• La plus puissante éruption solaire depuis des années coïncide avec les émeutes, nous rappelant qu'activité solaire et agitation sont historiquement liées

    Article de Dylan Charles traduit par Ey@el

    Available in English

    Avec autant d'événements dramatiques et éprouvants se déroulant sur la scène mondiale, il est facile d'oublier qu'en tant qu'êtres humains nous sommes profondément affectés par tous les phénomènes cosmiques dans l'univers qui nous entoure. Nous sommes des êtres fréquentiels dans un univers constitué d'énergie.

    Le 28 mai dernier, les États-Unis ont été le théâtre d'importants troubles sociaux, de manifestations et d'émeutes qui se sont propagés, dans la nuit du 29, à trente villes américaines, faisant de cet événement le plus marquant en matière d'agitation sociale que la plupart d'entre nous n'ayons jamais connu.

    Ces incidents ont beau tirer leur origine profonde de l'accumulation des tensions sociétales depuis des décennies, le moment de cet embrasement coïncide avec une nouvelle vague d'activité solaire incluant la plus puissante éruption enregistrée depuis trois ans.

    Les éruptions solaires sont d'intenses éclosions de radiations émanant de la libération de l'énergie magnétique associée aux taches solaires. Selon la classification de l'Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique (NOAA), elles se divisent en cinq catégories par ordre croissant de magnitude : A, B, C, M et X, chacune étant dix fois plus puissante que la précédente. Dans chaque catégorie, l'éruption se voit attribuer une mesure de 1 à 9 en fonction de son intensité même si certaines tempêtes solaires peuvent dépasser 9. D'après la NASA, la plus puissante enregistrée fut de magnitude X28 (en 2003).[Source]

    Rapport de Spaceweather le 29 mai 2020 :

    LE SOLEIL DE NOUVEAU EN ACTIVITÉ : Aujourd'hui, le soleil a connu sa plus grosse éruption depuis près de trois ans. Une explosion de classe M d'un nouveau cycle en provenance d'une tache dissimulée sous la bordure nord-est du soleil. Ce week-end, le site de l'exposion fera face à la Terre, aussi les éruptions à venir, si elles doivent se poursuivre, pourraient avoir une incidence sur notre planète. Visitez Spaceweather.com pour les mises à jour.

    Rapport de Spaceweather le 30 mai 2020 :

    MINIMUM SOLAIRE INTERROMPU : Hier, au plus bas du plus profond minimum solaire de l'ère spatiale, le soleil s'est déchaîné avec une rafale d'éruptions. L'une d'entre elles, une explosion de classe M1, fut la plus forte enregistrée en trois ans. La source de cette activité se tourne maintenant vers la Terre qui entre dans le champ de vision de la bordure nord-est du soleil :

    La question est donc : de quoi s'agit-il ? Les premières images de la nouvelle zone d'activité laissent à penser que ce serait une tache relativement petite entourée d'un vaste champ d'écume magnétique (plage) dont la polarité la range comme membre actif du nouveau cycle solaire 25.

    L'activité solaire suit généralement des cycles de onze ans et le cycle 24 s'est terminé l'an dernier. En avril 2019, des scientifiques avaient prédit que le prochain cycle de 11 ans, le vingt-cinquième, commencerait entre mi-2019 et début 2020.

    Physicienne solaire au sein de la Space Systems Research Corporation et coprésidente de la commission prévisionnelle, Lisa Upton a annoncé que le cycle 25 devrait démarrer entre mi-2019 et fin 2020 et atteindre son maximum entre 2023 et 2026 avec 95 à 130 taches solaires prévues. La moyenne se situant entre 140 et 220. [Source]

    En 2019, la NASA mettait en garde contre les « éruptions monstrueuses » que pourrait produire le futur cycle 25 dans les prochaines années.

    Avec Minneapolis en flammes et la violence qui se propage, il semblerait bien que le fameux cycle 25 ait démarré et, au vu des récents événements, la période risque d'être mouvementée comme beaucoup ont déjà fait le rapprochement historique entre intensification de l'activité solaire et tous les grands événements perturbateurs et révolutionnaires pour les sociétés humaines.

    Les dernières éruptions solaires importantes se sont produites en 2017 : une de classe M le 20 octobre précédée par une de classe X (la plus puissante) le 10 septembre 2017.

    C'est en août 2017 qu'a eu lieu le rassemblement « Unite The Right » (union de la Droite) à Charlottesville, en Virginie, dans laquelle Heather Heyer (une serveuse) a trouvé la mort et où environ deux douzaines d'autres manifestants ont été blessés. Un peu plus tard, le 15 septembre, l'acquittement de l'agent de police Jason Stockley pour avoir abattu Anthony Lamar Smith en 2011 a déclenché une vague de protestations à St Louis.

    L'an 2003 a connu huit des cinquante éruptions solaires les plus puissantes enregistrées depuis 1986. C'est la même année où a débuté la guerre en Irak, où s'est produite l'émeute de Benton Harbor dans le Michigan qui dura six jours, et où ont eu lieu les manifestations contre le ZLEA (zone de libre-échange des Amériques) à Miami.

    Huit autres des cinquante plus puissantes éruptions solaires depuis 1986 se sont produites en 2001, une année tristement célèbre pour les événements du 11 septembre avec une grosse tempête de classe X et plusieurs de classe M dans la même semaine où furent détruites les tours jumelles.

    Une énorme éruption de classe X avait été enregistrée en février 1992, juste avant les émeutes qui ravagèrent Los Angeles.

    Selon Adam Michalec, il existerait une relation de longue date entre l'activité humaine et les événements solaires, en particulier les troubles et les révolutions violentes.

    Si l'on compare les dates des événements historiques aux épisodes de maxima solaire à compter de l'année 1750, il s'avère que les accès de violence en Europe (comme les révolutions) ont une corrélation avec les périodes d'activité solaire accrue. [Source]

    Dans un document intitulé "L'activité solaire et l'histoire de l'humanité", Michalec propose le graphique ci-dessous qui établit le lien de corrélation entre les événements humains et l'intensification de l'activité solaire.

    Même si la relation entre le comportement humain et les grands phénomènes de société reste encore a être pleinement comprise, dans une étude intéressante, A.L. Tchijevsky, un chercheur de l'époque soviétique, émit l'hypothèse que l'activité solaire accrue avait un « effet excitant » sur les êtres humains et affectait notre système nerveux.

    La recherche la plus célèbre fut menée par le professeur A.L. Tchijevsky, un scientifique russe, qui la présenta à la société météorologique américaine de Philadelphie à la fin du XIXe siècle. Son étude de l'histoire des mouvements de masse humains comparée aux cycles solaires commençait par la division des cycles en quatre parties :

    1. Activité minimale des taches solaires
    2. Accroissement de l'activité des taches solaires
    3. Activité maximale des taches solaires
    4. Diminution de l'activité des taches solaires

    Il divisa ensuite l'agitation des mouvements de masse humains en cinq phases :

    1. L'influence provocatrice des meneurs sur les masses
    2. L'effet d'« excitation » des concepts mis en exergue sur les masses
    3. La vélocité de l'incitabilité due à la présence d'un pôle psychique unique
    4. L'étendue des zones couvertes par les mouvements de masse
    5. L'intégration et l'individualisation des masses

    C'est avec ces comparaisons qu'il établit un « index d'excitabilité des masses humaines » couvrant chaque année de 500 av. J.-C. jusqu'à 1992 de notre ère. Il s'est penché sur l'histoire de 72 pays durant cette période, notant les signes d'agitation humaine comme les guerres, les révolutions, les émeutes, les expéditions et les migrations, ainsi que le nombre de personnes impliquées. Tchijevsky découvrit que plus de 80% des événements les plus importants s'étaient produits au cours des années d'activité maximale des taches solaires. Il affirma que la période d'« excitabilité » pouvait s'expliquer par une modification aiguë du caractère psychique et nerveux de l'humanité qui se manifeste lors des maxima solaires. [Source]

    En conclusion

    Alors que nous sommes tous en train d'observer et d'attendre de voir jusqu'où la folie de 2020 va encore pouvoir nous entraîner, il est facile de perdre de vue la vision d'ensemble.

    En réalité, nous sommes tous constitués de poussière d'étoiles, notre passage ici est aussi bref qu'un clin d'œil à l'échelle cosmique, et lorsque nous mourons nos corps redeviennent poussière d'étoiles et nos âmes continuent vers quelque chose de plus grand bien au-delà de notre compréhension.

    Les événements qui se déroulent sous nos yeux en cet instant peuvent sembler dramatiques mais il se passe bien plus de choses encore hors du cadre de notre perception.

    L'azote dans notre ADN, le calcium dans nos dents, le fer dans notre sang, le carbone dans nos tartes aux pommes ont tous été produits à l'intérieur d'étoiles en fin de vie. Nous sommes tous faits de matière d'étoiles.

    ~ Carl Sagan

    Traduit de l'anglais par Ey@el
    © lapensinemutine.eklablog.com

    Articles connexes

    La reproduction du contenu de ce billet est strictement interdite.
    © lapensinemutine.eklablog.com. Tous droits réservés.
    « Rouge TartineMascarade »
    Pin It

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :