• Dix minutes

    Texte d'Ey@el

    Available in English

    © radiuoz

    Il y a quatre ans, Gaellah a créé un blog appelé Concours où elle lance de petits défis littéraires : écrire une histoire courte à partir d'un thème donné et le privilège d'avoir peut-être la première place sur le podium pour le récit sélectionné par ses soins. Malheureusement, son projet est plus ou moins à l'abandon faute de participants et surtout d'exposition suffisante. Comme son idée m'a plu, j'ai décidé de me prêter au jeu, non pas pour participer officiellement mais juste pour m'amuser et voir si j'allais arriver à quelque chose. Parce que croyez-moi, c'est moins facile quand on se retrouve devant une page blanche sans la moindre idée de ce que l'on va écrire. Dans ce cas précis, l'histoire m'a littéralement traversée. Je n'avais absolument pas l'intention d'aller dans cette direction mais je n'ai pas choisi : les personnages se sont mis à parler tout seuls et je n'ai pas eu d'autre choix que de les suivre. Je m'excuse auprès de Gaellah si j'ai un peu détourné le thème (10 minutes pour faire ses valises et fuir un danger) mais comme je me positionne hors concours, je pense que cela n'a pas une grande importance. Et puis, qui sait si l'histoire avait été plus longue (oui, pour une fois, j'ai fait très court), mon personnage dont je ne connais même pas le nom aurait peut-être emmené la valise ? À vous d'imaginer la suite et de me dire. C'est un peu le but de la manœuvre : déverrouiller l'imagination de chacun.


    Dix minutes. C'était le temps qu'il lui restait pour tout fourrer dans la valise et mettre les bouts. Dix putain de minutes avec le palpitant qui se tapait un pogo dans le carburateur et les genoux qui jouaient des castagnettes.

    « Dix minutes, je n'y arriverai jamais. Bordel, c'est mort !

    — Non, ça c'est si tu ne te bouges pas le cul et restes planté-là, tétanisé, à attendre qu'on vienne te refroidir.

    — N'empêche que c'est chaud... Marrant, le chaud avant le froid. Se faire fumer pour finir au congel, tu parles d'une équation. To be or not to be.

    — Bouge-toi, merde ! C'est pas le moment de philosopher sur les ironies du langage.

    — Quoi, t'aimes pas Shakespeare ?

    — Non, mais le chat qu'expire, ça pourrait bien être toi si tu ne t'actives pas.

    — Le chat du Cheshire, c'est mieux. Allez, où qu'elle est cette foutue valise qu'on en finisse ?

    — Là, sur le bureau, à ta gauche. Tu devrais la voir. Tu déverrouilles le code et tu insères le dispositif en faisant gaffe à ne pas frôler les capteurs.

    — Et si ça foire ?

    — Ça ne peut pas. C'est notre unique chance, tu le sais.

    — Qui ne dit mot consent.

    — Ta gueule et fais-le ! »

    Dix minutes pour jouer les héros et sauver l'humanité d'un cauchemar irréversible, c'était tout ce qu'il lui restait pour faire la différence. Il se sentit soudain investi d'une force nouvelle, presque surnaturelle, qu'il n'aurait jamais cru avoir en lui. Il allait sauver le monde et personne n'en saurait jamais rien. Mais c'était sans importance parce qu'à ce moment-là, il sentit que le monde et lui ne faisaient plus qu'un.

    Ey@el

    La reproduction du contenu de ce billet est strictement interdite.
    © lapensinemutine.eklablog.com. Tous droits réservés.
    « Qu'est-ce que la résonance de Schumann ?Pourquoi l'Armée de la Réalité a toujours davantage besoin de soldats »
    Pin It

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 22 Mai à 13:14

    Wouh ! Quel teaser ! je veux la suite ! ;) 

      • Vendredi 22 Mai à 15:43

        Tu connais la chanson, "She's a big teaser..." ("Drive My Car" des Beatles) tongue

    2
    Lundi 8 Juin à 08:20
    Hey !
    Désolée, j'étais venue lire ce texte lorsque tu l'as publié et je pensais vraiment avoir mis un commentaire alors que non...
    C'est très sympa, on sent bien l'urgence et on se demande de quoi il doit sauver l'humanité ! ;)
    Par contre, c'est dommage, je pense qu'il aurait fallut mettre un peu plus de déscription parce qu'on a du mal à voir ce qui entour ton personnage principale et si son interlocuteur est avec lui dans la pièce ou au téléphone.
    En tout cas, bon début d'histoire, on attend la suite ! Ou encore mieux, l'histoire avant ça !
      • Lundi 8 Juin à 15:30

        Merci pour ton précieux feedback. En fait, j'ai du mal avec les descriptions visuelles car je ne visualise pas bien, j'entends surtout et je sens les odeurs donc je pouvais entendre son cœeur battre, sentir sa nervosité d'où le besoin de faire de l'humour mais en fait je n'ai pas réfléchi à quoi que ce soit, ces personnages sont venus causer dans ma tête. J'ai compris que celui qui lui donne les instructions n'est pas avec lui. Ils communiquent à distance mais je ne sais pas comment. Peut-être par télépathie et je ne sais pas ce qu'il y a dans la malette mais ce n'est pas quelque chose de biologique ni technologique. C'est plus une information capitale ou des codes d'accès. Peut-être une clef ? Alors oui, tu as raison, il aurait fallu que je plante mieux le décor du moins que je l'imagine parce que je ne le voyais pas. Je pense que le personnage était dans le noir et qu'il était guidé à distance par une technologie que nous ne connaissons pas. En fait, je me suis surtout concentré sur le côté 10 minutes. Je ne comptais pas raconter une histoire. Un peu comme quand tu fais une compo graphique, tu racontes une scène mais il y a toute une histoire derrière et c'est à celui qui regarde/lis de s'imaginer ce qu'il veut. Mais ton feedback m'est très utile car ce n'est pas la première fois qu'on me demande plus de descriptions (une grosse difficulté pour moi qui suis plus branchée sur l'énergie des gens, leurs ressentis que tout ce qui a trait aux sens habituels, un peu comme dans la vraie vie d'ailleurs). Si jamais me vient l'idée ou l'inspiration de remanier ce texte, je le republirais.

      • Lundi 8 Juin à 16:04
        A vrai dire, moi qui fait beaucoup de bout d'histoire, je sais qu'on n'a pas besoin de savoir ce qui se passe avant ou après ou même ce qui se trouve dans la malette. Ici, ce qu'il manquait surtout selon moi c'est une description physique de ce qui l'entoure. Mme s'il est dans le noir, dis qu'il ne voit rien… si tu sais qu'il fait de l'humour parce qu'il est nerveux, écris le. Moi je pensais qu'il faisait de l'humour parce que c'était un blagueur ;)
        Moi aussi j'ai du mal avec la description lors de la première écriture, du coup je relis toujours en me demande où je pourrais en rajouter.
      • Lundi 8 Juin à 21:59

        Oh merci. En effet, j'étais tellement dans la vibe du personnage que j'en ai oublié que ce qui était évident pour moi ne l'était pas forcément pour le lecteur. Si j'ai le temps (et ça m'étonnerait vu ma situation actuelle), je ferais peut-être une réécriture.

      • Mardi 9 Juin à 10:46
        C'est exactement ça, ce qui est évident pour toi ne l'ai pas forcément pour les autres. Alors parfois tu peux ne pas l'écrire justement pour laisser le doute (comme la malette où on ne sait pas ce qu'il y a dedans). Mais il y a des choses indispensables, comme que l'autre voix n'est pas dans la même pièce… En vrai, je ne t'encourage pas à réécrire, j'ai jamais trouvé ça bien, personnellement. Si tu aimes ton texte ainsi, laisse le ainsi. Juste essayé de faire plus de description la prochaine fois ;)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :