• Le soir du Nouvel An

    Article d'Ey@el et texte de DeMerkastel traduit par Ey@el

    Available in English

    Ah, les maudits rites hypocrites et leurs cohortes de résolutions de pochtrons qui ne survivent pas à la langue gueule de bois du lendemain matin ! Afin de limiter les dégâts potentiels et relever un peu le niveau vibratoire pour ce passage à l'an neuf, voici donc une dose de mon antidote favori : la musique. Un bon digestif offert par mon vieux pote François alias E-Rocket — déjà présenté cet été (voir Articles connexes) — et concocté, peinard, bien au chaud pendant que bibi affrontait bravement cette fichue tempête de neige dehors (bon ça va, je n'ai pas erré quarante jours et quarante nuits non plus). Et avant de partir, n'oubliez pas de remercier votre hôte et de laisser un pourboire pour le serveur — quelques coms ça ira.

    New Year's Eve

    E-Rocket

    Le soir du Nouvel An,
    On est tous amis,
    On se tient par la main
    Et on se souhaite le meilleur
    Pour la nouvelle cuvée.
    C'est le soir du Nouvel An.

    Le soir du Nouvel An,
    Il est bon de se réunir,
    Passer la nuit ensemble.
    Les étoiles sont si étincelantes,
    Loin des combats.
    C'est le soir du Nouvel An.

    Le soir du Nouvel An,
    On fait des promesses
    Au monde entier
    Et toutes sortes de vœux
    En guise d'armure dorée
    Pour passer l'hiver.
    C'est le soir du Nouvel An.

    Pourquoi aurions-nous besoin
    De dates dans un calendrier
    Pour avoir foi
    Et donner de l'amour ?
    Comme j'aimerais que
    Nous soyons tous unis !

    Le soir du Nouvel An,
    Tout le monde,
    Peu importent les circonstances,
    La manière ou le jour,
    Tout va bien.
    C'est le soir du Nouvel An.

    C'est le soir du Nouvel An
    Et il pourrait en être ainsi
    Pour tout le monde
    Chaque jour,
    Faire de notre mieux
    Pour arranger les choses.
    C'est le soir du Nouvel An.

    C'est le soir du Nouvel An.

    © François Demercastel, 1985

    Traduit de l'anglais par Ey@el
    © lapensinemutine.eklablog.com

    À propos de cette chanson

    « Ce morceau a été écrit durant une tempête de neige de l'hiver 84-85 dans une salle remplie de statues de marbre » nous dit François. Elle serait la résultante d'une sorte de « boeuf construit » entre amis musiciens que vous pouvez écouter ICI pour comparer avec la dernière version en date ci-dessus.

    Entre temps, il y a eu une version plus sobre souvent incluse au répertoire des Calltranes, le groupe dans lequel il officia au début des années 90 et que vous pourrez également écouter  en live.

    « En fait, cette chanson n'est jamais restée loin du haut de mon tiroir à compos »  avoue-t-il, « car j'en ai plein d'avance, ce qui me rend fainéant pour en composer de nouvelles. Pour qui ? Pour quoi ? Elle ressort donc régulièrement dans mes petites idées de tests sonores. »

    Expérimentations dont voici encore un exemple assez différent avec une maquette entièrement réalisée par ses soins, chez lui, et qu'il estime lui correspondre davantage aujourd'hui.

    Alors laquelle préférez-vous ? Vous avez jusqu'à l'année prochaine pour lui faire savoir.

    Ey@el

    Articles connexes

    La reproduction du contenu de ce billet est strictement interdite.
    © lapensinemutine.eklablog.com. Tous droits réservés.

    Haut de page

    Bas de page

    « Projet Eklabugs : Déviances de fin d'annéeLa vie en rose »
    Pin It

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :