• Des chercheurs découvrent que rire de soi peut rendre heureux

    Article de Fattima Mahdi traduit par Ey@el

    Available in English

    Partager sur Twitter

    Aujourd'hui c'est à la fois Pâques et le Premier Avril. Un jour béni pour les sadiques en tout genre, les cathos aussi bien que les imbéciles qui profiteront de l'aubaine pour se croire tout permis sous couvert de religion ou d'humour cache-misère pour torturer leurs congénères.



    Joyeuses Pâques, Pessa'h ou tout autre raison rassurante que vous trouverez pour avoir un peu de chaleur.

    D'ordinaire, je ne suis pas la dernière à ricaner sur le retour des cloches (comme si on n'avait pas l'impression qu'elles n'avaient jamais quitté les lieux) ni de saisir l'occasion de la journée des fous pour laisser libre court à l'expression de mon état naturel, mais je ne sais pas, à l'heure où j'écris ces mots, je ne me sens pas de le faire. J'écoute donc mon cœur et non les diktats socio-culturels (par contre l'image du doigt de Big Jim qui illustre ce billet n'a rien de fortuit même si ce n'est pas tout à fait le bon) et pour une fois, je m'abstiendrai donc des Joyeuses Pâques de rigueur et du canular traditionnel à deux balles. À la place, je vous reposte le selfie tweeté l'an dernier par Carrey qui parle de lui-même ainsi qu'une traduction de ce court article pour vous encourager à cultiver l'humour sain en pleine conscience (et non pour simplement masquer votre mal-être ou manipuler autrui). Un sujet que j'avais déjà abordé précédemment dans mes propres articles (voir Articles connexes) et un état d'être que je pratique très souvent comme vous avez pu le constater et auquel je ne suis pas prête à renoncer, n'ayez crainte. C'est juste que, je ne peux m'empêcher parfois de prendre les choses à contre-pied parce que j'adore les pieds de nez contrairement aux nez sur pattes.

    Bonne chasse aux œufs et bonne pêche à tous !

    Ey@el

    Que le rire soit la meilleure des médecines est une conviction largement répandue. Que vous riez vous-mêmes ou fassiez rire les gens autour de vous, cette modification soudaine de l'état émotionnel peut être considérée comme une forme de court-circuitage cérébral qui viendrait rompre une boucle d'émotions et de pensées négatives. Des sentiments positifs engendrent des pensées positives qui elles-mêmes inspirent des actions positives, menant au final à un mode de vie plus sain et plus heureux. C'est donc sans surprise aucune qu'une équipe de chercheurs de l'université de Grenade, en Espagne, a découvert que l'humour d'autodérision n'avait aucun lien avec une faible estime de soi ou la dépression. Ils se rendu compte qu'en fait ceux qui pratiquent l'autodérision avaient tendance à être plus heureux et mieux adaptés socialement que la plupart des gens.

    Selon les observations de l'équipe dont nous fait part Jorge Torres-Marín, le co-auteur de l'étude publiée dans la revue Personality and Individual Differences (Différences individuelles et caractérielles), « une tendance accrue au recours à l'autodérision est l'indice de scores élevés en matière d'équilibre psychologique comme la félicité et, dans une moindre mesure, la sociabilité ». L'évaluation s'est portée sur 1068 adultes âgés de 18 à 65 ans, répartie sur cinq études différentes à l'aide de version espagnole du questionnaire des styles humoristiques. En sus de leurs découverte concernant l'autodérision, les Espagnols ont également trouvé que l'humour affiliatif (les blagues qu'une majorité de gens trouvent drôles) contribuait à renforcer les rapports sociaux et que l'humour renforcé (plaisanter quand on a des ennuis) aidait à surmonter les circonstances difficiles.

    Toutefois, ils ont également noté certains symptômes négatifs relatifs à l'autodérision comme une colère refoulée. « Les résultats suggèrent que l'humour, même sous un jour inoffensif ou bienveillant, peut aussi relever d'un stratagème pour dissimuler des intentions négatives », explique Ginés Navarro-Carrillo, autre co-auteur de la recherche.

    Les chercheurs comptent effectuer davantage d'études afin d'analyser les différences culturelles propres à l'humour.

    Traduit de l'anglais par Ey@el
    © lapensinemutine.eklablog.com

    Articles connexes

    La reproduction du contenu de ce billet est strictement interdite.
    © lapensinemutine.eklablog.com. Tous droits réservés.
    « Projet Eklabugs : Déchaîne mon cœurParlez-moi du réchauffement climatique »
    Pin It

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :