• Projet Eklabugs : La minute papillon

    Article d'Ey@el

    Comme dans la chanson1, il est temps à nouveau de nous jeter à l'eau pour un énième plongeon dans la mare Eklabugs qui, pour fêter sa première année d'existence (déjà), nous laisse carte blanche (ou presque) quant au thème de cette session dont vous trouverez, comme toujours, la liste des participants à la fin de ce billet. Mutine étant l'anagramme de minute, en deux temps trois mouvements, mon choix était fait. Maintenant lui seul nous dira si j'ai eu raison. Mais qui ça « il » ? Ben, le temps, pardi !

    © Xetobyte

    L'ennemi temps

    C'est vrai qu'il a tendance à filer si vite — les Anglais disent même qu'il vole2 — qu'on ne le voit jamais passer. Sauf en cas de contretemps où l'on passe un mauvais quart d'heure. Ou bien quand on s'emm*** à égrener les secondes, à compter les minutes, les heures, au point de virer psychopathe et de chercher à le tuer par tous les moyens quand bien même il s'agit déjà d'un temps mort dans notre perpétuelle course effrénée contre la montre. D'ailleurs ne parle-t-on pas, outre-Manche, de battre la pendule3 ?

    Tuons les pendules, ces sales voleuses de temps
    Qui hantent chaque cheminée, chaque poignet et chaque mur,
    Nous hurlant sans cesse que notre temps est écoulé
    Dans leur guerre déclarée contre nous tous.4

    Tic-Tac le crocodile

    Dieu cruel et impitoyable, régissant nos existences de notre premier à notre dernier souffle, le temps nous apparait tant compté (temps conté ?) qu'il nous presse sans cesse d'essayer de le rattraper alors qu'il est tout le temps derrière nous. Et celui qu'il nous reste. Ou nous tarde.

    Ne t'attarde pas, le temps, c'est de l'argent.

    Avez-vous un instant ? Désolé, je n'ai pas de temps à perdre. Je n'ai jamais une minute à moi. Essayons de gagner du temps. Je n'ai plus le temps. Mon temps est révolu. Game over.

    Tuons les pendules, elles me font penser à des gens
    Que j'ai croisés un jour et qui m'ont écartés de leur chemin,
    Pressés d'attraper leur train, leur avion ou leur bus,
    Sans jamais voir leur véritable ennemi.4

    Remettre les pendules à l'heure

    Au final, nous gaspillons un temps fou à essayer d'en gagner, parfois en sacrifiant celui que nous avons de libre dans l'espoir insensé d'une plus-value.

    Mi-temps, temps alterné, temps partiel, plein temps : entre-temps, nous n'avons plus le temps de prendre du bon temps. Et au fil du temps, nous regrettons celui perdu à avoir trop voulu thésauriser une illusion — une fabrication de l'esprit.

    Tuons les pendules avant qu'elles ne te dévoient
    À n'exister, comme elles, que dans les ombres du passé,
    Comptant les jours à mesure qu'ils passent,
    Coincées dans un monde dans lequel rien ne dure jamais.4

    L'instant vérité

    Il est grand temps à présent de vivre notre présent. De figer le temps en cessant de nous téléporter hors de nous-mêmes dans ce qui fut, sera, pourrait avoir été ou pourrait être sans jamais prendre le temps de savourer ce qui est et ce qui peut.

    Juste à temps pour renaître des cendres de notre passé à venir ou de notre futur passé. Si tout cela n'a aucun sens, c'est justement parce que le temps n'en a pas non plus. Car là où la raison s'achève, la conscience s'éveille enfin.

    Tuons les pendules et vivons dans l'instant,
    Sans rouage ni engrenage pour nous voler notre présent.
    Quand tu ris avec moi, le temps s'arrête.
    Et sur le moment, je suis parfait en quelque sorte.4

    Ey@el

    Notes et références

    1. ^  "Temps à nouveau", Jean-Louis Aubert (1993)
    2. ^ Time flies (expression anglaise).
    3. ^ To beat the clock (expression anglaise).
    4. ^ Poème extrait du roman Feverborn © Karen Marie Moning, 2016. Actuellement non disponible en français et traduit ici de l'anglais pour l'occasion par mes soins.

    Projet EklaBugs #12

    Articles connexes

    La reproduction du contenu de ce billet est strictement interdite.
    © lapensinemutine.eklablog.com. Tous droits réservés.


    #Eklabugs

    Haut de page

    Bas de page

    « Repos de l'espritSupercalifragilisticexpialidocious ! »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 30 Mai 2016 à 06:36

    bonjour , merci pour ce  rappel  sur ce temps qui en fait m' interpele  à travers le changement qui se passe dans mon corps ma vie, autour de moi... en physique quantique il n’existe pas ! ... :-) ....

    https://youtu.be/RIkWSsa_4rY

    2
    Lundi 30 Mai 2016 à 11:24

    J'aime beaucoup ton article, comme d'habitude il me laisse sans voix ! Si je peux me permettre par contre, ce serait possible d'avoir l'original en anglais du poème qui est dans ton article ? J'ai adoré la version française et j'ai très envie de le lire dans sa version originale... Si cela ne risque pas de te demander trop temps bien entendu ;3

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    3
    Lundi 30 Mai 2016 à 11:45

    Félicitations! C'est un vrai plaisir de lire ton article, il est drôle, intelligent, inventif et très bien écrit (comme d'habitude!)

      • Lundi 30 Mai 2016 à 14:22

        Merci. J'avoue que ce poème met bien les choses en valeur. Amusant car le sujet de la session n'était pas encore tombé quand je l'ai lu et décidé que je le republierais. Encore une synchronicité !

    4
    Mardi 31 Mai 2016 à 12:59

    Si le temps était réellement de l'argent, et bien grâce à moi, tu n'aurais pas perdu ton temps. Le temps s'est subitement arrêté le temps de ma lecture, et j'ai pu prendre du bon temps, ne serait-ce qu'un instant.

    Ah je crois que le "temps" m'a contaminé, if you know what I mean :p

      • Mardi 31 Mai 2016 à 15:02

        Waking, waking up from shutdown
        From a thousand years of sleep
        Yeah you, you know what I mean

          "Desert Island Disc", Radiohead (2016)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :