• Projet Eklabugs : L'éternel retour

    Article d'Ey@el

    Partager sur Twitter

    Chez Eklabugs, on s'est mises d'accord pour tenter de relancer l'intérêt pour un projet qui commence malheureusement à s’essouffler un peu en proposant, notamment, davantage de thèmes d'actualité. Ce mois-ci, c'est donc celui de le rentrée qui a été plébiscité par les aspirants participants. « Quoi ? Encore ! » s'exclameront légitimement les gavés de ce marronnier médiatique et plus particulièrement les laissés-pour-compte qui, faute de ne jamais partir, ne peuvent, par définition, envisager de rentrée ou « retour » quelconque. À moins que les je-sais-tout-de-la-vie n'aient encore une explication toute (il)logique à nous proposer pour ce bel exemple de conditionnement et de dissonance cognitive — un de plus parmi la multitude, à tel point qu'on ne les compte plus mais qui, pourtant et non content, comptent énormément (forcément) pour ceux qui nous les content et racontent inlassablement.

    Toutes les choses reviennent éternellement, et nous-même avec elles. Tout s'en va, tout revient ; éternellement roule la roue de l'être. Tout meurt et tout refleurit, éternellement se déroule l'année de l'être.

    ~ Ainsi parlait Zarathoustra, Friedrich Nietzsche (1885)

    Rentrée d'espèces trébuchantes

    À l'instar des incontournables à connotation religieuse, ethnique ou commerciale que sont la Saint-Sylvestre, le Nouvel An chinois, la Saint-Valentin, la Chandeleur avec aussi bien sûr Pâques, Halloween et Noël en sus de toutes les autres « fêtes des » pères, mères, grand-mères, secrétaires, voisins... (à quand celles des fils et des saints d'esprit ?) dont la liste interminable ne fait que s'allonger au fil des décennies, la rentrée se résume toujours, au fond, à une rentrée de fonds. Ou à une sortie selon que vous faites ou non partie des minorités privilégiées.

    Plus spécifiquement, c'est surtout l'opportunité, chaque année, de profiter de la fin à de la trêve (paralysie) estivale pour instaurer des réformes et des augmentations tarifaires au pied levé, illustrant parfaitement le principe de la permanence dans le changement. Une roue qui tourne toujours dans le même sens, broyant inlassablement tout sur son passage pour en extraire le précieux nectar. Les vendanges sont terminées, le Beaujolais nouveau est arrivé !

    Tradition très rentre-dedans donc, la rentrée est une expression typiquement française puisque ailleurs on utilise des termes différents selon qu'elle est scolaire, littéraire ou politique. Ainsi dans les pays anglo-saxons, on parle de retour à l'école, de saison littéraire ou de nouvelle session parlementaire.

    Certes, grâce aux merdias qui nous conditionnent, c'est surtout l'image des écoliers retournant essuyer les bancs des salles de classe qui s'impose à nos esprits même si ce non-événement annuel ne concerne pas que les élèves et étudiants mais la majeure partie de la population. En effet, l'économie des pays tend à se caler sur les rythmes scolaires : vente de fournitures, vêtements, loisirs, vacances, etc.

    Les vacances scolaires ont une influence sur la vie économique, notamment parce que de nombreux adultes prennent congé durant ces périodes pour être avec leurs enfants. Ce choix entraîne une hausse des prix dans le secteur du tourisme comme les prix du transport et de l’hôtellerie ainsi qu'un changement du trafic routier avec une circulation urbaine moins dense et extra-urbaine plus dense, en particulier le réseau autoroutier. (Source)

    Transhumance humaine

    Pourquoi septembre et pas un autre mois ? Parce que dans l'Europe rurale d'autrefois, la période qui équivalait à nos grandes vacances d'été correspondait à celle des moissons pour lesquelles les enfants étaient tenus d'aider leurs parents dans les champs pour les travaux agricoles conditionnant la survie de toute la famille.

    En effet, dès 1231, le pape Grégoire II accordait des vacances pour les travaux agricoles. Ces vacances, qui ne devaient pas excéder un mois, portaient le nom bien significatif  de « vendanges ».  En réalité, chaque établissement, chaque école appliquait divers systèmes de vacances. L’ensemble des jours de congés scolaires indiscutablement ancré dans la vie religieuse suivait le calendrier des fêtes religieuses chrétiennes. Ces vacances avoisinaient 80 jours annuels. La Révolution et l’Empire édictèrent une réglementation unifiant les congés scolaires sur l’ensemble du territoire français. (Source)

    À noter qu'en Nouvelle Calédonie, la rentrée scolaire a lieu le 22 février qui correspond à la fin de l'été dans l'hémisphère sud. Pareillement au Japon où elle débute en avril mais le calendrier scolaire y est organisé en deux semestres de sorte qu'il n'y a pas de « grandes vacances » mais des « relâches périodiques ».

    L'autodafé dont personne ne parle

    Accessoirement, septembre est également le mois de la rentrée littéraire, concentrant la parution d'un grand nombre de nouveaux livres (tous genres confondus). Si la plupart de ces ouvrages ne restent que quelques semaines à la vente, les invendus, qui comptent généralement pour la moitié, se voient « recyclés en papier toilette et en cartons d'emballage » (Source).

    Pilonner les livres est aussi barbare que les brûler, mais provoque moins d'indignation. Les feuilles vierges obtenues grâce aux pages imprimées recyclées fourmillent de fantômes. Des mots ressurgissent, des terminaisons de verbes achèvent de se décomposer, des bribes de ponctuation affleurent. L'autodafé lave quand même plus propre.

    ~ Roland Topor

    Cul-de-sac ou tête dans le...

    Ça vous étonne ? Moi, non. Quand on réalise avec effroi que « rentrée » est en fait l'anagramme d'« enterré », tout prend sens. Bien sûr, je m'attends à ce que bon nombre lèvent les yeux au ciel et me prennent en pitié. C'est trop de bonté de votre part. La Matrice, elle n'en a aucune pour les mouches qui se prennent dans sa toile gluante. À mes yeux d'illuminée, mieux vaut donc passer pour une huluberlue et la regarder de l'extérieur que d'être acceptée en son sein pour allonger la chaîne des maillons bien conformes qu'on forme à coups de maillets.

    Je ne sais pas pourquoi tu dis au-revoir,
    Moi, je dis bonjour.

    "Hello Goodbye", The Beatles (1967)

    Vous cherchez la sortie ? Il n'y en a pas. C'est une voie sans issue. La liberté, comme la vérité d'ailleurs, est ailleurs...

    Ey@el

    La reproduction du contenu de ce billet est strictement interdite.
    © lapensinemutine.eklablog.com. Tous droits réservés.

    #Eklabugs

    « CroireUn truc simple que la plupart des gens oublient de faire »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 30 Septembre à 17:17

    Encore une fois j'ai appris des choses! Tes articles sont toujours de qualité et je les apprécie toujours autant. J'ai été contente d'apprendre pourquoi les vacances se trouvaient à cette période.

      • Samedi 30 Septembre à 21:42

        Merci, ton commentaire me va droit au cœur et ravie que mon manque d'inspiration de circonstance ait pu t'apporter un plus. C'est le bon côté de l'Internet et j'adore ça !

    2
    Samedi 30 Septembre à 22:55

    Pour ma part c'est toujours une sortie de fonds cette rentrée et puis un retour à un rythme impossible à tenir ! une semaine de rentrée annule les deux mois de vacances en un temps record ! pour la période des grandes vacances, je savais, mes parents étaient campagnards, mais en fait les vacances d'été étaient encore plus longues que maintenant, je crois bien que mes parents reprenaient fin septembre, ben oui, il y avait les betteraves aussi et pour d'autres lieux c'était les vendanges ! 

      • Samedi 30 Septembre à 23:46

        Je me doutais que tu aurais envie de commenter cet article. En plus, tu es une des personnes les mieux placées pour le faire car tu la vis chaque année cette satanée rentrée dedans.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :