• La déconstruction du programme Ébola

    Article de Zen Gardner traduit par Ey@el

    Available in English

    © David Dees

    Un nouvel article-fleuve de Zen Gardner sur le sujet qui concentre toutes les attentions (et toutes les peurs) du moment et dont nous ne savons finalement pas grand chose, si ce n'est que ça pue encore l'enfumage et la manipulation PROBLÈME - RÉACTION - SOLUTION comme n'a eu de cesse de nous en avertir David Icke au cours de ces vingt dernières années. Et il y a pire encore comme vous ne tarderez pas à découvrir si vous n'étiez pas déjà au courant. Comme vous l'avez sûrement remarqué, il n'est guère dans mes habitudes ni dans mon optique de plomber inutilement et plus qu'il n'en faut le moral des troupes en ressassant l'état actuel des choses. Pas plus que de me poser en « Grand Yaka de Jaimadire1 ». Plusieurs blogueurs, qui se reconnaitront (et que je salue bien), m'ont qualifiée de « rebelle » et de « guerrière » et je les prendrai donc au mot — pour rire — en ajoutant que dans cette bataille que nous sommes obligés de mener bon gré mal gré, chacun doit rester fidèle à sa mission de vie en développant sa propre spécialité de combat — la mienne, je pense, étant une sorte de kung fu « spirituel » qui consiste à mettre des coups hauts là où d'aucuns s'évertuent à faire dans le coup bas et ceci dans un souci de rééquilibrage des énergies. Il n'en a pas toujours été ainsi et cela prouve bien que rien n'est perdu d'avance. Ni gagné. Ce long préambule pour vous rassurer quant à la teneur de cet article qui, s'il se veut forcément alarmiste, se termine sur une note assez positive. Alors soyez conscients des enjeux macabres qui se jouent sans perdre le goût de rire car comme je vous l'expliquerai dans mon prochain article (et comme en conclut également notre ami Zen), c'est un des meilleurs remèdes qui soit. C'est même une thérapie éprouvée et reconnue par certaines instances du corps médical.

    Ey@el

    On dirait bien que nous allons devoir supporter la mise en place du programme Ébola pendant quelque temps. Tout a l'air de fonctionner comme prévu : le public cède à la peur propagée par toute sorte d'informations relayées par les médias qu'il accepte sans se poser de question. Un cadre propice à la manipulation de l'opinion, des émotions et des réactions, et qui constitue leur terrain de prédilection favori.

    La bonne vieille tactique du problème - réaction - solution.

    Il ne me plait pas de m'attarder sur ce sujet mais il est désormais présent sur tous les fronts et nous en sommes encore au stade de la déconstruction — une étape importante. La connaissance vraie confère un certain pouvoir, surtout devant une matrice basée sur la tromperie tentant, à l'instant même, de raffermir son contrôle en l'étendant à d'autres niveaux.

    Il suffit de voir les choses pour ce qu'elles sont afin de nous libérer de l'emprise qu'elles exercent sur nous à condition que nous évitions de tomber dans les nombreux pièges qu'on nous tend quotidiennement.

    Beaucoup d'informations utiles émanent des médias alternatifs mais il faut quand même les assimiler et les évaluer avec prudence au vu de tout le battage médiatique dont on nous rabat les oreilles. Nous devons voir ce qui trouve écho en nous et le laisser infuser le temps que de nouvelles données nous parviennent. Mais surtout, il vaut mieux rebrousser chemin si cela engendre davantage de peur. Toute information véritablement utile sera stimulante même si elle remettra souvent en question nos précédentes convictions ou nos concepts inconscients. Et c'est une bonne chose. Laissez ces données faire leur chemin en les stockant à l'écart, le temps d'approfondir leur évaluation et éventuellement de les évacuer pour le cas où elles s'avèreraient soit erronées, préjudiciables ou superflues.

    Il faut se méfier, avant tout, de l'esprit dans lequel elles sont prodiguées. La peur, surtout la panique comme il s'avère, ne doit pénétrer ni nos esprits ni nos cœurs. Rien de bon n'en sortira aussi fascinante en apparence que puisse être cette projection — à l'instar de ce mème2 zombie macabre qu'ils ont savamment ancré dans notre société. Ce n'est pas non plus le moment de prendre tout ceci à la légère car ce sont nos esprits que vise cette guerre et nous devons faire preuve de vigilance.

    Les dernières informations de la machine à faire peur de l'OMS mondialiste

    À titre d'exemple afin de ne pas perdre de vue la situation en pleine métastase et la direction qu'ils veulent lui faire prendre, voici ce que j'ai relevé aux informations du jour :

    LONDRES (AP) — L'Afrique occidentale pourrait enregistrer jusqu'à 10.000 nouveaux cas d'Ébola par semaine dans les deux mois à venir d'après l'Organisation mondiale de la santé qui a également confirmé, mardi dernier, que le taux de mortalité lié à l'épidémie avait atteint les 70%.

    Ces chiffres ont été communiqués par le Dr Bruce Aylward, directeur général adjoint de l'OMS, lors d'une conférence de presse à Genève. Selon leurs dernières estimations, ce taux se situait aux alentours de 50%.

    Aylward a déclaré que cette hausse était la preuve qu'il s'agissait d'une « maladie entraînant une mortalité élevée » et que la cellule sanitaire de l'ONU s'employait encore à tenter d'isoler les malades afin de les traiter le plus tôt possible.

    Il a confié aux journalistes que si la communauté internationale n'intensifiait pas sa réaction  face à la crise Ébola dans les soixante jours à venir, « bien plus de gens mourraient » et les personnels de santé seraient encore plus sollicités face à l'explosion du nombre de cas. (Source)

    Il est à noter que toutes les données qui ressortent de ce communiqué ne sont ni étayées ni vérifiables et que rien n'est documenté. Nous sommes obligés de les croire sur parole à mesure que la propagande officielle filtre de plus en plus l'information. En fait, CNN et d'autres chaînes se sont faits prendre à mettre en scène des décès dus à l'Ébola pour faire avancer le dossier. Rien de surprenant vu qu'ils reproduisent ce qu'ils ont déjà fait avec leurs compte-rendus des « atrocités » dans la guerre contre le terrorisme.

    Vue d'ensemble de la mise en œuvre manifeste du programme

    Globalement, nous savons qu'ils envisagent de réduire les niveaux de population mondiale. De nombreux scénarios et images macabres circulent depuis longtemps, allant des camps de la FEMA3 aux acquisitions de guillotines, de drôles de trains équipés pour y enchaîner les passagers, d'importantes réserves de cercueils en plastique et la construction de gigantesques fosses communes.

    En attendant, les gens sont bien conscients de l'existence de multitude d'autres programmes visant délibérément à empoisonner la race humaine. Bon nombre, comme la guerre contre l'humanité par le biais de rayonnements électromagnétiques débilitants, sont ignorés par leur conscience mais sont tout aussi efficaces que cette peur de l'Ébola. Tous sont destinés à épuiser et à fragiliser la condition des êtres humains. Une fois encore, il s'agit d'informations très sombres mais importantes. L'issue finale porte sur ce dont nous prenons conscience et ne profitera certainement pas à l'humanité. C'est cela que ceux que nous qualifions d'endormis refusent d'admettre. Dans la plupart des cas, ils constatent la corruption des gouvernements et la cupidité des corporations mais pour ce qui est de faire le lien avec le reste des programmes et le plan dans sa globalité, ils estiment que c'est au-dessus de leurs forces.

    Pourtant c'est tout le contraire. Refuser d'ouvrir les yeux à la lumière de la vérité les mènera à une fin rapide et désespérée.

    Un plan aux avantages multiples

    Comme toujours, ce type de scénario coup monté destiné à lancer de fausses alertes présente divers avantages en parallèle pour l'élite au pouvoir. Les États-Unis ont déjà envoyé davantage de leurs tristement célèbres « troupes au sol » pour y faire dieu sait quoi en Afrique. Il se trouve juste que ces pays riches en ressources naturelles seraient une formidable manne pour cette horde de hors-la-loi constituée de corporatistes et de banksters4. En même temps, cela fait longtemps que les impérialistes voudraient avoir la mainmise sur ce joyau que représente l'ensemble du continent africain, aussi quel meilleur moyen d'y parvenir que de décimer sa population en y instaurant la malnutrition, des programmes de vaccination à grande échelle, en y introduisant des maladies endémiques et en y formentant des guerres civiles... pour ensuite apporter la « solution » qui consiste à exterminer davantage grâce aux États-Unis et à l'OTAN.

    On ressort toujours les mêmes bons vieux tours de son sac.

    De même que réduire l'Amérique au rang de pays défavorisé du Tiers monde sous contrôle militaire a toujours été dans leur intention depuis le départ. L'Ébola n'est rien d'autre qu'une nouvelle étape dans cette progression. Cela fait à l'évidence longtemps qu'ils s'activent d'arrache-pied à l'élaboration d'un scénario catastrophe de grande ampleur. Nous avons assisté à la convergence de ces programmes et l'urgence sanitaire constitue une ligne diaboliquement audacieuse. Après tout, qui irait affronter une épidémie ou des équipes médicales avec des armes à feu ?

    Observez la castration du peuple américain. La sentira-t-il venir ?

    « Mais ce n'est pas tout ». Les néo-conservateurs s'attendent fébrilement à une frappe nucléaire en territoire américain afin de jouer à fond la carte du terrorisme dans le même temps. Vous parlez d'une population coincée de toutes parts. Quand tout est permis, on se permet n'importe quoi. Et tous ces ingénieurs sociaux psychotiques veilleront à ce qu'il en soit ainsi.

    Leur guerre incessante contre le système immunitaire humain

    Au nombre des multiples agressions que subit l'humanité, on compte le programme de vaccination. Tout comme les traînées chimiques, les vaccins constituent un système de prestation.


    © David Dees

    Dès lors que les peuples désespérés auront pris l'habitude qu'on leur injecte en intraveineuse quelque chose censé les aider et les protéger et qu'ils feront preuve de collaboration en venant faire la queue volontairement, parfois avec impatience, pour recevoir leur injection, vous aurez instauré le système parfait.

    Déjà bombardées de drogues, d'aliments, d'air et d'eau trafiqués, les cibles désignées ne demanderont plus qu'à être éliminées.

    Une fois tout cela en place, il ne restera plus qu'à les motiver. D'où la résurrection de maladies éradiquées depuis longtemps et la mutation par manipulation génétique de certaines en souches pour les rendre bien plus virulentes. Cela n'a pas vraiment fonctionné car le SRAS5, la grippe porcine et quelques autres ont produit beaucoup moins de cas que la grippe saisonnière traditionnelle dont les statistiques ont été noyées sous le battage médiatique.

    Il semblerait que le système immunitaire humain résiste plutôt bien une invasion de virus ennemis.

    C'est pourquoi ils ont déclaré la guerre à sa résilience. À l'instar de notre esprit insatiable et de notre conscience éternelle, cet extraordinaire corps humain dispose d'incroyables facultés d'adaptation et d'auto-guérison pourvu qu'on le sustente avec une alimentation saine et vivante et que l'on prenne raisonnablement soin de lui. Alors que font-ils ? Ils attaquent notre système immunitaire en se servant de tout et n'importe quoi pour tenter de l'ébranler. Par une nourriture lourdement altérée et génétiquement modifiée, par de l'eau fluorée, par de l'air saturé de produits chimiques et par ce qui constitue l'attaque la plus directe de toutes, des vaccins chargés de mercure et autres toxines et surtout d'adjuvants — des agents destinés à mettre à rude épreuve notre immunité et à la fragiliser, sans parler des virus qu'ils y incorporent. C'est diabolique certes, mais une réalité.

    Il y a encore un détail tristement omis dans cette vue d'ensemble. L'irradiation, cet ultime assaut à tout ce qui vit. Nous y viendrons dans un instant car c'est une pièce essentielle du puzzle.

    D'où vient le virus Ébola ?

    L'Ébola se serait soi-disant « développé » en Afrique au début des années 70, avec tous les dix ans depuis, des poussées épidémiques de faible ampleur mais faisant l'objet d'un énorme tapage médiatique avec une imagerie insistant sur ses effets horribles et dévastateurs — lesquels s'apparentent beaucoup à ceux d'un autre virus connu sous le nom de Marburg. Ce qui laisse supposer que l'Ébola pourrait être leur première tentative de modifier la souche. Nous savons que, depuis fort longtemps, des savants fous n'ont eu de cesse de mettre au point et créer des armes bactériologiques dans leurs labos sous prétexte de trouver le moyen de nous « protéger » d'une telle menace. Ils sont tout bonnement incapables de résister à tout ce qui peut servir d'armement, surtout s'il suffit de l'introduire au sein d'une population en le laissant faire son œuvre.

    Plutôt efficace et rentable — cela permet en outre de couvrir facilement toute implication par le déni plausible. Tel est le mode de fonctionnement de ces sorciers maléfiques.

    D'autres pseudo-pandémies, la définition desquelles ayant été élargie par l'OMS complice, ne se sont pas propagées mais ont servi d'exercices d'entrainement et permis au public de se faire à l'idée d'un tel scénario tout en fournissant le prétexte de lui injecter un maximum de vaccins. Voici comment ébranler le système immunitaire, ce qui s'avère utile pour l'introduction du prochain assaut dans cette guerre virale. Comme le souligne John Rappoport, à l'instar du SIDA, l'Ébola pourrait bien être un nom générique regroupant divers symptômes provoqués par quasiment n'importe quoi.

    Je trouve cela parfaitement logique. De quoi engendrer la frayeur ultime et le bouclier de contrôle qui va avec.

    Grâce à l'intensification des tactiques de peur et à la propagande mensongère qui bat son plein, les gens vont désormais s'imaginer que la plus banale des affections pourrait être l'Ébola et soit sombrer dans la dépression en se cachant ou bien filer vers le dispensaire le plus proche où le risque de contracter une maladie sera multiplié au centuple — surtout s'ils se font vacciner. Le pire est que les autorités nouvellement habilitées pourront soupçonner ou déclarer tout ce qu'ils voudront comme étant l'Ébola maintenant que ce terme lourdement chargé de sens a été programmé dans l'esprit de tous.

    [Je ne traduis pas le paragraphe suivant qui concerne une vidéo de 25 minutes disponible uniquement en anglais et exposant le programme de vaccination lié à la supercherie de l'Ébola dans laquelle il est fait mention de la rage qui aurait connu une expansion aussi spectaculaire. Les bilingues qui le souhaitent pourront visionner ce documentaire sur la page originale de cet article — N.d.T.]

    L'inconnue de l'équation dont le public n'entendra jamais parler : l'irradiation

    Les similitudes entre les symptômes de l'Ébola et ceux de l'irradiation sont étonnantes. Cela fait plus de trois ans et demi que nous, les Américains surtout, sommes continuellement bombardés des radiations toxiques de Fukushima. Il faut du temps pour que les signes d'empoisonnement dû aux rayonnements apparaissent. Nous avons évoqué ce sujet à maintes reprises car c'est l'une de ces fameuses bombes à retardement que nous suivons tous de très près. Il en va de même pour l'intoxication via les tracés chimiques et les OGM et leurs effets à long terme — un sujet de réflexion peu agréable mais nous ne pouvons pas pratiquer la politique de l'autruche.


    © David Dees

    Le moment est arrivé.

    Ce que la plupart des gens ne réalisent pas est que les effets de l'irradiation sont nombreux et que le cancer n'est qu'une seule maladie figurant sur la longue liste des manifestations et causes de décès sur laquelle on trouve tout un ensemble de problèmes sans lien apparent comme les crises cardiaques et le diabète qui connaissent tous un essor dramatique. Le plus remarquable est que les symptômes présumés de l'Ébola sont pratiquement identiques à ceux provoqués par la radioactivité.

    Ceux-ci comprennent pour les deux maladies :

    • Fièvre
    • Maux de tête
    • Nausées
    • Vomissements
    • Diarrhée
    • Détérioration du SNC
    • Maux d'estomac
    • Saignements
    • Hématomes
    • Douleurs musculaires
    • Chute de cheveux


    Y a-t-il un lien entre les deux ?

    Du moins, si ce programme continue d'être déployé et si de plus en plus de personnes présentent des symptômes d'irradiation, tout sera imputé aux lourdes contraintes du projet Ébola, en passe de se propager pour prendre la forme d'une loi martiale médicale. Il peut même s'agir en partie d'un plan visant à masquer cette réalité tout en profitant de la situation en se servant de leur nouveau concept qui consiste à nous faire contracter tous les microbes.

    Mais toute cette problématique liée aux radiations demande à être prise en considération. Elle est un fait incontestable au cœur de nos préoccupations bien plus que tout ce qui nous arrive actuellement.

    Faites valoir votre immunité

    Je trouve encourageant que notre merveilleux système immunitaire s'avère si coriace et qu'ils aient tant de mal à éteindre la flamme de notre résistance. C'est si conforme à l'image de la guerre qu'ils livrent à notre conscience et qu'ils ne pourront jamais remporter. Il risque d'y avoir de lourdes pertes dans les mois et les années à venir s'ils continuent sur leur lancée, mais quoi qu'ils fassent, ils ne parviendront pas à éteindre notre esprit éternel. En réussissant l'épreuve, nous passerons au niveau supérieur et à nous la suite du programme !

    La peur est l'une de leurs meilleures armes contre notre système immunitaire et contre notre immunité spirituelle. Ne tombez pas dedans. Pour beaucoup, leur plus grande hantise est de mourir et il faut vraiment se débarrasser de cette crainte qui n'a pas lieu d'être. Elle n'a d'ailleurs aucun sens d'un point de vue logique et encore moins spirituel. C'est sans doute le programme le plus important né de cette peur sous-jacente que les ingénieurs sociaux entretiennent avec tout ce qu'ils peuvent trouver. Il est temps de se secouer.

    Et quoi qu'il arrive, ne vous faites pas vacciner contre quoi que ce soit et ne laissez pas non plus ceux que vous connaissez et que vous aimez le faire. Dans certains cas, cela vous imposera peut-être de sortir des rangs, mais tenez-vous à l'écart d'éventuels postes de contrôle, surtout quand ils commenceront à rendre les vaccins obligatoires.

    Avant tout, vivez au-dessus de tout cela. Continuez à vous faire entendre pour dénoncer ces mensonges et n'ayez de cesse de ranimer le courage et la prise de conscience de votre entourage, mais demeurez au-dessus de tout cela.

    Passez votre activité émancipatrice à la vitesse supérieure en maintenant l'offensive. Et préservez votre joie de vivre. C'est le meilleur des remèdes pour vos deux types d'immunité ! Il y a vraiment de quoi s'extasier. Les étoiles brillent toujours à travers la brume causée par les tracés chimiques et le soleil continue de baigner notre magnifique planète vivante de sa chaleur et de son énergie positive.

    Identifiez la situation pour ce qu'elle est mais ne gardez pas les yeux rivés sur la cage illusoire qu'ils essaient d'ériger parce que c'est qu'ils veulent que nous fassions.

    Restez dans les hautes vibrations et n'arrêtez pas de rire. Si vous saviez comme cela les rend furieux, ces sinistres personnages, lorsque vous vous moquez d'eux et combien cela nous permet de surmonter tout cela sans encombre !

    Profitez de la vague tels de jeunes surfeurs de tempête que vous êtes !

    Traduit de l'anglais par Ey@el
    © lapensinemutine.eklablog.com

    Notes et références

    1. ^ Le Grand Yaka est un personnage de Titus le Petit Lion, une série télévisée d'animation française, diffusée à la fin des années 60, racontant les aventures d'un petit lion en peluche au pays imaginaire de Jaimadire, gouverné par un souverain enturbanné aux allures de maharadjah.
    2. ^ Un mème est un élément reconnaissable relatif à la culture humaine. Cela peut être une idée, une forme, une règle de comportement, un code culturel, un symbole. Les mèmes se reproduisent par réplication (transmission orale, écrite, ou gestuelle), peuvent muter et sont en compétition darwinienne dans la sphère sociale.
    3. ^ L’Agence fédérale des situations d'urgence (FEMA) est l'organisme gouvernemental américain destiné à assurer l'arrivée des secours en situation d'urgence. Elle est rattachée au Département de la Sécurité intérieure des États-Unis, et prend en charge les grandes catastrophes naturelles et celles liées aux activités humaines qui frappent le territoire national.
    4. ^ Mot valise constitué des termes « banquier » et « gangster ».
    5. ^ Le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) est une maladie infectieuse des poumons (pneumonie) dûe au virus SARS-CoV de la famille des coronavirus. Il est apparu pour la première fois en Chine en novembre 2002, et a provoqué une épidémie en mai 2003.

    Articles connexes

    La reproduction du contenu de ce billet est strictement interdite.
    © lapensinemutine.eklablog.com. Tous droits réservés.

    Haut de page

    Bas de page

    « Voici comment les médecins classent indûment et inutilement des millions de personnes dans la catégorie des hypertendus afin de leur prescrire des médicamentsTube chêne »
    Pin It

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 8 Novembre 2014 à 16:00

    ouf, frissons désagréables...
    Ton préambule est claquant-réveillant, bien écrit et pensé, Eyael que je salue.

    Je me disais que le foin médiatique autour de, pour le moment, moins de 5'000 morts (sauf erreur) me paraissait complètement disproportionné !
    La peur, oui, je le pense aussi...

    Excellente question : d'où vient Ebola ? et j'ajoute, le SIDA ?

    2
    Samedi 8 Novembre 2014 à 18:15

    Si ça peut intéresser voici des chiffres communiqués par l'OMS et même eux n'arrivent pas à faire passer l'Ébola en tête de liste des fléaux mortels. On voit que le SIDA arrive largement en tête suivi des infections respiratoires. Le sucre demeure aussi plus dangereux que l'Ébola si l'on considère les statistiques de décès imputées au diabète en Afrique.

    http://ekladata.com/PZvD8USpXEgX7c4eFXDuGnKliBQ/1-587x329.jpg

    Lien pour agrandir l'image : http://ekladata.com/PZvD8USpXEgX7c4eFXDuGnKliBQ/1-587x329.jpg

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :