• Cygne d'étang

    Graphisme et texte d'Ey@el d'après l'oeuvre de Tchaïkovski

    Available in English

    Cygnes sauvages, cygnes blancs,
    Vous vous cachiez loin des méchants,
    Mais sur la Terre, vous l'avait-on dit,
    Une princesse pleurait la nuit,
    Pleurait ses souvenirs d'enfant.

    ♫ "Les Cygnes sauvages", Michel Fugain (1974)

    Pressée de voir son rejeton quitter le nid, la Reine-mère lui organise un speed-dating pour ses dix-huit ans. Furax, le prince, pas encore majeur (et surtout pas vacciné contre la grippe aviaire), fugue et se retrouve tout seul dans les bois en pleine nuit. Là, il voit passer au-dessus de lui des cygnes qui lui lâchent une bouse. Vénère, il les suit jusqu'à l'étang, bien décidé à en flinguer un pour le petit déj et tombe nez à bec avec une belle poulette uniquement vêtue de plumes blanches et qui n'a rien d'une oie sauvage.

    La dame du lac s'appelle Odette (et non, perdu : lui c'est pas Arthur mais Siegfried). Une princesse victime d'un sort lancé par un c***ard de sataniste jaloux avec un nom à coucher dehors (Rote quelque chose... Rothschild ? Rottweiler ?) qui a décidé que s'il ne pouvait l'avoir dans son pieu, nul autre ne le pourrait. Donc la nuit, elle danse à poil sur les eaux gelées de la mare de larmes et le jour, elle fouille la vase avec ses congénères emplumés.

    Le Prince bien évidemment la kiffe grave au premier regard. Et comme l'amour est la plus puissante des énergies de tout l'univers du monde, leur love story fait capoter illico presto le schmilblick maléfique et rappliquer le c***ard de sataniste. L''amoureux transi saisi d'effroi (forcément à danser toute la nuit pied nus sur la glace) cherche à lui voler dans les plumes mais Odette s'interpose dans leur prise de bec car faudrait surtout pas que le Rottweiler clamse avant que le sort soit brisé sinon elle resterait pour l'éternité le bec dans l'eau.

    Alors que faire, hein ? Je vous le donne en mille : lui passer la bague au doigt. Fastoche ! Sauf que le c***ard de sataniste a une fille appelée Odile qu'il déguise en Odette version cygne noir et que Siegfried (qui est daltonien ou en a un petit coup dans l'aile) n'y voit que des plumes et s'apprête à épouser la dinde. C'est à cet instant que débarque la poulette (ou cygnette, devrais-je dire) et que le jeune blanc-bec réalise qu'il s'est fait pigeonner.

    Trop tard ! Odette va devoir fouiller la vase éternellement pour toujours et quitte à bouffer des vers, autant que ce soit eux qui la bouffent, et dans l'eau de là-bas elle se jette avant de perdre à jamais forme humaine. Siegfried, qui n'a aucune envie d'avoir une dinde pour épouse et un Rottweiler pour beau-père, dans le haut du lac se jette aussi.

    Mais comme l'amour est la plus puissante de toutes les énergies de tout l'univers du monde, le c***ard de sataniste se retrouve bien ni**é et les amoureux entourés de plumes au paradis.

    C'est pourquoi chaque fois qu'il neige en hiver, ce sont, en réalité, les anges qui se bastonnent pour tenter d'obtenir les faveurs de Sa Majesté du Lac (et non les effets du réchauffement climatique comme on aimerait bien vous le faire croire).

    Joyeux solstice à tous et gare aux coups de lune !

    Ey@el

    La reproduction du contenu de ce billet est strictement interdite.
    © lapensinemutine.eklablog.com. Tous droits réservés.
    « Les truffes du GrinchComment survivre au péril rouge »
    Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    maat64
    Vendredi 21 Décembre 2018 à 09:19
    ah ! Ey@el !!
    je n'interviens pas souvent mais je vous suis à la trace tout le temps.... et avant d'attraper un coup de lune, je viens vous remercier une nouvelle fois pour tant d'intelligence, d'humour, un grand bonheur à chaque fois. Vous n'imaginez pas la joie que vous procurez !...
    Je vous embrasse
    amicalement
    Maïté
      • Vendredi 21 Décembre 2018 à 12:53

        Ah Maïté, merci de me pister et pour ce commentaire qui me va droit au cœur en ces temps troubles et vaseux. D'ailleurs en plus des coups de lune (pleine lune et solstice en même temps plus manif le jour de l'anniversaire de notre « cher » président — au sens onéreux — ça fait un cocktail plus explosif que le Molotov qu'on devrait peut-être rebaptiser cocktail Macron histoire de laisser les Russes hors du coup pour une fois) il va falloir se méfier de la gadoue parce que la météo est également de la partie et a décidé d'arroser ça bien abondamment. Comme disait Gainsbourg, la gadoue, la gadoue, hou la gadoue...^^

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :