• Festival d'Avoriaz à Paris

    Article d'Ey@el

    Available in English

    Après les atrocités de ce dernier vendredi 13, ceux qui n'étaient pas superstitieux risquent de le devenir. Et les rescapés traumatisés à jamais du concert des Eagles of Death Metal au Bataclan définitivement. Pour ma part, je n'aurais jamais imaginé être aussi prophétique malgré moi en parlant, hier, de « jour maudit » (voir Article connexes). En fait, ce texte m'est venu sans réfléchir. Parfois je trouve qu'avoir trop d'intuition est carrément flippant.

    Bon, je n'étais déjà pas Charlie, je ne serais donc pas davantage Paris. Cela ne veut pas dire que je n'éprouve aucune empathie ni que je ne suis pas horrifiée par ce carnage. Qui ne le serait pas ? Devinez un peu ! En tout cas, pas moi. Et pas vous non plus.

    Simplement, il fallait s'y attendre avec le G20 qui doit se tenir demain en Turquie pour discuter de la réponse à apporter au terrorisme. Sans compter l'approche de la COP21, à Paris, sensée marquer un tournant décisif dans la mise en place du NOM mais qui se voit déjà un peu compromise par le fait que de nombreux pays ne sont pas prêts à signer l'accord et que des manifestations d'ampleur internationale s'organis(ai)ent activement dans la capitale (j'ai d'ailleurs programmé depuis une dizaine de jours un article sur la question qui paraitra en début de semaine prochaine).

    L'ouverture du festival

    Bref, plusieurs scénarios sont visiblement à l'étude et ils ont décidé de nous en faire carrément un festival. On dirait que le César va être, une nouvelle fois encore, attribué à un film gore (Braindead 2 ?)1. Plus simple que le thriller psychologique ou le film catastrophe, il a l'avantage de ne pas nécessiter de script alambiqué pour convaincre ni d'avoir recours à des stars. Juste quelques barbus sous contrôle mental (et peut-être aussi micropucés) avec des grenades, des mitraillettes, des pains de plastique et... tttta-ta-ta-ta... boum ! L'hémoglobine qui gicle partout, les morceaux de chair calcinée sur les murs, les âmes arrachées à leurs corps, l'horreur absolue, la douleur, la panique, la terreur, le traumatisme et puis la colère. Paris Kalash : le poids des maux, le choc des faux drapeaux.

    Ton esprit n'est qu'un programme
    Et je suis un virus.
    Je suis en train de changer ta fréquence,
    Je vais améliorer tes seuils
    Et te transformer en super drone...

    "Psycho", Muse (2015)

    Programmation mentale

    Pourquoi fallait-il s'y attendre ? Arrêtez de vous agiter cinq minutes et prêtez un peu attention à tout ce qui vous passe par la tête. Faites le tri et virez les implants. Regardez autour de vous, ce qu'on ne vous dit pas dans les médias.

    À ce sujet, Laura Marie écrivait dans son bulletin de septembre :

    Parallèlement, les forces opposées à la libération de l’humanité et à son émancipation (car cela va vouloir dire leur expulsion à terme), tentent de contrer ces vibrations qui augmentent par plus d’attaques et de noirceur (création de conflits mondiaux, catastrophes climatiques, drames). Il convient donc d’être très vigilants en ce moment à vos pensées et à la qualité de votre environnement de vie, ainsi que d’alimentation. Les attaques (fréquences vibratoires basses, ondes, attaques psychiques) sont envoyées dans le but de diminuer notre système immunitaire et de profiter de la fatigue physique qui est ressentie actuellement pour pénétrer nos corps physiques et subtils, ainsi que notre mental, notre garde étant baissée et notre aura affaiblie. Ainsi, le contrôle mental est décuplé en ce moment et nous allons avoir des pensées artificielles qui vont surgir dans nos têtes plus que jamais, pour nous rendre confus, dépressifs, ou suicidaires. N’écoutez surtout pas ces pensées. La technologie développée par ces civilisations et par le gouvernement est au delà de tout ce que bon nombre d’humains peuvent concevoir à l’heure actuelle, mais pourtant elles sont bien réelles et présentes. Les technologies de contrôle mental sont développées depuis fort longtemps au sein du complexe militaro-industriel. Cela fait longtemps que nous savons implanter des pensées qui ne sont pas les leurs, aux soldats. C’est ainsi que l’on peut leur faire tuer des femmes et des enfants de sang froid. Car ils sont tout simplement programmés pour. Nous pouvons programmer le mental comme un logiciel, et le piloter de l’extérieur, comme si nous pilotions un personnage de jeu vidéo.

    ~ Laura Marie, "Transition"

    Tous à vos patronus, les Détraqueurs2 sont lâchés !

    Ey@el

    Notes et références

    1. ^ Braindead (mort cérébrale) était le titre du film qui remporta le trophée lors de la dernière session du festival du film fantastique à Avoriaz en 1993.
    2. ^ Dans Harry Potter, les Détraqueurs sont des créatures qui se nourrissent de notre joie de vivre jusqu'à dévorer entièrement nos âmes. Pour s'en protéger, les sorciers qui en sont capables peuvent avoir recours à un Patronus, un sortilège faisant appel à des pensées positives et se matérialisant sous la forme d'un bouclier énergétique prenant la forme d'un animal à l'image de l'âme de celui qui l'émet.

    Articles connexes

    La reproduction du contenu de ce billet est strictement interdite.
    © lapensinemutine.eklablog.com. Tous droits réservés.

    Haut de page

    Bas de page

    « Jour de transeContrôle mental »
    Pin It

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    jack
    Samedi 14 Novembre 2015 à 15:58

    La tour Eiffel en deuil

      • Samedi 14 Novembre 2015 à 16:29

        Un symbole Illuminati en deuil ?  Cela fait longtemps que l'on porte le deuil pour tous ces gosses, ces civils tués en Syrie et ailleurs de la même manière. Ce n'est pas moins pire, désolée si ça choque. Aucun être humain ne mérite cela. Point barre. J'ai un peu l'impression de vivre en direct le film de Carpenter They Live (Invasion Los Angeles) sauf que les lunettes une fois qu'on les a sur le nez, impossible de les enlever ni de les passer à quelqu'un d'autre.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :