• Les symptômes : le langage subtil du corps

    Article du Dr Glen Dupree traduit par Ey@el

    Available in English

    Notre monde est plein de subtilités à côté desquelles le tourbillon de la vie moderne nous fait souvent passer. La plupart du temps, nous ne voyons que le plus évident en pensant que cela suffit — et nous ratons l'enchevêtrement d'événements et d'objets plus subtils qui l'accompagnent mais qui n'apparaissent pas à l'observateur non averti. Nous estimons que ce qui est bien visible représente toute l'étendue du mal et nous commettons l'erreur d'ignorer « l'envers du décor ».

    Cette approche s'avère suffisante pour la plupart de ce qui touche au vécu — elle nous permet de fonctionner dans ce monde sans nous enliser dans les questions existentielles.

    Toutefois, en médecine et pour la compréhension du processus des maladies, je pense que cette conception de la vie nous a beaucoup induits en erreur en nous conduisant à prendre les symptômes visibles pour la pathologie dans son ensemble. Ce qui nous a fait aboutir à la conclusion qu'en supprimant l'expression desdits symptômes, nous viendrions à bout du mal.

    Mais considérons un instant ce qui se cache derrière.

    L'organisme, indépendamment de la race ou de l'espèce, est un phénomène complexe. Nous pouvons voir, sentir, toucher et mesurer le corps physique mais il ne représente qu'une partie de l'être dans sa totalité. La force vitale subtile, cette énergie qui sépare les vivants des morts, n'a rien de tangible ni de mesurable mais n'en est pas moins importante pour autant. C'est au niveau de cette base énergétique que l'on découvre les flux et reflux de la vie, les schémas qui finissent par affecter le corps physique en prenant une forme concrète. S'ils sont souples et harmonieux, ce dernier reflètera un état de santé positif. S'ils sont perturbés et chaotiques, il affichera toute une série de symptômes de « mal-être »1.

    La plupart des techniques de guérison traditionnelles font état de cette force vitale et de son importance pour la santé. On l'appelle Qi, Ki, prana, inné ou force vitale selon les diverses disciplines de l'art de guérir.

    La force vitale n'est pas prise en compte par la médecine conventionnelle parce qu'elle n'est ni mesurable en laboratoire ni visible sous un microscope. Au contraire, la conception réductionniste de cette dernière attribue ses fonctions à des processus physiologiques et biochimiques aléatoires qui sont, eux, quantifiables.

    La raison pour laquelle il est important de regarder ce qui se cache derrière ces manifestations est qu'en traitant au niveau du symptôme, nous nous attaquons à l'effet de la maladie et non à sa cause. Une pathologie est avant tout une perturbation et une discordance de la force vitale qui s'extériorise sur le plan physique sous la forme de divers symptômes. Pour avoir un effet curatif et véritablement améliorer la santé et la vitalité du patient, nous devons agir à la source, à savoir au niveau des troubles de l'énergie fondamentale.

    Plus concrètement, les symptômes ne sont rien de plus que le langage dont se sert le corps pour décrire la discordance invisible et impossible à évaluer de la force vitale. Nous devons revoir notre jugement : les symptômes ne sont ni bons ni mauvais, ils sont juste le meilleur mode de communication dont dispose l'organisme pour nous informer de son état d'équilibre et d'harmonie.

    En traitant ces derniers de manière suppressive ou palliative sans nous attaquer à leur cause véritable, nous privons le corps de sa véritable expression de la maladie, de son conduit d'évacuation et permettons au mal réel, le déséquilibre de la force vitale, de perdurer. Interrompu, l'organisme se manifestera par une aggravation des symptômes à mesure que l'énergie ira en déclinant.

    Il suffit de visiter n'importe quelle résidence pour personnes âgées ou presque pour constater les effets à long terme des maladies qui n'ont pas été guéries et auxquelles on a permis de se déclarer et de se développer tout au long de l'existence d'un individu.

    La guérison effective passe par la restauration de l'équilibre et de l'harmonie de la force vitale et non par l'éradication artificielle des symptômes. C'est en cela que l'homéopathie excelle.

    Traduit de l'anglais par Ey@el
    © lapensinemutine.eklablog.com

    Notes et références

    1. ^ En anglais, maladie se dit « disease » et mal-être « dis-ease », ce qui est impossible à rendre en français.

    Articles connexes

    La reproduction du contenu de ce billet est strictement interdite.
    © lapensinemutine.eklablog.com. Tous droits réservés.

    Haut de page

    Bas de page

    « Que j'aime le mondeQu'est-ce que le succès ? »
    Pin It

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Hélios
    Mercredi 7 Mai 2014 à 16:59

    J'ajouterai que l'acupuncture est également efficace pour restaurer et rééquilibrer l'énergie.

    PS : il manque un "de" dans ta phrase "elle nous permet (de) fonctionner dans ce monde" (début de texte).

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Samedi 10 Mai 2014 à 20:07

    T1, mais c'est pour ça qu'on y comprends rien !!!

    La preuve :  "n'importe quelle résidence pour personnes âgées ou presque"

    C'est quoi une personne agée ou presque ? LoL

     

    Tiens la sortie a changée de place ?

    3
    Samedi 10 Mai 2014 à 20:29

    C'est vrai que la syntaxe de ma phrase laisse à désirer. Mais bon même les grands écrivains ont des relecteurs, pas moi et puis je passe tellement de temps à essayer de caser un mot répété x fois dans la même phrase que je m'y perd parfois dans les conjonctures. T'as toujours pas trouvé la sortie ?

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :