• La psychologie des couleurs

    Article d'Ey@el

    Elle est toujours parée de couleurs
    Elle peigne ses cheveux
    Telle un arc-en-ciel
    De couleurs pénétrant l'atmosphère
    Partout
    Elle va parée de couleurs

     "She's A Rainbow", The Rolling Stones (1967)

    Comme annoncé précédemment (voir Articles connexes), cette semaine est placée sous le signe de l'arc-en-ciel. Après nous être intéressés au potentiel curatif des couleurs, examinons comment la vision chromatique influence et reflète notre état d'esprit. On parle alors de psychologie des couleurs qui est l'étude de l'incidence du spectre visible sur le comportement humain et la manière donc il modifie certaines perceptions moins évidentes comme le goût des aliments.

    Les couleurs ne sont pas une réalité physique

    Avant toute chose, il faut savoir que les couleurs n'existent que dans notre cerveau et que ce que nous interprétons comme tel n'est que le résultat de stimuli photoniques des cellules tapissant nos rétines, à savoir les bâtonnets responsables de la vision en noir et blanc et les cônes qui permettent de distinguer lesdites couleurs. En effet, la lumière qui nous vient du soleil, est formée d'une multitude de grains d'énergie, appelés photons, ayant toutes les énergies possibles entre deux valeurs extrêmes. Selon la nature chimique (moléculaire) des différentes surfaces, certains photons seront absorbés et d'autres réfléchis vers notre œil qui par l'intermédiaire des neurones enverra des informations au cerveau qui se chargera de les décoder en perceptions colorées.

    Dans l'arc-en-ciel sept teintes prédominent, mais on peut y dénombrer plus de sept cents nuances différentes car il y a autant de couleurs que de radiations visibles, autant de couleurs que d'agrégats moléculaires qui tissent la réalité visible et sur lesquels se réfléchit la lumière.
    (Source)

    Manipulations psychologiques par le biais des couleurs

    S'il est un fait bien établi que, dans la nature, le rôle des couleurs sert essentiellement à la procréation (comme les fleurs attirant les insectes pollinisateurs), les industriels, les ingénieurs sociaux, les architectes d'intérieur et les publicitaires ont été les premiers à mettre ce phénomène naturel d'attirance à profit pour orienter l'état d'esprit des personnes par ce que les psychologues appellent l'utilisation de « couleurs fonctionnelles ». Ainsi les emballages et les logos des produits commerciaux ne doivent jamais leurs teintes au fruit du hasard pas plus qu'aux goûts esthétiques de leurs concepteurs mais bel et bien au résultat d'études très poussées visant à attirer le consommateur.

    Dans l'industrie pharmaceutique, on utilise les couleurs comme placebos. Par exemple, on présente les stimulants sous forme de pilules rouges ou oranges tandis que les calmants et anti-dépresseurs seront conditionnés en bleu.

    Dans un tout autre domaine, une expérience avait été menée en l'an 2000, à Glasgow, en Écosse : la municipalité avait alors constaté un diminution significative du taux de criminalité dans certains quartiers après y avoir installé des réverbères émettant une lumière bleutée.

    Nos goûts et nos couleurs témoignent de notre état d'être

    Toutefois, si les couleurs influencent indéniablement les personnes, ces effets peuvent considérablement varier selon les individus. Les facteurs entrant le plus en jeu sont le sexe, l'age, la culture mais également la condition psychologique.

    À cet égard, des chromatothérapeutes ont élaboré un test de couleurs se basant sur les phénomènes d'attirance et d'aversion chromatiques qu'ils considèrent comme « une manifestation de l'état de notre être profond » afin de permettre l'établissement d'un bilan de santé complet.

    L’étude démontre que l’être humain associe inconsciemment à différentes couleurs, diverses parties de son corps, de son esprit et de ses émotions, il y associe aussi des symboles et des expériences particulières. Lorsque son appareil visuel est mis en contact avec une couleur, il peut éprouver une sensation de bien-être ou de mal-être selon l’état énergétique de la partie de lui-même qu’il associe inconsciemment à cette couleur. Si cette partie contient une mémoire négative ou un traumatisme, la couleur perçue peut alors rappeler à sa conscience la présence du traumatisme et amplifier le sentiment de gêne ou de douleur qui l’accompagne. Afin de maintenir l’équilibre, l’organisme rejette la couleur associée au traumatisme et engendre un phénomène compensatoire qui se traduit par une attirance pour la couleur complémentaire.

    C’est pourquoi nous pouvons dire :

    Les couleurs que nous aimons le moins correspondent à des parties de nous-mêmes traumatisées, algiques ou chargées de mémoire négative, et les couleurs que nous aimons le plus correspondent à des parties de nous-mêmes susceptibles de compenser les dysfonctionnements de nos parties blessées ou traumatisées.
    (Source)

    Tests psychologiques avec les couleurs

    Voici maintenant deux tests psychologiques que j'ai sélectionnés pour vous :

    Le premier vous propose de découvrir la couleur qui vous définit inconsciemment par le biais de 30 questions à choix multiples. Pour ma part, j'avoue avoir été, au départ, un peu stupéfaite de me voir attribuer le jaune étant donné que c'est une couleur que je déteste, mais je suis parfaitement reconnue ensuite dans l'interprétation détaillée qui accompagne ce résultat (« Et si votre curiosité intellectuelle sans limites vous porte d'un sujet à un autre avec le même enthousiasme, votre sens de la justice peut vous rendre intransigeant(e). »)

    Le second vous demande de choisir, parmi un panel de 25 couleurs organisées dans un ordre aléatoire, les 6 plus agréables à votre regard ainsi que les 6 plus déplaisantes (attention le choix doit se faire en alternance j'aime/je déteste). L'interprétation, basée sur le test du Color-O-Scope de Johannes Schneider, décrit votre situation actuelle, vos préoccupations personnelles ainsi que vos comportements et vous indique des pistes sur la manière d'aborder ces thèmes de façon constructive. Et là encore, je suis bluffée par autant de justesse d'autant que j'avais déjà effectué ce test plusieurs mois auparavant dans un tout autre état d'esprit avec un choix de couleurs différents. Un outil précieux que je vous recommande vivement.

    Je perçois tes vraies couleurs
    Qui transparaissent.
    Je perçois tes vraies couleurs
    Et c'est pourquoi je t'aime.
    Alors n'aie pas peur de les montrer
    Tes vraies couleurs
    Parce qu'elles sont magnifiques
    Comme un arc-en-ciel.

     "True Colors", Cindy Lauper (1986)

    Ey@el

    La reproduction du contenu de ce billet est strictement interdite.
    © lapensinemutine.eklablog.com. Tous droits réservés.

    Haut de page

    Bas de page

    « Arc-en-cielCréer un arc-en-ciel dans une photo »
    Pin It

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :