• Projet Eklabugs : Des sorcières et des fées

    Article d'Ey@el

    © Stefan Keller

    Une session Eklabugs un peu spéciale ce mois-ci pour célébrer la cinquième année d'existence du projet. J'obéirai donc aux fameux adages, « Qui aime bien, châtie bien » et « En mai, fesse qui te plaît ».

    Les trois sorcières à l'ouest

    Les Folles Sœurs, main dans la main,
    Voyageuses par mer et terre,
    Vont alentour à tous chemins ;
    Trois fois pour toi, et trois pour moi,
    Encore trois fois faisant neuf fois.
    Paix ! car le charme va se faire.

    ~ Macbeth, William Shakespeare (1623)

    Fruit souffreteux des incantations des trois sorcières Swadloon, Nyeh et Queenie, dans l'illusion d'optique de conquérir la toile en hypnotisant les Eklablogueurs pour les inciter à voter chaque mois afin de décider à quel supplice intellectuel les forcer à se soumettre (de leur plein gré consenti par la ruse), ce projet ultra louche fit aussitôt mouche, attirant dans ses fils gluants une myriade de petits papillons innocents.

    Et ce, avec la bénédiction de la Grande Prêtresse Stéphanie qui s'empressa de les épingler « Reines du jour », détrônant au passage la fée Mutine de sa gloire éphémère de phalène suprême — et qui entendit bien se venger de cet affront.

    L'aventurière solitaire

    Égarée dans ce projet infernal,
    L'héroïne s'appelle la fée Mutine.
    À la rescousse des causes perdues,
    Elle brandit toujours ses thèmes tordus
    Avec son amie la fée Pachié,
    Sauvée de justesse de la débandade,
    Stop au trafic des casse-bonbons,
    En cale sèche sur l'opération d'Aquabon.

    "L'aventurière", Indochouine (2020)

    C'est à l'occasion de leur troisième méfait, sous l'identité de couverture de la très caustique Dame Eyael, qu'elle infiltra leur couvent. Un acte héroïque désopilant qui signa sa perte. Car Mutine se laissa envoûter à son tour et ne s'en remit d'ailleurs jamais point (virgule), même après un tragique accident de baguette magique dans la forêt interdite qui la transforma en Féfée Brindacier (point à la ligne).

    Malheureusement, les effets du sortilège ne tardèrent pas à se dissiper. Au fil des lunes, les Moldus se firent de moins en moins nombreux à se joindre à leurs sabbats menstruels et la benjamine prit bientôt le large. Ou la poudre de cheminette (en fait, personne ne se souvient si elle se tailla en balai ou par la cheminée).

    C'est après la défécation de Queenie qu'entra en scène Dame Eyael pour officier officieusement au quatorzième sabbat (pas folle la fée, elle n'allait pas se taper le treizième) et passer, à l'occasion, un petit coup de balai de la cave au grenier (fée du logis oblige).

    Du temporaire qui ne tarda pas à se transformer en pacte irrévocable quand Swadloon, la chef du clan, rendit à son tour sa serpillière et son balai, suivie de peu par Nyeh, inconsolable, qui sombra cors et rames dans les flots sombres de son seau d'encre invisible, laissant Mutine seule comme une vieille chaussette dépareillée à la barre del barco de papel sin timonel perdido en mar.

    Le vent des blogs

    Je ne suis pas marine,
    Je suis capitaine,
    Je suis capitaine,
    Je suis capitaine,
    Ba-ba-bamba !
    Ba-ba-bamba !

    "La Bamba", Ritchie Valens (1958)

    Certes elle n'avait beau être ni Marine (halleluia !) ni Florence, Sainte Rowena soit louée (tonnerre de Brest !), elle parvint à garder le rafiot à flot (et non avec Flo) avec sa petite baguette légèrement élastique de 27,5 cm en bois de poirier et crin de licorne dégotée chez Ollivander.

    Prises de remords ou d'amertume (la mer tue aussi car plus amer, tu meurs), deux des sorcières tentèrent quelques apparitions erratiques (à ne pas confondre avec érotiques) qui, loin d'effrayer Mutine, lui firent les fées inverses.

    La fée kiffa même le caméo fantomatique de Swadloon (doucement les herbes médicinales), pas encore guérie de son addiction au gouda (toujours pas dégoudée), et de Nyeh la teigneuse qui avait recouvré sa visibilité après un séjour prolongé au soleil de minuit (l'heure des sorcières six mois par an).

    C'est d'ailleurs à son retour de Laponie (après que son igloo ait fondu suite à une explosion de chaudron et où, en panne de balai, elle fut prise en stop par le Père Noël) qu'elle décida de revenir torturer les Moldus. Mais la fée Mutine alias Dame Eyael veille au grain. Et à dire vrai, à l'ivraie aussi. Et l'ivresse.

    Parce que voyez-vous, elle l'aime ce projet. Il tient à peine debout mais elle l'aime. Oh oui, elle l'aime, c'est beau comme elle l'aime.

    Et si vous l'aimez aussi, je vous conjure d'aller lire les déclarations (d'amour, pas d'impôts) des autres participants dont vous trouverez la liste sous le tas de gravats et toiles d'araignées.

    Ey@el

    La reproduction du contenu de ce billet est strictement interdite.
    © lapensinemutine.eklablog.com. Tous droits réservés.

    #Eklabugs

    « Pasta allegraLe monde de demain »
    Pin It

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 31 Mai à 11:38

    Excellent ! J'ai tout de même relu deux trois fois pour (essayer de) comprendre ce récit fantasmagorique, haut en couleurs et en sourires.

    Nul doute que ce fut une Aventure (Indiana Jones n'a qu'à bien se tenir ;) dont l'héroïne mutine a maintenu, voire tenu tout court, la stable mensualité.

    Il parait que c'est pas "la quantité" qui compte : ça tombe bien ! Et c'est ce que je pense, et je le pense encore plus quand je vois d'aucuns courir après les "like". Quand on sait qu'un "like" c'est un vulgaire (au sens pauvrement basique)  "clic" : "super, j'ai plein de like, y'a plein de gens qui aiment !"
    (faudrait p'têt leur dire qu'un like 1/ ça prend un dixième de seconde... et 2/ c'est pour faire comme tout le monde... "comme tout le monde" rien que ça, c'est d'un ennui...
    Feraient mieux de faire un éclat chez Bugs ;)

    Les soit-disant réseaux sociaux nous font perdre la tête (en dehors de ceux qui jouent un vrai rôle de "réseau/social") : je préfère mon clavier pour partager (et tant pis si y'a pas de commentaires) de vrais écrits, de vrais sentiments, des réalités qui me touchent ou des conneries qui me font rire : la vie au quotidien mais en vrai, pas à travers un pov'pouce...

    J'ose croire que l'aventure n'est pas finie : si 5 bougies c'est joli, je te souhaite de consommer... tout plein de cire multicolore pour de longues veilles annuelles :)

     

      • Dimanche 31 Mai à 16:07

        Merci <3

        Je t'avouerais que je suis assez dégoûtée de cette indifférence apathique mais entre l'envie de tout envoyer ballader et l'idée que d'autres puissent avoir un impact négatif sur ce qui me met en joie, je choisis de leur faire un beau doigt cosmique et de continuer. On trouvera moyen.

        Quand aux zoos, bien d'accord avec toi. Mais comme il me semble (me souviens plus !) te l'avoir expliqué, tout dépend comment tu utilises la chose à ton avantage. Oui, j'ai vu toute la m*** des zoos, j'ai aussi comprend à quoi ils servent aux élites, la manipulation, etc. mais dans un cerveau éveillé, ça devient une arme à retourner contre l'ennemi. Et puis, j'ai aussi plein d'expériences positives grâce aux zoos. Des retrouvailles d'amis perdus de vue depuis des décennies aux quatre coins du blog, des interactions avec des gens supposés « inaccesibles» et même un retweet du grand génie de la physique quantique Nassim Haramein! Alors les like, oui, on est bien d'accord mais quand ça vient de gens comme ça (qui n'est pas le dernier crétin venu !) ou de mon artiste préféré ou encore de personne que je connais bien et qui n'accordent pas de like juste pour... Mais oui, certains en font un but de vie (quelle tristesse) et les zoos encouragent ça.

    2
    Nyeh Profil de Nyeh
    Dimanche 31 Mai à 13:21
    J'ai bien rigolé, surtout la parodie de L'Aventurier d'Indochine ah ah

    quand on y regarde de plus près, tu as raconté ta vie, comme moi j'ai raconté la mienne dans mon article, et tout comme Pipiou l'a fait aussi dans le sien. Mais oui, pour te citer : Parce que voyez-vous, elle l'aime ce projet. Il tient à peine debout mais elle l'aime. Oh oui, elle l'aime, c'est beau comme elle l'aime.
      • Dimanche 31 Mai à 16:08

        T'as essayé de chanter ? J'ai mis la version karaoké en lien. Nicola Sirkis va vouloir me tuer mais bon je m'en fous, j'assume ! Nicola, même pas peur !

      • Vendredi 5 Juin à 10:08

        J'ai chanté ta version dans ma tête, Jerry Gaulet fort

        Tkt le nombre de fois où j'me suis égosillée la voix dessus en concert, ça n'a pas de prix ♥

    3
    Lundi 1er Juin à 09:25

    argh, nos trois sujets se rejoignent : ça va être difficile d'éviter les répétitions :))

    Un jour "ras le bol", mais le lendemain "j'vais sûrement pas abandonner" : finalement c'est bien : y'a plein de lendemain et c'est tant mieux !

     

    PS qui n'a rien à voir mais que si je peux me permettre : je préférai l'avatar d'avant.  

     

      • Lundi 1er Juin à 12:52

        Jamais contents ! Quelqu'un m'a ressorti la même chose mais sur l'avatar d'avant (qu'il préférait celui-là).. Je laisse celui que j'ai partout, c'est plus simple. Et puis on est en été, ça me donnait chaud le chapeau et l'écharpe he

      • Vendredi 5 Juin à 10:07

        Oui nos sujets se sont rejoints, cela était assez prévisible, mais de voir le cheminement en lui-même de chacun sur comment il en est arrivé à eklabugs, je trouve ça différent. Nos parcours dans cette aventure sont tous différents, et c'est amusant de voir comment untel ou unetelle s'est retrouvé à bord :o

         

        Réponse au PS qui n'a rien à voir de Pipiou :
        Un avatar par saison, je trouve ça cool. Personnellement, j'aime bien celui-là, cela attire le regard vers notre superbe Eyael, qui déshabille sa Pensine pour nous :D

      • Vendredi 5 Juin à 16:02

        Aïe, la censure va bientôt m'attraper !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :