• L'avocat du diable

    Article d'Ey@el

    Sacredieu ! J'étais pourtant bien partie pour écrire un article traitant de l'importance des anges et des démons dans la pléthore d'expressions en tous genres que l'on retrouve dans la plupart des langues et qui, l'air de rien, en disent long sur cet héritage judéo-chrétien par lequel nous sommes conditionnés à des niveaux que nous ne soupçonnons même pas. Qui ne s'est jamais exclamé « Grand Dieu ! » ou « Va au diable ! » ? Ceci dit, après investigation, il semblerait que je me retrouve, bien malgré moi, à devoir jouer l'avocat du diable en lui rendant la part qui lui revient1. Que diable donc, si cela doit se jouer au chacun pour soi et Dieu pour tous, autant ne pas laisser le Malin à la traine comme le prônent pourtant les Anglais2.

    Si vous êtes du côté des anges (à savoir le bon côté chez nous)3, inutile de  demander à Dieu qu'il vous garde — quoique parfois il vaut tout de même mieux s'adresser à lui qu'à ses saints. Nul besoin, non plus, de se faire appeler « mon ange » pour en être un — un bon diable sera tout aussi facile à vivre et pourra même vous rendre « aux anges » surtout s'il a de l'ange en lui4. Il est vrai que la beauté du diable n'a rien de comparable à celle d'un dieu mais nous n'en sommes pas moins nombreux à y succomber.

    Quand on parle du diable (on en voit la queue)5

    Un ange passe... Pas de bol ! Jouissant de la chance inhérente à son rang, à savoir une veine de pendu (ou de cocu selon votre disposition d'esprit)6, son alter ego, le démon, se charge de faire un raffut de tous les diables, histoire de transmuter l'or (le silence) en plomb d'où l'expression « plomber l'ambiance ». Ne serait-ce donc pas cet incorrigible Bartiméus7, un pauvre diable (un djinn en l’occurrence) si honteusement exploité par des magiciens viles et avides de pouvoir qui ne cessent de l'invoquer et, ce faisant, de lui « déchirer l'essence » ?

    D'habitude, quand on trucide un magicien en lui tendant un honnête piège et qu'on file se mettre à l'abri dans l'Autre Lieu, on a en général la paix un moment. Il se passe quelques années, voire une ou deux décennies avant qu'un nouveau candidat cupide ayant acquis quelques notions de sumérien et appris à tracer un pentacle sans trop de lignes de traviole ne dégotte notre nom pour nous invoquer et nous réduire à nouveau en esclavage. Mais au moins, dans ces cas-là les conventions sont claires et tacitement acceptées par les deux parties. Le magicien nous oblige à l'enrichir sans cesse et à lui conférer toujours plus de pouvoir, et nous, on fait tout ce qu'on peut pour le rouler.

    Bartiméus : L'Anneau de Salomon © Jonathan Stroud, 2010

    Il est vrai que si là haut tout semble facile — genre il n'y a qu'à claquer des doigts « et la lumière fut » — en bas c'est l'enfer donc il faut se démener comme un beau diable, trimer — bref, travailler comme un démon8, tout ça pour, au final, mener une vie à la diable en tirant ce dernier par la queue. Je dirais même que pour s'en sortir, c'est la croix la bannière et qu'en Espagne, on préconise même l'aide de Dieu9. Sauf que voilà, Dieu n'a aucune sympathie pour le Diable10 et que vu sa tronche (au diable), on n'est pas prêt de le lui donner sans confession (le bon Dieu). Vous avouerez que c'est diablement démoniaque comme situation. Normal, me direz-vous, sinon on ne parlerait pas de purgatoire mais d'hôtel cinq étoiles.

    Contrairement au Paradis où l'on est trié sur le volet, c'est somme toute assez facile d'émigrer en Enfer vu qu'on y accepte tout le monde du fait que le chômage, là-bas, connaissent pas et que, comme on dit, « le Diable trouve toujours comment occuper les mains oisives »11. C'est pour cela que lorsque l'on congédie quelqu'un, on lui conseille généralement d'aller à tous les diables — un endroit où les anges ont peur d'aller12 (pas téméraires quand même, les anges).

    Qui veut faire l'ange, fait la bête13

    Avant de trouver Dieu, il faudrait d'abord voir à chasser nos démons intérieurs. Et si d'aucuns se prennent parfois à cœur d'héberger le démon de midi, d'autres ont carrément le diable au corps. Dans les deux cas, l'exorcisme est de rigueur. Quoique, réflexion faite, mieux vaut encore le diable que l'on connait que celui qu'on ignore14. C'est qu'il peut aussi faire la pluie et le beau temps et c'est en battant sa femme pour avoir des crêpes15 qu'il accomplit ce prodige, le saligaud !

    Regardez ces visages, écoutez ces cloches,
    C'est presque incroyable qu'il nous faille
    Un endroit appelé l'Enfer.
    Démon intérieur, démon intérieur,
    Chacun de nous possède son démon intérieur.

     "Devil Inside", INXS (1987)

    Mais si Lulu sait y faire (rayon miracles), c'est parce que Dieu lui a tout appris du temps où il était un ange. En fait, il était même cadre et comme Adam, il aurait subi un licenciement ergonomique.

    Lucifer était, selon une tradition religieuse, l'un des sept grands archanges du système solaire, gardien de la planète Vénus. Dieu fit appel à un volontaire parmi ses meilleurs anges pour descendre sur Terre afin de raffermir la volonté spirituelle de l'humanité en lui offrant une tentation permanente. Lucifer se proposa. En dépit de ses intentions pleines d'amour, doucement, au fil des siècles, nous l'avons considéré dans nos esprits comme le diable au lieu d'un aspect de Dieu dédié à notre croissance par le renforcement de nos muscles spirituels. [...]

    L'une des tâches célestes de Lucifer, dont le nom signifie « celui qui donne la lumière » ou « porteur de lumière » consiste à nous enseigner l'indispensable côté sombre de la vie. Il est l'ombre qui révèle la lumière par contraste. À bien des égards, nous ne percevons pas la lumière véritable avant d'avoir erré dans l'obscurité. Nous avons tendance à ne pas apprécier la valeur des choses jusqu'à ce que nous les perdions et les récupérions aux prix d'efforts volontaires. La parabole du fils prodigue traite de ce défaut de la nature humaine.

    Demandez à vos anges © Alma Daniel, Timothy Wyllie & Andrew Ramer, 1992

    C'est dans le cœur, c'est dans l'âme

    En conclusion, afin d'éviter toute prise de tête (et les migraines qui viennent avec), il vaut encore mieux, comme disent les hispaniques, ne s'en remettre ni à Dieu ni au Diable16 et écouter ce que nous dicte notre cœur. Au diable la confusion ! Adieu les regrets éternels !

    Invectivez le diable, invectivez le ciel,
    Invectivez les dieux tout-puissants,
    Prédicateur, enseignant.
    C'est dans le cœur, c'est dans l'âme,
    Ne regardez pas plus loin que devant votre porte.
    Vivez votre vie comme il se doit,
    Écoutez votre cœur car la vérité est éternelle.

     "Shout To The Devil", The Alarm (1984)

    Ey@el

    Notes et références

    1. ^ « To give the devil his due » : rendre justice à quelqu'un.
    2. ^ « To let the devil take the hindmost » : chacun pour soi et Dieu pour tous.
    3. ^ « To be on the side of angels » : être du bon côté.
    4. ^ « Tener angel » : avoir du charme.
    5. ^ « Speak the devil » : quand on parle du loup.
    6. ^ « To have the luck of the devil » : avoir une veine de pendu/cocu.
    7. ^ Bartiméus est un djinn rusé, héros principal d'une série de fantasy, La Trilogie de Bartiméus (et plus récemment d'une « prequel » intitulée L'Anneau de Salomon) écrite par le britannique Jonathan Stroud. Il s'agit d'un personnage savoureux, haut en couleurs, à l'humour décapant qui se révèle, au fil de l'intrigue, bien plus humain que la plupart des individus à qui il a affaire. L'auteur semble avoir voulu prendre le contrepied de la tendance judéo-chrétienne moralisatrice de la littérature jeunesse (C.S. Lewis, Tolkien, Harry Potter) en dressant le portrait des magiciens comme des êtres vils et cupides, n'hésitant pas à manipuler les forces occultes à leur seul bénéfice — ce qui n'est pas sans rappeler une certaine Élite de la vie réelle.
    8. ^ « To work like a demon » : être un bourreau de travail.
    9. ^ « Necessitar dios y ayuda » : c'est la croix la bannière.
    10. ^  "Sympathy For The Devil", The Rolling Stones (1968).
    11. ^ « The devil finds work for idle hands » : l'oisiveté est mère de tous les vices.
    12. ^ « To go where angels fear to tread » : s'aventurer en terrain dangereux.
    13. ^ Celui qui veut être trop bon finit, sans même le vouloir, par avoir des côtés mauvais (la nature humaine n’étant pas parfaite).
    14. ^ « Better the devil you know than the devil you don't » : on sait ce que l'on perd mais pas ce que l'on trouve.
    15. ^ Expression québécoise. Se disait autrefois dans les rares situations où il pleut tout en faisant soleil.
    16. ^ « Sin encomendarse a dios ni al diablo » : sans réfléchir.

    Articles connexes

    La reproduction du contenu de ce billet est strictement interdite.
    © lapensinemutine.eklablog.com. Tous droits réservés..

    Haut de page

    Bas de page

    « La jardinière aux pattes de veloursChouette de vie »
    Pin It

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Hélios
    Dimanche 6 Juillet 2014 à 13:39

    Diablement bien écrit !

    Il y a aussi l'expression "Envoyer quelqu'un au diable vauvert" dont l'origine n'est pas claire.

    2
    Dimanche 6 Juillet 2014 à 15:40

    Merci :) Cet expression que tu me signales, a-t-elle une signification différente de « aller au diable » ? Et puis je ne pouvais pas non plus inclure toutes les expressions qui existent, cela auraitt indigeste et aurait ressemblé davantage à un étalage de connaissances, ce qui n'était nullement mon but.

    3
    Dimanche 6 Juillet 2014 à 18:19

    Un article très bien écrit.... comme tout les autres ! :D

    4
    Dimanche 6 Juillet 2014 à 18:51

    Merci car celui-là est un original (non une traduction) sur lequel je bosse depuis le début de l'année mais que je n'arrivais pas à écrire sans doute parce que je voulais jouer le rôle du procureur :lol:

    5
    Dimanche 6 Juillet 2014 à 18:58
    6
    Dimanche 6 Juillet 2014 à 19:56

    C'est diablement intéressant cet article... Le Vatican a fait paraître un nouvel avis ;  " ce n'est pas parce qu'en certaines circonstances il est crié  - oh mon dieu, oh mon dieu, que cela sera considéré comme une prière "   ;-)

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    7
    Lundi 7 Juillet 2014 à 14:45

    Hilarant, excellent !

    8
    Lundi 7 Juillet 2014 à 17:22

    Doux moi ... :-)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :