• Les 13 propriétés médicinales avérées de l'huile de coco

    Article de Sayer Ji traduit par Ey@el

    Available in English

    Bien que l'huile de coco se soit extirpée du bourbier de misconceptions dans lequel elle était enlisée ces dernières années, elle est encore loin de recevoir l'appréciation qui lui est due. Non contente de faire partie des « bonnes » graisses saturées, c'est également un agent de guérison exceptionnel avec des tas d'applications utiles en matière de santé.

    En voici quelques exemples :

    1. Brûle-graisses

    Quelle ironie, n'est-ce pas ? Des lipides saturés pouvant accélérer la fonte des graisses de la section médiane (la catégorie la plus dangereuse). Nous disposons maintenant de deux études sérieuses sur des êtres humains qui démontrent que deux cuillerées à soupe par jour (30 ml), pour les hommes comme pour les femmes, suffisent à réduire à les graisses abdominales en l'espace de un à trois mois.

    2. Stimulant cérébral

    La fameuse étude publiée en 2006 dans la revue Neurobiology of Aging (la neurobiologie du vieillissement) a prouvé que l'administration de triglycérides à chaîne moyenne (que l'on trouve en abondance dans l'huile de coco) chez 20 sujets souffrant d'Alzheimer ou de troubles cognitifs légers augmentait de façon notable la concentration en corps cétoniques (au bout d'à peine 90 minutes après ingestion), se traduisant par une amélioration mesurable des fonctions cognitives chez les moins atteints.i

    3. Anti-poux

    Mélangée à de l'anis et vaporisée, l'huile de coco s'est avérée un bien meilleur insecticide que la perméthrine (43%).ii

    4. Cicatrisant

    On se sert de l'huile de coco pour guérir les blessures depuis des temps immémoriaux. Trois mécanismes expliquant ses vertus cicatrisantes on été identifiés : sa faculté d'accélérer la ré-épithélialisation, d'améliorer l'activité des enzymes antioxydants et de stimuler plus fortement les liaisons croisées du collagène à l'intérieur du tissu à réparer.iii Elle s'est même avérée agir en synergie avec des traitements conventionnels comme la sulfadiazine argentique pour accélérer la cicatrisation des brûlures. iv

    5. Alternative aux anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS)

    Il a été démontré que l'huile de coco avait des propriétés anti-inflammatoires, analgésiques et antipyrétiques.v

    6. Activité anti-ulcéreuse

    Fait intéressant, le lait de coco (qui contient de l'huile de coco) s'est avéré aussi efficace que le sucralfate, le médicament que l'on prescrit habituellement comme agent anti-ulcéreux associé aux AINS.vi

    7. Antifongique

    En 2004, 52 souches d'espèces différentes de Candida ont été exposées à de l'huile de coco. La plus connue, celle du Candida albicans, s'est avérée la plus sensible. Les chercheurs en ont conclu que « compte tenu de l'apparition d'une résistance aux drogues médicamenteuses de certaines espèces de Candida, l'huile de coco devrait être utilisée pour traiter les infections fongiquesvii

    8. Renforçateur de testostérone

    Des tests effectués sur des rats ont permis de découvrir que l'huile de coco réduisait le stress oxydatif, ce qui avait pour effet d'augmenter considérablement les niveaux de testostérone.viii

    9. Réducteur de l'adénome prostatique

    Chez les rats, l'huile de coco s'est avéré réduire le gonflement bénin de la prostate induit par la testostérone.ix

    10. Amélioration des lipides sanguins

    L'huile de coco améliore considérablement le rapport entre le bon (HDL) et le mauvais (LDL) cholestérol dans le sang de ceux qui en consomment. Compte tenu de cela, on ne peut plus l'accuser d'être « une graisse saturée qui bouche les artères ».

    11. Absorption des aliments liposolubles

    On a récemment découvert que l'huile de coco était supérieure à celle de carthame pour améliorer l'absorption des caroténoïdes de la tomate.x

    12. Santé osseuse

    Il a été démontré que l'huile de coco réduisait le stress oxydatif à l'intérieur des os, ce qui pourrait prévenir tout dommage structurel en cas d'ostéoporose.xi [Note : l'ostéoporose est un mythe telle qu'on la définit actuellement par les mesures de densitométrie]

    13. Protection solaire

    L'huile de coco s'avère bloquer 30% des rayons UV. Il faut garder à l'esprit que c'est une bonne chose dans la mesure où ce sont les UVA qui abiment la peau alors que les UVB sont extrêmement bénéfiques (lors d'une exposition modérée).i Veuillez consulter la liste des autres huiles faisant office d'écrans solaire.

    Bien entendu, lorsque l'on parle de l'huile de coco, il n'est question que d'une seule partie du fruit de ce palmier incroyable qu'est le cocotier car pour chacun de ces composants dont les fibres issus de sa coque, ses protéines et son eau, des applications thérapeutiques ont pu être validées par des expériences.

    Traduit de l'anglais par Ey@el
    © lapensinemutine.eklablog.com

    Sources

    1. Mark A Reger, Samuel T Henderson, Cathy Hale, Brenna Cholerton, Laura D Baker, G S Watson, Karen Hyde, Darla Chapman, Suzanne Craft . Effects of beta-hydroxybutyrate on cognition in memory-impaired adults. Neurobiol Aging. 2004 Mar;25(3):311-4. PMID: 15123336
    2. Ian F Burgess, Elizabeth R Brunton, Nazma A Burgess . Clinical trial showing superiority of a coconut and anise spray over permethrin 0.43% lotion for head louse infestation, ISRCTN96469780. Eur J Pediatr. 2010 Jan ;169(1):55-62. Epub 2009 Apr 3. PMID: 19343362
    3. K G Nevin, T Rajamohan . Effect of topical application of virgin coconut oil on skin components and antioxidant status during dermal wound healing in young rats. Skin Pharmacol Physiol. 2010 ;23(6):290-7. Epub 2010 Jun 3. PMID: 20523108
    4. Pallavi Srivastava, S Durgaprasad. Burn wound healing property of Cocos nucifera: An appraisal. Indian J Pharmacol. 2008 Aug;40(4):144-6. PMID: 20040946
    5. S Intahphuak, P Khonsung, A Panthong. Anti-inflammatory, analgesic, and antipyretic activities of virgin coconut oil. Pharm Biol. 2010 Feb;48(2):151-7. PMID: 20645831
    6. R O Nneli, O A Woyike. Antiulcerogenic effects of coconut (Cocos nucifera) extract in rats. Phytother Res. 2008 Jul;22(7):970-2. PMID: 18521965
    7. D O Ogbolu, A A Oni, O A Daini, A P Oloko. In vitro antimicrobial properties of coconut oil on Candida species in Ibadan, Nigeria. J Med Food. 2007 Jun;10(2):384-7. PMID: 17651080
    8. Graciela E Hurtado de Catalfo, María J T de Alaniz, Carlos A Marra. Dietary lipids modify redox homeostasis and steroidogenic status in rat testis. Phytother Res. 2010 Feb;24(2):163-8. PMID: 18549927
    9. María de Lourdes Arruzazabala, Vivian Molina, Rosa Más, Daisy Carbajal, David Marrero, Víctor González, Eduardo Rodríguez. Effects of coconut oil on testosterone-induced prostatic hyperplasia in Sprague-Dawley rats. J Pharm Pharmacol. 2007 Jul;59(7):995-9. PMID: 17637195
    10. Lauren E Conlon, Ryan D King, Nancy E Moran, John W Erdman. Coconut Oil Enhances Tomato Carotenoid Tissue Accumulation Compared to Safflower Oil in the Mongolian Gerbil (Meriones unguiculatus). J Agric Food Chem. 2012 Aug 7. Epub 2012 Aug 7. PMID: 22866697
    11. Mouna Abdelrahman Abujazia, Norliza Muhammad, Ahmad Nazrun Shuid, Ima Nirwana Soelaiman. The Effects of Virgin Coconut Oil on Bone Oxidative Status in Ovariectomised Rat. Evid Based Complement Alternat Med. 2012 ;2012:525079. Epub 2012 Aug 15. PMID: 22927879

    Articles connexes

    La reproduction du contenu de ce billet est strictement interdite.
    © lapensinemutine.eklablog.com. Tous droits réservés.

    Haut de page

    Bas de page

    « L'ultime rivageLà où les rues ont de drôles de noms »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :