• Dans l'Antiquité, les Grecs avaient six mots pour l'amour — lequel vivez-vous ?

    Article de Luke Miller traduit par Ey@el

    Available in English

    Partager sur Twitter

    L'amour est difficile à conceptualiser en un seul mot. Il couvre un tel éventail de sensations allant de la fougue à l'euphorie en passant par les abîmes profondes de la mélancolie. On peut connaître la joie ou la tristesse d'un amour qui peut être aussi bien stimulant que destructeur avec beaucoup de variables entre les deux. Pourtant, la plus complexe et imposante de toutes les émotions humaines a été réduite aux confins d'un mot singulier : l'amour !

    Les Grecs de l'Antiquité ont réalisé beaucoup de chose en leur temps — élaborant de nombreux langages, dialectes et structures physiques d'une beauté mémorable. Mais ils connaissaient également une ou deux choses sur l'amour et disposaient de six mots distincts pour en exprimer les différentes formes.

    1. Philia

    Philia est le sentiment qui place l'amitié au-dessus des aspects les plus fougueux de l'amour. Il serait lié au type de relation profonde développée sur un champ de bataille, où l'on montre sa loyauté à l'égard de ses camarades en se sacrifiant pour leurs intérêts. Et qui s'exprimerait aussi dans cette aptitude à partager nos émotions avec eux.

    2. Eros

    Eros, du même nom que le dieu grec de la fertilité, est le type d'amour fougueux mêlant sexe et passion. Il serait motivé par le désir mais peut également devenir malsain (et épuisant) lorsqu'il vire à l'addiction. Les Grecs le considéraient en fait comme le type le plus dangereux et irrationnel car il peut s'emparer de vous et prendre possession de votre âme.

    C'est celui-là même qui est tant plébiscité dans nos sociétés modernes aujourd'hui et bien qu'il soit parfaitement normal au début d'une relation, il peut mener à des complications par la suite.

    3. Ludus

    Ludus est espiègle et câlin par nature — ce sont les qualités enfantines que l'on retrouve souvent chez les jeunes ou les enfants amoureux. Il s'agit de la phase amicale où l'on rit et plaisante après les feux de l'éros, celle où une amitié fait suite.

    Ludus peut également s'exprimer avec des étrangers en dansant ou en échangeant des plaisanteries mais c'est surtout l'étape la plus importante de toute relation durable, une fois que la phase lascive commence à s'estomper.

    4. Pragma

    Pragma est l'amour mature qui vient avec l'âge. Cette compréhension profonde entre deux personnes au bout de longues années passées ensemble. La résultante de toutes les formes auxquelles l'amour aura survécu pour passer à un nouveau mode. Il est question ici de compromis, de patience et de tolérance de part et d'autre. Une fois parvenus à ce stade, votre connaissance mutuelle est bien plus profonde qu'avec aucune autre personne.

    5. Philautia

    L'amour de soi est essentiel à la bonne réalisation de toutes les autres formes d'amour. C'est ce que représente philautia. Il en existe deux type — le premier étant l'obsession narcissique malsaine de soi, le second s'apparentant plutôt à de l'auto-entretien. Même avec les meilleures intentions du monde, il est impossible de déverser quoi que ce soit  quand le contenant est vide et le philautia positif vous permet d'avoir toujours la coupe pleine.

    Amour de soi et autonomie vont de paire — car quand on s'aime soi, on ne fait rien qui pourrait nous priver de notre liberté et de notre pouvoir.

    6. Agape

    Agape est l'amour inconditionnel désintéressé. Il st tendre et délicat et s'étend à la vie toute entière. Par la suite, ce mot fut traduit en latin par caritas dont est dérivé le terme « charité ».

    Il joue sur le fait qu'il n'existe aucune séparation et que l'amour de soi positif (philautia) et l'amour inconditionnel (agape) sont un peu la même chose et s'appuient l'un sur l'autre. On ne peut aimer inconditionnellement sans d'abord s'aimer soi-même et s'aimer sans aucune considération pour autrui est une forme d'expression malsaine de l'amour.

    Toutes ces formes se complètent les unes les autres et ont leur utilité, mais l'amour ultime prend source en nous-mêmes.

    Traduit de l'anglais par Ey@el
    © lapensinemutine.eklablog.com

    Articles connexes

    La reproduction du contenu de ce billet est strictement interdite.
    © lapensinemutine.eklablog.com. Tous droits réservés.
    « Dans la tête d'un serviteur de la MatriceL'année du loup »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :