• La Matrice de contrôle lutte pour maintenir ses esclaves dans la plantation

    Haut de page

    Bas de page

    Article de Dylan Charles traduit par Ey@el

    Available in English

    Partager sur Twitter

    Cela fait plusieurs décennies aujourd'hui que des journalistes, enquêteurs, penseurs et chercheurs de vérité indépendants œuvrent pour mettre à nu la triste vérité quant à la manière dont notre monde est impunément géré, manipulé et contrôlé par une élite corporative et politique.

    Nous efforçant d'imprégner la conscience du public de ce message, nous avons écrit un nombre incalculable de livres ; financé des films, des programmes radiophoniques ou télévisés ; créé des associations, des bulletins d'information, des blogs ; organisé des réunions et rassemblements publics ; et fait tout notre possible pour éclairer les autres de ce savoir et de ces informations délibérément occultés par les sources officielles.

    La matrice, néanmoins, persiste avec son scénario parce que pour que ce paradigme de guerre, de dette, de pollution, de surveillance et d'injustice puisse survivre, nous autres la populace devons nous contenter de mener nos existences dans leur plantation de l'esprit. Nous devons rester focalisés sur leurs histoires, nous détournant ainsi de la nôtre. Nous devons rester ancrés dans leur version de la réalité inventée de toutes pièces afin de ne point aller nous atteler à créer une nouvelle voie pour nous-mêmes.

    Mais ce message de vérité et de liberté fait désormais son chemin dans la conscience du grand public où il atteint une masse critique. Et comme on pouvait s'y attendre, la matrice de contrôle lutte pour conserver la mainmise sur la réalité et la manière dont nous percevons le monde.

    Elle ne peut tout simplement pas nous laisser nous aventurer dans les contrées sauvages de l'imagination humaine parce que nous levez pour partir, comme pour tout empire, signerait son arrêt de mort. Pour provoquer sa chute, il nous suffit juste de retirer notre consentement et de cesser d'être complices.

    Et comme vous pouvez le constater, parce que nous sommes nombreux à avoir déjà tourné le dos à l'appareil de propagande corporatif/étatique, à être sortis de la caverne de Platon et avoir été au-delà de cet univers fictif ombrageux, la matrice de contrôle s'est vue contrainte de jouer sa carte prévisible, à savoir celle de la censure.

    C'est l'avènement du fameux Ministère de la Vérité tel que l'avait prédit George Orwell. La tentative de canaliser la conscience du public en censurant internet par la nomination d'une commission absurde et tendancieuse composée de l'élite corporative et médiatique. Ils veulent pouvoir duper l'humanité en faisant en sorte que la réalité que nous voyons, percevons et vivons au quotidien nous apparaisse irréelle.

    De la pure folie. Le summum de l'arrogance.

    Dans son combat, la technocratie ou tout autre agence de la matrice de contrôle va se heurter à l'évolution constante des formes de résistance créatives.

    Ils peuvent toujours bien réécrire les algorithmes de Facebook pour que les gens n'y voient plus que des lapins en peluche et des compétions sportives à la gloire des nations. Ils peuvent toujours bien qualifier tout ce qu'ils n'approuvent pas de « fausses infos ». Ils peuvent toujours bien raconter que toute opinion dissidente opère pour le compte de la Russie ou tout autre ineptie grotesque de leur cru, ils ne font que se tirer une balle dans le pied.

    La vérité, nous la connaissons déjà. Le désespoir est la force motrice de leurs nouvelles tentatives de censure.

    Les gens veulent leur émancipation, ils veulent être libres et avoir le choix. Ce sera mieux pour tout le monde si la matrice de contrôle cesse de prétendre que c'est ce qu'elle propose à l'humanité. Mieux vaut pour tous d'avancer sans se faire d'illusion quant au véritable objectif de sa mission.

    Socrate a sapé la légitimité et l'autorité morale de l'état rien qu'avec des mots. Accusé de « ne pas reconnaitre les mêmes dieux que l'état » et de « corrompre la jeunesse », il a été condamné à mort.

    Même s'ils aimeraient que nous pensions le contraire, le pouvoir d'une conscience éveillée est bien plus grand que la menace de mort. L'aspiration humaine à s'émanciper de ce monde matériel est si fort que tant de héros et martyres ont tout sacrifié pour ce rêve de liberté. C'est ce qui a poussé Socrate à boire la cigüe de son plein gré, mettant lui-même sa sentence à exécution.

    Dans un jeu de haute stratégie, obliger son adversaire à révéler sa main et à jouer ses cartes est une victoire.

    Dès que le public cesse de croire et d'obéir à sa propagande, la matrice de contrôle perd tout pouvoir et autorité. C'est ce qui est en train de se produire actuellement et même si le parcours s'avère difficile, le retour à l'esclavage est tout bonnement exclu.

    Traduit de l'anglais par Ey@el
    © lapensinemutine.eklablog.com

    Articles connexes

    La reproduction du contenu de ce billet est strictement interdite.
    © lapensinemutine.eklablog.com. Tous droits réservés.
    « Le temps presseAntidote »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 10 Janvier à 11:09

    Ça me fait penser qu'il faudrait que je reprenne mon entraînement "souplesse du dos" histoire de pouvoir refaire le ketru pour éviter les balles et autres coups en tous genres LoL

    neo

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :