• L'humanité veut-elle vraiment être libre ?

    Article de Zen Gardner traduit par Ey@el

    Available in English

    Le don le plus précieux qu'a reçu l'humanité, en plus de son existence et de sa connectivité innée à la Source universelle, est celui du libre arbitre. Nous pouvons choisir. Nous avons, en définitive, le pouvoir de prendre les décisions qui nous concernent. Malheureusement, ce concept est enseveli sous les décombres de l'ignorance et de l'ingénierie sociale et il va sans dire que les choses ne font que se corser à mesure que la vie et son lot d'expériences viennent compliquer l'ensemble de notre processus décisionnel.

    Qu'en est-il de la liberté et du libre arbitre ? Sur la scène politique, on les relègue généralement à des traités philosophiques et à des bras de fer idéologiques. Une manière élégante de les rediriger vers un domaine qui n'affectera ni notre conscience ni notre quotidien.

    Beaucoup font valoir que, dans le contexte actuel, nous ne sommes pas libres de prendre nos propres décisions, qu'en fait, nous ne disposons parfois même d'aucun libre arbitre comme en témoigne l'histoire. Nous touchons là à la racine du problème : notre impuissance due à ce que nous croyons avoir besoin d'une permission en opposition à notre nature innée de liberté à l'état pur. Il semblerait que nous en ayons été privés à un certain moment. Il apparaît que le libre arbitre est souvent mis de côté ou bien fortement limité dans certains cas, que ce soit par choix, coercition ou collusion.

    Mais aussi draconienne qu'elle soit, est-ce bien la réalité ? Après tout, la majeure partie de l'humanité n'a même pas l'air au courant qu'elle est née libre et encore moins d'avoir envie d'exercer pleinement un tel droit inné.

    La majesté du choix

    Nous avons été couronnés du don ultime : une volonté consciente totalement autonome. Nous pouvons choisir ce que nous disons, ce que nous faisons, ce à quoi nous réagissons ou à quoi nous accordons notre attention et notre énergie. Encore une fois, les choses n'apparaissent pas ainsi au premier abord à la manière dont est structurée la société et à en juger par la condition humaine et son comportement enlisés dans les contraintes. Si la notion de liberté trouve encore un écho distant dans le cœur des hommes, elle a pris plusieurs significations sérieusement remises en cause. Volontairement.

    En outre, pour une raison quelconque, on dirait que nous y avons renoncé à des degrés divers en échange de quelque chose. Mais de quoi donc ? La sécurité ? L'acceptation ? Le confort ?

    Cela en a tout l'air. Comment en sommes-nous arrivés là ? Et qui a décrété que nous devions échanger quoi que ce soit ? S'agit-il d'un compromis sciemment conçu pour tenir l'humanité en servitude avec l'illusion du choix ? Si l'on examine la structure politique et économique artificielle et extrêmement centralisée des diverses sociétés de notre planète et la misère de la plupart de ses habitants, il est clair qu'il a quelque chose qui cloche sérieusement. Surtout avec cette classe dirigeante impitoyable de super privilégiés profitant des opprimés qui sont la source de production des richesses.

    Libérez-vous de vos chaînes

    Notre sentiment perdu de véritable liberté spirituelle inébranlable est-il précisément ce qui pourrait donner à l'humanité le pouvoir de s'affranchir d'un système basé sur un esclavage volontaire soigneusement manipulé ? Est-ce donc ce dont il est question avec cette guerre contre le corps humain, son mental et son esprit ? De nous empêcher de nous souvenir ?

    Lorsqu'une personne connait un réveil de sa conscience vraie — ou plutôt la retrouve car la conscience n'a jamais été endormie à proprement parler — quelque chose de profond se produit. Et perdure. Nous accédons à la Source — cette source pure, non filtrée, illimitée, infiniment créative, peu importe le nom que vous lui donnerez. C'est l'endroit où le spirituel et la métaphysique rejoignent le mental et la psyché, là où la science et le savoir s'unissent à la grande Force de vie universelle synchrone.

    Tout en substance se rapporte à l'Unique. Il n'y a plus de compartiments. Il n'existe aucune division dans l'unité essentielle et tout prend un sens. Parce que vous vous laissez intrinsèquement aller à adopter un point de vue dans lequel vous vous rendez compte qu'il importe peu de tout savoir ou d'être quelque chose. Vous vous contentez d'être et tout est merveilleux à ce niveau. Une grande lucidité vous envahit.

    Bien entendu, des différences existent dans les manifestations ainsi que des conflits apparents à plusieurs niveaux découlant de plusieurs influences, mais dans le contexte de la liberté, c'est là qu'on y trouve sa réalité et sa définition véritables. La souveraineté de l'esprit qui est le droit inhérent à toute chose. Et bon sang, comme il flanque par terre, à toute vitesse, toute et n'importe quelle structure d'aucune sorte créée par l'homme !

    Le partie truquée du choix factice

    Voici donc l'un des outils de manipulation les plus efficaces de ceux qui dominent l'humanité. Ce concept est né au fil des siècles précédents de la réalisation que les gens travaillaient plus dur et mieux en adoptant une attitude plus complaisante quand ils avaient le sentiment d'avoir leur mot à dire sur leur captivité. C'est tout à fait remarquable. Nous sommes toujours une société féodale, ils ont juste trouvé comment faire en sorte que nous construisions nos propres prisons tout croyant être libres.

    Hormis l'exemple le plus flagrant de démocratie bidon et le système de vote facile à trafiquer, des conjectures impérieuses sont délibérément implantées dans la société par le biais de la religion, de la science trompeuse, du frein de l'éducation, de la pression sociale, des médias, etc. D'un coté, on nous sert des platitudes sur l'espoir, le changement et la sécurité tandis que de l'autre, les médias nous injectent divertissement, matérialisme, mode et autres formes de conditionnement au consentement afin d'absorber totalement la population dans un état comateux d'auto-indulgence.

    Quant au capitalisme (auquel adhèrent toutes les formes de gouvernement), c'est le but ultime. Votre satisfaction personnelle quoi qu'il en coûte à ceux qui n'auront pas été aussi malins que vous pour apprendre comment obtenir ce qu'ils voulaient.

    La peur, cette ennemie de la liberté

    Pourquoi les gens s'accrochent-ils à des systèmes limitatifs corrompus voire qui leur font du mal ? La peur de l'inconnu s'avère très forte, en particulier pour ceux qui ignorent tout. La simple appréhension de ne plus avoir à manger suffit à vous piéger. La crainte du manque, de la solitude, de l'agression, de la mort...

    Toutes des peurs extrêmement puissantes.

    Et des gens effrayés ne prendrons aucune décision consciente mais basée sur l'instinct de survie. Il y a bien sûr un temps pour cela comme dans le réflexe de lutte ou de fuite face à une attaque réelle, mais ce type de réaction est très facile à provoquer par de simples mots, ensevelissant toute possibilité de vivre consciemment.

    La hiérarchie des besoins de Maslow1 est un concept qui m'a toujours fasciné. Il y a tant de vérité dans l'idée que si vos besoins essentiels ne sont pas d'abord comblés, vous n'êtes pas en mesure d'envisager les notions plus érudites et spirituelles de l'existence. Tout à fait. Les cultures autochtones ont vécu ainsi durant des millénaires. Cela était partie intégrante sans laquelle la culture basée sur la connectivité spirituelle se serait effondrée. C'est la raison pour laquelle ces peuples indigènes ont été condamnés au génocide par ces parasites qui nous contrôlent.

    Ils incarnent la sagesse — la connaissance du fonctionnement naturel des choses par le biais la perception consciente et des principes sous-jacents d'amour, de partage, de don et de coopération tout à fait contraires aux techniques agricoles abusives de nos contrôleurs actuels.

    Il n'est question que de domination et rien d'autre. La souveraineté personnelle au delà des limites qu'ils ont fixées n'est même pas envisageable.

    L'ennemi intérieur : ceux qui optent pour l'esclavage

    La grande question est : seriez-vous prêt à vous battre pour la liberté de quelqu'un qui n'en a que faire ? Cela vaut-il la peine de, pour ainsi dire, affranchir quelqu'un qui choisit de rester enchaîné — et qui risque même de vous pénaliser pour votre tentative ?

    Il existe plusieurs célèbres analogies à ce phénomène. Les éléphants, par exemple, qu'on attache à un piquet enfoncé dans le sol afin de limiter leur manœuvrabilité. Ils apprennent bien leurs « limites ». Plus tard, on leur retire la corde mais l'éléphant restera confiné dans son périmètre délimité. La même chose a été rapporté à propos d'autres animaux.

    Cela fonctionne.

    Sur les humains également. Pendant longtemps, les scientifiques n'ont eu de cesse de mettre cette tendance comportementale à profit, le plus célèbre étant Pavlov et ses chiens qui salivent. Ces expériences ont, depuis le début, attiré l'attention des militaires. Je me demande bien pourquoi. Vous souvenez des sonneries aux interclasses qui résonnaient comme des alarmes d'incendie lorsque vous étiez à l'école ? Remerciez-en les travaux de Pavlov et instauration par les ingénieurs sociaux.

    Réaction conditionnée. La même dynamique qui est à l’œuvre dans la publicité, la politique, la religion et n'importe quel autre aspect de conceptions sociale.

    Mais ceux qui sont plongés dans un tel coma peuvent-ils se réveiller pour prendre conscience de leur liberté innée et ainsi l'activer ? Qui sait. C'est un phénomène dont il faut être averti. N'oubliez pas que, pour tout le monde, la dépendance entretenue est difficile à ébranler. Mais ne perdez jamais de vue que l'on peut se réveiller à tout moment.

    Conclusion : est-ce la connaissance de sa liberté innée qui fait flipper l'humanité ?

    Comme l'aurait déclaré le yogi Berra, « Lorsque vous arrivez à un embranchement, prenez-le. » Bien qu'amusant, ce conseil est judicieux : continuez d'avancer et cessez de vous inquiéter autant.

    Nous sommes tous au pied du mur quand il s'agit de nous défendre face à l'agression que subit l'humanité et qui s’aggrave de jour en jour sur les plans politique, matériel, social, physique et spirituel. C'est toute la planète qui a pété les plombs grâce aux efforts cumulés d'influences manipulatrices qui semble régner en maîtres sans que personne ne sache comment cela a pu se produire. Nous voilà vraisemblablement relégués au poste d'observateurs, en attente de la décision de quelque tribunal clandestin pour connaître notre sort.

    Il est bigrement temps de se réveiller.

    C'est une connerie de croire que l'humanité ne doit rien faire et tout accepter. Peu importe avec quelle fourberie, c'est à une rafle du troupeau drogué et ahuri qu'on est en train de procéder. Nous sommes si nombreux à voir les choses clairement pour ce qu'elles sont et pourtant c'est comme si nos cris s'évanouissaient dans la nature.

    Quel est ma propre motivation ? Plus notre défi et notre situation s'articulent clairement, plus les activistes demeurent conscients dans la poursuite de leurs efforts et roule ma poule. Nous avons besoin de toucher un public plus large que celui des éveillés, mais grâce au récent recul avec la Syrie ainsi que nombreux autres exemples qui semblent indiquer notre efficacité, nous sommes sur la bonne voie.

    Et s'il en existe une meilleure, bien faire ce que nous pouvons maintenant nous y conduira en un clin d’œil !

    Traduit de l'anglais par Ey@el
    © lapensinemutine.eklablog.com

    Notes et références

    1. ^ Abraham Maslow est un célèbre psychologue américain, considéré comme le père de l'approche humaniste, surtout connu pour son explication de la motivation par la hiérarchie des besoins souvent représentée par une pyramide. Il a souligné qu'il était préférable, en thérapeutique, de promouvoir les qualités et les réussites individuelles, plutôt que de considérer les patients comme des « sacs de symptômes ». (Wikipedia)

    Articles connexes

    La reproduction du contenu de ce billet est strictement interdite.
    © lapensinemutine.eklablog.com. Tous droits réservés.

    Haut de page

    Bas de page

    « Hyde ParkDéprogrammation »
    Pin It

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 28 Novembre 2013 à 17:42

    L'humanité ? d'façons aucune importance ce qu'elle veut ou pas, les reptiliens sont là !!!!  <img src ="http://neophil78.free.fr/smileys/AuLuXeANeo/223_papy.gif">

    2
    Jeudi 28 Novembre 2013 à 19:40

    Tu sais ce que je leur dis aux lézards et cie ? Tu veux vraiment savoir ? :lol:

    3
    Jeudi 28 Novembre 2013 à 20:13

    VOUINNNNNNNNNNNNNNNNNNN ousse qu'il est mon smiley ???

    4
    Jeudi 28 Novembre 2013 à 22:43

    On ne peut pas mettre d'images dans les commentaires, désolée. Ekla ont tout chamboulé et les smileys intégrés sont aussi passés à la trappe ☻ (smiley de la table des caractères fonctionne).

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :