• Jim Carrey poursuit ses actions : pourquoi les vaccins ne devraient pas être obligatoires

    Article de Jefferey Jaxen traduit par Ey@el

    Available in English

    En cette période décisive pour l'avenir du libre choix parental, de la santé des enfants et du consentement médical, de nombreuses voix se sont mobilisées, à leur façon, pour dire « non ». Lorsque les autorités en place se mettent à cibler les enfants dans la société, ceux parmi les humains qui sont conscients ont le devoir de prendre la parole. C'est toujours le cas avec Jim Carrey. Alors que de nombreuses personnes à Hollywood et dans les médias préféreraient éviter les sujets brûlants des dégâts causés par les vaccins et des droits parentaux, ce dernier a courageusement pris le parti des parents et des enfants de Californie. Porte-parole de longue date des autistes, cela fait plus d'une décennie qu'il se tient en première ligne de la controverse anti-vaccinale.

    L'attention suscitée par sa vague initiale de messages sur Twitter s'est répandue comme une trainée de poudre au moment même où, dans cet état, le projet de loi 277 du Sénat (SB277) semblait être sur le point d'être promulgué. Ses points cibles ont frappé de plein fouet la division des vaccins frauduleuse du Centre américain de prévention et de contrôle des maladies (CDC) et les groupes pharmaceutiques criminels. Les médias grand public, qui entretiennent des liens étroits avec lesdits fabricants de vaccins, ont été pris de vitesse et submergés par la simple vérité. Aussitôt, ces firmes ont vu leur potentiel de revenus générés par l'adoption du SB277 menacé, de gros chèques étant en jeu. Carrey et ses 15 millions d'abonnés sur Twitter se révélaient être des adversaires de taille, éclipsant sans peine le lectorat de la plupart des organes médiatiques réunis. Le mot d'ordre général fut donc rapidement lancé pour contrer sa position : l'attaquer personnellement, inventer une histoire, noyer le poisson — tout cela pour faire en sorte que son message ne s'imprègne pas dans les consciences.

    Le 17 juillet, Carrey publiait son premier article sur medium.com. Bien documenté et à propos, ce billet contient des informations résolument ignorées par le courant dominant. Il met le doigt sur les principaux points irréfutables dont ont conscience de nombreux membres de la communauté vaccinale et du choix médical, y compris « l'éléphant dans la boutique de porcelaine », à savoir le Dr William Thompson, informateur au sein du CDC.

    Le 29 juillet 2015, Bill Posey, député au Congrès faisait cette déclaration qui retentit dans le monde entier. Témoignant officiellement à la Chambre américaine des représentants, il a fourni des preuves accablantes pour étayer son plaidoyer afin qu'une enquête approfondie soit ouverte et qu'un procès pour fraude criminelle soit immédiatement lancé contre le CDC, citant des passages explosifs des articles et déclarations du Dr Thompson semblant corroborer la défiance continuelle du public à l'égard de cet organisme en sus de tout les messages d'alertes de Jim Carrey. Il s'avère que ce dernier a non seulement été réhabilité, mais a également gagné considérablement en popularité en mettant sa carrière en jeu pour aller défendre la liberté médicale.

    Traduit de l'anglais par Ey@el
    © lapensinemutine.eklablog.com

    « La toxicité de notre mondeAu ras des pâquerettes »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :