• Pourquoi les réseaux sociaux peuvent vous rendre encore plus mal

    Article de Laura Marie

    Available in English

    La « folie » de ces dernières années, ce sont les réseaux sociaux, toujours plus grands, plus nombreux et plus puissants. Même si je trouve ces inventions extraordinaires à de nombreux niveaux, je trouve qu’il y a un sérieux « malaise » et sérieux problème qui découle de l’intoxication aux réseaux sociaux. Enfin, je ne suis pas la seule à le penser, puisque depuis 2013, pour la première fois, « l’addiction à Internet » a été reconnue comme une maladie mentale classifiée par la médecine et par les psychologues.

    Cette addiction commence de plus en jeune, aussitôt que l’âge de 12 ans pour certains. Internet est un échappatoire, que l’on utilise pour apaiser ses émotions, fuir sa réalité, et influer sur son humeur. La plupart des addicts à Internet ne savent plus faire la balance entre leur vie « off line » et « online ».

    Il faut être honnête, la plupart d’entre nous consultent Facebook plusieurs fois par jour, idem pour nos mails, Twitter, Instagram, Pinterest et compagnie. Alors, si cela peut être utile pour faire passer le temps lorsque l’on attend son bus ou que l’on fait la queue au supermarché, ce n’est pas la même chose, quand regarder notre « fil d’actualité » remplace nos « vraies » activités dans notre vie et nous prend plusieurs heures par jour.

    Par rapport à mon travail, j’utilise beaucoup Facebook en particulier. Chaque jour je poste des citations, images, ou articles que je trouve intéressants ou inspirants. Pour cela, je me dois d’être à jour sur l’actualité et d’être active sur mes réseaux sociaux. Cela implique que je parcoure moi aussi mes fils d’actualité, les news des uns et des autres, que je réponde à mes messages, etc. Maintenant, le tout est de sélectionner avec attention les pages que nous regardons.

    Facebook (ou autres réseaux sociaux) peut présenter un grand danger : c’est tellement « vivant», que l’on a en quelque sorte l’impression de vivre lorsqu’on y est. Ça poste de partout, des amis, des demandes d’amis, des fan pages, des photos à n’en plus pouvoir, des news choc. C’est un cocktail de sensations, et parfois même de sensations fortes, ce qui nous donne vraiment l’impression de vivre, comme lorsque l’on regarde un film. Le problème, c’est que lorsque l’on éteint son film, ou là en l’occurrence son ordinateur, si l’on a pas de « vraie » vie, on peut se sentir bien vides, et bien seuls. On se rend compte que sa journée / soirée est passée, et que l’on a rien fait pour NOUS. On a regardé les autres vivre, faire du sport, cuisiner, sortir, voyager, mais pendant ce temps là, qu’avons-nous fait, nous ?

    La folie des « selfies » sur les réseaux sociaux

    La folie du moment, ce sont les « selfies » (photos prises dans le miroir), de soi, en petite tenue, pour montrer son corps, ses abdos, ses muscles. Cette année encore, les records de nombres de fans sur les pages fitness et sur Instagram explosent, c’est une sorte de mode, et de nombreuses jeunes filles et jeunes hommes se lancent dans l’espoir d’obtenir le plus de « fans », quitte à ne pas hésiter à se montrer de manière très dénudée pour attirer encore plus de monde.

    Bon nombre de ces personnes qui accumulent des centaines de milliers de fans, ne sont ni experts dans leur domaine, ni réellement là pour aider les autres mais simplement se montrer et combler leur besoin d’attention et leur impression d’être « célèbres ».

    Le problème c’est que beaucoup de jeunes filles et jeunes hommes qui sont abonnés à toutes ces pages remplies de selfies ne voient plus en permanence que des photos d’abdos et de filles en string, et deviennent petit à petit totalement déconnectés de la réalité, pour ne plus vivre que dans un monde virtuel, les rendant de plus en plus mal dans leur peau (à l’inverse de les motiver comme ils le pensaient initialement).

    Au lieu d’être inspirée en voyant les photos, la personne commence à l’inverse à petit à petit culpabiliser par exemple de ne pas faire autant de sport, de ne pas avoir le même corps (ne sachant même pas si ce corps est sain ou malsain), et c’est pareil pour le « modèle » en question, on ne connait bien souvent rien de la vie de la personne, et on ne se fie qu’à ses posts et photos, bien sûr tous minutieusement étudiés pour augmenter le « succès » de la personne sur les réseaux sociaux et donner une certaine image bien précise, donc souvent très loin de la réalité. (Rares sont les personnes qui vont parler des moments où elles se détestent, où elles vont mal ou quand elles se sont faites vomir, plaquées par leur petit ami etc… on ne parle que de ce qui « fait bien » et ce qui donnera des « likes »). On fait semblant d’avoir une vie parfaite. C’est ça le grand malheur des réseaux sociaux, cela peut devenir un géant masque de fausse perfection et de faux bonheur. Un feu d’artifice de faux semblants.

    Même s’il y a des côtés positifs à tout cela, cela peut nous apporter une certaine « motivation », idée de ce que l’on pourrait devenir physiquement, ou styles de vie, etc, je trouve que les côtés négatifs ne sont pas à négliger et qu’il faut en parler. Cela peut réellement agir sur vous, même inconsciemment.

    Devenir dépendants de l’attention

    Autre problème dans les réseaux sociaux, c’est que finalement l’on risque de devenir ainsi dépendants de l’attention que l’on reçoit en retour de nos posts. Si l’on reçoit 100 likes pour une photo, ou 2 likes, on ne se sentira pas pareil. Notre égo se nourrit désormais de likes. Et si l’on ne contrôle pas délibérément cela dans nos têtes, en se rappelant que cela ne détermine en aucun cas la valeur de ce que nous écrivons, ni notre propre valeur, nous pouvons même tomber en dépression, en se sentant « ignoré », « petit », « sans valeur », parce que personne ne like nos statuts ou nos photos.

    Vous rendez-vous compte où nous en sommes rendus ? C’est ainsi que des personnes tombent dans les excès et que pour avoir toujours plus d’attention, sont prêtes à tout (images sexy, chocs, titres aguicheurs, etc); C’est la course aux likes et aux clicks.

    Se vider de son énergie

    A la fin de la journée, et surtout si l’on ne sélectionne pas minutieusement toutes les pages que l’on « aime » et tous les amis que nous avons, nous pouvons nous sentir « vidés », après avoir parcouru notre fil d’actualité, de tout ce que nous avons vu. Tout est énergie dans ce monde, et oui, lire quelque chose qui n’est pas inspirant, voir une photo d’une personne qui est égocentrique, ou lire un commentaire qui nous énerve, peut pomper votre énergie, inconsciemment.

    Nous sommes tous interconnectés et nous percevons tous les choses à un degré supérieur à tout ce que vous pouvez imaginer.

    Si vous vous êtes déjà sentis vidés après avoir été sur Facebook, malgré vos 500 ou 5000 amis ou 30 000 fans, alors vous avez expérimenté ce dont je parle. Vous vous êtes vidés de votre propre énergie.

    De plus, pendant ce temps là, encore une fois, vous n’avez pas « vécu ». Vous n’avez rien fait « pour vous ». A l’inverse, l’acte de créer, de faire quelque chose pour soi, nous donne de l’énergie.

    Comment se désintoxiquer – et faire le tri

    Mon conseil, c’est de faire un point sur le temps passé sur les réseaux sociaux, et de réduire ce temps, au minimum, pour ne consulter que les pages qui nous AIDENT et nous INSPIRENT réellement, et non celles qui nous vident de notre énergie.

    Cela prendra du temps au départ de faire ce tri mais je pense qu’il est vital pour faire ce nouveau départ qui est de plus VIVRE et moins REGARDER.

    Les réseaux sociaux sont pour moi encore une fois une merveilleuse invention, qui m’ont moi-même permis de découvrir et rencontrer des personnes merveilleuses par ce biais, mais j’en ai compris également les travers, et mon utilisation des réseaux sociaux est désormais claire et précise : Utilisation professionnelle et personnelle pour garder le contact avec mes amis et famille, et consultations de pages qui m’inspirent réellement et qui m’apportent des choses, qui ont une belle énergie, qui ont été créées par des personnes dans le but d’aider (et oui, nous percevons l’énergie de la personne même à travers sa page et cela peut nous atteindre inconsciemment si cette personne n’a pas une belle énergie / vibration élevée).

    N’oubliez pas que tout ce que vous regardez, entendez, dites, et pensez a une influence sur vous, sur votre énergie, et donc sur votre bien-être général (santé, sommeil, humeur, poids, etc…). Tout ce que vous faites ou pensez, soit vous donne de l’énergie, soit vous en prend (ou plutôt, c’est vous qui « donnez » votre énergie). Il est donc important de se préserver et de conserver son énergie.

    Conserver son énergie et l’utiliser pour des choses qui comptent

    Il est important de se reconnecter à sa vraie vie, à ses vraies envies, à ses vrais projets, à ses vraies passions, et aux vraies personnes qui nous entourent. Le temps passe vite ! et encore plus vite maintenant avec les réseaux sociaux.

    Dans un précédent article, j’ai partagé avec vous 15 techniques pour rester positif et augmenter sa fréquence vibratoire (nous sommes des êtres énergétiques) — autrement dit, comment conserver son énergie, être bien, plus heureux.

    En faisant ces choses, vous aurez donc plus d’énergie vitale, vous serez plus positifs et donc vous serez plus inspirés pour votre propre vie et votre propre chemin, plutôt que de n’être qu’observateur de la vie des autres.

    Je conseille fortement de se couper de cette habitude de regarder la vie des autres, que ce soit sur les réseaux sociaux, à la télé, et les magazines people. Ne regardez la vie des autres que si c’est quelque chose qui vous inspire et vous aide réellement.

    Comment savoir si cette personne vous inspire et vous aide réellement versus vous vide de votre énergie ? Vous le sentirez dans votre corps et votre tête ! si après avoir vu ou lu cette personne, vous vous sentez revigorés, plein de pensées positives et inspirés pour votre propre vie, alors c’est bon. Mais si à l’inverse après avoir regardé telle émission ou telle personne, vous vous sentez moins bien, vous n’avez envie de rien faire, vous êtes démotivés voire déprimés et avez de mauvaises pensées sur vous-même, alors il est temps de supprimer cette personne de votre vie. Posez-vous les bonnes questions : Qu’avez-vous fait depuis ces 6 derniers mois de différent ? Qu’avez-vous accompli de nouveau ? Et ces 2 dernières années ? Et qu’auriez-vous pu réaliser, à la place de tout ce temps passé sur internet / devant la télévision ?

    Rien ne remplacera jamais l’acte de faire et d’expérimenter les choses par nous-mêmes. Regarder un film pornographique ne remplacera jamais un vrai acte sexuel. Passer sa journée sur Pinterest à poster des photos de robes de mariées ne remplacera jamais le bonheur d’un vrai mariage réussi. Et partager des photos de fitness si vous n’allez pas en salle de sport, ne vous fera pas avoir de résultats. Il faut bien comprendre à quel point tout cela n’est que virtuel, et à quel point tout cela ne peut remplacer vos réelles expériences, pour lesquelles vous êtes venus sur Terre.

    L’être humain est fait pour « faire » et pour « créer ». Même si vous ne pensez pas que vous êtes créatifs, croyez-moi, quand vous vous sentez mal, et vides, c’est parce que vous n’avez pas créé. Vous n’avez pas accompli. Vous n’avez pas construit. Vous n’avez pas fait quelque chose de concret. C’est cela qu’internet empêche 90% des gens de faire. La plupart des gens n’ont déjà pas l’impression d’avoir accompli quelque chose dans leur journée de travail (ce qui est normal, étant donné qu’ils ne travaillent pas pour eux), alors si en plus, pendant son temps libre on ne réalise rien pour soi, c’est normal de tomber dans la dépression et la sensation de vide, que l’on essaye à nouveau, de combler en retournant vivre par procuration sur internet ou en regardant encore plus de télé.

    Alors, le mot d’ordre : Ne regardez uniquement ce qui vous sert, ce qui vous inspire et vous fait avancer, et ignorez le reste, pour reprendre le contrôle de votre vie, pour réellement VIVRE, et réaliser votre unique POTENTIEL. Internet est une merveilleuse invention et je suis convaincue que l’évolution des consciences à grande échelle aura lieu grâce à internet justement. Maintenant, pour cela il convient de sélectionner encore une fois les personnes et les pages ont une énergie positive et qui nous font évoluer, et non l’inverse.

    Par Laura Marie
    © lauramarietv.com

    Haut de page

    Bas de page

    « Mai AokiMerveilles »
    Pin It

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 24 Mai 2014 à 14:26
    Oh mon dieu mais c'est si vrai... Je n'ai ni Facebook, Ni Twitter, Ni autre. Même si j'en meurs d'envie, on me l'interdit. Moi je passe beaucoup de mon temps libre sur Eklablog ou à écouter de la musique... Beaucoup trop... J'aimerais demander twitter, mais je sais qu'il faut que lâche un peu mon ami électronique, en l'occurence l'ordi . Mes parents ne preferent pas que je l'aient pas pour cette raison, mais de peur que je "fasse de mauvaises rencontres". J'aimerais leur montrer qu'avec Twitter on peut bloquer les personnes indesirables comme me l'a expliqué mon amie. J'aimerais bien le demander, as-tu des conseils ? Bien sur, je me donne des limites de temps, même si celui-ci passe effroyablement vite.
    2
    Samedi 24 Mai 2014 à 16:50

    Affreux, ça utilise le pire réseau pseudo "social" et ça veut donner des leçons !!!

    3
    Samedi 24 Mai 2014 à 18:18

    @Indofan : Tes parents n'ont pas tort mais comme on dit la peur n'évite pas le danger et l'interdit suscite encore plus les envies donc t'apprendre à éviter les pièges serait une bonne chose (peut-être en "surf accompagné" pour communiquer avec les copains/copines que tu connais dans la vraie vie ?). Le fait de bloquer les indésirables c'est bien (en supposant que ça fonctionne vraiment) mais le problème justement avec les mauvaises rencontres, c'est que ça peut venir de gens qui endorment ta vigilance, se font passer pour des personnes de ton age et crois-moi les pervers sont doués. D'ailleurs même à mon âge on en rencontre encore et pas juste sur les réseaux sociaux  (là j'entends Neo qui s'esclaffe en tapant sur la table).  Je sais ça fait cliché et tout  mais à ton âge, on n'avait même pas d'ordi ni de smartphone et on ne vivait pas dans des grottes pour autant ! Sans Internet, j'étais en relation avec des gens dans le monde entier — même plus qu'aujourd'hui. C'est sûr que toutes ces technologies ont un avantage certain mais également une pléiade d'inconvénients plus ou moins dangereux. Si nos conneries d'ados ont pu être oubliées et effacées, ce ne sera pas le cas pour vous. Je veux dire que l'on évolue au fil du temps et que l'on regrette souvent des paroles, des trucs qu'on a aimé, etc. — les réseaux sociaux eux n'oublient pas. Ils  servent en fait de prétexte aux agences gouvernementales pour stocker des données perso et des tas de trucs que les gens refuseraient de dévoiler par d'autres biais.  Donc tout est stocké, archivé, décortiqué  et comme on dit dans les séries américaines "tout ce que vous direz pourra être retenu contre vous" (et quand on lit tous les dérapages hallucinants aux États-Unis, il y a sérieusement de quoi flipper). Tu te diras sans doute que ça n'affecte que les gens malhonnêtes et bien non justement (sinon on s'en foutrait évidemment). Quand tu chercheras un job et qu'on te le refusera pour un truc que tu auras dit quelques décennies auparavant, tu seras bien désolée. Je ne dis pas que ça t'arrivera à toi mais c'est déjà ce qui se passe notamment avec Facebook, le pire de tous comme dit Neo. Maintenant il y a aussi le temps que ça prend et ça je le reconnais, le temps file quand on est sur un ordi, c'est encore pire que la télé. Le problème c'est que moi-même j'ai beau me fixer des limites, j'ai déjà beaucoup de mal à les respecter (et je n'ai jamais mis les pieds sur les réseaux sociaux) donc effectivement ça peut aussi être une autre raison pour laquelle tes parents te l'interdisent. Donc, ma suggestion : en supervision et uniquement pendant les vacances, ça me semble un bon compromis qu'ils accepteront peut-être. D'ailleurs même sur Eklablog tu peux faire de mauvaises rencontres. J'avais lu quelques fils à ce sujet sur le forum. Dans ce cas, il ne faut jamais hésiter à en parler à tes parents ou aux admins d'Eklablog ou même sur le forum où il y a plein de gens sympas et de bon conseil. Sur les réseaux sociaux par contre, il n'y a jamais personne à contacter, c'est froid, inhumain, sans visage et pourtant ça a des yeux et des oreilles partout !

    4
    Samedi 24 Mai 2014 à 18:33

    Tu as raison ! Au collège on fait des interventions nombreuses de ce type dans chaque classe, et chaque année. C'est vrai, que si quelque chose arrive, nous aurions du mal a en parler, de peur de ce faire supprimer ce réseau dit 'Social' . J'ai aussi entendu parler de mauvaises rencontres sur Ekla, et rien qu'en lisant ce forum j'en ai la chair de poule. J'aimerais beaucoup utiliser Twitter par exemple, de manière simple à ne suivre que les personnes que je connais, ou encore mes idoles, qui sont alors notées 'certifiées'. J'ai aussi entendu parler de ces histoires d'emploi, et ça me fait carrément flipper aussi... Mais dans notre génération, il est difficile de ne pas avoir envie d'en avoir, nous aussi. La publicité, les amis qui en ont et qui nous insistent, avec ou sans accord parental... Je n'aurais jamais le courage de faire ça sans accord, et je ne l'aurais jamais. C'est aussi pour ces raisons que l'on a donné des limites d'âges. Le monde change... Bientôt on se mariera sur des forums et on fera des enfants par clé USB...

    5
    Samedi 24 Mai 2014 à 19:04

    Je dois dire que cet article est vraiment intéressant mais je ne suis pas à 100% d'accord avec.

    Pour moi les réseaux sociaux développent effectivement un culte de la personnalité à notre propre effigie. On s'intoxique en cherchant à atteindre le plus de "j'aime" possible ou en voulant le plus d'amis possibles. Certains se mettent à écrire des textes qu'ils pensent lyriques et qui ne sont en réalités que des choses très superflues: " depuis toujours je pensais que tu m'aimais et effectivement nos deux âmes se sont rencontrées et se sont fondues en une seule etc..." pensant ainsi pouvoir charmer l'opinion commune... Je ne critique pas les jolies textes d'auteurs ou encore TOUTES nos propres compositions mais bon, parfois ça commence à être lassant...

    De plus ce culte se fait avec la multiplication des photos de soit même, il ne s'agit plus de réseaux de partage fait pour resserrer des liens d'amitiés etc... mais de centres où l'on cherche à se faire accepter et où on se met en valeur. De même, cette idée qu'il faut se faire accepter va jusqu'à créer des pages dangereuses pour soit même telles que "À  l'intérieur je souffre mais je souris toujours" enfin des choses dans le genre... Donc je trouve que l'auteur de cet article à tort lorsqu'il dit que le but est de se montrer sous son plus beau jour. Ce n'est pas le cas de certaines personnes qui vont chercher à obtenir du soutient dans une réflexion pathétique, allant jusqu'à du morbide "je me mutile mais c'est pour aller mieux". Il s'agit de mon avis et évidemment ce commentaire n'est pas universelle. Toutes les personnes qui vont sur les réseaux sociaux n'y sont pas pour s'y dévoiler de façon exubérante et peuvent juste avoir envie de maintenir des liens etc...

    6
    Samedi 24 Mai 2014 à 19:14

    @Indofan : Ben déjà si tu as conscience de tout cela, tu es beaucoup moins vulnérable vu que tu te méfieras toujours d'instinct. Déjà, quelque part, ça devrait beaucoup rassurer tes parents.

    "Bientôt on se mariera sur des forums et on fera des enfants par clé USB..."
    Houla, mais c'est encore pire que ce que proposent l'Agenda 21 ! Déjà qu'apprendre que les anges n'ont pas de sexe en affole certains mais alors là, tu vas les achever PTDR !

    @Megalomania : C'est à cela que servent les commentaires et tous les points de vue sont les bienvenus. Je ne suis pas forcément d'accord à 100% avec tous les articles que je publie (disons 90-99% selon les cas) donc c'est très bien que tu interviennes ici. Par contre, j'ai peut-être mal lu mais il me semble que l'auteur ne condamne pas entièrement le phénomène. Comme je disais plus haut en réponse à Indofan, il y a du pour et du contre et il est important d'en avoir conscience et de trouver le bon équilibre. Je pense que le but de cet article était surtout d'attirer l'attention sur certains points et non d'en faire une règle absolue.

    7
    Samedi 24 Mai 2014 à 19:23

    Je trouve cet article très bien et très intéressant il met bien en avant l'idée que sur les réseaux sociaux il existe un culte de personnalité.

    Pourtant, je trouve que l'auteur à tort lorsqu'il dit que le but désormais est, à travers les réseaux sociaux,  de se montrer dans une "fausse perfection". Au contraire certaines personnes dérivent dans le pathétique en cherchant à obtenir le soutient, l'amour des autres, ou tout pour toutes autres raisons dont je ne connais pas l'origine et finalement se mettent en danger eux-mêmes. Par exemple lorsque les gens aiment des  pages telles que "je me mutile afin d'aller mieux" ou autres. Je suis dépassée quand je vois des gens qui aiment ces pages...  Bien je ne dis pas que toutes les personnes qui aiment ces pages veulent être acceptées et qu'il n'existe personne qu'y veuillent vraiment parler de ce qu'elles ressentent en adhérant à ces pages mais bon selon ma propre expérience et en voyant les personnes que je côtoie qui aiment ces pages, je vois bien qu'une grande partie n'est pas vraiment à 100% honnête ..

    8
    Samedi 24 Mai 2014 à 19:23

    C'est vrai ;)

    C'est ma vision des choses, mais si ça se trouve, je prédis l'avenir ! Mwhéhéhé ! PTDR !

    9
    Samedi 24 Mai 2014 à 19:32

    Bien sûr c'est évident. Les réseaux sociaux sociaux servent quand même et on un bon fond mais parfois ça va trop loin. Bien sûr, il s'agit de communauté donc il est difficile d'être dans un monde parfait mais c'était juste pour dire ce que je pensais lorsqu'elle disait qu'il s'agissait d'être parfait (certaines fois) dans les réseaux sociaux. Enfin quelque chose comme ça ah ah :p 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :