• Comment protéger sa santé des personnes toxiques

    Article du Dr Ben Kim traduit par Ey@el

    Available in English

    Partager sur Twitter

    Il y a quelques années, dans une clinique du jeûne, au nord de la Californie, j'ai eu la chance de rencontrer une dame nommée Deborah. En l'espace d'un an, j'ai eu plusieurs conversations avec elle et ce dont je me souviens le plus est la surprenante authenticité de sa gentillesse — j'ai senti qu'elle avait effectué un grand travail intérieur afin de s'identifier aux principes de vie qu'elle s'efforçait de suivre.

    Un jour, je lui ai demandé pourquoi elle avait opté de prendre ses repas seule plutôt qu'avec les autres patients. Après avoir marqué un temps de silence, elle me répondit qu'elle recevait des ondes négatives de la part d'une de ces personnes et qu'elle avait le sentiment que son expérience de repos serait meilleure si elle se tenait à l'écart de cette énergie. Je me rappelle qu'elle avait utilisé le mot « toxique » pour décrire ce qui émanait de cet autre patient — non pas avec malveillance mais sur un ton réfléchi, basé sur l'observation.

    Depuis, les réflexions de Deborah sur la nécessité d'éviter l'énergie indument toxique me sont restées en mémoire. Pour moi, cet aspect de l'existence est un déterminant de la santé et de la qualité de vie globale largement sous-estimé. Comme on sait, l'équilibre de notre état affectif a une influence constante sur celui de chaque structure organique de notre corps, en particulier sur les systèmes nerveux et endocrinien. Et manifestement, notre bien-être émotionnel est largement affecté par nos interactions quotidiennes avec les autres. Il va donc de soi qu'apprendre à repérer et à affronter ces influences toxiques avec efficacité sont des compétences importantes à développer lorsque l'on cherche à optimiser sa santé.

    Comment repérer un comportement toxique

    De manière générale, je pense que l'on peut affirmer qu'une personne présente une toxicité pour votre santé quand son comportement vous met régulièrement mal à l'aise. Il y a bien entendu des exceptions à la règle. Par exemple, si un ami proche ou un membre de votre famille vous fait part de ses préoccupations en rapport avec votre attitude dans l'esprit d'améliorer votre relation, vous vous sentirez probablement mal et votre bien-être émotionnel en prendra un coup sur le moment mais il serait illogique de leur appliquer l'étiquette de « toxique ».

    Voici les types de comportements particuliers qui, selon moi, entrent dans la catégorie « toxique pour votre santé » :

    1. Essayer de vous intimider en criant ou en devenant violent(e) de quelque manière que ce soit (claquer la porte est un acte de violence).
    2. Vous décrier constamment, clamant ainsi qu'il ou elle est manifestement bien meilleur(e) que vous.
    3. Vous informer régulièrement de ce qui, selon lui ou elle, cloche chez vous.
    4. Répandre la calomnie derrière le dos des gens c.à.d. vous inciter à tenir des propos malveillants pouvant blesser autrui.
    5. Passer la majeure partie de vos conversations à se plaindre de sa vie et des autres.
    6. Vous décourager de défendre vos intérêts et de réaliser vos rêves alors que vous pouvez y parvenir sans blesser ni écraser autrui.
    7. Chercher à profiter de votre gentillesse et de vos ressources en essayant de vous faire culpabiliser lorsque vous ne faites pas ce qu'il ou elle veut.

    Comment appréhender les personnes et les comportements toxiques

    Comment vous préserver après avoir identifié une personne comme étant toxique pour votre santé ? La réponse dépends du rôle que ladite personne tient dans votre vie. Bien qu'il soit virtuellement impossible d'établir des catégories bien définies, j'ai tendance à les classer dans les groupes suivants :

    Groupe 1 : B&A (Bonjour et au-revoir)

    Exemples de personnes appartenant à cette catégorie :

    - les représentants peu aimables du service clientèle
    - les gens faisant preuve d'agressivité au volant
    - les inconnus dans la rue

    Comment protéger sa santé de tels individus :

    1. Tout d'abord, réfléchissez sérieusement à votre propre attitude pour voir si vous n'auriez pas fait ou dit quelque chose qui soit à l'origine du comportement de votre interlocuteur/interlocutrice.
    2. Si vous parvenez à repérer une action susceptible de l'avoir offensé(e), présentez-lui, dans la mesure du possible, des excuses sincères. Si il ou elle les accepte, tout ira bien pour chacun. Si vos excuses sont rejetées, vous pourrez au moins partir l'esprit tranquille en sachant que avez révisé votre attitude.
    3. Si vous ne trouvez rien dans vos agissements qui pourrait avoir blessé votre interlocuteur/interlocutrice, faites lui un « B&A » silencieux et détournez les talons. Il est peu probable que réagir à son attitude peu amène porte ses fruits. Comme vous n'avez pas à coexister de façon régulière, vous pouvez adopter la mentalité du « Tu m'y prends une fois, tu es une fripouille, tu m'y prends deux fois, je suis une andouille ». En d'autres termes, son comportement irrespectueux lui incombe et il ou elle en récoltera les conséquences naturelles en temps voulu.

    Groupe 2 : Aucun réel besoin de proximité mais des contacts fréquents dus aux circonstances de la vie

    Exemples de personnes appartenant à cette catégorie :

    - les camarades de classe
    - les collègues de travail
    - les voisins
    - les membres des groupes que vous fréquentez régulièrement (église, club de lecture, club sportif, etc.)

    Comment protéger sa santé de tels individus :

    1. Comme précédemment, commencez par examiner votre propre attitude afin de voir si vous parvenez à déceler un motif raisonnable au comportement inacceptable de l'autre personne. Si vous n'en voyez aucun, trouvez quelqu'un en qui vous avez confiance qui saura faire preuve d'objectivité et de probité en lui expliquant le conflit aussi exhaustivement et précisément que possible. Demandez-lui un retour honnête sur la manière dont vous pourriez avoir provoqué l'attitude de votre interlocuteur/interlocutrice. Précisez bien que vous ne cherchez pas à ce que l'on prenne votre parti mais à ce que l'on interprète objectivement la situation.
    2. Le cas échéant, excusez-vous pour votre comportement. Si après avoir réfléchi sérieusement au-dit conflit, vous et votre conseiller/conseillère ne parvenez à identifier quoi que ce soit méritant des excuses, travaillez à développer de la compassion envers votre interlocuteur/interlocutrice. La plupart des gens conviendront que nous ne sommes pas faits pour être mesquins et toxiques envers autrui. On peut le devenir pour des périodes plus ou moins longues lorsque, au cours de son périple, on doit faire face à des préjudices, à des déceptions ou à la colère. L'autre personne est probablement jalouse de vous ou consumée par ses propres échecs. Elle traverse peut-être une passe difficile suite à la perte d'un parent. Il est possible qu'elle n'ait jamais ressenti d'empathie chez une autre personne. Elle a pu subir de mauvais traitements familiaux au point d'avoir une sensibilité engourdie et ne soupçonne absolument pas que vous puissiez vous sentir malmené(e). Il s'agit de créer suffisamment de compassion envers l'autre afin de maitriser ou du moins réprimer votre préjudice moral. Cela ne signifie pas que vous devez jouer les martyres ou les carpettes en tendant l'autre joue. Développer une certaine pitié envers l'attitude toxique de votre interlocuteur/interlocutrice a pour but d'empêcher celle-ci de vous empêcher de mariner dans le déséquilibre émotionnel longtemps après que le déclenchement du conflit. Si il ou elle a ou trouve le courage de vous présenter ses excuses, le fait d'avoir, par avance, éprouvé de la compassion dans votre cœur améliorera vos chances de pardonner véritablement et de connaitre une plus grande harmonie affective.
    3. Si après avoir travaillé à développer de la pitié envers la situation de l'autre personne, vous ne recevez aucune excuse, faites preuve de clémence mais n'insistez pas pour une vous réconcilier. Apprendre à faire savoir aux autres que vous voulez qu'on vous traite avec gentillesse et respect compte pour beaucoup dans votre équilibre émotionnel. Chercher une réconciliation alors vous n'avez rien fait de mal et que votre interlocuteur/interlocutrice n'a pas trouvé le courage de s'excuser revient à lui montrer qu'on peut vous marcher dessus — ce qui n'est pas une bonne leçon à donner.

    Groupe 3 : Idéal pour être proches

    Exemples de personnes appartenant à cette catégorie :

    - les membres de la famille proche
    - les parents éloignés
    - les amis que vous avez tout lieu de respecter

    Comment protéger sa santé de tels individus :

    1. Référez-vous aux deux premières étapes ci-dessus ; essayez de découvrir si vous avez fait quelque chose de mal et, le cas échéant, présentez vos excuses.
    2. Il est important de faire savoir aux membres de votre famille et à vos amis proches comment vous voulez être traité(e) mais dans certains cas, il sera sans doute nécessaire de chercher une réconciliation même si l'autre personne n'a présenté aucune excuse pour son comportement. Si par exemple, votre conjoint vous a malmené(e) sans s'en excuser, si vous savez par expérience qu'il y a peu de chances pour qu'il ou elle engage un dialogue pouvant mener à la guérison et que votre priorité absolue est que vos enfants grandissent dans un environnement de paix et d'amour, ce serait sans doute mieux que vous fassiez le premier pas. Dans un tel cas, en agissant ainsi, vous pouvez espérer que votre partenaire ait envie de se rapprocher en assumant davantage la responsabilité de ses actes lors du prochain conflit. Manifestement, cette approche proactive et presque défaitiste dans le but d'améliorer la compréhension et l'intimité est tout à fait indiquée dans les situations où vous êtes fortement engagé(e) dans la relation à long terme dont il est question. Si vous vous débattez actuellement dans vos rapports avec une personne appartenant à cette catégorie, j'espère que certains des articles suivants vous seront d'utilité : Using Honesty to Build a Good Relationship, Understanding Your Partner’s Primary Love LanguageHow to Forgive Someone Who Has Hurt You (les titres ne sont volontairement pas traduits car les liens sont anglais — N.d.T.).

    Si vous avez des idées sur la manière de gérer avec efficacité les personnes susceptibles d'être toxiques pour votre santé, je vous encourage à les partager dans les commentaires ci-dessous. Tout comme l'attitude de Deborah fut le cas pour moi il y a plusieurs années, j'espère que ces réflexions vous inciteront à entreprendre le chemin de l'apprentissage afin de vous protéger des comportements nocifs.

    J'espère également qu'elles serviront à vous rappeler que nous pouvons tous faire preuve d'une attitude qui peut s'avérer néfaste à autrui. Demeurer vigilants ne peut que nous aider à minimiser le risque de nuire aux autres.

    Traduit de l'anglais par Ey@el
    © lapensinemutine.eklablog.com

    La reproduction du contenu de ce billet est strictement interdite.
    © lapensinemutine.eklablog.com. Tous droits réservés.
    « Quand il pleutSelon David Wilcock, il faudrait s'attendre à d'importantes divulgations courant juillet »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Dimanche 8 Juillet à 11:56

    Une bonne piqûre de rappel ! ;) 

    lors du dernier conflit que j'ai vécu j'ai heureusement bénéficié du discours d'une personne très posée qui m'a posé les bonnes questions. "As-tu été irrespectueuse avec cette personne ? Lui as-tu mal parlé ? Est-ce que tu lui a caché des choses durant l'année ? Est-ce que l'année s'est bien passée avec elle ? Est-ce que cette information était importante ? "  J'ai cherché la discussion, elle s'est excusée et je lui ai dit mon ressenti, ma tristesse . Nous nous sommes réconciliées . Mais je trouve tout de même cette personne toxique, dans le fait qu'elle critique beaucoup les autres, qu'elle n'accepte pas d''autres avis que le sien, etc... 

      • Dimanche 8 Juillet à 14:33

        En fait j'avais traduit cet article il y a plusieurs années mais j'hésitais à le publier parce qu'honnêtement ça ne marche pas du tout dans mon cas. Bon faut dire que dans mon cas, il ne s'agit pas d'une personne que je peux éviter (là est tout le problème économique je dirai car c'est la seule raison qui fait que je ne peux pas mettre la distance) et dont je suis malheureusement proche. Mais pour le reste, oui, le conseil est bon. Les lois de de l'attraction entrent en jeu, si on est droit dans ses shoes, notre seule responsabilité est de ne pas se laisser tenter à ne plus l'être quand une personne toxique nous pousse à bout. C'est en cela qu'on dit qu'elles sont "toxiques" car elles abaissent nos vibrations. Mais elles sont des tests. Ceci dit, le mieux à faire est toujours de mettre une distance ou des limites tant que possible surtout quand tu as tout tenté. Je pense que tu espérais que cette discussion changerait cette personne mais c'est là l'erreur. Les gens empathiques comme toi et moi on est tellement plein d'amour, on voit tellement le bon chez tout le monde qu'on se croit invincibles et qu'on pourra tout transformer avec notre amour. Malheureusement non. On peut aider des gens disposés à évoluer et les inciter à changer d'eux-mêmes mais les vrais toxiques ne veulent pas changer. Il faut accepter qu'il y ait des dommages collatéraux sans pour autant les enfoncer. Ne pas se noyer en voulant sauver celui qui ne tient pas à être sauvé mais juste à se plaindre pour se nourrir de nous. As-tu entendu parler des vampires énergétiques ? Imagine les Détraqueurs dans Harry Potter et tu as ça. Une horreur. Je n'ai pas trouvé d'articles/solution qui fonctionne raison pour laquelle je m'abtiens de publier sur le sujet car je n'en vois pas l'intérêt si ce n'est l'effet que ça me fait de flipper encore plus. Mais si des gens qui vivent ou ont vécu ça nous lisent et ont trouvé des solutions pour tenir le coup quand la fuite n'est pas possible, elles sont les bienvenues pour s'exprimer (à condition de ne pas avoir quelque chose à vendre comme beaucoup de trop de gens qui veulent "aider" — moi je donne toute mon énergie gratuitement, c'est peut-être là mon problème, je devrais ouvrir un compte PayPal car après tout travail mérite un salaire). Bon weekend à toi, Vi.

    2
    Lundi 9 Juillet à 16:06

    Oui, en effet, il n'y a pas vraiment de solution lorsqu'on doit côtoyer la personne toxique. Si on pouvait s'éloigner à chaque fois ça serait vraiment la solution ! Bon, j'ai au moins une année de répit car je vais, l'année prochaine, travailler avec une autre personne qui ne me semble pas toxique, elle. ;) 

    Je suis d'accord avec toi, je n'ai pas changé cette personne, elle a juste été étonnée de ma réaction, c'est pour cela qu'elle s'est excusée. Elle ne pensait pas que cela m'avait touchée à ce point. Après, ce n'est peut-être pas un bon point pour moi, ça prouve que je prends tout, trop à cœur...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :