicule que de penser que quand on change de voiture on cesse d'exister vu que tout le monde a changé au moins une fois de voiture dans sa vie, ceci étant un exemple figuratif vu qu'on n'a pas tous une voiture mais vous m'aurez, je l'espère, comprise). Après bien sûr, quand on est indoctriné, c'est moins évident. Les religions, les idéologies, le New Age, ce sont comme des drogues dures. On ne s'en sort pas toujours. Mais il y a de bons aspects dans toutes ces choses qui ont juste besoin d'être débarrassés de tout le parasitages et les mensonges qui s'y sont glissés. Donc même la foi religieuse peut y mener tant qu'on agit toujours au niveau du cœur (au sens énergétique) et non du mental. Je pense qu'on dit « cœur » dans le sens de noyau parce que l'âme est comme un soleil dans notre centre et non au sommet. Ce n'est pas pour rien que ce qu'on appelle le Plexus solaire se trouve être le chakra central faisant la liaison entre les chakras de bases (intérieurs) et les chakras supérieurs (extérieurs). Et ironiquement, sa couleur est... le jaune. Je ne sais pas si cela a une signification mais je trouve la «  coĩncidence» pour le moins intéressante, non ?

    2
    Jeudi 17 Janvier à 20:25

    D'accord mais les religions auraient vraiment besoin d'un bon dépoussiérage, que dis-je, un gros nettoyage alors !!!! ;) 

      • Jeudi 17 Janvier à 21:30

        Ce n'est pas moi qui dirait le contraire ! Perso, je suis pour l'autonomie à tous les niveaux. Les regligions même en supposant qu'elles soient débarrassées de leurs parasitages et mensonges n'en restent pas moins une forme de remise de son pouvoir à autre chose. Je ne suis pas responsable de ce que je pense parce que Machin l'a dit et je suis les préceptes de Machin. Ce qui en soit même si ladite religion est clean et juste ne dédouane pas de la loi du consentement (le choix de croire) et de cause à effet (le karma). Donc quelque part ça bloque l'évolution spirituelle car l'être doit expérimenter pleinement tout ce qu'il émet (croyance, pensée, choix, action, non action, etc. sont des émissions car tout est énergie) et quand une partie est canalisée par la pensée d'autrui aussi louable soit-elle, ce n'est pas vraiment pleinement conscient. Car l'incarnation est l'opportunité pour la conscience unique de croître et de se connaitre en s'individualisant. Chaque fois que nous nous conformons, nous perdons en originalité et nous nous écartons de notre but d'incarnation qui est d'être unique tout en faisant partie du tout. Pas facile à expliquer donc ne m'en veux pas si c'est un peu brouillon.  J'espère en tout cas que tu auras capté l'idée. Le seul moyen d'échapper aux égrégores (des éneergies qui deviennent des entités car nourries par la conscience de groupe) est de développer son côté unique (ce qui n'a rien à voir avec être individualiste et dans le service à soi). En plus ça encourage les autres à développer la leur. Quand plus personne ne voudra se conformer à être ceci ou cela mais soi-même, on sortira du piège de l'ego, de la comparaison et les chaines tomberont d'elles-mêmes. C'est bien par l'intérieur que ça se fera dans un premier temps car pour s'authoriser à être soi-même il faut déjà se connaitre et savoir qui ont est, ce qui n'est pas facile quand on a été conditionné à être quelqu'un d'autre toute notre vie et que même notre entourage proche ne nous connait pas tel que nous sommes réellement.

    3
    Dimanche 20 Janvier à 17:55

    Tout à fait d'accord avec ce que tu dis. Bon, la religion et moi ça fait vraiment deux ! ;) Surtout la religion catholique basée sur le principe de la crainte de l'enfer, pffff ! J'ai une personne de mon entourage qui récemment préférait coller aux préceptes de sa religion plutôt que de se soucier des conséquences de son acte sur sa propre famille . Tout ça parce qu'elle était incapable de penser par elle-même...

      • Dimanche 20 Janvier à 18:13

        Oui, on est bien 100% d'accord et pas prêtes à se laisser crucifier !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :