• La peur d'Ébola suscite un intérêt nouveau en faveur des médecines alternatives

    Article de Jefferey Jaxen traduit par Ey@el

    Available in English

    Stephen King en avait fait la toile de fond de l'un de ses meilleurs romans, le Fléau, en 1978 ; Hollywood ne cesse de nous en abreuver depuis des décennies avec notamment Le Pont de Cassandra (1976), Alerte ! (1995), Contagion (2011) ainsi que le cinéma asiatique avec Virus (1980) et dernièrement Pandémie (2013). À la base, toujours le même scénario : un virus mortel, souvent échappé d'un laboratoire de manière accidentelle ou délibérée (la faute aux méchants terroristes), se répand à travers les États-Unis (parce que « Dieu est avec eux » ?) et menace ou parvient à décimer la planète entière à l'exception de quelques « gentils ». Aujourd'hui, ils se sont enfin mis d'accord sur le script final et EbolaGate (à surtout confondre avec la fondation du même nom) sort enfin en exclusivité sur tous vos écrans plasma, 24 heures sur 24 sur les chaines d'infos continues, au J.T., sur internet, à la une de tous les rouleaux de PQ vendus en kiosque, à la radio... bref personne n'y échappera. Reste à savoir : qui en réchappera ?

    Être, ou ne pas être, telle est la question.
    Y a-t-il plus de noblesse d’âme à subir la fronde et les flèches de la fortune outrageante, ou bien à s’armer contre une mer de douleurs et à l’arrêter par une révolte ? Mourir… dormir, rien de plus ;… et dire que par ce sommeil nous mettons fin aux maux du cœur et aux mille tortures naturelles qui sont le legs de la chair : c’est là une terminaison qu’on doit souhaiter avec ferveur. Mourir… dormir, dormir ! peut-être rêver !
    ~ Shakespeare, Hamlet, acte 3 scène 1

    Ey@el

    Dans le contexte actuel de la psychose du virus Ébola qui s'empare de l'Amérique du Nord, nous assistons à un revirement de situation stupéfiant. Les roulements de tambour de la peur dont abusent les médias grand public se sont tus pour laisser place à une symphonie d'enrichissement personnel et d'enseignement associée à un mouvement social visant à reprendre les rênes de notre liberté en matière de santé. La menace d'une pandémie a d'abord fait les gros titres, figeant ainsi des millions de personnes dans l'incompréhension. Au beau milieu de cette angoisse entretenue, des réponses ont bien été cherchées mais sans grand succès. Écœurée, la population se rue désormais vers les médias « alternatifs » et les indépendants en matière de réseaux de santé, de sites internet et d'émission de radio pour y être conseillée. Ce qu'ils découvrent est en train de nous propulser vers un nouveau paradigme sanitaire décentralisé.

    Devant les groupes pharmaceutiques qui n'en croient pas leurs yeux, partout en Amérique, des gens prennent le temps de comprendre en quoi consiste leur système immunitaire. Ils sont alors choqués de constater qu'il est affaibli, détérioré et qu'il subit des agressions quotidiennes. Tels de véritables combattants, la plupart se sentent poussés à agir et entament des recherches. Les physiothérapeutes ont coutume de dire que « la douleur est une grande source de motivation » pour décrire des patients menant une vie habituellement sédentaire jusqu'au jour où ils sont blessés. Suite à quoi, quelque chose jaillit en eux : une nouvelle passion et un respect pour le mouvement ; bouger sans douleur. Sans doute devrions-nous désormais dire qu'« Ébola est une grande source de motivation ». C'est, en effet, un électrochoc pour que les gens comprennent que le moment est venu de se nourrir plus sainement, d'élever leur système immunitaire et leur Q.I. et de mener une vie authentique renforcée, jour après jour, par la connaissance et l'action.

    Au beau milieu de cette grande tempête d'ordre (responsabilisation personnelle) née du chaos (la peur des médias), quelques coups de pouces ont été donnés. Tout d'abord, par l'actuelle série-documentaire historique, "The Quest For The Cures Continues" (La quête de remèdes se poursuit) qui, comme par hasard, explore et éclaire le fait que nous sommes en mesure de stopper l'épidémie de cancer. En effet, son deuxième épisode s'intitule "Votre première ligne de défense" et traite exclusivement de l'importance du système immunitaire. Pour ceux qui auraient besoin d'une introduction à jour ou d'un point de départ pertinent, je vous encourage, dans un premier temps, à écouter les compte-rendus des recherches et découvertes des médecins et autres professionnels de la santé. Le cancer se guérit si l'on veut qu'il le soit.

    Ensuite, il y a eu ce reportage de l'émission Frontline du réseau PBS qui est tombé à point nommé en alertant « les consommateurs du J.T. » du problème de plus en plus préoccupant de la résistance aux antibiotiques dans le traitement de certaines maladies qui se multiplient au sein de la population. Les auteurs ont conclu que leur utilisation abusive dans l'industrie de la viande en était le principal facteur. Ne ratez pas le prochain intitulé "De source officielle, l'oxygène pourrait améliorer l'existence". Là encore, il s'agit de renforcer et reconstruire son système immunitaire par des méthodes naturelles afin de ne dépendre ni des antibiotiques qui sont en train de perdre leur efficacité ni d'un milieu médical traditionnel qui considère bien trop souvent les patients comme un moyen de se faire de l'argent.

    Enfin, pour ceux dont la complaisance et l'impuissance n'auraient pas encore été ébranlées à ce stade, le dernier électrochoc leur aura été servi sur un plateau d'argent. Alors qu'ils comptaient sur le Centre pour le contrôle des maladies (CDC) pour venir à la rescousse et améliorer la situation, ils n'ont eu droit à rien de tel. Ceux qui, venant du CDC, s'attendaient à la vérité se sont heurtés à une absence totale de protocole et à une négligence médicale ahurissante face à l'éventualité d'une pandémie d'Ébola. Le tout renforcé par son silence assourdissant et son refus d'aborder publiquement la fraude dans la recherche concernant le ROR (Rougeole-Oreillons-Rubéole) et de traiter, en interne, les dénonciations en haut lieu. En outre, les conflits d'intérêts à couper le souffle, les collusions entre carrières publiques et privées et les agendas alternatifs ont de quoi rendre quiconque prêtant un tantinet attention à la saga Ébola quelque peu sceptique. Et par-dessus le marché, ne voilà-t-il pas que la recherche essentielle du journaliste chevronné Jon Rappoport nous apprend que les tests diagnostiques pour le virus ne sont « absolument pas fiables ».

    En conclusion, il est indéniable qu'Ébola présente un danger potentiel — menace illustrée par ceux qui ont succombé au virus. Il n'y a eu, pour l'instant, que peu de victimes en Amérique du Nord si l'on en croit les rapports officiels au moment où j'écris ceci. Dans les « zones critiques » au Sierra Leone, en Guinée et au Liberia, on ne sait pas exactement si l'épidémie s'est propagée de manière naturelle ou provoquée. Toutefois, il y a fort à parier que les systèmes immunitaires chez ces populations soient compromis par :

    Les guerres interminables, l'extrême pauvreté, la malnutrition, la famine, la contamination des ressources en eau, l'exposition aux produits chimiques industriels toxiques, le recours abusif nocif aux antibiotiques, les pesticides (dont certains sont interdits dans d'autres pays), les médicaments périmés conservés sans réfrigération, les vaccins (qui, lorsqu'on les administre à des personnes dont le système immunitaire ne tient plus qu'à un fil, peuvent s'avérer fatals).
    ~ Jon Rappoport

    Quoi que nous réserve l'avenir, il est temps de réparer notre santé et notre système immunitaire. Par quoi allez-vous commencer ? Voici une liste de quelques sources fiables indépendantes relatives à la santé alternative qui vous fourniront des informations presque quotidiennement (en anglais) :


    Traduit de l'anglais par Ey@el

    © lapensinemutine.eklablog.com

    La reproduction du contenu de ce billet est strictement interdite.
    © lapensinemutine.eklablog.com. Tous droits réservés.

    Haut de page

    Bas de page

    « Unité de temps windowsienneLe recul des pendules pendant l'hiver alourdit la facture énergétique »
    Pin It

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 25 Octobre 2014 à 15:30

    "menace dont en témoignent ceux qui ont succombé au virus"

    Gné ? c'est possible ça ? la résurrection à "grande" échelle serait elle arrivée et "on" ne nous l'aurait point dit ?

    2
    Samedi 25 Octobre 2014 à 16:33

    Oops, ça craint en effet ! Merci, j'ai modifié ma tournure de phrase.

    3
    Samedi 25 Octobre 2014 à 17:08

    Ah ben zut alors point de résurrection alors (avec -20 à 30 ans à négocier LoL) ? 

    C'est ballot, j'aurais presque été partant pour les lieux ousse qu'on choppe Ebola pour de vrai pour tenter le coup ...

     

    4
    Samedi 25 Octobre 2014 à 17:31

    Bah, t'inquiète : ils vont bien nous trouver autre chose pour ça ;)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :