• Le risque d'embrasser les ténèbres en combattant le côté obscur

    Article d'Angela Pritchard traduit par Ey@el

    Available in English

    La simple vision du sombre flux des programmes mondiaux renversant la bienveillance, la vérité et la liberté dans le monde entier suffit amplement à provoquer le courroux, la négativité voire la rage chez n'importe qui. Nous, les humains, ainsi que nos droits à tous, sommes assiégés et la riposte la plus courante à l'attaque est soit la colère et l'agressivité ou bien la peur et le repli — basée sur la réaction primaire de lutte ou de fuite. Même si l'on a parfois l'impression qu'il n'y a pas d'autre moyen de riposter, en agissant de quelque manière que ce soit sous le coup de la violence ou de la haine, nous courons le risque de devenir exactement ce que nous cherchons à vaincre.

    En revanche, il existe un autre réponse qui nous permettra quand même de résister et de nous défendre face aux ténèbres en opérant depuis notre conscience du soi. Elle est enseignée depuis des temps anciens et a même été utilisées par les chevaliers Jedi de la saga cinématographique de la Guerre des Étoiles. Elle requiert une certaine discipline intérieure et donne accès à l'intelligence et au pouvoir de l'amour, un élément crucial pour triompher des attaques ténébreuses.

    La colère mène au côté obscur

    Souvenez-vous de cette fameuse scène du Retour du Jedi dans laquelle Luke Skywalker affronte Dark Vador au combat.

    Le diabolique seigneur Sith, Dark Sidious, l'encourage à se servir de son agressivité et de sa haine pour se battre contre son père. C'est une ruse car il sait très bien qu'en se dressant contre le mal avec inimitié, Luke succombera au côté obscur parce que la haine et la colère sont l'essence même des ténèbres. Les entités interdimensionnelles dont le sombre dessein est de s'emparer du monde, comme les Sith de la Guerre des Étoiles, utilisent la puissance du côté obscur de « la force », qui est la lumière — l'essence de l'univers et de la création — inversée par le recours à la haine plutôt qu'à l'amour (c'est pourquoi en voyant des symboles de lumière inversée, on sait que les probabilités sont fortes pour que des mages noirs en soient à l'origine).

    Luke doit lutter pour maitriser sa propre rage et puiser, au contraire, dans le côté lumineux de « la force » qui est l'amour. Il devient ainsi un véritable Jedi en s'opposant au mal mais du point de vue de l'amour et non de haine, en préférant mourir plutôt que de succomber au côté obscur.

    On retrouve le même thème chez J.R.R. Tolkien dans la trilogie du Seigneur des Anneaux où les personnages sont mis à l'épreuve en se faisant tenter par le pouvoir de l'anneau qui leur donnerait accès aux puissances étendues des ténèbres, leur permettant enfin de se libérer, eux et leur peuple, du joug du mal qui cherche à les asservir tous. Comme dans la Guerre des Étoiles, les héros et héroïnes de l'histoire doivent résister à l'envie d'affronter « le côté obscur » en utilisant le pouvoir des ténèbres, se servant au lieu de cela, de ceux de la lumière tels que l'amour, le courage et l'amitié véritable. Ceux qui succombent à combattre le mal par le mal deviennent la chose même qu'ils se destinaient à détruire à l'origine.

    Dans le Seigneur des Anneaux, le personnage de Boromir est tenté par les pouvoirs obscurs émis par un anneau maléfique surnaturel. Chaque protagoniste de l'histoire est testé de manière symbolique en étant exposé à l'anneau qui fait ressortir le désir de cupidité, d'égoïsme, de pouvoir et de contrôle par la force et la domination qui se cache en chaque homme.

    Lucas et Tolkien ont tous deux étudié les religions et les enseignements spirituels anciens et importé dans la culture populaire l'essence de la lutte entre le bien et le mal que l'on retrouve dans les messages de Jésus, Krishna et Lao-Tseu.

    La haine finit par nous monter les uns contre les autres

    Même si nous montrer insultants, haineux et amers envers ceux qui nous ont attaqués et blessés peut nous sembler totalement justifié, nourrir de la malveillance et de l'inimitié même à l'encontre du plus perfide criminel de la terre, n'en entretient pas moins l'énergie de la haine à l'intérieur de soi, faisant croître à mesure la rage qui se met à devenir incontrôlable. Dénigrer et blesser ceux qui nous font du mal peut même générer un sentiment de satisfaction ; nombreux sont ceux qui, se sentant impuissants face à ceux dont les actes restreignent la liberté des êtres humains, recourent à divers moyens pour évacuer leur colère et leur frustration.

    Aussi inoffensif que ce déversement puisse sembler, entretenir la haine à l'intérieur finit par mettre en danger celui qui se se livre à la colère car se réjouir de blesser autrui est quelque peu démoniaque en soi. Les entités diaboliques à l'origine du sombre programme international prennent plaisir à voir les autres souffrir et quiconque nourrit cela passe du côté obscur aussi altruiste son intention soit-elle. Cette rage peut aisément monter les individus les uns contre les autres même chez ceux qui participent activement à la lutte pour la vérité car la colère s'enflamme plus facilement et se met à attaquer toute personne en désaccord, générant des querelles intestines et brisant l'harmonie parmi ceux qui sont censés inculquer au monde des principes supérieurs. Partout où existe un tel clivage, l'efficacité du combat contre les ténèbres s'en trouve compromise.

    Dans cet extrait du Seigneur des Anneaux, notez comment le pouvoir des ténèbres semble se nourrir de la colère entre ceux qui veulent faire le bien. J.R.R. Tolkien a tissé une incroyable intrigue métaphorique dans laquelle toutes les races de la terre doivent travailler de concert à combattre la progression des objectifs du mal.

    Pouvons-nous vraiment remporter cette bataille — comme n'importe laquelle d'ailleurs — avec la colère comme moteur ? En nous dressant contre la haine de ceux qui nous asservissent par le biais de leur propre énergie haineuse, nous pourrions nous transformer exactement en ce contre quoi nous luttons. Et à quoi bon se battre de toute manière si c'est pour passer le reste de notre vie dans l'amertume et le courroux ?

    Les observateurs passifs restent calmes mais ne progressent pas

    En pleine guerre entre le bien et le mal, baser ses actions du point de vue de son intégrité intérieure relève pour le moins d'une extrême difficulté alors même que les pulsions animales sont exhortées à remonter à la surface de manière instinctive et compulsive, éclipsant la conscience ce faisant. S’opposer au mal peut faire ressortir des réactions psychologiques des plus primitives et des plus brutales chez un être humain y compris le désir de se venger, de voir les autres souffrir et de tuer sauvagement. Nombreux sont ceux qui se retirent de cette confrontation et des réponses qu'elle engendre afin de maintenir un sentiment de paix en évitant tout conflit et en ne s'impliquant pas. Être bien pensant et prier pour une issue favorable à l'abri dans les coulisses est chose aisée ; de même qu'il est facile pour ces gens de se montrer et se sentir supérieurs à ceux qui subissent les réactions psychologiques que leur opposition active au mal suscite.

    Le désir d'un monde meilleur doit malgré tout se traduire dans les faits, ce qui signifie à proprement parler que nous devons sortir au grand jour et agir. Si nous respectons les valeurs de la lumière, de la vérité et de la bienveillance, nous avons également le devoir de les défendre contre les ténèbres sans quoi le bien sera purement et simplement éradiqué de la planète comme l'entend le mal. Ce faisant, ceux qui s'y opposent doivent affronter leur moi véritable car c'est uniquement par le biais de cette confrontation que le côté obscur de notre propre psychologie remonte à la surface, devenant ainsi visible et transformable. Le gros de la bataille consiste à vaincre ses ténèbres intérieures pour aboutir à un véritable changement et une évolution spirituelle.

    Les textes sacrés anciens font part de la philosophie de l'action dépourvue de haine

    Parmi les enseignements les plus importants au monde à ce sujet, il y a ce fameux texte du Bhagavad-Gita dans lequel Krishna révèle une série de vérités profondes au prince Arjuna sur la nature de la réalité avant d'aller livrer bataille à Kurukshetra. Une philosophie incroyable y est exposée, reprise par le Jedi de la Guerre des Étoiles, qui parle d'affronter les ténèbres du point de vue de la compassion et du détachement. La bonne conduite à adopter n'y est nullement de s'enfuir pour éviter la confrontation ni de combattre dans la haine et la rage — Krishna enseigne plutôt à Arjuna ce que l'on appelle la Voie de l'Action Juste.

    La colère induit l'illusion provoquant la perte de mémoire qui à son tour ébranle la raison dont la perte conduit à la destruction. Mais l'âme qui sait se maitriser et se déplace libre de tout attachement ou répulsion à travers les objets des sens, obtient la Paix éternelle. Ayant trouvé la tranquillité, il se libère de la misère ; car à l'esprit qui accède au repos, le bon discernement s'ensuit.
    ~ Krishna, le Bhagavad-Gita

    On retrouve la même philosophie dans le texte chinois ancien du Tao Te Ching :

    Les personnes qui n'ont pas encore évolué sont désireuses d'agir par la force mais le taoïste privilégie la paix et la quiétude. Il sait que chaque être est issu des entrailles du Tao. Ce qui veut dire que ses ennemis sont d'abord ses frères et sœurs avant d'être des adversaires. Ainsi il n'a recours aux armes qu'en cas d'extrême nécessité et ne s'en sert qu'avec la plus grande retenue. Il n'éprouve aucun plaisir à la victoire parce s'en réjouir revient à se délecter de tuer. Quiconque se complait dans le meurtre ne connaitra pas le succès en ce monde.
    ~ Lao-tzu, Tao Te Ching

    Dans les Évangiles, Jésus est aussi présenté comme s'opposant aux ténèbres mais en adoptant le point de vue de l'amour.

    Vous avez appris qu'il a été dit : Tu aimeras ton prochain, et tu haïras ton ennemi. Mais moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent, afin que vous soyez fils de votre Père qui est dans les cieux ; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes.
    ~ Jésus, Matthieu 5:43

    L'amour est un état d'être intérieur ; il est certes difficile de parvenir à l'éprouver pour ceux qui nous ont blessés et de ne nourrir aucun ressentiment ni animosité envers quiconque, quoi qu'ils aient pu faire, mais le jeu en vaut la chandelle puisqu'il nous permet de transformer en état d'être permanent ce sentiment qui, autrement, ne s'éveille qu'au contact sélectif de certaines personnes à certains moments.

    Le pouvoir de l'amour et de la conscience

    Parfois, le recours à la colère, aux insultes et aux réactions semble être la seule façon de lutter pour la vérité, la liberté et la justice. Toutefois ces dernières ne sauraient être l'objectif final à accomplir par tous les moyens. Auquel cas elles ne feront que demeurer à l'état d'idéal inaccessible car pour être atteintes, elles doivent également ÊTRE l'instrument.

    Être en mesure d'aborder ceux qui se livrent à des activités nuisibles de manière consciente, juste et détachée permet l'émergence de l'intelligence de l'amour et une plus grande efficacité dans nos actions. Là où la colère et la haine nous rendent compulsifs, réactifs et violents, le détachement et la conscience nous confèrent la possibilité de percevoir une situation sans se laisser troubler par l'émotion et de pouvoir agir au mieux. Il est parfaitement possible d'éprouver de l'amour envers ceux qui nous ont blessés tout en ayant un comportement juste en nous protégeant d'eux. Ainsi l'amour se transforme en état permanent et en manière d'être au lieu d'un simple sentiment passager.

    L'amour est souvent perçu comme romantique et mièvre alors que l'agressivité confère une aura de force et de courage. Toutefois la découverte qu'il s'agit totalement de l'inverse a de quoi surprendre. L'amour véritable provient de la conscience intérieure et donne du courage, de la force et de l'intelligence authentiques qui ne dépendent pas de l'extérieur et permettent de surmonter même les plus grandes épreuves là où l'agressivité ne fait que gonfler une personne qui s'avèrera au final très faible en elle-même et contrôlée par les extrêmes de la colère et de la peur qui dépendent entièrement des circonstances extérieures.

    Défendre le bien contre le mal est d'une importance capitale et une chose merveilleuse mais, en définitive, si nous ne nous libérons pas de notre propre colère, de notre haine et de nos ressentiments, peu importe envers qui dans nos vies, alors nous perdrons notre guerre intérieure. Comme il a été découvert dans de nombreux enseignements anciens sacrés, la bataille, au sens le plus vrai, s'adresse aux ténèbres qui sont en nous, ce qui est d'ailleurs la finalité de cette lutte intemporelle entre le bien et le mal qui sévit de par le monde.

    Traduit de l'anglais par Ey@el
    © lapensinemutine.eklablog.com

    Articles connexes

    La reproduction du contenu de ce billet est strictement interdite.
    © lapensinemutine.eklablog.com. Tous droits réservés.

    Haut de page

    Bas de page

    « Tube barrièreClair et obscur »
    Pin It

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :