• Le FBI tient à jour un lexique de 83 pages de l'argot internet : c'est tellement dépassé que c'en est à la fois cocasse et effrayant

    Article de Caitlin Dewey traduit par Ey@el

    Available in English

    On n'arrête plus la progression d'Alzheimer chez les PEP (pouvoirs en place). Preuve en est cet article à la fois drôle et édifiant du Washington Post que m'a proposé Hélios du BistroBarBlog. Je précise que je n'ai pas traduit les acronymes eux-mêmes — mission impossible vu qu'il n'existe pas toujours d'équivalences en français et que contrairement au FBI (foutu bureau d'investigation), j'ai mieux à faire que de dresser des listes de codes peu usités dont personne n'a RAB (rien à battre) !

    Ey@el

    Internet regorge de néologismes si bizarres et déconcertants que personne, hormis un ado accro aux textos, ne se donnerait la peine de chercher à les comprendre. C'est pourquoi, les gens du FBI — manifestement peu désireux d'écumer l'Urban Dictionary1 comme nous autres — ont compilé, aux frais du contribuable, un lexique de l'argot internet.

    Un lexique de 83 pages comportant environ 3000 définitions.

    Ce glossaire vient d'être rendu public suite à une demande d'accès à l'information présentée par le groupe MuckRock qui a publié en ligne un PDF intitulé "Les formules abrégées sur Twitter". Contrairement à ce que son nom indique, il ne s'agit pas simplement d'argot Twitter. Comme l'explique dans son introduction l'unité de soutien à la recherche du renseignement (IRSU) du FBI, ce document fournit les rudiments des formules abrégées utilisées sur Internet, notamment sur « les messageries instantanées, Facebook et Myspace ». Comme si la référence à Myspace ne suffisait pas à prouver que les fédéraux sont un tantinet à côté de la plaque, l'IRSU promet ensuite que cette liste s'avèrera utile à la fois sur le plan professionnel et pour « rester à la page avec vos enfants et/ou vos petits-enfants » (voilà à quoi servent vos impôts !).

    On pourrait, à la rigueur, leur pardonner toutes ces gaffes sans importance si le lexique en question était au moins réussi. Certes, les opérateurs et les chercheurs du FBI ont besoin de comprendre l'argot internet car c'est sur la toile que se commettent les crimes de nos jours. Mais dans les 10 premières lignes, on trouve des choses comme... ALOTBSOL (« toujours voir la vie du bon côté ») et AMOG (« mâle dominant du groupe »).

    Pour information, ALOTBSOL a été utilisé moins de 500 fois en huit ans d'existence de Twitter. Pour ce qui est d'AMOG, il a été encore moins employé mais principalement en espagnol... apparemment une formulation erronée de « amor » et « amigo »2.

    Voici quelques-uns des autres termes ingénieux que le FBI considère comme de l'argot internet incontournable :

    • AYFKMWTS (« Tu te fous de ma gueule avec cette daube ? ») — 990 tweets
    • BFFLTDDUP (« Meilleurs amis pour la vie jusqu'à ce que la mort nous sépare ») — 414 tweets
    • BOGSAT (« Une bande de mecs assis en train de discuter ») — 144 tweets
    • BTDTGTTSAWIO (« J'y étais, je l'ai fait, j'ai acheté ce T-shirt et je l'ai porté jusqu'à l'usure ») — 47 tweets
    • BTWITIAILWY (« Au fait, je crois que je suis amoureux de toi ») — 535 tweets
    • DILLIGAD (« Est-ce que j'ai l'air d'en avoir quelque chose à branler ? ») — 289 tweets
    • DITYID (« Est-ce que je t'ai dit que j'étais dépressif ? ») — 69 tweets
    • E2EG (« Sourire radieux ») — 125 tweets
    • GIWIST (« Waoh, comme j'aimerais avoir dit ça ») — 56 tweets
    • HCDAJFU (« Il pourrait faire un truc pour nous ») — 25 tweets
    • IAWTCSM (« Je suis tellement d'accord avec ce commentaire ») — 20 tweets
    • IITYWIMWYBMAD (« Si je te dis ce que ça veut dire, tu m'offres un verre ? ») — 250 tweets
    • LLTA (« Des tonnerres d'applaudissements ») — 855 tweets
    • NIFOC (« Tout nu devant l'ordinateur ») — 1065 tweets, la plupart faisant référence à des guides sur les acronymes comme celui-ci.
    • PMYMHMMFSWGAD (« Excusez-moi, vous devez me confondre avec quelqu'un qui en a quelque chose à foutre ») — 128 tweets
    • SOMSW (« On regarde par-dessus mon épaule ») — 170 tweets
    • WAPCE (« Les femmes sont une concentration de mal à l'état pur ») — 233 tweets, peu étant en rapport avec les femmes
    • YKWRGMG (« Tu sais ce qui me tape vraiment sur le système ? ») — 1204 tweets

    À leur décharge, ils ont tout de même vu juste pour quelques trucs : « crunk » est bien défini comme « cinglé et ivre », « FF »3 est « une recommandation à suivre quelqu'un référencé dans le tweet » — et tout un éventail de jargon internet est traduit par son équivalent en anglais correct : « hafta » pour « devoir », « ima » pour « je vais » et « kewt » pour « mignon ».

    Il reste à espérer que les personnes chargées d'enquêter sur les délits fédéraux puissent déchiffrer ce genre de choses à l'aide d'indices contextuels... mais l'étendue de la toile est vaste et vertigineuse ! Et comme en attestent de nombreux cas récents, la loi, ainsi que ceux chargés de la faire respecter, accuse un énorme retard en matière de technologie et pour tout ce qui a trait à cette culture — au grand dam des personnes qui, dans ces espaces, ont besoin d'aide.

    Alors même si ce lexique pourrait me faire XDR (« exploser de rire »), c'est un sujet grave quand on y pense.

    Traduit de l'anglais par Ey@el
    © lapensinemutine.eklablog.com

    Notes et références

    1. ^ Urban Dictionary : dictionnaire d'argot anglophone en ligne auquel j'ai parfois recours pour mes traductions.
    2. ^ Amor (amour) et amigo (ami).
    3. ^ En fait, à la rubrique FF de l'Urban Dictionary, on trouve un nombre incalculable de significations différentes pour ce simple acronyme !
    La reproduction du contenu de ce billet est strictement interdite.
    © lapensinemutine.eklablog.com. Tous droits réservés.

    Haut de page

    Bas de page

    « La minute d'allocution de Jim Carrey qui pourrait changer votre vie Solstice d'été »
    Pin It

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :