• On est allés trop loin

    Article d'Ey@el et texte de E-Rocket traduit par Ey@el

    Available in English

    Si je m'étais défendue, il y a quelque temps, de faire dans la nostalgie, là pour le compte, je m'en suis prise une bonne dose d'un coup. C'est que le chanteur, auto-compositeur et fondateur du projet E-Rocket (devenu Sound Rocket après fusion avec le groupe The Life) dont le nom s'inspire d'un schéma de fusée électrique de Nikola Tesla — précurseur de l'énergie libre — François Demercastel est quelqu'un que j'ai eu le plaisir de connaitre et beaucoup apprécier dans mes jeunes années, du temps où nous fréquentions tous deux plus ou moins assidument (oups !) les bancs d'une certaine école d'audiovisuel que je ne nommerai point. Nos goûts musicaux communs (les Beatles, les Who, les Jam parmi tant d'autres) nous ayant naturellement rapprochés, je lui dois d'avoir beaucoup élargi mon horizon musical en me faisant découvrir des tas de groupes géniaux dont notamment les Plimsouls et Lone Justice (voir Articles connexes). Aujourd'hui, nous avons repris contact par le plus grand des hasards (qui comme vous le savez n'existe pas) grâce à la même chose qui nous avait réunis des décennies auparavant : la musique.

    Le morceau que je vous propose ici et que François interprète, seul à la guitare, provient d'un podcast d'une radio locale de Rambouillet (RVE) enregistré l'an dernier. Comme je lui ai expliqué, le choix de cette version plutôt qu'une autre qu'il dit préférer (à écouter ICI) s'est imposé à mes oreilles comme étant la plus aboutie — justement parce réduite à l'essentiel, à savoir une voix, une guitare et une mélodie accrocheuse avec un petit gimmick emprunté au "I Feel Fine" des Beatles. Humour cosmique ou private joke : "Gone Too Far" vient remplacer une chanson des Jam que j'avais programmée de longue date, intitulée "Running On The Spot" (qui n'est que partie remise).

    Gone Too Far

    On pourrait parler du temps qu'il fait,
    On pourrait parler de la guerre.
    Toutes ces journées où il ne se passe rien
    Inspirent autant de solitude que nos années perdues.

    On pourrait faire des projets d'avenir,
    On pourrait faire comme si.
    Tu vois bien que tu ne trouveras aucune satisfaction
    À rester là dans l'expectative du plus.

    Mais on est allés trop loin
    Sans quitter les lieux.
    On est allés trop loin,
    Sans plus aucune raison de se battre.

    On pourrait se découvrir mutuellement,
    On pourrait observer le monde autour de nous.
    On pourrait, comme des lâches,
    Contempler nos pieds qui ne bougent plus.

    Mais on est allés trop loin,
    À tourner en rond.
    On est allés trop loin,
    En se disant que c'était pas de bol
    (Hors de portée !)

    Il y a des pays que tu ne connais pas.
    Il y a des villes que tu ne connais pas.
    Il y a des gens que tu ne connais pas.
    Il y a quelque chose en toi que tu ne montres pas !

    On pourrait parler du temps qu'il fait,
    On pourrait parler de la guerre.
    Toutes ces journées où il ne se passe rien
    Inspirent autant de solitude que nos années perdues.

    Mais on est allés trop loin,
    À tourner en rond.
    On est allés trop loin,
    En se disant que c'était pas de bol.

    On est allés trop loin — ouais !
    On est allés trop loin — ouais !

    © François Demercastel

    Traduit de l'anglais par Ey@el
    © lapensinemutine.eklablog.com

    À propos de cette chanson

    « C'est une chanson un peu spéciale, » explique François. « Je l'ai écrite en pensant au temps qui passe, aux rêves qui s'enfuient, aux compromissions par nécessité matérielle — notre lent changement de mentalité face à la vie, la politique, etc. Depuis quelque temps, ce morceau a pris une autre résonance. Mon meilleur ami d'adolescence, après une vie assez triste, lui qui était si vivant, est décédé prématurément de maladie. Il a fait tout son possible des années durant pour ne plus voir quiconque de sa "grande époque". Je me dis, comme dans la chanson : et si l'on s'était revus, de quoi aurions nous parlé ? C'est donc une chanson qui est devenue moins "sujet bateau" et plus personnelle, finalement. »

    D'aucuns se demanderont sans doute pourquoi il a choisi de chanter en anglais. Ce à quoi il répond : « J'ai essayé de chanter en français mais d'un seul coup, j'ai moins ! En plus, le français est une langue qui est un peu arythmique dans le sens où les toniques de la phrase ne tombent pas toujours de façon régulière. Donc il faut être extrêmement balaise ou s'appeler Gainsbourg, pour ne citer que lui, pour réussir à vraiment conjuguer ce rythme, en général à quatre temps du rock — et de quasiment tout ce qui rythme notre vie aujourd'hui — avec la langue française qui, elle, ne fonctionne pas selon ce tempo-là. D'autre part, j'en ai mangé, mangé et remangé du rock anglo-saxon et au bout d'un moment ça devient un peu normal et naturel pour moi de le chanter. »

    « Un grand plaisir, de l'émotion. Je ne vais pas céder à la nostalgie, promis ! Je vais essayer de ne pas… rester coincé "retourné" » m'a-t-il dit. Pour sûr, on ne risque pas de tomber à court de sujets de conversation avec nos Pensines pleines à ras bord et nos âmes de Peter Pan. Quant à vous chers lecteurs et chères lectrices, si cette chanson vous a plu, je vous invite à vous rendre sur le site de son groupe ou directement sur sa page Soundcloud pour écouter d'autres morceaux. Les commentaires seront également les bienvenus.

    Ey@el

    Articles connexes

    La reproduction du contenu de ce billet est strictement interdite.
    © lapensinemutine.eklablog.com. Tous droits réservés.

    Haut de page

    Bas de page

    « CaniculeLes pieds au frais »
    Pin It

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 7 Juillet 2015 à 08:31

    j'aime bcp les paroles de cette chanson ! merci pour le partage, je ne connaissais pas !

    bisous ;)

    2
    Vendredi 10 Juillet 2015 à 07:18

    Je découvre ton univers avec plaisir et admiration.

    Waooo, beaucoup d'émotions dans ce texte et dans cette musique !

    3
    Vendredi 10 Juillet 2015 à 16:17

    Merci à vous deux, je suis sûre que cela fera plaisir à l'intéressé.

    4
    Vendredi 10 Juillet 2015 à 22:44

    eheh margi' a découvert ton univers, je suis contente ;) !

    bisous toi et à bientôt !

    5
    Vendredi 10 Juillet 2015 à 23:08

    Et la rencontre de plusieurs univers crée ce qu'on appelle un multivers. C'est chouette la physique quantique (cantique ? quand tique ? quant hic ?). Zut je ne peux pas sortir, je suis chez moi. C'est malin ça !

    6
    animalesque
    Samedi 5 Septembre 2015 à 02:13

    Bien heureux que vous puissiez partagé et faire découvrir les morceaux de François pour ma part je suis heureux de partager avec lui et le reste des membres du groupe cette aventure en participant à des arrangements et de nouvelles création 15 morceaux existes déjà!

    Bonnes écoutes avec SOUND ROCKET Francis ex THE LIFE

    7
    animalesque
    Samedi 5 Septembre 2015 à 02:17

    Merci à vous ! Francis SOUND ROCKET

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :