• Que sont les rêves et d'où viennent-ils ?

    Article de Linda Yael traduit par Ey@el

    Available in English

    Partager sur Twitter

    À la fin du film, quand Dorothée revient de son séjour à Oz, son oncle, sa tante et leurs trois ouvriers agricoles sont tous à son chevet pour l'accueillir. À son réveil, sa tante Em et son gentil docteur (qui ressemble énormément au Magicien) lui apprennent qu'elle a reçu un coup à la tête durant la tornade et qu'elle est restée inconsciente un certain temps. Alors qu'elle insiste en affirmant qu'elle s'est en fait rendue dans un pays étrange et merveilleux « à la fois terrifiant mais surtout magnifique », toutes les personnes présentes lui certifient que ce n'était « qu'un rêve ».

    Alice, au Pays des Merveilles et plus tard de l'Autre côté du miroir, est décrite comme en train de s'assoupir alors qu'elle est en train de lire un livre « sans images » et pique du nez juste avant — ou après — d'apercevoir le lapin blanc et de le suivre dans son terrier. Ça aussi, c'était un rêve ? Ou bien « juste un rêve » ? Curieux et encore curieux...

    Chamanes et mystiques de toutes cultures confondues à travers le monde nous parlent de l'univers onirique comme d'un endroit réel ou d'un univers parallèle si vous préférez. Selon la tradition mystique judéo-chrétienne, notre âme pourrait quitter notre corps la nuit et parcourir l'astral. (Raison pour laquelle, d'ailleurs, il ne faut pas réveiller un rêveur trop brutalement, son âme en train de rêver étant reliée à son corps par un mince fil d'argent qui pourrait se retrouver ainsi briser et l'empêcher de réintégrer son corps — ce qui était le thème d'un roman de Stephen King intitulé Insomnie — N.d.T.).

    Dans The Field (le Champ), son ouvrage de référence sur la conscience délocalisée, Lynn McTaggert écrit : « Aux fins fonds des forêts tropicales d'Amazonie, Achurs et Huaoranis sont assemblées pour leur rituel quotidien [...] à l'aube [...] au moment où le monde jaillit sous forme de lumière, ils partagent leurs rêves [...] Le rêveur est le conduit que le rêve a choisi d'utiliser pour s'adresser à toute la tribu ». Le rêve appartient non pas à l'individu mais à la collectivité représentée par l'ensemble de la tribu. J'aime beaucoup l'idée que « le rêveur est le conduit que le rêve a choisi d'utiliser pour s'adresser à toute la tribu ». N'est-ce pas l'impression qui en ressort parfois ? Que nous ne sommes que des véhicules avec l'impression au réveil que quelque chose nous a traversés plutôt qu'émané de nous.

    Alors, au final, les rêvs, c'est quoi ? Et d'où viennent-ils ? L'anthropologue et chamane pratiquant, Michael Harner écrit que l'un de principes fondamentaux du chamanisme respose sur le fait que les esprits sont réels et sont à l'origine des rêves. Selon la théorie chamane, l'âme humaine et les autres esprits attachés à une personne peuvent produire leurs rêves. C'est une manière de comprendre ces rêves qui nous paraissent si réels et dans lesquels nous sommes visités parfois par des êtres chers qui nous ont quittés — leur esprit étant toujours lié à nous. C'est là, pour moi, une pensée infiniment réconfortante.

    Nos corps nous parlent dans nos rêves. Un neuroscientifique de l'École de médecine de l'université de Boston, Patrick McNamara, encourage les médecins à interroger systématiquement leurs patients sur leurs rêves dans le but d'évaluer leur état mental (Boston Globe 3/2/2014). « Les rêves, affirme-t-il, constituent des comptes rendus fiables de la vie émotionnelle du patient ». Nous savons également que tout fardeau émotionel non résolu auparavant, que cela se chiffre en jours ou en années, peut se manifester dans nos rêves, essayant desespérément de capter notre attention en entretenant le souvenir d'événements ou de sentiments en rapport avec ces derniers jusqu'à ce que nous les résolvions. C'est là l'essence même des rêves issus du syndrome de stress post-traumatique (SSPT). Nous pouvons également recevoir des alertes médicales via nos rêves bien avant qu'un symptôme ne nous amène à consulter.

    Selon le philosophe antique Philon, il y aurait trois sortes de rêves :

    1. Les rêves émanant de nous
    2. Les rêves émanant de la sphère angélique ou spirituelle
    3. Les rêves émanant de Dieu

    On rapporte souvent nos prophètes et saints hommes et femmes comme ayant des conversations avec Dieu soit en rêve ou en vision.

    De nos jours, dans leurs labos du sommeil, les scientiques peuvent dresser une cartographie des parties exactes du cerveau impliquées dans l'activité onirique ainsi que des graphiques des cycles de sommeil paradoxal (phase de mouvement oculaire rapide). Il y a ceux dans la communauté scientique qui soutiennent que les rêves ne sont que des décharges neuronales aléatoires dans le cerveau (j'en fais part par souci d'ouverture mais en tant que thérapeute spécialisée dans le travail onirique à visée spirituelle, je ne me place pas dans ce camp).

    Que nos rêves soient le produit de notre cerveau, de notre corps, de la sphère spirituelle ou du Divin, les univers que nous visitons lors de nos excursions nocturnes recèlent tous des dons et messages pour nous-mêmes, nos communautés et peut-être le monde entier. Prenez conscience de vos rêves ! Servez-vous de leurs messages pour guérir, croître, explorer, voyager et vous connecter à toutes sortes d'êtres étranges et merveilleux. Descendez dans le terrier du lapin et au-delà de l'arc-en-ciel voir ce que vous y trouverez. Puis revenez nous le dire.

    Traduit de l'anglais par Ey@el
    © lapensinemutine.eklablog.com

    Articles connexes

    La reproduction du contenu de ce billet est strictement interdite.
    © lapensinemutine.eklablog.com. Tous droits réservés.
    « Un dialogue de Platon vieux de 400 ans avant Jésus-Christ décrivant la physique quantique et « l'éther »Ces croyances que vous entretenez sont-elles les vôtres ? »
    Pin It

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :