• L'importance d'être un éternel enfant

    Article de Simona Rich traduit par Ey@el

    Available in English

    Je pense qu'il est inutile de préciser que je suis moi-même une éternelle enfant (sans sombrer dans tous les excès mentionnés plus bas, car je conserve un sens très pragmatique malgré tout). Je suis donc du genre à m'émerveiller tous les soirs des couchers de soleil dont aucun ne ressemble jamais au précédent, à admirer le délicat et fastidieux travail accompli par les araignées pour tisser leur toile (même si je râle parfois quand je me prends les cheveux dedans !) ou bien à entamer la causette avec les animaux de passage, qu'il s'agisse d'un simple moineau ou d'un chat. Mouais, pas mal de gens me prennent pour une cinglée, ce que j'accepte comme un compliment et un gain de temps précieux pour savoir à qui j'ai affaire. J'espère que la lecture de cet article vous sera aussi bénéfique que le traduire l'a été pour moi.

    Ey@el

    Mon ami et moi étions assis dans un café, sirotant des cafés au lait bien chauds face à l'océan et aux palmiers.

    Soudain des nuages noirs firent irruption et le jour s'obscurcit. Les oiseaux désertèrent le ciel à la hâte et le calme s'installa.

    Il allait pleuvoir d'un moment à l'autre — ça nous le savions, mais nous observâmes ce changement avec intérêt et émerveillement. Je fis alors la remarque que c'était l'un des phénomènes que je préférais : les prémices de la pluie, lorsqu'il se met tout à coup à faire sombre en pleine journée.

    J'adore la couleur que prend le ciel et la sensation d'averse imminente voire d'orage qui emplit l'atmosphère. Le spectacle d'un tel changement (que je perçois comme une sorte de transfert mystique et sacré) me comble de joie.

    Mon ami partage ma vision des choses et tous deux attendîmes avec attention l'arrivée d'une pluie abondante. Nous remarquâmes qu'une partie de l'océan était plus sombre et en déduisîmes qu'il devait déjà pleuvoir à cet endroit. Cette discussion enthousiaste nous procura beaucoup de bonheur — nous étions comme deux enfants se demandant si leurs parents leur avaient acheté des bonbons.

    Absorbés par leur repas, leur cigarette ou leur conversation, aucun des autres clients ne prêta la moindre attention à ce changement météorologique.

    Lorsqu'il plut enfin, nous fûmes comblés et nos échanges prirent un ton très animé. Aux yeux de n'importe quel individu "normal", nous devions passer pour des rêveurs, des farfelus ou des fous. Pourquoi s'emballer à propos de quelque chose d'aussi ordinaire ?

    J'ai pour habitude de me réjouir des phénomènes naturels que d'autres tiennent pour acquis et sans intérêt. Il est logique pour moi de prêter attention à la nature et de m'émerveiller de ses cycles et variations. Je porte un intérêt illimité à toutes les petites choses de la vie parce que j'ai réussi à rester une éternelle enfant en dépit du système d'éducation auquel j'ai été soumise et qui s'est avéré inutile.

    Regardez-vous encore le monde avec des yeux d'enfants ? Êtes-vous admiratif devant les étoiles ? Vous réjouissez-vous à la vue d'un arc-en-ciel ? Ou bien reprenez-vous le cours normal de vos activités après un tel spectacle ?

    Les qualités des éternels enfants

    Voir la vie avec des yeux d'enfants éveille la créativité intérieure. Avec le temps, j'ai pu constater que les gens qui retenaient l'aspect enfantin de leur personnalité étaient extrêmement créatifs tandis que ceux qui le redécouvraient finissaient toujours par réveiller leur créativité.

    Les grands créatifs ne grandissent jamais, tout simplement parce qu'ils ne cessent jamais de trouver la vie amusante et ont toujours de nouvelles aventures à raconter.

    Les éternels enfants paraissent souvent beaucoup plus jeunes que leur âge, ils voyagent tout le temps (enfin la plupart), étudient divers sujets hors conventions parce qu'ils s'intéressent au monde entier et sont chargés de niveaux d'énergie que la plupart des gens ne connaîtront plus jamais (mais qu'ils ont connus dans leur enfance).

    Les éternels enfants sont imprévisibles et, pour cette raison, les gens "normaux" estiment qu'on ne peut pas compter sur eux. Pour moi, l'imprévisibilité est une bonne chose car elle indique qu'une personne est en constante croissance et évolution. La majorité des gens ne s'améliorent jamais après leurs études et se retrouvent bloqués dans leur façon de faire à la fois limitée et prévisible.

    Les éternels enfants sont de grands rêveurs et certains, qui n'ont pas un minimum les pieds sur terre, ont tendance à vivre dans un monde fictif. J'ai remarqué que nombre d'entre eux sont attirés dans des relations avec des gens pragmatiques, ce qui leur permet de rester ancrés.

    L'inconvénient pour ces éternels enfants à la créativité sans limite est qu'ils se laissent généralement aller à tous les excès : l'herbe, le tabac (le vice le plus répandu), l'alcool ou le sexe à outrance. Ce sont là des pièges qu'ils devraient éviter parce qu'en cherchant parfois à affirmer leur liberté, ils se retrouvent enchaînés à leurs habitudes destructrices.

    Comment être un éternel enfant

    Le sérieux vieillit et fait paraître le monde gris et froid. Il donne de l'importance à des sujets qui n'en ont aucune (comme regarder le journal télévisé pour "se tenir informé") et réduit les choses divines à des préoccupations puériles (les cycles de la nature, les animaux, etc.). Le sérieux génère du stress et des règles inutiles et un besoin de contrôler.

    Pour mettre fin au sérieux, il faut d'abord simplifier son existence, en retirer toute complexité ainsi que dans votre esprit. Trouver son bonheur dans les choses simples et naturelles. Pour vivre, vous n'avez besoin que de l'essentiel et vous débarrasser du superflu.

    Pour recouvrer son attitude d'éternel enfant basée sur les questionnements incessants (ce qui est une bonne chose car cela nous permet de croître spirituellement et mentalement) et le ludisme, observez la nature et supprimez tout divertissement artificiel de votre vie.

    Nourrissez-vous d'aliments naturels, discutez avec des gens simples, authentiques et dépourvus d'ego, passez du temps dans la nature et dé-complexifiez votre vie et votre esprit. Si possible, pendant un mois ou plus, séjournez dans un petit village avec des gens vivant encore en harmonie avec la nature.

    Conclusion

    Les étapes mentionnées ci-dessus vous aideront certainement à recouvrer une attitude d'éternel enfant et sa créativité inhérente. Tâchez de ne pas la perdre puisque être un éternel enfant vous fait percevoir toutes les choses de la vie comme l'expression de l'Esprit. La vie prend tout son sens et devient pleine d'intérêt car chaque chose revêt un caractère mystique et divin.

    Les adultes sérieux sont ennuyeux et conventionnels — ils respectent les règles et mènent une existence sur fond de logique et de sécurité apparente mais sans âme. Se comporter en éternel enfant permet d'échapper à un tel quotidien et de se reconnecter à la vie à un niveau plus profond.

    Traduit de l'anglais par Ey@el
    © lapensinemutine.eklablog.com

    La reproduction du contenu de ce billet est strictement interdite.
    © lapensinemutine.eklablog.com. Tous droits réservés.

    Haut de page

    Bas de page

    « Va donc voir si la lune est bleuePeur de la lumière »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    tobor
    Lundi 2 Septembre 2013 à 01:40
    Le hic c'est qu'il y a autant de manière de rester "éternel enfant" que d'individus ! et que ceux/celles qui s'y retrouvent par ce petit plaisir de pousser sur le champignon en bagnole pour jouir de son superman intérieur, de triper sur les armes à feux ou de tuer sa vie devant une console de jeu sans savoir/pouvoir gérer son alimentation, sa lessive ... feraient bien de grandir un peu !

    Pour ma part je suis un éternel gamin qui a pourtant toujours été trop mûr, trop sérieux, qui démontait ses jouets pour voir voir ce qu'il y avait "dedans", puis qui pointait déjà quelques grandes lignes de la "théorie des partisans de la conspiration du complotisme " en refusant coca et critiquant les merdias dans les années 80's, de quoi passer pour, pffff ! pas rigolo comme ado!

    Ce qui n'empêche que, yêk yêk, je n'ai jamais eu besoin de retourner ma veste et que mon refus du modèle sociétal au profit de mon parcours de naïves et empiriques découvertes merveilleuses qui n'intéressent "personne" me convient parfaitement !
    2
    Lundi 2 Septembre 2013 à 02:17

    Je ne pense pas que le comportement que tu décris dans le premier paragraphe ait quoi que ce soit à voir avec l'enfant intérieur. L'auteur fait allusion à cette part de nous-même avant le formatage social. Avoir un comportement puéril (childish) et irresponsable n'a rien à voir avec être un éternel enfant (childlike).

    3
    jesuis3312
    Mardi 5 Novembre 2013 à 21:57
    Je suis a la recherche de ma mission.
    Je cherche aussi a retrouver ma passion.
    Enfin a redevenir moi meme.
    Et en cours de recherche j'ai reconnu qu'il y avait en moi cet éternel enfant. Qu'il est une grande partie de mon etre. Ce texte m'aide a comprendre et je le considere de bonne référence.
    Merci
    4
    Mardi 5 Novembre 2013 à 22:37

    Comme cela fait plaisir à entendre. Bravo à vous et bonne continuation dans votre cheminement personnel.

    5
    Samedi 21 Décembre 2013 à 15:57

    Je pense pouvoir dire que j'ai aussi gardé mon âme d'enfant. C'est tellement beau de pouvoir encore s'émerveiller de ce qui nous entoure, de prendre le temps d'être heureux, de s'intéresser à tout, d'avoir toujours plein d'espoirs pour lendemain ...=)

    Ps: mais personnellement, je ne suis pas passée par la case drogues et alcools :) hihi

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :