• Les bugs de l'été

    Article d'Ey@el

    Satanés « BUGs » (bestioles ultra-gênantes) qui nous pourrissent la vie ! Je ne sais pas pour vous mais moi, être obligée de me couvrir de la tête aux pieds et de dormir sous un filet pour me protéger d'un raid de cousins sanguinaires armés jusqu'aux trompes, ça me file le bourdon et des papillons dans l'estomac. Quoi qu'il en soit, plus question de me faire plus petite qu'une fourmi ni de me trainer lamentablement comme une larve. Non, contre le cafard, il faut se secouer les puces au risque de réveiller son araignée qui sommeille au plafond.

    « Entre donc dans mon parloir », fit l'Araignée à la Mouche.
    « C'est le plus joli que tu aies jamais vu.
    On y accède par un escalier en colimaçon
    Et j'aurai des tas de choses étranges à te montrer lorsque tu y seras. »

    "The Spider And The Fly", Mary Howitt (1829)

    Les mouches à m...

    Ah, ces grosses mouches qu'on trouve toujours dans la pommade1, qui ne feraient aucun mal à une de leurs congénères mais qui ont le don de nous la faire prendre (la mouche). Après, il y a celles, pas fines, qui vont vous asticoter sans arrêt en vous demandant laquelle vous a piqué. Punaise, comme si je les connaissais toutes, moi, les mouches !

    En retour, je leur balance généralement une de ces réponses pas piquées des hannetons (les vers, j'évite rapport aux asticots, ça peut fâcher) comme quoi il faudrait voir à ne pas venir me chercher des poux sinon gare. Ce qui me vaut inévitablement ensuite de me faire taxer de teigne. Je sais bien qu'on ne prend pas les mouches avec du vinaigre, mais bon. Quand on cherche la petite bête, ça a tendance à m'échanger le bourdon contre les abeilles2, si vous voyez ce que je veux dire — sinon référez-vous aux notes de bas de page qui, au contraire des puces, ne sont pas faites pour les chiens. Ceci dit, « quand on se couche avec des chiens, on se lève avec des puces. »

    Je suis une mouche
    Posée là sur sa bouche
    Je n'avais d'yeux que pour elle
    Mais elle voulait
    Que je me tire à tire d'ailes

    ♫ "La Mouche", Michel Polnareff (1972)

    Pas folle la guêpe

    Avec tout ça, pas étonnant que je finisse excitée comme une puce (ou un pou, les deux ça gratte de toute manière), des fourmis dans les jambes, à gigoter comme un asticot. Oui, je suis piquée de la tarentule3, et alors ? D'aucuns, mauvais comme des punaises, ne se gêneront pas non plus pour insinuer que j'ai sûrement un moustique dans la boite à sel à faire la chenille4 comme ça toute seule, sans musique, alors qu'on n'entend même pas une mouche voler. C'est toujours mieux que de rester plantée là à les gober (les mouches) ou à mesurer le saut des puces.

    D'ailleurs celui qui est endormi devrait prendre garde à la fourmi5. On ne sait jamais avec tous ces mouchards planqués partout à notre insu insoupçonné. Et à voir ladite bestiole déambuler comme ça, toute frétillante, tandis que toutes les autres tombent comme des mouches sous l'effet de la chaleur, il y a vraiment de quoi vous mettre la puce à l'oreille même si en l’occurrence — du moins en ce qui concerne nos ordinateurs — ce serait plutôt l'inverse (une oreille dans la puce).

    À ce propos, vous ignoriez sans doute que les premiers ordinateurs fonctionnaient avec des ampoules et que les insectes attirés par la lumière, allaient s'écraser dessus, occasionnant ainsi des dysfonctionnements que l'on nomma alors « bugs » (insectes).

    Je suis une mite
    Qui veut juste partager ta lumière
    Je ne suis qu'un insecte
    Essayant de sortir de la nuit
    Je m'accroche à toi uniquement
    Parce qu'il n'y a personne d'autre

    ♫ "All I Need", Radiohead (2008)

    Le plus beau papillon n’est qu’une chenille habillée

    En ligne d'abeille6, cela me rappelle cet étrange couple désassorti aperçu sur un bateau-mouche en allant aux puces avec ma coccinelle. Elle, une grande sauterelle en chenilles7, à la taille de guêpe — une vraie cigale. Lui, poids-mouche, un nœud papillon ridicule autour du cou, laid comme un pou — prêt à en écorcher un autre (pou) pour en avoir la peau8.

    Aucun rapport avec ce qui précède mais il fallait bien que je les case quelque part. Quant à la suite de l'histoire, vous n'aurez qu'à l'imaginer car quelqu'un vient de se pointer avec une bombe d'insecticide et du coup, il ne reste plus aucune bestiole pour la terminer. Vous aurez beau tout essayer pour me tirer les vers du nez, je ne dirai rien. Après tout, le miel est doux, mais l’abeille pique9.

    Ey@el

    Notes et références

    1. ^ Expression anglaise : « A fly in the ointment » (un cheveu sur la soupe).
    2. ^ « Avoir les abeilles » : être très en colère.
    3. ^ Être très agité, éprouver un grand engouement pour quelque chose.
    4. ^ Farandole.
    5. ^ Il vaut mieux être sur ses gardes en toutes circonstances.
    6. ^ En ligne droite.
    7. ^ En tenue négligée.
    8. ^ Faire preuve d'une avarice sordide.
    9. ^ Il faut parfois souffrir pour profiter d’un plaisir.

    Articles connexes

    La reproduction du contenu de ce billet est strictement interdite.
    © lapensinemutine.eklablog.com. Tous droits réservés.

    Haut de page

    Bas de page

    « Les pissenlits par la fleurTélex planétaire »
    Pin It

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :