• Stop au harcèlement

    Haut de page

    Bas de page

    Article d'Ey@el et graphisme de Queen Paramount

    Dix pour cent des élèves en France se disent victimes de harcèlement à l'école mais ce chiffre est bien inférieur à la réalité. En effet, combien de victimes préfèrent se taire et souffrir en silence pour finir par mourir à petit feu (peur des représailles, honte, parce que des abrutis d'adultes leur disent que c'est normal à cet âge-là, que c'est la vie, etc.) ou bien mourir tout court. Car oui, le harcèlement scolaire peut tuer : 1000 décès pour 10.000 tentatives de suicide par an rien que dans l'hexagone — parce qu'il s'agit d'un phénomène mondial.

    « Nombre de victimes développent une phobie sociale, avouent une perte de confiance en soi, sombrent dans la dépression, l’anorexie, la boulimie, voire se scarifient le corps et, bien souvent, désertent l’école ou se retrouvent en échec scolaire » explique Andrea Rawlins-Gaston, auteur d'un documentaire intitulé Souffre-douleurs, ils se manifestent diffusé sur France 2 dans le cadre de la série Infrarouge le 10 février 2015. « Il est donc vital que cesse, enfin, la minimisation de ces actes par certains qui n’y voient que des gamineries ou un passage obligé. »

    Un sujet grave que la réalisatrice qualifie de « phénomène de meute » et que j'avais déjà évoqué dans la Pensine en avril dernier (voir Articles connexes). À l'occasion de cette rentrée des classes, il me semblait plus qu'opportun de le rappeler à vos esprits que vous soyez profs, parents, grand-parents, élèves ou tout simplement des êtres humains soucieux de ce qui les entourent et non pas uniquement préoccupés par ce qui les affecte personnellement ou indirectement.

    L'image ci-dessus résume parfaitement la situation. Ce graphisme simple et percutant, réalisé à la gouache, est l’œuvre d'une jeune fille de 13 ans dont j'aurais vraiment été fière d'être la maman si j'avais eu cette chance. Non seulement Queen Paramount (Queenie ou Flavie pour les intimes) est très douée pour le dessin, la musique, l'écriture mais elle fait également preuve d'une incroyable maturité pour un si jeune âge et n'hésite pas à s'investir à fond dans divers projets communautaires comme Des paroles et des actes, ce blog à plusieurs où ceux et celles qui se sentent malmenés par leurs camarades d'école peuvent venir se confier auprès de jeunes de leur age pour y trouver réconfort et conseils avisés. Elle est également une des personnes à l'origine de cette initiative géniale, plébiscitée par le staff d'EklaBlog, qu'est le projet EklaBugs auquel j'ai déjà participé à deux reprises cet été — et qui j'espère continuera encore longtemps car je le trouve très stimulant pour l'imagination et aussi que davantage d'adultes y participeront pour notre grand plaisir à tous.

    Ey@el

    La reproduction du contenu de ce billet est strictement interdite.
    © lapensinemutine.eklablog.com. Tous droits réservés.
    Graphisme reproduit ici avec la permission expresse de son auteur.

    Haut de page

    Bas de page

    « L'alignementL'avènement de la société sans numéraire »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    jack
    Lundi 7 Septembre 2015 à 12:58

    Et pour les parents il est si difficile de deviner ce que les enfants traumatisés cachent si bien car souvent ils ont honte de l'acharnement qu'ils subissent comme s'ils en étaient responsables ! Je sais de quoi je parle car c'est arrivé à ma fille  et malgré la confiance réciproque elle ne me l'a avoué que dix ans plus tard au motif qu'elle craignait ma réaction et des problèmes supplémentaires que cela aurait pu lui créer ! je l'ai appris dix ans après et je m'en veux de n'avoir rien vu.

    2
    Lundi 7 Septembre 2015 à 16:41

    Je comprends très bien ta fille et pour cause. C'est là tout le problème. Parfois il est plus facile pour les ados de se confier à des adultes autres que leurs parents mais encore faut-il que ces derniers veuillent les entendre et comprendre à demi-mots. Il y en a bien sûr mais pas suffisamment et puis avec ces histoires d'accusations à tort de pédophilie (quand les vrais passent au travers impunis), beaucoup d'adultes rechignent à s'occuper des gosses. Ce qui peut se comprendre aussi. P*** dans quel monde on vit ! C'est pourquoi je trouve ça bien que des jeunes prennent l'initiative de se regrouper  pour aider d'autres jeunes comme eux victimes de harcèlement. C'est sûrement beaucoup plus facile ainsi et je suis sûre que ça peut vraiment faire une différence, c'est pourquoi j'en parle des fois que ça donne des idées à d'autres (un tiers de mon lectorat a moins de 18 ans).

    3
    Mercredi 9 Septembre 2015 à 17:56

    l'un de mes fils a subi cela à l'école primaire et quasi sous le nez des maîtresses qui "ne voyaient" rien... heureusement j'étais souvent à l'école pour le chercher et donc je pouvais très bien observer, j'ai fini par attraper moi même un petit groupe de gamins qui s'étaient acharnés sur lui sur le chemin pour rentrer à la maison ! bien sûr ils ont nié et les parents les ont soutenus..... j'avais un petit garçon doux parmi des bagarreurs, il n'a jamais été très heureux dans cette école et moi je ne savais plus comment faire pour l'aider ("apprendre à se défendre" oui... mais avec des mots, c'est ce que je lui disais...) !

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :