• Les jours fériés : sacrifices humains et magie... ce que vous ne savez pas

    Haut de page

    Bas de page

    Article de Drago De Silver traduit par Ey@el

    Available in English

    Comme vous l'aurez sans doute remarqué, même si elle dénonce et met en avant certaines informations sur des faits peu glorieux du monde dans lequel nous vivons, la Pensine s'efforce de ne surtout pas venir gonfler les rangs toujours croissants des sites alarmistes qui ne servent finalement qu'à semer encore davantage la confusion dans l'esprit des gens, mais pire encore, répandent peur et sinistrose en lieu et place de ceux qu'ils espèrent contrecarrer. Et que leur travail de sape soit involontaire (ou non ?) n'y change rien. Ce long préambule afin que vous ne vous mépreniez pas sur le choix de cet article qui est à prendre avec détachement. Savoir n'empêche pas de profiter, de s'amuser mais libère du piège mental de l'identification à un symbole détourné comme il a déjà été maintes fois évoqué ici. Et la bonne nouvelle c'est que cette prise de conscience est irréversible. Il n'y a donc rien de mal à célébrer ces fêtes du moment que l'on ne s'identifie pas à ce qu'elles sont censées représenter. De toute manière, si vous êtes dans l'énergie haute, aucune énergie basse (occulte) ne pourra vous en détourner du simple fait que pour elle, vous n'existez pas, n'étant pas réglés sur la même fréquence. Donc amusez-vous, soyez dans l'instant présent, ressentez avec le cœur et non avec le mental et laissez la véritable magie opérer d'elle-même. Évoquez un souvenir ou une pensée heureuse et dites « Spero patronum »1 !

    Ey@el

    Vous êtes-vous d'abord déjà demandé à quoi rimaient les jours fériés ? Si vous pensez qu'ils nous sont accordés pour prendre congé de nos employeurs ou bien qu'ils sont de nature purement religieuse, dans les deux cas, vous avez tout faux !

    Cet article va vous expliquer les sombres significations qui se cachent derrière ces fêtes. La plupart, ainsi que leur symbolisme, sont en fait liées aux sacrifices humains, à la magie et à la sorcellerie.

    1er-2 février : Fête de la marmotte (alias Imbolg)

    Cette fête marque le début du printemps et se situe à mi-chemin entre le solstice d'hiver et le premier équinoxe. Basée à l'origine sur le culte de la déesse Brigit dans la mythologie irlandaise, elle est toujours célébrée, à ce jour, par les Wiccans et les Païens. On l'envisage comme une nuit de sacrifice impliquant l'exécution rituelle d'un être humain en offrande aux dieux et déesses. Elle a lieu les 1er et 2 février, ce qui nous amène à la première connexion : la Fête de la marmotte2.

    Cet animal symbolise la Terre-Mère (parce qu'il vit sous terre). Nous pouvons rattacher cette information aux dieux et déesses et nous savons que Sémiramis (la déesse vénérée en tant que Mère de la Terre) sort de son hibernation (comme la marmotte — toutes deux sont des créatures de la terre, Sémiramis en étant la déesse). Ces deux symboles hibernent donc pendant l'hiver et les gens attendent leur arrivée. La marmotte marque également la renaissance et le printemps tout comme la déesse qui fait son apparition officielle le 21 mars.

    La plus importante célébration de la Fête de la marmotte a lieu à Punxsutawney, en Pennsylvanie. Sa proclamation consiste en un rituel exécuté par 13 hommes vêtus de noir, ce qui ressemble fortement à un cercle de 13 sorcières tout de noir vêtues :

    14 février : Saint Valentin

    Treize jours après Imbolg arrive la Saint Valentin qui est une fête païenne marquant l'apologie de l'amour et de la luxure. Le Pagan Book of Days indique que la déesse Februa était la patronne de l'amour que les Romains célébraient par des rites orgiaques. Cette fête fut initialement instaurée en l'honneur de Sémiramis, Tammuz et Nimrod (la première famille occulte). Il y eut quelques changements de noms en cours de route dont celui de Sémiramis qui devint Vénus, la déesse lunaire de la fertilité. On reconnait en Cupidon Tammuz, le fils, tandis que Nimrod (considéré comme la figure paternelle de la famille) fut rebaptisé Jupiter (la version romaine de Zeus). Tammuz alias Cupidon était connu pour décocher des flèches dans le cœur — considéré pendant un temps comme le siège de toutes les émotions du corps. La tradition d'offrir des fleurs et des sucreries est issue d'une pratique occulte au cours de cette fête où les fidèles apportaient ce type d'offrandes au temple pour la déesse du printemps (Sémiramis) qui s'éveillait de son hibernation.

    17 mars : Saint Patrick

    La version officielle de cette fête raconte qu'avec l'aide de Dieu, Saint Patrick aurait chassé tous les serpents d'Irlande. Il est surtout connu pour avoir tenté d'importer la chrétienté catholique dans les iles britanniques. Quoi qu'il en soit, les pouvoirs ésotériques en place ont tout transformé en leprechauns, shamrocks3 et arcs-en-ciel. Les premiers ont été initialement introduits dans les festivités de la Saint Patrick par nul autre que le grand maître de l'occulte, Walt Disney, avec Darby O'Gill et les Farfadets4, un film dans lequel il donne un ton bon enfant à ce qui est à la base une histoire d'êtres surnaturels et de pouvoirs magiques.

    Les leprechauns étaient, à l'origine, des créatures démoniaques maléfiques qui pouvaient dévaster tout ce qui se trouvait sur leur chemin (comme dans le film du même nom — ??? N.d.T.). Leur pouvoir était contenu dans une verge ou bâton, la shillelagh, qui est une perversion de la verge d'Aaron dotée des pouvoirs que lui avait conférés Dieu et qui serait également un symbole de Moloch, le dieu cornu. Les jardins suspendus de Babylone eurent un temple dédié à Nimrod (avec une seule ou deux cornes pour représenter Moloch pour lequel on se livrait à des sacrifices comme il est fait référence dans ce passage de la bible II Rois XXIII; 10 :

    Le roi (Josias) souilla Topheth dans la vallée des fils de Hinnom, afin que personne ne fît plus passer son fils ou sa fille par le feu en l'honneur de Moloch.

    La croyance voulait que le dieu cornu leur accorderait des bénédictions financières s'ils lui sacrifiaient leurs enfants et on pense que c'est encore d'actualité au vu du nombre incroyable de portés disparus dans le monde entier. Une étude datant de 1999 faisait état d'environ 800 000 disparitions d'enfants par an en Amérique - 800 000 est un chiffre extrêmement élevé qui ramène à 16 000 par état (dans le cas d'une répartition uniforme). Pour en revenir au culte de Moloch, ses adeptes portent toujours ses cornes sous forme d'un bijou communément appelé Corne italienne.

    On accordait des pouvoirs de guérison à la corne de licorne qui était considérée comme une des choses les plus précieuses qui soient au monde. Sous l'Inquisition, on torturait ceux qui refusaient de reconnaitre la force et l'existence de cet animal et de sa corne formée de spirales (à l'image du ziggourat de la Tour de Babel) qui est une autre référence à Moloch. Son acquisition vous apportait des bienfaits (toujours dans la même logique que les sacrifices). La shillelagh des leprechauns n'est qu'une représentation de plus de la corne de Moloch et de ses pouvoirs.

    Les arcs-en-ciel, au bout desquels se trouvent des trésors décrits comme des chaudrons remplis d'or que les farfadets feraient n'importe quoi pour recouvrer, symbolisent l'ancien culte du dieu cornu. Là encore, il est question de bénédictions financières qu'il octroyait en échange d'un sacrifice. On utilisait ces chaudrons pour les pratiques occultes dont le jeu sadique de la pomme dans l'eau (voir le symbolisme occulte d'Halloween).

    1er avril : Jour du poisson d'avril

    Cette fête intervient, 13 semaines après le Jour de l'An pour boucler le cycle de l'année. On estime que le festival romain de Hilaria serait son précurseur — et encore une de ces fêtes impliquant des sacrifices aux dieux et déesses païens.

    20-21 avril : Pâques5

    La fête que l'on appelle Pâques est normalement une période durant laquelle les Chrétiens méditent sur la résurrection de Jésus Christ. Toutefois, la signification occulte qui lui est rattachée nécessite d'être explicitée. Tout tourne autour de la déesse Ostara (alias la déesse babylonienne Ishtar, alias Éostre, alias la déesse de la lune, alias Sémiramis, alias la déesse égyptienne Isis, alias l'Aphrodite grecque, alias la Vénus romaine). Ostara/Éostre est la vieille orthographe et l'origine du mot Easter (qui en anglais veut dire Pâques — N.d.T.). À l'époque païenne, les sacrifices humains avaient lieu le premier dimanche après la première nouvelle lune (Ostara/Éostre) célébrant le retour de Sémiramis dans sa forme réincarnée de la déesse du printemps, Éostre et qui fait partie des phases cycliques de la triple déesse de la divinité féminine comme il a été mentionné précédemment.

    Les œufs de Pâques

    L'œuf de Pâques est issu d'une légende babylonienne voulant que la déesse Ishtar (alias Sémiramis) soient descendue du paradis dans un œuf. La chasse aux œufs de Pâques (Éostre) se base sur la tradition de la quête d'Ishtar qui lui permettait de renaître et d'octroyer ses bénédictions à la personne qui la trouvait. Cette légende de renaissance/d'œuf est à l'origine de l'assimilation de Sémiramis/Ishtar à la déesse de la fertilité.

    Le lapin de Pâques

    Le symbole du lapin est lié à sa rapidité de procréation qui s'accordait bien avec cette histoire de fertilité.

    Le Carême

    Le jeûne de Carême est une tradition qui viendrait du dieu babylonien Thammuz, décédé à l'âge de 40 ans. Chaque jour de Carême est ainsi considérée comme un an de sa vie, l'abstinence exprimant le deuil.

    Le jambon de Pâques

    La croyance voulant que Thammuz ait été tué par le sanglier qu'il pourchassait, la consommation de jambon à Pâques est donc une référence symbolique à cet évènement.

    Il faut savoir que je suis Chrétien aussi ce sujet particulier a piqué ma curiosité. Je concilie toutes ces curieuses connexions occultes avec le fait que, pour selon ma foi, leur signification actuelle est différente de ce qu'elle était quand ces traditions furent instaurées. Le concept chrétien du Carême est la commémoration des quarante jours que Jésus passa dans le désert à jeûner en résistant aux tentations du Diable (vous vous souvenez du Diable/Obama sur History ?6). Toutefois, mes recherches indiquent que les 40 jours sont véritablement une tradition visant à marquer le deuil de Thammuz. En fait, Doc Marquis cite Ezéchiel 8:14-18 montrant la colère de Dieu par rapport à cette pratique du Carême liée à Thammuz :

    Et il me conduisit à l'entrée de la porte de la maison de l'Éternel, du côté du septentrion. Et voici, il y avait là des femmes assises, qui pleuraient Thammuz. Et il me dit : vois-tu, fils de l'homme ? Tu verras encore d'autres abominations plus grandes que celles-là. Et il me conduisit dans le parvis intérieur de la maison de l'Éternel. Et voici, à l'entrée du temple de l'Éternel, entre le portique et l'autel, il y avait environ vingt-cinq hommes, tournant le dos au temple de l'Éternel et le visage vers l'orient; et ils se prosternaient à l'orient devant le soleil. Et il me dit : vois-tu, fils de l'homme ? Est-ce trop peu pour la maison de Juda de commettre les abominations qu'ils commettent ici ? Faut-il encore qu'ils remplissent le pays de violence, et qu'ils ne cessent de m'irriter ? Voici, ils approchent le rameau de leur nez. Moi aussi, j'agirai avec fureur ; mon œil sera sans pitié, et je n'aurai point de miséricorde ; quand ils crieront à haute voix à mes oreilles, je ne les écouterai pas.

    Ce passage semble indiquer qu'il y ait bien eu une période de deuil pour Thammuz considérée comme exacte d'un point de vue historique. Il y est question d'une vision transmise au prophète Ezéchiel pour lui montrer que le peuple vénérait les mauvais dieux (c.-à-d. Thammuz et les autres dieux du soleil). Ceci n'est, bien entendu, que mon interprétation personnelle et je suis ni prêtre ni théologien aussi vous pourrez élaborer votre propre théorie à ce sujet.

    Les confiseries de Pâques et les brioches de Carême

    Comme il a été mentionné à propos des autres fêtes, la Tour de Babel abritait en son sommet un temple pour Moloch. Les gens y apportaient des sucreries, des brioches et des fleurs pour lui rendre hommage. La tradition de consommer des petits pains briochés le Vendredi Saint est en vigueur dans divers pays à travers le monde et les théoriciens font référence au passage suivant de la Bible issu de Jérémie 7:17-21 :

    Ne vois-tu pas ce qu'ils font dans les villes de Juda et dans les rues de Jérusalem ? Les enfants ramassent du bois, les pères allument le feu et les femmes pétrissent la pâte pour préparer des gâteaux à la reine du ciel et pour faire des libations à d'autres dieux afin de m'irriter. Est-ce moi qu'ils irritent ? dit l'Éternel. N'est-ce pas eux-mêmes, à leur propre confusion ? C'est pourquoi ainsi parle le Seigneur, l'Éternel : voici, ma colère et ma fureur se répandent sur ce lieu, sur les hommes et sur les bêtes, sur les arbres des champs et sur les fruits de la terre ; elle brûlera, et ne s'éteindra point. Ainsi parle l'Éternel des armées, le Dieu d'Israël : ajoutez vos holocaustes à vos sacrifices et mangez-en la chair!

    Là encore, on voit que le Bible fait référence au peuple vénérant ces dieux et déesses occultes. On y trouve différents témoignages d'enfants traversant des feux en allusion aux flammes de Moloch dans la vallée de Géhenna (ou de Hinnom) où avaient lieux les sacrifices au cours desquels ils étaient brûlés. Voici une citation de Jérémie 7:31 :

    Ils ont bâti des hauts lieux à Topheth dans la vallée de Ben Hinnom pour brûler au feu leurs fils et leurs filles : ce que je n'avais point ordonné, ce qui ne m'était point venu à la pensée.

    Si les enfants parvenaient à traverser les brasiers, on leur octroyait le droit de vivre sans être poursuivis. Les parents devaient rester immobiles et impassibles en regardant leur enfant se faire brûler vif au son des tambours du prêtre païen afin que Moloch accepte cette « offrande ».

    La statue de la déesse Éostre a un croissant de lune au sommet du crâne, une autre particularité laissant entendre qu'elle serait la réincarnation de Sémiramis. Les déesses de la fertilité sont toutes considérées comme similaires : Diane, Éostre, Sémiramis, Estata, etc.

    19 avril - 20 mai : les 13 jours de préparation et le Premier Mai

    Les treize jours précédant et incluant le Premier Mai consistent en des immolations par le feu à Moloch (alias Bel, Nimrod, Saturne, etc.) à compter du 19 avril. Sachant qu'il existe des liens, dans notre passé, en référence à de sacrifices d'enfants à ces dieux païens, certains massacres perpétués à cette période de l'année et impliquant le feu et des enfants constituent des coïncidences pour le moins troublantes. Notamment l'incendie du complexe des adeptes du culte davidien à Waco, au Texas, le 19 avril 1993, mais également la tragédie d'Oklahoma du 19 avril 1995. En fait, Timothy McVeigh a invoqué l'incident de Waco comme mobile pour son attentat à la bombe commis contre le bâtiment fédéral Alfred Murrah. Tous ces événements pourraient-ils être liés aux sacrifices à Moloch dans la vallée de Géhenna ? Le monument national édifié par la ville d'Oklahoma à la mémoire des victimes a été inauguré à la même date, le 19 avril 2000, et chaque année, au même jour et à la même heure (9h02), on y tient des services rituels. Pour en rajouter à la sauce, Tamerlan Tsarnaev (l'un des suspects dans les attentats du marathon de Boston) a été exécuté d'une balle le 19 avril 2013.

    La fête de Beltaine commence le 30 avril et se termine avant le 1er mai. À mi-chemin entre l'équinoxe de printemps et le solstice d'été, elle est considérée comme l'une des quatre grandes manifestations occultes annuelles. Elle marque le début de la saison estivale où l'on avait pour coutume d'allumer des feux de joie pour protéger les cultures et les gens — les flammes symbolisant le soleil. Le culte sacré de la triple déesse y est célébré au moment où la phase de la Terre-Mère est de retour dans toute sa gloire sous les traits de Gaïa — la mère de la terre dans toute sa maturité (voir illustration ci-contre — N.d.T.).

    On appelait autrefois ces bûchers des « feux de caution » (bailfires en anglais — N.d.T.) en référence à ceux du dieu Moloch alias Bel. Ainsi, en substance, on pourrait parler de « feux de Bel ». Et là encore, revêtant différentes formes, on retrouve le sacrifice d'enfants au dieu occulte Bel.

    La danse de l'arbre de mai, qui met en situation des couples de danseurs évoluant en cercle (représentant la sexualité féminine) autour d'un poteau phallique masculin, est un autre symbole de fertilité pour Mère Gaïa. Des théoriciens prétendent que la Maison royale britannique des Windsor allumerait tous les ans un feu de Beltaine pour honorer cette fête. Il est à noter également que Adolf Hitler s'est suicidé le 30 avril 1945 et que sa dépouille aurait été incinérée à sa requête, laissant entendre qu'il souhaitait aussi être offert en sacrifice à Bel.

    21-22 juin : Solstice d'été

    Le solstice d'été est célébré comme le sacre de la pleine saison (dans l'hémisphère nord) entre le 20 et le 22 juin. Le soleil atteint son apogée dans le ciel donnant lieu à des fêtes pour honorer la fertilité du dieu soleil. Le mois de juin est, par tradition, celui des mariages en raison du parallèle avec la fertilité de l'ensemencement et de la récolte des cultures. Les Païens croient à l'union sexuelle du dieu et de la déesse au 1er mai (Beltaine) et l'importance de son respect impliquait que, ne pouvant rivaliser avec les dieux, les couples reportaient leur mariage à juin. La fête païenne de Litha (21 juin) est de ces nuits où l'on est censé se livrer à un sacrifice humain.

    Certains prétendent que la Saint Jean (24 juin) serait observée par les Francs-Maçons. C'est à se demander pourquoi vu que ces derniers n'adhèrent officiellement à aucune religion. Ils célèbrent les deux fêtes du 24 juin et du 27 décembre (toutes deux aux mi-points de l'été et de l'hiver pour la connexion astrologique). Jean-Baptiste était considéré comme le patron des tailleurs de pierre en Europe et les dates des fêtes estivales et hivernales furent instaurées pour faciliter la transition du culte païen au christianisme.

    4 juillet : Fête de l'Indépendance

    La fête de l'Indépendance tombe 13 jours après le 21 juin, soit 66 jours après le 30 avril (fête du 1er mai). Elle est censée respecter la Déclaration d'Indépendance de 1776 mais, à l'origine, sa célébration donnait lieu à de gigantesques feux de joie (voir la référence aux feux de caution/feux de Bel).

    Le premier président élu s'appelait John Hanson et porta les armes durant la révolution américaine avant que la constitution ne fut ratifiée. Il servit sous les Articles de la Confédération dont dépendait le Congrès continental avant que les États-Unis n'instaurent le système « formel » qui nous vient à l'esprit et dont George Washington fut le premier président. Certaines théories ont été avancées selon lesquelles John Hanson aurait été noir mais apparemment ce n'était pas le cas (à preuve du contraire, moi, je n'ai rien trouvé). D'autres encore prétendent que Samuel Huntington aurait été le premier président puisqu'il fut le premier à servir sous les Articles de la Confédération avant l'élection de John Hanson, mais comme vous pouvez le constater, savoir qui fut le premier président devient vite compliqué et c'est sans doute ce qui les poussa a déclarer George Washington comme le numéro un. Quoi qu'il en soit, notre premier président, qu'il s'agisse de ce dernier ou de Hanson, était un Franc-Maçon (vous noterez bien la posture avec la « main cachée » ) :

    19 juillet : 13 jours avant le Grand Sabbat de Lughnasa
    31 juillet - 1er août : Lughnasa ou la Fête du Grand Sabbat

    Marquant le début des moissons, à mi-chemin entre le solstice d'été et l'équinoxe d'automne, c'est une des quatre grandes dates des festivités païennes qui doit son nom au dieu Lugh. Les Wiccans la célèbrent avec des figurines de pain à l'image du dieu du maïs qu'ils sacrifient symboliquement avant de les partager. Beaucoup marquent le coup en observant la tradition de voyager ou de faire du stop pour se rendre jusqu'à un endroit pittoresque tel le sommet d'une montagne. Le défi, la beauté et la participation de la communauté étaient tous des éléments importants chez les Celtes d'Irlande à l'origine de cette fête.

    21-22 septembre : Équinoxe d'automne

    L'équinoxe d'automne marque le début de l'amincissement du voile qui sépare le monde spirite du monde physique (son apogée est le 31 octobre au cours de la nuit de Samain) et permet aux esprits démoniaques de traverser. C'est le moment où les jours et les nuits sont égaux connu chez les Païens sous le nom de Mabon. On parle également de fête des moissons ou de fête des récoltes — l'équivalent païen de l'Action de Grâce (Thanksgiving) et du partage de la nourriture. Le culte des dieux et déesses intervient pour conserver les bénédictions à l'approche de la saison froide et se situe également à mi-chemin entre Lughnasa et Samain. Un sacrifice humain est requis par les divinités afin de protéger la population de l'hiver.

    Et chaque année, à cette date d'apparence anodine, on célèbre la fin des moissons.

    31 octobre - 1er novembre : Halloween

    Samain (alias Veillée de tous les saints alias Halloween) est une fête dédiée au feu où pendant trois jours durant, on fait brûler des offrandes sacrificielles au dieu soleil. Samain rend hommage aux morts tout comme Beltaine aux vivants. Toute une kyrielle de traditions accompagnent les célébrations qui ont lieu du 29 au 31 octobre et dont le point culminant est la nuit d'Halloween. Samain est le seigneur celte des défunts et envisagé sous la forme d'un dieu cerf qui dans le domaine de l'occulte fait toujours référence au dieu masculin antique Nimrod que l'on représentait avec une seule ou plusieurs cornes ressemblant à des bois comme celles de Moloch (voir illustration ci-contre — N.d.T.).

    Pour mieux comprendre cette fête, il nous faut réviser ce que nous savons à propos l'occulte et les Païens. J'ai déjà expliqué, au début de cet article, ce qui motivait leurs attachements à ces manifestations mais un approfondissement concernant la prêtrise druidique s'avère nécessaire. Les Celtes débarquèrent sur les Iles britanniques avec leurs prêtres appelés druides depuis l'Âge du fer. Selon Wikipédia, on dispose de peu d'informations concernant ces derniers quand bien même certains théoriciens et des personnes ayant côtoyé des Illuminati et/ou le domaine occulte, prétendent tout savoir à leur sujet. On dit donc qu'ils détenaient toute l'autorité dans les tribus et décrétaient quand et avec qui on devait se marier, quand on devait partir en guerre, etc. Ce que l'on sait et considère comme un fait établi est qu'ils pratiquaient les sacrifices humains (d'où leur nombre important au cours de ces fêtes).

    Le célèbre site de Stonehenge est là où les druides se rendaient pour pratiquer le culte de leur dieu cerf lors des huit célébrations occultes annuelles (il existe beaucoup d'endroits comme Stonehenge sur la planète — celui-ci est juste le plus connu). C'est donc en de tels lieux qu'ils se livraient à des massacres au cours de rituels barbares comme celui de « la fontaine de sang » où ils pendaient une personne avec une corde serrée autour du cou et lui tranchaient la gorge pour provoquer une importante effusion de sang. Ils se rassemblaient à Stonehenge à Samain avec des courges et des citrouilles (initialement baptisées « bougies aux morts » et plus couramment aujourd'hui des « Jack à la lanterne ») qu'ils remplissaient de graisse humaine récupérée lors de précédents sacrifices aux dieux. Ils amenaient également des chaudrons qu'ils plaçaient sur un feu, les réchauffant pour la cérémonie dont il sera question un peu plus loin (pour ceux qui veulent savoir tout de suite, il s'agit de la tradition du jeu de la pomme). Ils tambourinaient aux portes des notables de la ville en hurlant « une offrande ou un sort »7 pour voir si le maitre des lieux allait sortir avec un don qui pouvait être un domestique, voire même un membre de la famille offert en sacrifice cette nuit-là. En récompense, ils recevaient une des citrouilles macabres qu'ils allumaient afin de protéger les occupants de la maison des démons invoqués à Samain. Ceux qui refusaient se retrouvaient avec un une étoile à six branches tracée à l'intérieur d'un cercle (un hexagramme) avec du sang sur leur porte d'entrée pour attirer les esprits et la malédiction sur toute la maisonnée.

    Il existe une autre théorie selon laquelle les gens plaçaient de la nourriture et des bougies dehors à l'intention des esprits démoniaques qui traversaient le monde physique le 31 octobre afin de les éloigner de leurs foyers.

    On regroupait les êtres humains destinés à être sacrifiés et on les alignait tandis que les druides jetaient des pommes dans les chaudrons en leur offrant la possibilité de recouvrer la liberté s'ils parvenaient à les extirper (de l'eau bouillante) avec les dents. D'aucuns tentaient le coup au risque de brûlures provoquant des dommages permanents à leurs yeux, oreilles, gorge, etc. Les autres s'abstenaient. Ceux qui n'attrapaient pas les pommes du premier coup étaient décapités sur le champ tandis que ceux qui avaient refusé le défi connaissaient une mort ardente. On les conduisait à un « Dieu d'osier » constitué d'un assortiment de cages d'osier à l'intérieur desquelles on les faisait entrer (exactement comme dans le film avec Nicolas Cage8). On mettait ensuite le feu à l'effigie en guise d'offrande aux dieux, ce qui nous ramène, une fois encore, à la connexion avec Nimrod et Sémiramis. Il est également à noter que le festival annuel de « l'homme qui brûle »9 est une reconstitution de cette cérémonie.

    Une autre tradition consistant à se travestir de costumes — qu'on appelait « donner le change » — fut instaurée en raison du fait que le voile entre les mondes spirite et physique était très mince à Samain et permettait aux âmes des défunts de rendre visite à leurs êtres chers. Les flammes sur les sites sacrificiels servaient de balises aux esprits pour pénétrer notre monde (d'où le rôle du « Dieu d'osier » fournissant offrandes et lumière éclairante au monde spirite). Les druides étaient persuadés que ces mesures ne pouvaient bloquer le passage aux mauvais esprits et, par conséquent, ils s'habillaient de manière effrayante afin de les repousser.

    Une autre origine aux « friandises ou un sort » viendrait de la croyance ecclésiastique selon laquelle le jour de la Toussaint, les membres de la congrégation devaient prier pour les âmes retenues pour une période transitoire au purgatoire. Lorsqu'une d'elle recevait suffisamment de prières, elle se retrouvait propulsée au Paradis. Halloween était le moment où les enfants faisaient de porte à porte pour collecter des gâteaux de l'âme et des prières pour permettre aux âmes de quitter le purgatoire.

    On avait recours à l'aide du Diable pour prévoir son avenir. On se livrait, pour se faire, à diverses pratiques assez singulières en apparence comme l'examen des restants d'une pomme croquée afin de déterminer s'ils avaient la forme d'une lettre qui symboliserait le nom du futur compagnon ou de la future compagne de la personne. Parmi les autres divinations, on pouvait également prédire le nombre d'enfants, le lieu de résidence, etc. Les tentatives de lire l'avenir sont occultes par nature et Halloween ne fait aucunement exception à cette règle. En fait, c'est la période la plus prisée de l'année pour les arts divinatoires. Les chauve-souris, les chats, les chouettes, les hiboux et les autres animaux rattachés à cette fête étaient assimilés à des incarnations du Diable dans le cadre du processus de divination. La sorcière pouvait utiliser ces derniers (Satan) pour l'aider dans ses prédictions.

    Halloween est la nuit durant laquelle le dieu cerf (masculin) prend le pouvoir jusqu'à ce que la déesse féminine du printemps reprenne le relai (Sémiramis) le 21 mars. C'est au 1er mai qu'elle atteint son apogée en tant que Mère de la Terre à Beltaine pour s'en aller sous la forme d'une vieille femme à Halloween et redémarrer un nouveau cycle.

    21-25 décembre : Noël

    Noël est rattaché à de nombreuses célébrations païennes telles que Yule, les Saturnales et le solstice d'hiver. La fête que l'on nomme Yule se déroulait autour de cette dernière (21-23 décembre) où le soleil est à son altitude la plus basse et commence à remonter à l'exact opposé du point où il culmine en pleine saison estivale (solstice d'été). On pensait que cette remontée représentait l'acceptation des sacrifices offerts à Samain.

    Yule finit par fusionner avec la fête chrétienne de Noël qui tire également ses origines des Saturnales, ces festivités romaines données en l'honneur du dieu Saturne. Cette période de festoiement et d'échange de présents est le symbole de l'introduction du concept du temps, des poids et des mesures qui provoqua la destruction de l'Âge d'or.

    Les Saturnales comportaient des sacrifices humains et se déroulaient du 17 au 23 décembre. Y figuraient des combats de gladiateurs dont les morts étaient considérées comme des offrandes supplémentaires au dieu Saturne. On y trouvait également l'idée d'inversion des rôles où les maîtres nourrissaient leurs esclaves (une pratique toujours en vigueur actuellement sur les lieux de travail lors des fêtes de Noël où les employeurs subviennent aux besoins de leurs employés).

    Les Romains participaient également, le 25 décembre, à une autre célébration appelée Dies Natalis Solis Invicti ou « l'anniversaire du Soleil invincible ». Sol Invictus était leur dieu soleil qui pourrait être une autre resucée de Nimrod et Sémiramis. Les descriptions qui en sont faites sont à l'image de la Statue de la Liberté inspirée de la déesse romaine Libertas.

    Des vers que l'on rédigeait par écrit accompagnaient les présents offerts lors des Saturnales qui se transformèrent par la suite en cartes de vœux10. On s'adonnait à des festins afin d'honorer la période imminente des mois de disette allant de janvier à avril au cours de laquelle la nourriture se faisait rare — qui débouchèrent sur le réveillon de Noël. On y consommait des biscuits en forme de personnages humains (les bonhommes en pain d'épice) et on avait également pour coutume de chanter dans les rues (les chants de Noël).

    La date du 25 décembre entra dans la tradition romaine grâce à Jules César qui fit « resynchroniser » le calendrier avec le soleil et le solstice d'hiver qui avait lieu à cette date. C'est aux alentours du IVe siècle que les Saturnales furent intégrées à Noël afin de convertir les Païens au christianisme.

    Voici d'autres thèmes et symboles courants que l'on retrouve à Noël avec leurs origines occultes :

    Les arbres

    Le livre de Jérémie dans la Bible invite à ne pas adopter les coutumes des Païens puis évoque la décoration d'un arbre comme ces derniers avaient pour tradition de faire. Voici un extrait de Jérémie 10:2-4 :

    Ainsi parle l'Éternel: n'imitez pas la voie des nations, et ne craignez pas les signes du ciel parce que les nations les craignent. Car les coutumes des peuples ne sont que vanité. On coupe le bois dans la forêt ; la main de l'ouvrier le travaille avec la hache ; on l'embellit avec de l'argent et de l'or, on le fixe avec des clous et des marteaux pour qu'il ne branle pas.

    Les peuples auxquels il est fait référence dans le livre de Jérémie devaient également le décorer de bougies et de friandises (ex. : les cannes en sucre) pour le dieu cerf païen (Nimrod). J'ai lu que le contexte de ce passage est celui où les gens vénéraient littéralement le sapin comme une idole après l'avoir paré d'or et d'argent. Les guirlandes lumineuses symbolisent les bougies utilisées à l'époque comme balises afin que le dieu hivernal Nimrod voit votre maison et bénisse votre foyer.

    La signification de l'arbre s'est un peu perdue au fil des années et son symbolisme a incontestablement disparu mais ce sont néanmoins ses origines.

    Le célèbre sapin de Noël du Rockefeller Center (à New York — N.d.T.) est érigé autour d'une esplanade en contrebas avec une statue de Prométhée rendant hommage à celui qui vola le feu de l'illumination aux dieux pour le transmettre à la race humaine et leur enseigner la sagesse. C'est une croyance importante dans le monde occulte et chez les Lucifériens car elle marque la capacité de se transformer en divinité sans l'assistance d'un dieu spirituel.

    David Rockefeller lui-même raconte :

    Certains croient même que nous faisons partie de quelque cabale secrète qui œuvrerait à l'encontre des intérêts des États-Unis, nous décrivant ma famille et moi comme des « internationalistes » conspirant avec d'autres à travers le monde pour bâtir une structure économique et politique globale plus intégrée — un monde unifié, si je puis m'exprimer ainsi. Si c'est de cela dont on m'accuse, je plaide coupable et j'en suis fier.
    Source : HenryMakow.com

    La bûche

    Comme il a été mentionné un peu plus haut, tout ce qui a trait à Yule fait référence à la fête païenne du 21 décembre. La fameuse bûche de Yule devait provenir d'un bouleau et on devait en conserver un morceau à brûler toute l'année jusqu'au Noël prochain afin de marquer le cycle de la réincarnation (encore Sémiramis et Nimrod).

    Le gui

    La tradition du gui est intéressante en ce que ses baies sont toxiques et peuvent provoquer une diarrhée et de graves problèmes gastro-intestinaux. Cette plante était utilisée par les druides pour la fertilité (d'où le fait de devoir s'embrasser sous le gui) et tire son symbole d'amour et de vitalité de cette propriété.

    La couronne

    La couronne est encore un symbole de fertilité dont la forme circulaire représente les organes féminins (le « cycle de la vie »). La bougie en son milieu est la représentation phallique de l'homme. On retrouve la même symbolique au Vatican sur la Place St Pierre au centre de laquelle est érigé un obélisque égyptien de 4000 ans d'âge entouré d'un cercle (le phallus masculin et la fertilité féminine). Ce monument fut importé d’Égypte vers le Cirque de Néron à Rome où il fut témoin d'innombrables martyres et exécutions de Chrétiens. Les lignes émanant du point central de son emplacement actuel au Vatican (son troisième déménagement) en font un cadran solaire. Lorsque l'ombre de l'obélisque tombe à l'intérieur d'un de ces huit faisceaux, cela indique une nuit de sacrifice.

    Le houx et le Père Noël

    Les druides suspendaient du houx à leurs fenêtres pour éloigner les esprits. Au plus fort des festivités des Saturnales romaines, on le considérait comme la plante sacrée de Saturne. On parait son intérieur d'images du dieu hivernal et les Chrétiens finirent par décorer leurs maisons pour échapper à la persécution des Romains. On considère également le houx comme un symbole de fertilité masculine, son homologue, le lierre, représentant l'aspect féminin.

    Il y avait aussi un personnage dans la mythologie païenne baptisé le Roi Houx qui finit par se transformer en Père Noël. Il avait un rival nommé le Roi Chêne et tous deux se faisaient la guerre, le Roi Houx étant à l'apogée de sa puissance lors du solstice d'hivers (Noël). Cela ressemble fort à l'histoire des phases de Sémiramis où elle échange son pouvoir avec Nimrod durant les cycles annuels à mesure qu'elle croît et décroît.

    À l'instar du Roi Houx, le Père Noël « sait tout » de ceux qui ont été gentils ou méchants et a la faculté d'être omniprésent et de parcourir le globe en une seule nuit. Il possède huit rennes cornus (ou des « cerfs », soulignant ainsi, encore une fois, la similitude avec le dieu cerf Nimrod).

    Traduit de l'anglais par Ey@el
    © lapensinemutine.eklablog.com

    Notes et références

    1. ^ Il s'agit de la formule magique pour faire apparaitre un Patronus dans Harry Potter. « Le Patronus représente une force positive, une projection de tout ce qui sert de nourriture aux Détraqueurs — l'espoir, le bonheur, le désir de vivre — mais, à l'inverse des humains, le Patronus ne peut pas ressentir de désespoir et le Détraqueur ne peut donc pas lui faire de mal. » (J.K. Rowling, Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban, 1998).
    2. ^ Un jour sans fin (Groundhog Day), ou Le Jour de la marmotte au Québec et au Nouveau-Brunswick, est un film américain réalisé par Harold Ramis et sorti en 1993.
    3. ^ Shamrock est le nom autochtone du trèfle irlandais, symbole du pays auquel une vieille légende accorderait le pouvoir de rompre le charme des mauvais esprits et de porter chance. En réalité, le trèfle symbolise surtout la Sainte Trinité telle que l'enseigna Saint Patrick.
    4. ^ Darby O'Gill et les Farfadets (Darby O'Gill and the Little People) est un film des Walt Disney Productions réalisé en 1959 par Robert Stevenson d'après les histoires de Herminie Templeton Kavanagh.
    5. ^ Le jour de Pâques est un dimanche situé à des dates variables du calendrier grégorien comprises entre le 22 mars et le 25 avril. Des dates de jours fériés et de fêtes dépendent de ce jour de Pâques, comme le lundi de Pâques, l'Ascension, la Pentecôte, le lundi de Pentecôte. Je me suis donc alignée sur la date de Pâques pour l'année 2014 pour la traduction de cet article qui diffère de l'original.
    6. ^ Dans une mini-série intitulée la Bible diffusée par la chaine historique américaine History, l'acteur choisi pour incarner le Diable au petit écran était un sosie du président Obama, ce qui avait provoqué un énorme tollé outre-Atlantique (Diversity Inc).
    7. ^ En anglais, « treat » englobe plusieurs significations, ce qui n'est pas le cas du français qui doit s'adapter au contexte. Ainsi la formule « un sort ou des friandises » en usage de nos jours se disait de la même manière pour les anglophones lorsque les offrandes n'étaient non pas des sucreries mais des êtres humains.
    8. ^ The Wicker Man est un film américano-germano-canadien de Neil LaBute sorti en 2006. Il s'agit d'un remake d'un film sorti en 1973.
    9. ^ Le festival Burning Man est une grande rencontre artistique qui se tient chaque année dans le désert de Black Rock au Nevada et qui propose la crémation festive d'un mannequin géant. Elle a lieu la dernière semaine d'août, le premier lundi de septembre étant férié aux États-Unis.
    10. ^ À noter que dans les pays anglo-saxons, on échange plutôt ses vœux à Noël et non pour le Nouvel An comme il est de coutume chez nous, en France.
    La reproduction du contenu de ce billet est strictement interdite.
    © lapensinemutine.eklablog.com. Tous droits réservés.

    Haut de page

    Bas de page

    « Joyeuses PâquesL'agence toutes bêtes »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    zwyn
    Lundi 21 Avril 2014 à 12:41

    Via ton site, j'avais lu en son temps DDS et je l'avait trouvé assez copy/paste. Mais ce qui m'a toujours étonné est la somme de boulot que lui et tant d'autres consacrent à leurs écrits et je ne peux que lui tirer mon chapeau même si je trouve certaines de ses idées assez 'légères' voire saugrenues. Mais peut-être a-t-il raison, je ne sais. Il ne faut pas oublier que le Web n'est ni savoir, ni connaissance , il n'est qu'informations !

    2
    Lundi 21 Avril 2014 à 12:47
    Haha... t'as du prendre du temps pour l'article ;)
    Hé ! c'est une image d'un jour sans fin (la marmotte), trop bien ce film ;) !
    3
    Lundi 21 Avril 2014 à 17:19

    @Zwyn : d'accord avec toi sur Drago De Silver, j'aurais tout aussi bien pu traduire David Icke sauf que ça aurait pris plusieurs chapitres ! Et comme je l'ai dit en intro, c'est de l'info à prendre "avec détachement". C'est pas parce qu'on va manger des oeufs en chocolats à Pâques ou décorer le sapin à Noël que l'on va devenir d'affreux satanistes et contribuer aux sacrifices humains. Pour moi ces fêtes sont des occasions de faire plaisir à ceux qu'on aime même si on n'a pas besoin de ça au final et je pense que c'est le cas pour la majeure partie des gens. Mais il est important de savoir à quoi nous avons affaire histoire de se motiver davantage à développer une vision positive avec les bonnes vibes qui en découlent (ça devient un devoir non pas pour soi-même mais pour le bien de tous).

    @Indo-Fan : oui, t'imagine pas le temps que cette traduction m'a pris : une semaine ! Faut dire que c'était en plein quand j'avais mes problèmes d'ordinateur (un disque dur défectueux au final) et que je bossais sur un vieux portable pourri avec moins d'1Go de RAM pour y faire tourner XP et surtout Firefox qui est une vrai usine à gaz !

    4
    Lundi 21 Avril 2014 à 19:25

    Bravo en tous cas ;)

    5
    constance
    Mercredi 23 Avril 2014 à 15:16

    C'est parfait de vouloir être positive ....etc...Savoir tout çà et continuer de s'amuser comme si de rien n'était ? Pour moi , c'est non, merci ! Je ne fais plus de festins ces jours-là ...C'est une question de conscience , tout simplement ...Merci pour l'article quand même !

    6
    Mercredi 23 Avril 2014 à 17:28

    Je n'ai pas dit de faire comme si rien n'était mais simplement de savoir et transcender ce savoir avec des énergies positives. Je n'ai peut-être pas su l'exprimer correctement, désolée. Je suis davantage dans l'intuition et la communication qu'au niveau mental et verbal dès qu'il s'agit d'exprimer ce genre de choses. Pas facile, c'est pour cela que je laisse la parole à certains qui le font mieux que moi en me contentant de les traduire. Je comprends ce que vous voulez dire néanmoins et je respecte votre opinion mais si je puis me permettre, sans vous offenser, j'ai longtemps (et ça ne remonte pas à loin d'ailleurs) eu ce genre d'attitude et ça ne m'a vraiment pas aidée — ni moi ni mon entourage (proches ou non) d'ailleurs. Lorsque le déclic d'élever mes vibrations en positivant et en faisant le contraire de ce "qu'ils" espèrent produire en nous, cela a tout transformé de manière radicale : moi, les circonstances et même l'attitude des gens. Donc je ne suis pas d'accord  mais bon peut-être que vous aussi vous aurez le fameux déclic et vous sourirez en y repensant. Et quand cela se produira, ne vous en voulez pas comme je l'ai fait de ne pas l'avoir fait plus tôt. Le bon moment est toujours le moment présent mais c'est à vous (et à chacun) de le découvrir à sa manière et en temps voulu. Merci pour votre commentaire qui m'a permis d'expliciter mon point de vue.

    7
    constance
    Mercredi 23 Avril 2014 à 21:06

    merci, Eyael

    Elever les vibrations sans rien changer , j'ai du mal à croire que çà dure , c'est une amélioration ;ce que je veux dire : positiver à tout prix pour faire Pâques ou Noël , là il n'y a aucune transformation ...On continue à faire semblant , je sais pour l'avoir fait ...C'est être complice de certaines coutumes ,traditions où on se fait  croire qu'on s'aime malgré tout ...ne serait-ce pas un peu voir la Vie en rose- new-âge ? Parce qu'en fait , le positif , le négatif c'est de la dualité pour moi ...comme le bien, le mal ...Et puis, à vouloir à tout prix se distraire ,j'oublie qui je suis vraiment ...Vaut mieux se dire , j'en suis là , je fais cette fête pour le moment ...sans se juger ... en paix ...

    8
    Jeudi 24 Avril 2014 à 00:12

    Je crois que je saisis ce que vous essayez de me faire comprendre et je serais assez d'accord sauf que là encore nous sommes "coincées" sur une histoire de sémantique car vous évoquez les concepts de positif/négatif — la fameuse dualité — là où, en fait, je voulais simplement parler de vibrations plus élevées. La pensée qui génère ces vibrations  est créatrice puisqu'elle modifie non seulement notre ADN mais également le champ aurique et au-delà contaminant ce qui nous entoure. Et puis la pensée entraine souvent l'inspiration à agir. Ce n'est vraiment pas ce que j'appelle ne rien faire. C'est beaucoup plus difficile de maintenir ses vibrations élevées quand tout autour est fait pour vous les abaisser à tout prix. Résister en produisant l'effet inverse est certainement plus productif que de se contenter de se barricader dans un boycott de tout. Je n'ai rien contre le boycott, je le pratique aussi pour beaucoup de choses mais vous n'arriverez jamais à faire boycotter suffisamment de personnes pour que cela ait un effet. Par contre élever les vibrations, vous n'avez pas besoin de demander la permission. Vous le faites et ça contamine autour de vous (si ce n'était pas vrai la sinistrose ne se répandrait pas aussi facilement). Ma nouvelle philosophie est de rire deux fois plus quand j'ai envie de pleurer, de me forcer à être sympa quand j'ai envie d'étrangler tout le monde, etc. Vous me croirez si vous voulez mais même si ce n'est pas toujours facile, ça finit toujours par fonctionner. Pas forcément dans l'immédiat mais ça ne laisse jamais trop le temps à la sinistrose de s'installer durablement. Il ne faut pas confondre réjouissance avec inconsidération. Et par pitié, qu'on arrête de balancer ce mot qui ne veut rien dire : "newage". C'est exactement comme quand on traite toute personne qui rejette l'agenda des Élites de "terroriste" potentiel. Suis-je une newageuse potentielle  à vos yeux ?:lol: Mais chacun choisit d'agir (ou ne pas agir) en son âme et conscience. Et il n'appartient à nul autre que nous-même de décider. Le rire est une arme, les larmes sont un poison. Je le sais pour avoir longtemps utilisé la seconde solution. Et si cela peut vous "consoler", je ne suis pas à fond dans aucune de ces fêtes énumérées dans l'article. Je n'ai même pas fêté Pâques (ah si j'ai mangé des œufs coque mais bon j'en consomme toute l'année :lol:). Par contre, je veux bien que l'on crée nos propres fêtes basées sur aucune atrocité ou rituel zarbi mais y rallier les convives risque d'être assez compliqué. Une idée à creuser, je vais réfléchir avec une date mobile et imprévisible pour ne pas se faire récupérer par les Satanistes ;)

     

     

    9
    constance
    Jeudi 24 Avril 2014 à 08:09

    Bonjour Eyael,merci beaucoup pour le commentaire !

    Tout est vibration ...Je joins un lien d'une interview radio de Mado qui illustre mon propos sur le positif ...(je l'ai reçu hier soir)

    Bonne écoute ,constance

    http://www.dailymotion.com/video/x1qtt89_qui-sommes-nous-mado_webcam

    10
    Jeudi 24 Avril 2014 à 17:23

    Merci beaucoup pour ce lien. Comme l'interview dure 1 heure, je l'écouterai un peu plus tard et je suis sûre que cela intéressera d'autres personnes.  :)

      • Lilith
        Dimanche 24 Septembre à 02:30

        Bonjour Eyael

        Excusez moi de vous perturber mais vous avez été trompés tous autant que vous êtes  , on vous a fait croire que le paganisme était sataniste et il l est . Mais il est bien question ici de paganisme Patriarcal duquel d ailleurs le judaïsme l islam et le christianisme font partie. Des religions que l on peut suivre en observant les traces de sang qu elles ont laissé sur leur passage.

        Le Matriarcat religion pré patriarcale en a subi les assauts et les abus jusqu a être satanisé et assimilé au paganisme . Tout a été inversé.

        Ce serait trop facile de croire que le christianisme est bon et le paganisme est un culte matriarcal et satanique.

        Le paganisme est patriarcal et le Matriarcat lui est pré païen. 

        Le christianisme officiel n est ni plus ni moins qu une secte païenne qui a pris le pouvoir comme l Islam ou le Judaïsme et ce fameux Moloch qui vous terrifie a juste titre n est autre que le Dieu Juif, Musulman et Chrétien de l ancien Testament .

        Jésus quant a lui était un adepte de la Déesse et un restaurateur de la vérité avant qu un voile religieux satanique ne soit jeté sur son véritable enseignement par la secte patriarcale du moment.

        Le patriarcat livre une guerre sans pitié a la Déesse eta la Nature et la Laïcité n est rien d autre qu une autre de ses faces.

        Ne vous laissez plus abuser par les religions, Satan n est pas dehors il est en chacun et la Déesse elle aussi .

        Regardez pour vous en convaincre ce que le monde sois disant chrétien a généré comme monde, comme type de société destructrice de tout ce qui est naturel.

        Que la quête de chacun soit celle de la vérité au delà de tout dogme et de toute idée reçue.

        Ne laissez pas les culs bénits ou pseudos pasteurs en tout genre vous conduire a la mort de l âme.

          Que la Déesse vous bénisse et ouvre vos yeux et vos cœurs.

    11
    Ned
    Vendredi 31 Octobre 2014 à 11:43

    Laissons donc les morts avec les morts !

    Les (encore un peu) vivants ont déjà bien du mal à rester conscient alors je ne suis pas sûr que de remuer "tout" ça et de faire peur aux enfant et aux adultes fragilisés va améliorer le sort de notre civilisation !

    Ayons une pensée constructive invitant nos morts de l'année à "monter vers la lumière", à monter vers le haut me parait le plus important ...

    Mais combien vont les tirer vers le bas ... au risque de se coller un fantôme de plus dans leur corps énergétique et le trainer jusqu'à la fin de l'hiver (ou plus !)

     

    12
    Vendredi 31 Octobre 2014 à 20:11

    Halloween , c'est non,merci ...


    constance

    13
    Vendredi 31 Octobre 2014 à 20:13

    t'as raison Ned !

    constance

    14
    Vendredi 31 Octobre 2014 à 20:14

    cela dit , j'apprécie potiron, potimarron et autres cucurbitacées ...

    constance

    15
    Ned
    Samedi 1er Novembre 2014 à 08:58

    C'est vrai ça ils sont tellement meilleurs dans nos assiettes, en salé ou en  recettes sucrées.

    Au concours 2014 de la plus grosse citrouille qui à eu lieu en Suisse le gagnant avait amené une citrouille de 958 KG ! Il y en avait une de plus de 1000 Kg disqualifiée car elle avait un trou ...

    Bon Week-end de Toussaint à tous  et si vous allez dans un cimetière pour raisons familiales n'oubliez pas de laisser les fantômes  sur place en sortant , ne les ramenez pas avec vous, attention aux jeunes enfants...

    16
    Samedi 1er Novembre 2014 à 15:18

    J'espère qu'ils ont mangé la citrouille après. Il y a tant de gens qui n'ont rien à manger...

    En résumé : à la Toussaint, soyons tous sains et ne laissons rien de malsain nous envahir qu'il s'agisse d’Élites psychopathes ou de gourous newageux en herbe ;) La « lumière » (faute de disposer d'un terme approprié dans le langage pour une chose aussi indicible) n'est pas le contraire de l'obscurité, elle en est la transcendance. Combattre revient à pousser les tourniquets de la dualité ; transcender permet de les dépasser. Bon week-end.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :