• Rêves, thèmes et mondes parallèles

    Article de Zen Gardner traduit par Ey@el

    Available in English

    Ce sujet important m'est revenu à l'esprit, dernièrement, avec toutes ces expériences et rencontres spirituelles tellement marquées que vivent de nombreuses personnes actuellement. Nous sommes dans une période particulièrement dynamique et cette activité spirituelle ne fera que continuer à s'intensifier. Il est essentiel que nous soyons tous consciemment mobilisés face à ces changements géopolitiques et planétaires majeurs.

    C'est comme si mon apprentissage dans à peu près toutes les sphères de la création ne faisait que commencer et que mon admiration pour cet univers merveilleux dont nous avons la chance de faire partie gagnait en profondeur. Bon voyage dans ces méandres.

    Comme bon nombre d'entre vous, j'ai fait des rêves vraiment importants dont certains étaient récurrents. Je ne me prétends pas être un habile interprète mais comme beaucoup, j'essaie de comprendre consciemment les messages qui, je pense, me sont adressés par ce biais. Soyons réalistes : nous passons pratiquement le tiers de nos vies à dormir mais nous savons aussi que notre pleine conscience ne s'arrête jamais. Cet univers onirique est essentiel à notre connaissance et pourrait nous enseigner bien des choses. Cet observateur en chacun de nous capte tout et nous devons rester attentifs et apprendre. J'ai eu le sentiment, à plusieurs reprises, qu'il s'agissait d'une existence parallèle en laquelle ma vie se serait peut-être scindée et aurait continué dans une direction différente, sans doute à cause d'une décision fondamentale que j'aurais prise quelque part sur le trajet du temps. Le monde en ces lieux est similaire mais sans comparaison avec ce que j'ai pu voir ici.

    Thèmes

    Il y a ce rêve avec lequel je me suis réveillé un beau matin, une fois encore très réel. Certains protagonistes étaient des transfuges de mon passé et d'autres m'étaient inconnus. Mais le contexte onirique était tout à fait sensé. J'ai considéré ces rêves comme des possibilités d'assimilation par mon subconscient d'événements du passé qu'il fallait encore résoudre et réconcilier d'une manière ou d'une autre, ou encore comme des messages adressés à ma conscience ou mon subconscient pour quelque raison.

    Mais je ne suis sûr de rien.

    J'ai pris conscience de thèmes récurrents qui reposent apparemment sur des points majeurs décisifs du déroulement temporel et pourraient indiquer la survenue d'une grande fracture dont l'impact aurait été profond. Lorsque ces thèmes reviennent, il ne s'agit peut-être pas d'une décision ni d'une période ou d'un événement particulièrement difficile ou traumatique avec lesquels nous sommes toujours aux prises mais sans doute d'instantanés et d'aperçus furtifs de là où cette vie s'en est allée en suivant son cours. Je me pose simplement la question.

    Sans vouloir jouer les énigmatiques, plus j'y réfléchissais plus il devenait apparent que ces récurrences étaient associées à des points de mon parcours où des décisions majeures avaient été prises et où des changements s'étaient produits. Bien entendu, ce sont des modifications importantes en soi mais examinons-les sous l'optique de mondes parallèles qui se dérouleraient en simultané avec celui-ci.

    Permettez-moi de citer un épisode de ma vie qui n'est pas le sujet du rêve évoqué plus haut mais qui constitue un bon exemple.

    Oui, voilà de quoi il s'agit, comme le marteau du juge, notre poignée de main et une foule d'autres conneries programmées...

    Oh non ! Je n'ai pas eu ma toque universitaire franc-maçonnique !

    J'ai quitté la fac au bout de quatre ans et je me suis surtout égaré dans ma période de quête mystique hippie. Avec mon sac à dos rempli de bouquins, j'ai pris la route de la Californie pour y « découvrir la vérité » et rencontrer les personnes partageant les mêmes points de vue que j'escomptais y trouver.

    Je n'ai pas obtenu mon diplôme. J'ai changé de spécialisation chaque semestre pour finir dans l'errance au bout de la quatrième année. Je ne tenais pas en place et j'étais dans l'incertitude la plus totale vis à vis non seulement de ce que je voulais faire mais de qui j'étais et de mon but sur cette terre. Vous savez, tous ces trucs sur la lumière... ha ! Mais en raison de tout ceci, je n'ai pas obtenu la licence en philosophie à laquelle j'étais censé m'être inscrit.

    Mon paternel corporatiste autoritaire avec son doctorat prétentieux était furax et m'a donc muré dans son silence comme à son habitude. De son point de vue, je peux le comprendre : il a payé mes études et j'ai tout rejeté en bloc. Jusqu'à sa mort, il est resté muet sur la question mais il semble que j'aie été rongé par la culpabilité de par les rêves récurrents que j'ai fait, pendant des années, sur l'absence de ce « diplôme » que j'aurais dû obtenir.

    Heureusement, tout est rentré dans l'ordre après mon plein éveil conscient et nous sommes désormais réconciliés après nous être retrouvés dans des rêves, il y a déjà un bon bout de temps. Et oui, cela m'a vraiment scotché au mur.

    Est-ce que je réglais une culpabilité enfouie ? A l'évidence, pour bon nombre de personnes, le moindre problème relatif au père revêt une grande importance comme c'était certainement le cas pour moi. Est-ce donc ce qui se résout là ? Suis-je en train de revivre en boucle de vieilles peurs uniquement en raison d'un conditionnement et d'expériences anciennes ? Ou bien certains de ces rêves sont-ils des existences parallèles que je visite pour « affronter les conséquences » de ne pas avoir obtenu ce diplôme dans un monde où cela a de l'importance ? Pourrait-il s'agir d'un peu des deux ? Notre vie onirique évolue-t-elle à mesure que notre prise de conscience s'accroît ?

    Je crois que c'est en partie vrai mais je ne sais pas vraiment.

    Je dois néanmoins admettre que cette nouvelle conception des thèmes comme un lien vers des univers parallèles a eu pour effet immédiat et merveilleux de m'aider à me détacher de ces rêves très impliqués, personnels et souvent intenses et de les examiner avec davantage d'objectivité.

    J'aime ça. Ce n'est pas enfermé dans l'émotion. Et comme je l'ai dit, la réconciliation se produit de façon mystérieuse, certes, mais elle a bien lieu.

    Mondes parallèles

    Ce sujet, tout comme la potentialité de mondes infinis — un multi-univers, au sens propre, de possibilités sans fin — a fait couler beaucoup d'encre. C'est assez extraordinaire pour notre petit point de vue terrestre et notre apparente réalité tri-dimensionnelle. Notre compréhension mentale est tellement restreinte alors que notre conscience non seulement connait déjà ce potentiel illimité mais y est connectée et en fait continuellement l'expérience.

    À nous de lui permettre d'émerger à l'intérieur et autour de nous et de supplanter nos esprits, notions de nous-mêmes et perception de ce qui nous entoure, beaucoup trop terre à terre.

    Si nous adhérons à cette conception d'univers parallèles ou même au simple fait que des réparations conscientes ont lieu, il ne faut donc pas s'étonner si les rêves peuvent sembler incohérents et absurdes. Peut-être entrevoit-on plusieurs existences parallèles qui se chevauchent à l'occasion. Je sais que parfois cela m'apparait comme étant la construction d'une autre réalité et non comme une extension de celle dans laquelle je vis et cela devient plus clair à mesure que les périodes vibratoires ne cessent de se modifier.

    Cette conception fait écho en moi mais encore une fois, cela peut changer.

    Certaines personnes sont étonnamment douées pour percevoir et comprendre ce phénomène. Des physiciens affirment catégoriquement qu'il y aurait actuellement au moins onze dimensions flottant autour de nous sans que le temps n'entre en ligne de compte. D'aucuns prétendent qu'il y en aurait pas loin d'une centaine. Connaissant le rythme de la science moderne face à la conscience, je pense qu'ils devraient en arriver assez rapidement à ce nombre de possibilités infinies lorsqu'ils réaliseront enfin qu'on ne peut pas encapsuler le multi-univers dans des éprouvettes, ni l'étiqueter ni le classer. C'est une chose que l'intellect ne pourra jamais saisir.

    Jamais. C'est bien au-delà du mental, petits hommes, laissez tomber.

    De quelque façon qu'on le perçoive, le sujet mérite que l'on poursuive les investigations et le suivi en quête d'indices et d'encouragements pour en savoir davantage sur la manière dont nous pouvons continuer d'exploiter ce potentiel inépuisable.

    Rêves récurrents

    Outre ces rêves récurrents, il n'y a eu qu'un seul rêve dans ma vie que j'ai fait inlassablement. J'en ai déjà parlé dans un article, cela s'est produit entre l'âge de cinq et sept ans. Il me semble toujours aussi réel aujourd'hui qu'il l'était il y cinq décennies.

    Et je le trouve très significatif en ce qui me concerne.

    Encore une fois, il existe des mondes parallèles et sur le plan collectif, notre planète prend des décisions tous les jours quant au cours qu'elle doit suivre. Je ne sais pas ce qui est établi et ce qui ne l'est pas mais j'imagine que cela repose sur des possibilités avec des résultats plus probables que d'autres à tout moment. Je ne prétends pas connaître tous les facteurs qui nous influencent ni tous les mécanismes, mais je sais qu'il y a infiniment plus que ce que ceux qui sont à l'origine de la matrice actuelle et qui contrôlent ses habitants nous enseignent, nous racontent ou nous permettent, soi-disant, de savoir.

    Le rêve

    Le monde était en éruption. Des volcans explosaient dans tous les coins. C'était la fin du monde et de la lave en fusion très chaude se répandait partout.

    Je m'enfuyais vers un lieu familier où j'avais l'habitude de jouer avec mes amis. C'était également un de ces raccourcis pour couper à travers champ et passer d'une rue à l'autre.

    Je devais courir parce que la lave descendait d'une petite digue droit sur moi. Je voyais deux scènes en même temps. Le quartier dans lequel je me trouvais et l'endroit où je m'étais réfugié, mais je constatais que le paysage du monde subissait partout le même phénomène volcanique. Il n'y avait nulle part où fuir pour personne et tout répit trouvé n'était que temporaire jusqu'à ce que les éruptions vous rattrapent.

    Je me trouvais donc dans cette allée qui nous servait de terrain de jeu tandis que la lave approchait. Il y avait un côté bordé par une immense haie, très haute, devant de grands arbres à côté desquels nous essayions de marquer des paniers au-dessus du garage. En regardant autour de moi, j'ai vu, tout à coup, un trou s'ouvrir dans la haie. Il faisait environ soixante centimètres de large et se trouvait à hauteur de poitrine de mon petit corps. J'ai couru vers lui et ai plongé tête la première.

    Propulsé dans l'espace

    Je me suis, en quelque sorte, immédiatement retrouvé propulsé en suspension dans le cosmos par ce tuyau d'aspiration géant. C'était incroyable. J'étais là, les bras écartés, flottant dans le silence le plus absolu dans l'espace. La Terre était invisible mais moi j'étais là ! Voguant parfaitement immobile, ébloui par cette vue imprenable et cette expérience.

    Puis je me suis réveillé. J'ai fait ce rêve au moins cinq ou six fois d'autant que je me souvienne, voire davantage.

    Exactement le même rêve à chaque fois sans aucune variation. C'était inquiétant et cependant très beau et paisible à la fois. J'ai toujours été fasciné par les volcans et les changements terrestres majeurs. La force démesurée de la nature est réconfortante quand on sait l'apprécier. Elle nous remet à notre place insignifiante dans le grand ordre des choses.

    Ai-je eu accès à une trappe d'évacuation ? Une porte des étoiles1 express vers la liberté ultime ?

    Qui sait ? Quelque chose de similaire va peut-être s'ouvrir à nous. Cela pourrait symboliser l'expérience de la mort et le retour de notre conscience à sa source d'origine. Cette fascination pour les trous de ver2 et les passerelles interstellaires illustre l'influence considérable que cet archétype exerce sur nous. L'existence de tels portails a été décrite depuis des millénaires.

    Dans ce temps-là, dans les années 50, à l'époque de mes 5/6 ans, on ne parlait ni de trous de ver ni de portails interstellaires d'aussi loin que je me souvienne de mon si jeune âge. On avait Guy l’Éclair3 et son vaisseau spatial en carton et tous ces films bébêtes avec des dinosaures et cela suffisait sans doute à stimuler nos petits imaginaires. À moins qu'on nous ai montré quelque chose.

    Les divertissements haute-technologie d'aujourd'hui laissent très peu de place à l'imagination. Tout le travail est déjà fait au lieu du public cible pour entrainer les pauvres gosses crédules vers les sombres enfers sataniques et la violence gratuite. Tout ceci est encore le fruit de manipulations sociales mais ils ne peuvent pour autant pas réprimer totalement la conscience.

    Conclusion

    Les sujets des rêves et des dimensions parallèles méritent une attention particulière. Il y a tant à apprendre si nous parvenons à exploiter la plénitude de notre expérience consciente voire même inconsciente. Si notre point de vue ne prend pas tout en considération, nous nous basons sur une vision partielle des choses.

    C'est là toute la beauté de la conscience. C'est un peu comme avoir un trou de ver intégré vers tout à condition d'apprendre comment y avoir intégralement accès. Toutes les possibilités nous attendent.

    Il nous suffit juste d'être pleinement ce que nous sommes déjà.

    Vivement que tout soit activé !

    La vitesse de l'éclair, ça vous tente ?

    Traduit de l'anglais par Ey@el
    © lapensinemutine.eklablog.com

    Notes et références

    1. ^ Une porte des étoiles est un appareil de transport interplanétaire fictif du film Stargate, la porte des étoiles. Il est l'élément central de l'univers de fiction Stargate qui comprend les séries de télévision Stargate SG-1, Stargate Atlantis, Stargate Infinity et Stargate Universe. Ces appareils sont décrits comme ayant été créés par un peuple appelé « les Anciens », et ils servent à manipuler l'espace-temps, principalement dans le but de créer un trou de ver permettant de voyager rapidement entre deux points de l'espace-temps, d'une porte à l'autre. (Wikipédia)
    2. ^ Un trou de ver, en physique, est un objet hypothétique issu des propriétés de l'espace-temps. Il formerait un raccourci à travers l'espace-temps. L'utilisation d'un trou de ver permettrait le voyage d'un point de l'espace à un autre (déplacement dans l'espace), le voyage d'un point à l'autre du temps (déplacement dans le temps) et le voyage d'un point de l'espace-temps à un autre (déplacement à travers l'espace et en même temps à travers le temps). Les trous de ver sont des concepts purement théoriques : l'existence et la formation physique de tels objets dans l'Univers n'ont pas été vérifiées. (Wikipédia)
    3. ^ Guy l’Éclair est la version francisée de Flash Gordon, un héros de bande dessinée de science-fiction créé en 1934 par Alex Raymond.
    La reproduction du contenu de ce billet est strictement interdite.
    © lapensinemutine.eklablog.com. Tous droits réservés.

    Haut de page

    Bas de page

    « Question au zèbrePolice karmique »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :