• Toutes les vérités sont vraies, il faut vous y faire

    Article de Michael Forrester traduit par Ey@el

    Available in English

    Un article très intéressant sur ce qu'implique réellement la tolérance en se fondant sur l'infinité des points de vue et qui devrait susciter pas mal de réactions. Normal. Ceux qui me connaissent seront néanmoins surpris d'autant que Michael Forrester semble vouloir démontrer que le végétarisme serait lié à un problème d'acceptation spirituelle et que je ne suis pas vraiment d'accord sur les raisons présumées selon lesquelles, d'après lui, certaines personnes, dont je suis, auraient adopté ce mode d'alimentation. Comme quoi, il démontre par là même que tout n'est vraiment qu'affaire de perspective et que personne n'est dans la tête de personne et ne peut comprendre ses motivations, ses ressentis, etc. Personne... sauf peut-être les psys et assimilés !

    Sérieusement, je ne suis pas intégriste de la chose (il m'arrive de consommer du poisson) et je tiens absolument à souligner ou à rappeler que je n'ai jamais pointé du doigt ceux qui se nourrissent différemment mais que j'ai eu la tristesse de constater que c'était loin d'être réciproque. En fait, les plus virulents ne sont pas, comme on pourrait s'y attendre, les « conditionnés », les « mécréants » ou les « moutons » comme on les appelle communément dans les milieux « éveillés », mais bel et bien et surtout des personnes « spirituelles » faillant au principe même de tolérance qu'elles ne se privent pourtant pas de prôner à qui veut l'entendre. Peut-on se dire spirituel et montrer du doigt ou juger ? Je ne cherche pas à régler de comptes ici ni ailleurs, d'autant que quand il pleut je préfère me contenter d'ouvrir mon parapluie et continuer d'avancer même lorsque tous les nuages décident d'inonder ma route. Simplement, il se trouve qu'avec les meilleures intentions du monde, on en vienne parfois à tomber dans des ornières. Cela nous arrive à TOUS et nous sommes bien contents lorsque quelqu'un nous tend la main sans nous dire « Tu vois, je te l'avais bien dit ». Donc pas de cadeau empoisonné, juste un petit rappel avec le sourire. Et toujours ces bons vieux jeux de l'ego.

    Ey@el

    Comment ne peut-il n'y avoir qu'une seule vérité ?

    Il est souvent fastidieux d'aborder ce sujet sans se heurter à la résistance d'egos qui par millions réfutent tout bonnement un tel concept dans toute sa simplicité. Passer de la dualité à l'acceptation que toutes les vérités sont vraies, en dépit de la perception, de l'interprétation ou de la validité accordée par une ou plusieurs personnes, est un combat comme il n'en a jamais été mené jusqu'ici. Prendre ceci au sérieux constitue un défi pour la plupart du fait même du questionnement de la nature humaine : « Comment ne peut-il ne pas n'y avoir qu'une vérité ? » Ma réponse est toujours « Comment ne PEUT-il n'y avoir qu'une SEULE vérité ? » Pouvez-vous voir à travers le regard des autres ? Pouvez-vous ressentir leurs émotions ? Avez-vous fait l'expérience de leur vécu ? Pouvez-vous adopter tous les points de vue ? Certes non. Il ne peut donc y avoir une vérité unique pour tout le monde et si vous ne croyez pas cela, c'est parce que vous vous faites votre idée personnelle de la vérité. Vous saisissez ?

    Rien ne peut ou ne pourra jamais exister en dehors de votre imagination car vous êtes le créateur de votre réalité. Tout ce que vous imaginez être vrai le devient aux confins de votre création parce qu'il n'existe rien au dehors. Essentiellement, cela signifie que le point de vue de chacun est sa propre vérité.

    La vérité fondamentale est que toutes les vérités sont vraies

    La vérité fondamentale est que toutes les vérités sont vraies. Là encore, il s'agit d'une perspective mais beaucoup diront qu'il s'agit d'une vérité suprême.

    Partageons-nous certaines vérités ? Bien sûr. Nous nous accordons sur le fait que le ciel est bleu et que l'herbe est verte mais si quelqu'un nous contredit, pouvons-nous affirmer à 100% que sa vérité est incorrecte ? Non, parce que nous ne pouvons témoigner de son point de vue. « Mais des millions de gens sont d'accord avec moi. » Peu importe. Vous ne pouvez toujours pas témoigner du point de vue de ceux qui sont en désaccord avec vous quelles que soient la justesse et l'assurance de votre position.

    C'est pourquoi toute croyance aussi délicate qu'elle puisse être devrait être respectée.

    Je crois effectivement en Dieu mais puis-je prouver à un athée qu'il existe? Ou puis-je démontrer l'irrecevabilité de sa croyance en aucun dieu ? Absolument pas. Ceci est leur vérité et je dois la respecter parce qu'aux confins de leur vécu, elle est tout aussi valable que la mienne même si elle s'y oppose totalement.

    Lorsqu'il m'arrive de croiser des athées, je les aime autant que les autres êtres humains et je me réjouis de leur point de vue. Ils sont venus ici dans le but de faire l'expérience de nos espèces en tant que machines biologiques sans âme et sans avant ni après. Intéressant. J'aimerais pouvoir éprouver leur ressenti, ce qui a peut-être été le cas dans d'autres vies, mais dans celle-ci mes croyances sont toutes autres : différentes. Non pas plus justes, plus correctes ni plus vraies que celles des athées mais juste différentes. Nous devons apprendre à remplacer la peur de l'inconnu par la curiosité plutôt que la colère.

    Les êtres humains sur cette planète évoluent progressivement d'une phase consistant à s’entre-tuer pour des divergences d'opinions religieuses ou laïques à une nouvelle phase basée sur la compréhension de la raison d'être de la dualité sur Terre et la reconnaissance de tous les points de vue et vérités. Pourquoi ? Parce que nous sommes tous ici pour vivre des expériences différentes et qu'il ne nous appartient pas de juger celles des autres. C'est bien trop épuisant.

    L'aspect le plus merveilleux de la structure holographique de notre existence est que chacun de nous dispose de sa propre réalité et expérience qui constitue sa vérité. Il n'y a pas une seule personne au monde qui échappe à cette équation. Nous sommes tous logés à la même enseigne.

    Il n'existe aucune bonne ou mauvaise méthode pour poursuivre votre quête de vérité en matière de santé et d'alimentation

    Combien de différents types de pratiques alimentaires existe-t-il ?

    Entre les régimes cru, végétalien, végétarien, à base de poisson, paléo1 et probablement bien d'autres encore, y en-a-t-il un qui soit supérieur aux autres pour tous les habitants de cette planète ?

    Absolument pas, parce que sans prise de conscience du processus de transfert d'énergie que nous effectuons entre nos aliments et nous-mêmes, ils peuvent tous entraîner des problèmes de santé.

    J'ai été témoin de tant d'animosité entre différents groupes qui voulaient imposer leur mode d'alimentation respectif comme étant le plus approprié pour la prévention des maladies. Ils auraient tous tort. Il n'existe aucune méthode universellement correcte de prévention des maladies qui soit unique dans la quête de vérité relative à votre santé et en particulier en ce qui concerne votre régime alimentaire.

    Les conversations les plus intéressantes que j'ai eues ont été avec des végétariens qui pensent que c'est mal de consommer de la chair animale. Souvent, ils ont une mauvaise compréhension de ce qu'est le transfert d'énergie, en particulier lorsqu'ils se rendent compte qu'il n'y a pas une très grande différence entre la consommation de végétaux (considérés comme des formes de conscience inférieures) et d'animaux. Ce n'est qu'une affaire de perspective respectant un principe et une limite que de nombreux végétariens refusent de franchir.

    Sur cette planète, toutes les formes de prédation existent et que vous vous nourrissiez de végétaux ou d'animaux, vous n'en procédez pas moins à une interaction biologique pour un transfert énergétique. Beaucoup d'espèces sur Terre sont des prédateurs parce que nous en sommes. Nous ne vivons pas dans un monde de symbiose... du moins pas encore. Avant cela, dans certains domaines nous devons afficher une attitude prédatrice pour échanger de l'énergie par le biais de notre création.

    L'expérience de nombreux animaux n'est pas telle que nous l'imaginons. Ils ont accepté de vivre une existence qu'ils savent qu'ils quitteront en étant mangés. Ils comprennent qu'ils sont des êtres éternels avec une connexion profonde à la conscience collective en relation avec leur mode d'expression. Lorsque nous adoptons ce point de vue, nous n'avons pas besoin de nous distinguer par un régime alimentaire spécifique pour quelque raison que ce soit.

    Lorsque nous ignorons la conscience de notre corps et ses exigences, nous ignorons nos besoins fondamentaux. Nous ignorons l'énergie nécessaire à l'épanouissement de notre santé. De nombreux végétariens ne parviennent pas à intégrer pleinement ce concept et en subissent les conséquences au niveau de leur équilibre au bout d'une ou plusieurs décennies à ne consommer que des végétaux. Leur santé finit par se détériorer parce qu'ils sont toujours dans une phase d'apprentissage requérant un certain mode de subsistance. Il n'y a rien de mal à cela, mais pour eux, c'est comme s'ils enfreignaient certaines limites. C'est la manière dont ils perçoivent cette relation avec nos interactions biologiques qui fait toute la différence. Cela ne veut pas dire que tout les végétariens auront des problèmes de santé mais ceux dont c'est le cas sont souvent ceux qui ont besoin de revenir aux transferts énergétiques impliquant des animaux.

    Il s'agit d'avoir de la gratitude et de l'appréciation pour cet échange d'énergie qui vous est offert. J'ai, par exemple, entendu parler de nombreux végétariens qui s'étaient résolus à reprendre une alimentation carnée pour raisons de santé. Ils se nourrissent désormais de viande bio d'animaux nourris aux pâturages et élevés dans des fermes où l'on se soucie de leur bien-être et dont les pratiques d'abattage sont honorables. Ces anciens végétariens sont maintenant épanouis. Ils ont accepté une relation avec ces animaux avec laquelle ils se sentent à l'aise et cet échange d'énergie s'avère propice à la conscience de leur corps.

    J'ai constaté que dès que ces végétariens trouvent une relation spirituelle avec les animaux qu'ils ingèrent, il leur devient plus facile de poursuivre ce type de transfert énergétique que de s'imposer des restrictions alimentaires en se fondant sur ce principe.

    En n'ayant aucun mode d'alimentation particulier, vous adoptez le point de vue et la vérité que vous estimez être un mode de subsistance correct. Il est important de ne pas juger en fonction de ce que mangent les autres surtout de comparer vos régimes alimentaires. C'est un piège de l'ego qui ne fera que générer des déséquilibres dans votre alignement à autrui. Tous les choix de mode alimentaire devraient être respectés. Gardez toujours à l'esprit que personne ne serait attiré par un mode en particulier s'il ne lui apportait pas quelque chose et cela inclut la malbouffe.

    Oh, et tout ce qui précède n'est que ma vérité à moi que je partage avec vous et je suis tout disposé à entendre la vôtre quand il vous plaira.

    Traduit de l'anglais par Ey@el
    © lapensinemutine.eklablog.com

    Notes et références

    1. ^ Le régime paléolithique ou paléo se base sur l'alimentation supposée des humains à cette époque. Il consiste à consommer principalement du poisson, des viandes d'animaux élevés au pâturage, des œufs, des légumes, des fruits, des champignons, des racines et des noix excluant céréales, légumineuses, laitages, pommes de terre ainsi que sel, sucre et huiles raffinés.
    La reproduction du contenu de ce billet est strictement interdite.
    © lapensinemutine.eklablog.com. Tous droits réservés.

    Haut de page

    Bas de page

    « Drogués aux OreoTélévision »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 25 Octobre 2013 à 01:28

    Parfait ce message, en un mot  il est  -  LE  RESPECT -

     J'apprécie particulièrement les dires de notre Ey@el...

    Quant à la spiritualité, il faut savoir en parler (sans ignorance surtout ), et principalement   l'appliquer, en étant rigoureux vis a vis de soi même, d'où tolérance envers les autres, et ne pas considérer "la spiritualité"  comme un foutoir"!

    2
    Vendredi 25 Octobre 2013 à 02:54

    Un mot en voie d'extinction ça, le R.E.S.P.E.C.T. comme chantait la grande Aretha !

    C'est bien que quelqu'un en parle, je voulais l'ajouter en intro mais je n'avais pas envie de faire trop long et c'était un peu hors sujet : tous les articles que je publie et traduis font écho en moi et sont bien souvent le reflet ou presque de mes pensées. Je dis "ou presque" car bien sûr, c'est impossible.

    Ce que j'aimerais souligner, c'est que ces auteurs, ces blogueurs -- certains journalistes professionnels, d'autres amateurs comme moi (même si la musique fut longtemps mon sujet de prédilection, dans une autre vie !) ne cherchent pas à délivrer des vérités mais uniquement à partager leur ressenti d'humains et pousser d'autres personnes à se poser des questions comme quelqu'un l'a fait pour nous tous un jour. Certains savent déjà tout, d'autres ne se posent pas en ces termes et souhaitent avancer en regardant combien marchent dans la même direction et d'autres encore voudraient que tout le monde les suive pour se conforter de leurs incertitudes.

    Ce n'est pas la bonne méthode à mon avis car c'est l'ancienne, celle qui ne fonctionne plus. Encore faut-il savoir s'immobiliser, faire le silence et écouter son âme. Je ne sais plus qui disait "Comment voulez-vous que les anges vous parlent si vous n'arrêtez pas de jacasser en permanence" (mentalement s'entend). J'aime bien cette idée. Nous vivons dans un monde où plus on est actif et performant plus on est bien vu. Dans le monde spirituel, il en est tout autrement. Les hautes vibrations ne sont pas produites par nos activités physiques mais par nos pensées profondes. Et quand on sait combien la pensée peut être créatrice, il ne faut surtout pas se priver d'une telle jouissance. La pensée mène d'ailleurs à l'action au contraire de l'agitation qui n'est que de l'action déconnectée. Mais il ne faut pas en vouloir à ceux qui n'y arrivent pas. Un jour viendra forcément où ils auront envie de se bouger pour leur vérité et non celle qu'on leur impose. Le plus tôt sera toujours le mieux.


    Désolée, ce n'est plus un commentaire, c'est carrément une conclusion !

    3
    Vendredi 25 Octobre 2013 à 14:30

    OUI, oui,  belle conclusion...sauf que PERSONNE ne sait TOUT....Ce qui est logique...puisque le TOUT est en constante évolution ! Savoir ceci rend humble, si l'intelligence est là pour le faire comprendre !  Mais  qu'est l'intelligence  ?  c'est l'ensemble des facultés mentales, permettant de comprendre les faits et les chose...( WIKI..)    Alors celui ou celle qui dit - "je sais tout" ou fait comme si, -  c'est moi  le-la- "plus mieux"   tambours battants, redresseurs des "torts" même insignifiants,  à tout va... Laissons les s'embourber, car aucun moyen d'atteindre leur petite cervelle où l'égo y est démesuré...et leur "spiritualité"  LA VRAIE, elle est où ?   

    4
    Vendredi 25 Octobre 2013 à 17:21

    Ce qui me donne envie d'ajouter que dans le domaine "spirituel", on encourage avec constance en laissant le choix mais on ne tente pas d'imposer : RESPECT du libre-arbitre. Dès que quelqu'un fait du forcing pour imposer ses idées, on sort du spirituel. Ce qui me fait penser à une vieille pub qui mettait en scène une descente du FBI dans un club à l'époque de la prohibition. Un agent reniflait un verre rempli de soda et quelqu'un lui disait  l'air goguenard : "Ca y ressemble, ça en a presque le goût mais ça n'en est pas" ou quelque chose d'approchant.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :