• L'ancien patron de Facebook, Sean Parker, avertit que le site a été conçu pour exploiter les faiblesses des gens

    Article d'Alanna Ketler traduit par Ey@el

    Available in English

    Partager sur Twitter

    Facebook : un service que plus de 1,8 milliards de personnes utilisent au quotidien — incroyable, non ? Pour nombre d'entre nous, c'est la première chose que nous faisons en nous réveillant et la dernière le soir avant d'aller nous coucher. S'agit-il d'un rapport sain ? Il ne fait nul doute que Facebook nous a tous connectés à un niveau tel que l'on n'aurait probablement jamais pu imaginer auparavant. Sans ce dernier, beaucoup de renseignements importants n'auraient pus êtres consultées. Il nous a offert une plateforme pour partager tant d'informations et idées.

    Comment est-ce arrivé ?

    Mais était-ce une erreur sur toute la ligne ? Facebook a-t-il été uniquement conçu pour mettre les étudiants en relation et l'explosion serait partie de là ? Par accident ? Les sombres desseins derrière sa création ou maintenant, si c'est le cas, s'y sont-elles faufilées insidieusement après son succès ? A-t-il été essentiellement conçu pour nous voler le plus de temps possible ? Et bien, selon les dires de son ancien président Sean Parker, ce serait exactement son objectif initial et celui qu'il continue de déployer.

    Soit Parker est un ex-employé chagrin cherchant à se venger de cette gigantesque corporation, soit il s'inquiète suffisamment des effets que nous connaissons actuellement de Facebook et de ce à qui ils peuvent potentiellement nous conduire. Je vous laisse à votre opinion après la lecture de ce qui suit, extrait de son interview récente avec Axios.

    Il a même dit en plaisantant que ses propos lui vaudraient probablement de se faire bloquer sur Facebook par Mark Zuckerberg.

    Quand Facebook n'était encore qu'en phase de développement, il y avait des gens qui venaient me trouver pour me dire qu'ils n'étaient pas sur les réseaux sociaux.
    Et je leur répondais : « Très bien, mais vous y viendrez. »
    « Non, non et non. Je tiens trop à mes interactions dans la vie réelle. J'apprécie la présence, l'intimité. »
    Et je leur disais encore qu'ils finiraient bien par y venir.

    C'est quelque chose que je peux comprendre pour avoir vu tant de personnes ayant toujours affirmé qu'elles n'utiliseraient jamais Facebook passer du côté sombre de la force ou même certaines comme ma mère qui sait à peine se servir d'un ordinateur m'ajouter comme « amie ».

    Je ne sais pas si je saisissais véritablement la portée de mes propos au vu des répercussions inattendues d'un réseau qui finit par rassembler un ou deux milliards de personnes et [...] cela transforme littéralement votre rapport à la société et aux autres [...] Cela entrave certainement la productivité de curieuse façon. Dieu seul sait l'effet que cela peut avoir sur le cerveau de nos enfants.

    Qui aurait pu saisir les implications que quelque chose d'aussi énorme aurait pu apporter à notre société dans son ensemble ? Il a raison, à maints égards, Facebook a investi certains aspects de nos vies.

    Le raisonnement qui a servi à développer ces applications, Facebook étant la première d'entre elles [...]  se résumait à : « Comment occuper le maximum possible de votre temps et attention consciente ? »

    Combien de temps passez-vous sur Facebook ?

    L'inspiration et tous nos meilleurs contenus directement dans votre boite mail

    Ce qui veut dire que nous devons en quelque sorte vous envoyer une petite dose de dopamine de temps à autre parce que quelqu'un aura aimé ou commenté une de vos photos ou un de vos postes ou autre. Et cela va vous inciter à ajouter davantage de contenus qui vont vous rapporter... plus de « likes » et de commentaires.

    Êtes-vous accro au « défilement » ? Constamment à faire défiler les pages, en attente de quelque chose d'intéressant ou qui vous fasse rire, histoire de « liker » ou de commenter et de continuer votre exploration ? Facebook est extrêmement addictif et ce n'est pas votre faute, il a été conçu ainsi. Le premier pas pour vous en sortir est d'admettre que vous avez un problème.

    C'est une boucle de rétroaction de validation sociale [...] tout à fait le genre de choses qu'un hacker comme moi pourrait imaginer parce qu'elle exploite une vulnérabilité de la psychologie humaine.

    C'est tellement vrai. Je m'y retrouve à bien des niveaux car après avoir posté quelque chose, si je n'ai pas un « like » ou un commentaire, je me mets à regretter de l'avoir écrit en me demandant si cela en valait la peine ou non. Et puis j'ai commencé à me sentir légitimée par des « likes » ou des commentaires. Beaucoup d'entre nous, pas tous, postons pour ces marques d'approbation. C'est aussi simple que cela.

    Les inventeurs, créateurs — à savoir moi, Mark [Zuckerberg], Kelvin Systrom sur Instagram, toutes ces personnes — l'avions saisi en conscience. Et nous l'avons quand même fait.
     

    Je sais ce que vous devez être nombreux à penser : « Mais j'ai vu ce poste sur Facebook et c'est ainsi que j'ai été amené(e) à le lire. » Ce qui est une réflexion légitime. Il n'y a rien de surprenant à ce que Facebook ait littéralement autant investi Internet et même parfois l'utilisation des applications intégrées à nos téléphones. Il est arrivé d'un coup et s'est emparé de tout sur son passage. À certains égards, c'est vraiment impressionnant même si par ailleurs, c'est extrêmement inquiétant.

    Sean Parker n'est pas le seul grande ponte des réseaux sociaux à faire des mises en garde

    Tristan Harris, un ancien de chez Google, a expliqué comment ces sociétés de technologie contrôlaient l'esprit de leurs utilisateurs. Les concepteurs de produits « vous confrontent (consciemment et inconsciemment) à vos vulnérabilités psychologiques dans cette course à l'attention », écrit-il.

    À l'instar de magiciens, les applications des médias sociaux « donnent aux gens l'illusion du libre choix tout en structurant le menu pour sortir gagnantes et ce, peu importe ce que vous choisirez ».

    Alors on fait quoi ?

    Ce n'est pas comme si vous aviez besoin de sauvegarder toutes vos photos, de copier-coller tous vos liens et de contacter de vos amis les plus intimes pour créer une gigantesque liste de diffusion par courriel, bien que ce soit une manière de voir les choses. Gardez bien à l'esprit — surtout si vous vous surprenez à avoir du temps à perdre, qu'il s'agisse de 30 secondes, 10 minutes ou quelques heures — qu'il est tellement facile d'attraper systématiquement votre téléphone pour faire défiler les pages.

    Prenez conscience de cette accoutumance et mettez-y un terme. Si vous avez besoin de vous couper des réseaux sociaux de temps en temps afin de vous souvenir de ce qu'était la vie avant d'être en permanence scotchés à nos petits, moyens ou grands écrans, alors faites-le. Il est parfois facile d'oublier que c'est nous qui contrôlons nos vies, il est temps de recouvrer ce pouvoir !

    Traduit de l'anglais par Ey@el
    © lapensinemutine.eklablog.com

    Articles connexes

    La reproduction du contenu de ce billet est strictement interdite.
    © lapensinemutine.eklablog.com. Tous droits réservés.
    « Un groupuscule néonazi imprime par erreur dix mille t-shirts à la gloire de Nelson MandelaUne étude scientifique résolvant le mystère de la non-efficacité des vaccins antigrippaux sème la panique dans l'industrie vaccinale »
    Pin It

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    jack
    Vendredi 17 Novembre 2017 à 15:56

    Oui je m'élève contre ce genre de réseaux sociaux ! Par exemple pour vérifier tes dires j'ai tapé mon nom et prénom suivi de nu sur google !  Eh bien je suis catastrophé car les photos défilent par centaines ! Dieu merci je ne m'y suis pas vu mais pour les gens qui ne me connaissent pas, quelques clichés bien coquins et ma réputation est faite !

    2
    Lundi 20 Novembre 2017 à 20:18

    je me suis crée un compte FB pour essayer d'avoir des nouvelles d'un copain de primaire, pas de bol, il ne répond pas à mon message ! :( Message envoyé en Août ! 

    je n'ai rien mis sur mon compte, ce n'est pas mon vrai nom, j'ai juste posté une photo et tous les jours je reçois des notifications, des demandes d'amis, etc... ma boite mail est submergée ! je tiens bon, j'aimerais juste qu'il me réponde et que je puisse suprimer mon compte ensuite !  ;)

      • Mardi 21 Novembre 2017 à 01:12

        Chaque fois qu'un lien m'amène sur Fesse Bouc, j'éprouve un violent malaise physique, les vibrations sont tellement épouvantables et l'agressivité aussi genre un pop-up toutes les 20 secondes t'invitant à te loguer ou t'inscrire pour poursuivre ta lecture, c'est plus que dissuasif même quand on ne connaît pas tout le reste. Je ne dis pas que Cuicui est mieux mais disons largement moins pire et puis le principe est différent puisqu'on ne peut publier que des messages courts, des liens, des images, l'idéal pour promouvoir mon blog et élargir mon lectorat, découvrir d'autres blogs. Comme toi, je m'y suis inscrite à la base pour prendre contact avec une vieille connaissance à l'autre bout du monde et en fait ça m'a permis des tas de trucs fantastiques comme j'en avais parlé dans un article l'an dernier. Et puis me faire liker par le batteur de Radiohead ou Nicola Sirkis, c'est plutôt cool et retweeter par Nassim Haramein, un grand de la physique quantique, c'est un grand honneur et ça fait du bien à l'ego quand il a tendance a être trop dans les chaussettes.

        Sinon comme toi, à peine inscrite avec juste un tweet, j'ai eu des abonnés d'on ne sait où dont des gens bizarres (femmes et hommes) avec des photos indécentes sur leur compte que j'ai bloqué illico parce que ça fait tâche dans ma liste et que j'ai des ados qui me suivent mais sinon Cuicui me fout la paix avec les notifs. Tu n'as pas de paramétrage pour ça sur Fesse Bouc ? Genre ne pas recevoir de mail du tout comme ça tu n'auras qu'à aller voir de tant à autre et tu serais peinarde. La légende raconte que quand Edward Snowden aurait ouvert son compte, il aurait oublié de décocher les notifications mail pour les commentaires à ses tweets et il aurait eu sa boite saturée en quelques heures. J'ai du mal à le croire mais l'idée est assez drôle car ça m'est arrivé : j'avais tchatté avec un ami en Argentine pendant deux heures  et j'ai eu une centaines de mails pour me notifier de chaque réponse. Ha ! Ha !

        Le truc déprimant avec Fesse Bouc, c'est qu'apparemment les gens — y compris ceux qui sont censés être éveillés et savent ce qui se cache derrière — le préfèrent aux blogs et à l'envoi de mails pour communiquer et échanger. Un ami indigo avait créé un réseau fonctionnant un peu comme Facebook mais sans les inconvénients pour rapprocher les Indigos, Starseeds et autres personnes en phase d'éveil et s'entraider et ce fut un véritable fiasco même avec le soutien de Laura Marie qui généralement attire du monde. Il y a mis toute son énergie, nous avons fait l'effort de publier du contenu pour inciter le dialogue mais ça n'a jamais fonctionné. Ce qui ne m'étonne qu'à moitié car beaucoup de gens ne sont pas éveillés, juste repiégés ailleurs et c'est pour ça qu'il y a un phénomène de mode sur l'éveil, le développement personnel et qui ternit la spiritualité à tel point que je ne veux même plus utiliser ce mot. C'est pas une mode, c'est un alignement avec soi-même, un besoin viscéral qui se fait progressivement en s'intensifiant. Je m'en suis rendu compte après mon passage à Linux, je me sentais mal d'utiliser un système d'exploitation comme Windows sachant ce que je sais parce que je n'étais pas en accord avec mes principes. Pas pour ce que les autres pensent mais pour moi. Je  me sens bien d'être passée au libre. Et ce n'est qu'un exemple car c'est comme ça pour tous les aspects de ma vie maintenant, peu à peu j'élimine ce qui fait tâche. Même les gens (par éliminer les gens, je veux dire de ma vie :lol:).

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :