• L'isolement et l'esprit en éveil

    Haut de page

    Bas de page

    Article de Julian Walsh traduit par Ey@el

    Available in English

    Aujourd'hui, je souhaiterais aborder avec vous une certaine forme de solitude. Il s'agit sans doute de l'aspect le plus dévastateur de cet état parfois qualifié d'« isolement », de sentiment de déconnexion, de séparation, d'abandon ou simplement de différence par rapport à tous ceux que vous connaissez. Cette situation s'aggrave lorsque vos amis, vos collègues et mêmes les membres de votre famille commencent à vous percevoir différemment. Ce ne sont pas tant vos changements positifs qui les intriguent mais plutôt votre revirement d'attitude qui les déçoit, voire même votre stabilité mentale qui les préoccupe. Accessoirement, ces âmes, par ailleurs bien intentionnées, se classent parmi les individus « en sommeil » et quant à vous, vous pourriez très bien donc faire partie des individus « en éveil ».

    L'esprit en éveil

    J'utilise la formule « en éveil » parce que cette expérience semble, par nature, très dynamique et fluide. Je ne suis pas certain de reconnaitre ou même d'apprécier pleinement un esprit « éveillé » à sa juste valeur parce qu'ils se font rares parmi nous. Mais pour ce qui est de ceux qui traversent ces différentes phases d'éveil, vous êtes aussi visibles pour moi que je le suis pour vous.

    D'une manière générale, l'esprit en éveil émet une vibration bien différente et plus « élevée » que la plupart des autres individus. Comme ladite « vibration » cherche à s'harmoniser avec des énergies similaires ou complémentaires, elle peut (et c'est souvent le cas) trouver écho chez des personnes partageant les mêmes aspirations. Toutefois, elle peut tout aussi bien créer la discorde avec ceux dont les vibrations sont nettement plus basses. Imaginez un peu que vous jouiez une note non complémentaire sur des pianos distincts dont l'un, surtout, serait désaccordé. C'est de ce désaccord là dont je veux parler sauf que dans ce cas précis, la résonance se fait dans les domaines psychique et spirituel.

    Je parle en termes de vibrations plus « élevées » ou plus « basses » sans véritablement qualifier ce que j'entends par là. Tout d'abord, il n'y a aucun état supérieur à un autre. C'est comme changer de station en ajustant les fréquences d'un poste de radio pour choisir celle qu'il vous faut (ou que vous désirez écouter). La plupart des gens sont accordés sur ce que je considère comme une conscience limitée. Cela n'en fait pas pour autant des êtres humains moins sublimes ou moins capables. Il ne s'agit que du canal sur lequel ils sont « réglés » et c'est pourquoi ils sont acclimatés à ce monde.

    Cette densité vibratoire est impressionnante en soi car elle a le pouvoir de générer de fantastiques illusions si convaincantes que même l'esprit conscient peut y adhérer totalement. Cette capacité de manifester un faux paradigme et de se persuader de sa vérité requiert un pouvoir considérable. Mais vous, cher lecteur, avez sans doute jeté un œil derrière le proverbial écran de projection et aperçu un assemblage de rouages et de manettes avec peut-être même, aux commandes, un petit homme discret et ventripotent disposant de toute la compétence qu'il se doit.

    Sortir de la Matrice

    Avec l'esprit en éveil — c'est une autre histoire. La vibration plus élevée de cet état d'esprit et de corps permet une excellente visibilité. Comme lorsque que vous grimpez sur une échelle et où il vous suffit de regarder en bas pour y apercevoir (sans véritablement éprouver) la dynamique des vibrations plus basses. Chaque gravissement d'échelon requiert beaucoup de courage, un esprit ouvert et curieux ainsi qu'un degré élevé d'intelligence « fonctionnelle ». Ces étapes exigent des efforts bien plus conséquents que la plupart sont peu disposés à fournir. Les dormeurs iront sans doute jusqu'à constater, voire se prendre les pieds dans cette hypothétique « échelle » sans pour autant la reconnaitre pour se qu'elle est ni y voir le bénéfice qu'ils pourraient en retirer.

    Les individus positionnés sur les échelons inférieurs lèvent rarement les yeux et préfèrent regarder « en bas », ce qui peut leur donner un faux sentiment de supériorité ou de domination sur le monde. Ils sont particulièrement exposés aux suggestions hypnotiques engendrées par la télévision et pourront même aller jusqu'à « émuler » divers personnages de fiction ou leur vedette de sport préférée. L'état inférieur se laisse facilement distraire — et quiconque ou quoi que ce soit remettant en question leur statut quo se verra rejeté et considéré comme marginal, asocial voire une menace.

    Le toboggan et l'adrénaline

    J'ai fait allusion à une échelle mais maintenant je voudrais que vous imaginiez un toboggan. Grimper à son « sommet » nécessite des d'efforts. Vous devez gravir les échelons toujours plus élevés jusqu'à ce que vous arriviez en haut. On pourra se positionner de manière à profiter de la descente. Le « frisson » qui mène en bas est bref mais exaltant. Le toboggan constitue une bonne illustration concrète du passage d'un état plus élevé à un état moins élevé avec le tressaillement éprouvé en glissant sur cette pente.

    On trouve également de nombreux exemples de cette analogie dans le domaine spirituel. Allumez n'importe quelle chaine d'information en continu et vous allez être bombardés d'histoires « désénergisantes » créant une sorte de « précipitation » qui, bizarrement d'ailleurs, génère une accoutumance. Ces sources d'actualités rapportent souvent des faits tragiques et excessivement dramatiques si intenses qu'ils peuvent provoquer une « poussée » d'adrénaline ou un pic dans l'organisme. Une fois encore, nous finissons sur ce toboggan imaginaire à nous laisser « glisser » vers un état vibratoire moins élevé. Les réseaux d'informations « grand public » ont engendré des légions d'accros à l'adrénaline dont les « dormeurs » constituent la cible principale.

    Au cours de la journée, ces derniers rechargent progressivement leurs batteries pour se retrouver aussitôt à dévaler à nouveau cet hypothétique toboggan vers un état d'énergie inférieur. C'est un cycle vicieux et réitéré qui maintient les dormeurs en état de sommeil profond et d'ivresse béate induite par l'adrénaline.

    La solitude au sommet

    De nombreux lecteurs de Rattleberry Pie (le blog de l'auteur — N.d.T.) se tiennent depuis suffisamment longtemps au sommet de l'échelle pour apprécier le panorama qu'ils estiment plus exaltant que le plongeon. Ils y ont vu tant de choses qu'il leur serait difficile de décrire à ceux du dessous. Les esprits en éveil continuent d'ajouter des « échelons » de plus en plus hauts pour se retrouver bientôt la tête dépassant des nuages. C'est de cette position privilégiée qu'ils observent désormais, tout en bas, le minuscule point formé par leur ancien toboggan, épatés que dans sa relative insignifiance, ce dernier ait pu les
    inciter à s'élever. Se laisser glisser depuis une telle hauteur est exclu du moins au sens classique du terme. Un dilemme de plus pour eux.

    Une fois entamé le processus de l'éveil, il n'y a aucun retour en arrière possible. Le seul (dés)avantage est qu'à mesure que l'on s'élève, l'air se raréfie davantage. Et la solitude peut s'installer. L'esprit en éveil est extrêmement dynamique et nécessite une somme considérable de stimulation et de camaraderie. Et on se sent bien seul là haut.

    Une dernière remarque

    L'expérience d'éveil est un don qui n'est vraiment fait ni pour les faibles ni pour les timorés. Il faut en effet beaucoup de force et de courage pour atteindre ces niveaux supérieurs de conscience. Ceux qui sont en train d'opérer le changement revêtent une multitude de formes — avec parmi eux beaucoup de prétendus Indigo, Cristal ou essentiellement tout être humain réalisant son pouvoir personnel et ses potentialités en prenant conscience que ce monde recèle bien plus de choses qu'on lui a appris.

    Il y aurait lieu de se demander si les individus engagés dans le processus d'éveil ont une obligation morale de tenter de réveiller les dormeurs. En me fondant sur ma propre expérience et mes observations, je déconseillerais une telle chose. Laissez-les dormir. Le meilleur moyen de les atteindre est au fil du temps. N'exercez aucune force et abordez-les par paliers. C'est la technique que les « pouvoirs en place » ont employée avec vous — du moins jusqu'à ce que vous aperceviez le bout de « fil » qui relié aux autres maintient la trame de la matrice en place.

    Soyez un exemple. Émettez amour et vérité. Projetez santé, exubérance et joie de vivre. Soyez conscient sans succomber à la colère (plus facile à dire qu'à faire). L'effort d'atteindre les échelons supérieurs de l'échelle doit en valoir la peine aux yeux des dormeurs. Et un beau jour, ils pourraient bien abandonner le stimuli de la descente pour la beauté du panorama.

    Par le simple fait d'être conscient, vous contribuez considérablement à dynamiser votre entourage. Ils « ressentent » votre vibration et essaieront peut-être un jour d'y faire écho. On vous a fait don d'« yeux pour voir » et d'« oreilles pour entendre », c'est une bénédiction. Il est certain qu'en attendant que les autres se mettent à partager votre vision, la solitude — l'isolement peut sembler bien réel par moments.

    Je vous rappelle que vous n'êtes pas seul. Nous ressentons votre présence là-haut, nous vous en sommes reconnaissants et nous vous aimons très fort.

    Traduit de l'anglais par Ey@el
    © lapensinemutine.eklablog.com

    La reproduction du contenu de ce billet est strictement interdite.
    © lapensinemutine.eklablog.com. Tous droits réservés.

    Haut de page

    Bas de page

    « Tube pots de fleurJour de veine »
    Pin It

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Lundi 17 Mars 2014 à 21:38

    Quand j'étions petit, on disait de moi que j'étais très éveillé.

    Maintenant à la lecture de ces histoires d'éveil, ça me donne sommeil [smileymachingrosbaillement.gif]

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :