• Neuroplasticité : l'interaction entre le cerveau et le cœur

    Article d'Arjun Walia traduit par Ey@el

    Available in English

    La capacité de la science moderne à comprendre le cerveau humain et son fonctionnement appliqué à l'homme est en pleine évolution. Avant la neuroplasticité, on supposait qu'il était le principal organe opérationnel déterminant tous les comportements et agissements d'une personne. Notre cerveau est l'une des structures biologiques les plus complexes que l'on connaisse, mais la science pense qu'il dirige les pensées, les attitudes, les perceptions, les émotions, la maladie et la santé. De nouvelles découvertes dans le domaine de la neuroscience commencent à exposer la manière dont il reçoit des instructions d'ailleurs. La neuroplasticité est le concept selon lequel le cerveau pourrait s'adapter et changer. On y a désormais recours pour traiter les troubles de l'apprentissage, les dommages cérébraux, les douleurs chroniques et bien d'autres choses encore.

    L'idée que cet organe soit plastique au sens de modifiable, adaptable et malléable constitue le changement le plus important dans notre compréhension du cerveau humain depuis quatre cents ans. La neuroplasticité est la propriété qui lui permet de muter sa structure et son fonctionnement en réaction à ses ressentis et perceptions du monde voire à la pensée et à l'imagination. Les réflexions et l'apprentissage des humains activent en fait certains gènes de nos cellules nerveuses qui leur permettent d'établir de nouvelles connexions entre elles.
    – Dr. Norman Doidge

    Activation de gènes à l'état latent

    Notre cerveau se redessine en fonction de la manière dont nous percevons ce qui nous entoure comme en témoigne également la plasticité phénotypique qui est l'aptitude d'un organisme à modifier ses caractéristiques visibles telles que sa morphologie, son développement, ses propriétés biochimiques ou physiologiques tout comme son comportement. Tout ceci découle également de l'expression de sa structure génétique. La plupart des humains partagent la même perception du monde ; le cerveau de ceux pour qui elle diffère complètement aura des connections neurologiques et une activation de gènes différents. Si notre cerveau se modèle en fonction de nos réflexions et de nos ressentis en rapport avec notre environnement, qui émet donc les pensées qui le font réagir ? Qui êtes-vous ? Avec autant d'informations cachées au genre humain — une telle somme disponible qui pourrait modifier notre perception de la planète pour l'instant occultée — quel type d'activation génétique de nos cellules nerveuses reste-t-il à l'état latent ? Celui ou celle que vous pensez être n'est, en fait, pas vous parce que cette perception peut varier. Votre être réel, l'âme qui vous habite, ne change pas mais la personne que vous croyez être le peut.

    Les apparences sont trompeuses

    La réalité que nous percevons actuellement repose sur la consommation et le matérialisme. Elle se résume à venir au monde, aller à l'école, travailler pour gagner de l'argent, prendre sa retraite voire plus. Nous avons tous une vision collective du monde, nous partageons tous le même concept de ce qu'il est et nous pensons tous devoir suivre la même voie. Les êtres humains sont en train de prendre rapidement conscience de la vérité et, ce faisant, nous transformons notre manière d'entrevoir les choses. Le simple modification de nos pensées ajoutée à celle de notre perception active des gènes de nos cellules nerveuses pour donner naissance à quelque chose de nouveau. À vrai dire, les apparences sont trompeuses sur la planète Terre. Le voile qui aveugle les masses est en train d'être levé et si l'on en croit la neuroplasticité, tout changement de perception provoquerait une activation de gènes.

    D'où proviennent nos pensées ?

    Ce que nous devrions retenir de la plasticité est que nous avons la capacité de modifier notre cerveau et que son fonctionnement relève directement de nos pensées et de nos sensations. Nous devrions nous poser la question de savoir ce qui influence notre perception et quelles possibilités s'offrent à nous dès lors où nous amorçons une activation génétique à la suite d'un changement de paradigme. Nous devrions également nous interroger sur la source de ces pensées, sentiments et émotions qui ont une incidence sur notre cerveau. Nous devrions nous demander d'où proviennent nos pensées. Sont-elles réellement les nôtres ? Après tout, c'est la conscience qui crée la réalité quantique avec l'expérience du dispositif à double fente (voir Articles connexes).

    Traduit de l'anglais par Ey@el
    © lapensinemutine.eklablog.com

    La reproduction du contenu de ce billet est strictement interdite.
    © lapensinemutine.eklablog.com. Tous droits réservés.

    Haut de page

    Bas de page

    « Coup de gueule : Pourquoi je ne suis pas orthorexique !Un froid de chien »
    Pin It

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :