• Polaroid Android : Les pieds sur Terre

    Article et photo d'Ey@el

    Available in English

    Partager sur Twitter

    Non, je ne fais pas une fixette sur mes pieds. Pas du tout ! Même s'il m'arrive parfois de les fixer quand je me sens honteuse ou que je ne sais pas quoi dire (fait assez rarissime). En fait, ce serait plutôt eux qui me servent de fixation. Mes racines, mon ancrage à cette belle planète bleue prénommée Gaïa, notre Mère à tous qui, si elle en avait, des pieds, se ferait sans doute une joie d'expulser d'un bon coup dans le derrière tous ces parasites malfaisants qui ne cessent de la souiller et de la piller sans aucun respect pour tous les bienfaits et les beautés qu'elle nous offre.

    La Nature vous parle

    Certains m'appellent Nature, d'autres Mère Nature. J'existe depuis plus de quatre milliards et demi d'années, soit 22.500 fois plus longtemps que vous. Je n'ai pas vraiment besoin des hommes, mais les hommes ont besoin de moi. Oui, votre futur dépend de moi. Lorsque je prospère, vous prospérez. Lorsque je faiblis, vous faiblissez. Ou pire. Je suis là depuis l'éternité, j'ai nourri des espèces plus grandes que vous. Et j'en ai affamé des plus grandes que vous. Mes océans, ma terre, mes rivières, mes forêts, tous peuvent vous emporter. Ou vous laisser en paix. Les choix que vous faites chaque jour, que vous vous préoccupiez de moi ou pas, ne m'importent pas vraiment. Vos actions détermineront votre sort, pas le mien. Je suis la Nature, je continuerai d'exister. Je suis prête à évoluer. Et vous ? (Voir la vidéo)

    Parole de Schtroumpfette

    C'est donc principalement pour cette raison que je choisis d’arborer les couleurs de Gaïa lorsque je foule son sol. Pour me rappeler que c'est à elle que je dois toutes mes expériences physiques — et que lorsqu'elle est malade, quand ses cycles naturels sont bouleversés, ce n'est nul caprice de sa part mais le résultat de la folie de certains hommes apprentis-sorciers ou pures incarnations du mal — ces géo-ingénieurs terra-formateurs qui lui infligent volontairement des électrochocs en trafiquant sa ionosphère pour soi-disant lutter contre un réchauffement climatique dont ils sont les instigateurs (voir Articles connexes).

    Certes, tous ces gaz à effet de serre que nous dégageons par nos activités polluantes doivent impérativement être maitrisés et le pillage et le saccage des ressources naturelles prendre fin. On est tous bien d'accord sur ce point. Mais ils ne sont certainement pas la cause majeure et directe de tous les cataclysmes qu'on leur impute ni de la menace qui pèse de plus en plus lourdement sur nous. Il devient urgent d'ouvrir les yeux un peu plus grand et d'accepter enfin cette vérité inacceptable. Comprendre que notre ignorance ne nous exemptera jamais de nos responsabilités, qu'il ne peut y avoir de neutralité dans un monde de dualité. Et cesser de perdre un temps précieux tout en gaspillant nos énergies à nous diviser autour d'une question qui ne saurait être ajournée, en unissant plutôt nos forces afin d'y remédier par nos petits actes individuels au quotidien et nos grandes actions collectives.

    Terra-Terre

    Mais si je peins les ongles de mes orteils en bleu, il y a bien une raison plus terre à terre — et là je préfère prendre les devants en précisant aux éventuels quêteurs de fameux « signes révélateurs » (brûlez la sorcière !) qu'il s'agit de vernis bio (sans les fameux sept ingrédients toxiques de la mort qui tuent) et que mon tapis est en latex naturel et non en plastique.

    Parfois, il faut bien l'admettre, je perds un peu pied et j'ai vraiment l'impression de m'exprimer comme tel voire de mettre carrément les deux dans le plat. Du coup, je me dis que c'est peut-être parce que je viens d'une autre planète, que mon chakra de la communication se situe non pas au niveau du larynx mais au ras des pâquerettes et que, par conséquent, il serait sans doute judicieux d'essayer d'ajuster sa fréquence en me calant sur celle de Mercure qui est le bleu.

    Mais la vérité vraie est moins glorieuse : ce n'est que par pure coquetterie, histoire de les assortir à mes chaussures (que je mets d'ailleurs rarement car elles me font mal aux pieds). Ceci dit, tous mes propos étaient sincères. J'ai peut-être la langue tellement pendue qu'elle me touche les orteils, je n'en ai pas moins le cœur et le cerveau là où il faut.

    Ey@el

    La reproduction du contenu de ce billet est strictement interdite.
    © lapensinemutine.eklablog.com. Tous droits réservés.


    #Polaroid Android

    Haut de page

    Bas de page

    « Polaroid Android : Plus qu'imparfaitPolaroid Android : On se lève tous pour... »
    Pin It

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 16 Août 2016 à 19:08

    la terre a enfanté l'humanité elle m'a donnée vie ,elle m' aime

    il est clair que si le paradis existe, il est à son image 

    mes actes , ceux de tous les jours sont la réponse que je lui envoie   .. le reste est

    tergiversation intellectuelle ... en prendre conscience me met devant mes responsabilités

    et c'est petit à petit jour après jour que j’essaie d'être à la hauteur de l'amour qu'elle me donne ,

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :