• Intolérance au gluten : les symptômes qui peuvent vous alerter, le point sur les risques

    Article de Sandra Lorenzo

    GLUTEN - Maux d'estomac? Migraine? Articulations douloureuses? Insomnie? On vous a peut-être conseillé d'arrêter le gluten. Ce régime très en vogue depuis plusieurs années est souvent présenté comme la solution miracle. Avant de vous précipiter sur votre caddie pour faire le plein de farine de riz et de pain sans gluten, Le HuffPost vous propose d'éclaircir quelques idées reçues.

    Cette protéine présente naturellement dans certaines céréales donne du volume et de l’élasticité aux pains et gâteaux. Elle est également très utilisée dans l’industrie agroalimentaire pour épaissir et donner du liant. En Europe et aux États-Unis, on estime qu’environ 1 personne sur 100 serait intolérante au gluten. Pour la médecine, il existe trois groupes de patients ne supportant pas le gluten : les allergiques, les intolérants et les hypersensibles.

    L'allergie pure au gluten est très rare

    L'allergie au gluten est une pathologie assez rare. Les personnes en souffrant peuvent être diagnostiquées assez facilement car la réaction allergique intervient immédiatement après l'ingestion d'un produit contenant du gluten. Elle se manifeste par des problèmes respiratoires et/ou digestifs et peut aller jusqu'à provoquer des œdèmes.

    Contrairement à l'intolérance, l'allergie ne détruit pas la paroi de l'intestin grêle.

    L'intolérance au gluten est très difficile à diagnostiquer

    L'intolérance au gluten est aussi appelée maladie cœliaque. Cette maladie peut se déclarer à n'importe quel moment de la vie. Elle est très difficile à diagnostiquer car les symptômes peuvent être multiples. La maladie cœliaque détruit progressivement la paroi de l'intestin grêle peut avoir de très graves conséquences si le patient ne suit pas à vie un régime sans gluten.

    L'anémie

    L'atrophie villositaire (la lésion de la paroi de l'intestin grêle qui empêche l’absorption des nutriments) provoquée par la maladie cœliaque peut provoquer de nombreuses carences, la plus fréquente est la carence en fer, l'anémie.

    L'ostéoporose

    La carence en calcium peut entraîner une ostéoporose plus ou moins prononcée. Dans le cas de la maladie cœliaque cette fragilité des os n'est pas réservée aux seules personnes âgées, elle peut aussi toucher de jeunes adultes.

    Des problèmes dermatologiques

    L'intolérance au gluten peut aussi se révéler sous une forme dermatologique, on l'appelle alors la dermatite herpétiforme. Cette forme dermatologique de la maladie cœliaque touche principalement les jeunes adultes. Des plaques rouges apparaissent dans le dos et dans les plis des coude avec de petites pustules qui démangent énormément.

    Des problèmes gynécologiques chez les jeunes femmes

    Des fausses couches à répétition, des aménorrhées, des retards de règles ou encore la naissance d'enfants de petite taille peuvent être révélateurs de la maladie cœliaque.

    Des problèmes digestifs

    Des douleurs abdominales, des ballonnements, des diarrhées, de la constipation. Ces symptômes facilitent le diagnostic de la maladie cœliaque puisqu'elle est avant tout une maladie digestive. Ainsi un gastro-entérologue va reconnaître plus facilement une maladie cœliaque qu'un autre spécialiste.

    La présence d'autres maladies auto-immunes

    La maladie cœliaque est une maladie auto-immune. Dans ce genre de maladies, le système immunitaire s'attaque à des substances ou des tissus qui sont normalement présents dans l'organisme. Il n'est donc pas rare de cumuler les maladies auto-immunes. Dans le cas de l'intolérance au gluten, le malade souffre aussi parfois de diabète de type 1 et de thyroïdites auto-immunes (des infections et inflammations de la thyroïde, une glande qui se trouve dans la gorge).

    Arrêt de la croissance, tristesse chez l'enfant

    La maladie cœliaque peut se déclarer chez l'enfant à partir du moment où le gluten est introduit dans l'alimentation, c'est-à-dire entre 4 mois et 7 mois après la naissance. Les pédiatres connaissent bien les symptômes car la maladie cœliaque a longtemps été un mal que l'on pensait réservé aux enfants. Voici les deux symptômes les plus courants :
    - cassure de la courbe de taille et de poids
    - l'enfant est triste, apathique, il ne joue plus.

    Il ne faut pas arrêter le gluten sans avoir fait des tests au préalable

    Attention, avant de se lancer dans un tel régime il faut avoir subi plusieurs tests médicaux. Une prise de sang d'abord pour vérifier le taux d'anticorps anti-transglutaminase IGA. Si celui-ci est très élevé, il faudra procéder à une endoscopie pour faire une biopsie de la paroi intestinale. Si le patient élimine le gluten de son alimentation avant de passer ces tests, la maladie sera impossible à diagnostiquer.

    L'hypersensibilité est encore très peu étudiée par la médecine

    L'hypersensibilité au gluten fait débat dans le milieu scientifique. Les hypersensibles sont des patients qui ont subi des tests parce qu'ils présentaient des symptômes de la maladie cœliaque sans que les médecins n'y détectent la présence d'anticorps caractéristiques de l'intolérance au gluten. D'autre part, ces personnes réagissent au gluten bien plus rapidement que les intolérants. Jusqu'à aujourd'hui, peu d'études scientifiques se sont intéressées à l'hypersensibilité au gluten.

    De nombreux spécialistes du gluten dénoncent le côté fourre-tout de cette dernière catégorie de patients. Les industriels, eux, semblent surtout s'adresser à ce type de "malades" qui s'astreignent parfois à un régime "gluten free" sans qu'il y ait une réelle obligation médicale.

    Merci à Brigitte Jolivet, présidente de l'AFDIAG pour son aide.

    Par Sandra Lorenzo
    © huffingtonpost.fr

    Haut de page

    Bas de page

    « Police karmiqueLe retour »
    Pin It

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 9 Octobre 2013 à 18:50

    Y'en aurait dans les racines d'épinards (qui se fument en pipe rapellons le) que ça ne m'étonnerait point ...

    2
    Mercredi 9 Octobre 2013 à 22:13

    Tiens, c'est marrant j'aurais juré qu'il y avait un "h" à épinard

    3
    Jeudi 10 Octobre 2013 à 18:15

    Ben nan sinon on dirait "effinard"

    4
    Jeudi 10 Octobre 2013 à 19:17
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :