• La remarquable progression de l'effet Mandela (2)

    Article de Cynthia Sue Larson traduit par Ey@el

    Available in English

    Trouver des preuves de l'existence de nombreux mondes dans les histoires alternatives

    Le sujet des histoires alternatives et des mondes parallèles comporte un côté humain exaltant. Même si nous ne disposons pas encore de la technologie pour vous montrer des photos de votre passé avec la preuve que des univers parallèles empiètent sur le tissu même de la réalité depuis le jour où vous êtes né, nous pouvons chercher à voir quels types d'indices il est plus facile de recueillir. Si nous ressentions les effets des univers parallèles, nous nous attendrions à constater, parfois, que l'histoire n'est pas figée. De temps à autre, nous nous aurions des idées des événements très différentes de celles que nous avions eues ou bien de celles que d'autres avaient eues. À quoi ressembleraient ces histoires alternatives ?

    Dans son ouvrage intitulé On Being Certain: Believing You Are Right Even When You're Not (Concernant la certitude : Être persuadé d'avoir raison quand ce n'est pas le cas), le Dr Robert A. Burton relate une expérience intéressante vécue au cours d'un dîner organisé pour une réunion d'anciens élèves de la faculté de médecine dans lequel la conversation s'est orientée sur l'endroit où chacun se trouvait lorsqu'il avait appris la nouvelle de l'assassinat de Kennedy. Burton et ses camarades de classe étaient alors tous en deuxième année de médecine, assistant aux mêmes cours et traînant ensemble. Une dispute a éclaté parmi les convives parce qu'un urologue pensait qu'ils étaient tous en train de déjeuner, alors qu'un interne se souvenaient qu'ils se trouvaient au labo et qu'un pathologiste se rappelait avoir été dans un pub situé dans la rue en contrebas du centre médical. Alors que ses camarades se sont tous tournés vers lui pour les départager, en mettant les choses au clair, le pathologiste et l'urologue s'accordèrent sur une chose en annonçant à l'unisson, « Tout le monde se souvient de l'assassinat de Kennedy ».

    Si c'était la première fois que de telles divergences de souvenirs portant sur un événement important se produisait, nous pourrions considérer cela comme une anecdote amusante. Mais le fait est que les chercheurs sont de plus en plus conscients de ce qu'ils appellent les « souvenirs erronés ». Avec l'avènement de l'ère quantique, nous pourrions éventuellement les qualifier de « souvenirs alternatifs », indiquant la conscience du fait que chacun d'entre nous existe dans un état superposé avec accès à de nombreuses passés, présents et futurs alternatifs possibles.

    Ulric Neisser et Nicole Harsch ont coordonné des études auprès d'étudiants de l'université Emory (Atlanta, Georgie — N.d.T.) portant sur l'exactitude de leurs souvenirs des événements à l'époque de l'explosion de la navette spatiale Challenger, en commençant par recueillir les compte-rendus directs auprès de 106 d'entre eux lors de la journée qui suivit la catastrophe, détaillant comment ils avaient entendu l'explosion, ce qu'ils étaient en train de faire alors, où ils se trouvaient, et ce qu'ils avaient ressenti. Les chercheurs recontactèrent les étudiants deux ans et demi plus tard et furent étonnés de constater que le score moyen était passé d'un 7 parfait à 2,95. Moins de 10% d'entre eux furent en mesure de recouper avec exactitude leurs souvenirs initiaux des événements contre la moitié qui obtinrent un score inférieur à 2.

    Le résultat le plus significatif de cette étude de la mémoire « éclair » fut la réaction des étudiants lorsqu'on les confronta à leurs récits contradictoires. Bon nombre d'entre eux maintinrent avec aplomb que leurs souvenirs actuels des événement étaient totalement exacts même avec leurs écritures de journal manuscrites sous les yeux. Un étudiant résuma succinctement ce qui s'était produit : « C'est bien mon écriture, mais ce n'est pas ce qui s'est passé ».

    Il est important de noter que dans cette nouvelle ère quantique, il faut s'attendre à des cas similaires d'histoires alternatives. Ces derniers fournissent la preuve de la superposition des états à l'intérieur desquels nous et tout ce qui nous entoure existons, et ainsi nous pouvons espérer être confrontés à des compte-rendus documentés du passé différant des souvenirs que nous en avons. À l'age quantique, nous comprenons que constater que nos notes manuscrites ne correspondent pas du tout à ce dont nous nous rappelons est un biais par lequel les histoires alternatives se font connaître.

    Les physiciens s'accordent sur le fait que nous sommes dans une superposition d'états

    Lorsque nous comprenons que nos systèmes de croyances sont des créations du mental, nous remarquons à quel point ces systèmes peuvent varier d'une personne à l'autre. Ce que l'un considérera réaliste et factuel pourra apparaître carrément étrange à un autre. L'idée même que certaines personnes puissent en fait voir des images dans leur esprit peut sembler bizarre pour certains, sans parler de ce qu'elles voient. Quand un nombre suffisant d'individus changent leur système de croyances pour adopter une vision neuves et différente du monde, les paradigmes culturels en font autant.

    Rester au fait des nouvelles découvertes scientifiques peut aider. Même s'il est plus probable que la plupart des gens qui ne sont pas des physiciens voient un objet physique solide tel qu'une table ou une chaise pour ce qu'il semble être à première vue, une étonnante majorité de deux tiers des physiciens interviewés en 2011 déclare avoir la conviction que tous les objets peuvent exister dans des états superposés — ce qui s'apparente à ce que nous savons de l'existence des « particules » quantiques en tant que probabilités énergétiques au même titre que les particules physiques que nous pouvons mesurer et observer. Maximillian Shclosshauer, professeur de physique à l'université de Portland dans l'Oregon, résume ainsi cette entente remarquable :

    Plus de deux tiers pensent qu'il n'existe aucune limite fondamentale à la théorie quantique — qu'il devrait être possible que des objets, peu importe leur taille, soient préparés dans des superpositions quantiques comme le chat de Schrodinger. Ainsi cette ère où la théorie quantique était associée uniquement au domaine atomique semble bel et bien révolue.

    Un fondement scientifique derrière l'adaptation instantanée en période de stress

    L'hypothèse scientifique selon laquelle les organismes faisaient l'expérience de mutations aléatoires fut sérieusement ébranlée par la suggestion de John Foster Cairns, un professeur de Harvard, en 1988, que les organismes eux-mêmes produisaient de préférence des mutations bénéfiques. Cairns se livra à des expériences sur la bactérie E. coli qui démontrèrent qu'en période de stress, lorsque des bactéries sont privées d'une nourriture qu'elles peuvent digérer, elles se livraient à des « mutations adaptatives » afin d'être en mesure de recevoir des éléments nutritifs d'une source alimentaire qu'elles ne pouvaient de consommer auparavant pour assurer leur subsistance. Ce phénomène, dans lequel l'E. coli a muté exactement les gènes les plus optimaux au moment précis où cette mutation était nécessaire, ne trouvait aucune base ni explication scientifique dans les théories établies de la génétique — et semblait contredire un des dogmes centraux de la biologie moléculaire selon lequel l'information ne peut se propager que dans une seule direction au moment de la transcription de l'ADN des protéines à l'environnement cellulaire d'un organisme. John Cairns, Julie Overbaugh et d'autres scientifiques suggérèrent un mécanisme probable à savoir que « la cellule serait en mesure de produire un ensemble éminemment variable de molécules d'ARN messager pour ensuite retranscrire à l'inverse celui qui aurait produit la meilleure protéine ».

    Si les mutations d'ingénierie inverse des bactéries pour leur permettre de digérer le lactose en période de privation de nourriture peut paraître insensé, il pourrait être utile de savoir qu'il existe un cas similaire prouvé d'adaptation biologique au niveau quantique : la photosynthèse. Ceux qui s'attendent à ce la technologie humaine moderne soit plus rapide et plus efficace que le monde naturel rustique seront très étonnés d'apprendre que nos meilleures cellules photovoltaïques ne sont qu'à 20% efficaces en comparaison avec la photosynthèse végétale et les bactéries qui atteignent régulièrement des taux d'efficacité de 95% en transformant la lumière du soleil en énergie. Les plantes existent sur Terre depuis des millions d'années, ainsi il n'est guère surprenant de découvrir qu'il est fort probable que leur processus naturel de photosynthèse se serve de la cohérence quantique pour accélérer les choses.

    Des décennies en arrière, les scientifiques pensaient que c'était l'excitation des électrons qui leur faisait transporter l'énergie de manière aléatoire à l'intérieur des systèmes de photosynthèse des plantes, bondissant d'une molécule à la suivante. Grâce à la modernisation des instruments de mesure de l'énergie dans le nouveau domaine de la biologie quantique, l'étude des plantes à photosynthèse indique que quelque chose de bien plus efficace est à l'œuvre. Ce qui semble se produire est que les électrons profitent du fait que l'énergie peut se mouvoir non seulement sous forme matérielle mais également sous forme d’énergie pure et que des systèmes moléculaires entiers peuvent s'enchevêtrer pour permettre la formation d'une onde cohérente qui testera simultanément toutes les voies différentes jusqu'à ce que l'itinéraire le plus efficace soit rapidement établi. La magie quantique opère dans chacune des millions de protéines-antennes des cellules photosynthétiques qui s'avèrent incroyablement efficace et robuste à acheminer l'énergie après très peu de déperdition lors du transfert.

    Greg Scholes, biophysicien de l'université de Toronto, a publié ses découvertes sur le comportement de cohérence quantique à température ambiante des algues marines dans la nature. Pour le décrire, il a recourt à l'analogie des embouteillages en heure de pointe à la sortie des bureaux et expliquent ce que font les cellules :

    ... il existe trois itinéraires pour rentrer chez soi par la route aux heures de pointes. Chaque jour, vous ne pouvez en emprunter qu'un seul. Vous ne savez pas si les autres seront plus rapides ou plus lents. Mais en mécanique quantique, vous pouvez emprunter les trois simultanément. Vous ne spécifiez pas où vous vous trouvez avant d'arriver ainsi vous choisissez toujours l'itinéraire le plus rapide.

    Les avantages des expériences de réalité alternative

    Je veux en venir au fait que tout le monde vit des expériences de glissement de réalité qui sont généralement mis de côté (dans la plupart des milieux sociaux) en présumant qu'il y a eu confusion ou perception erronée, chaque partie supposant que l'autre a commis une sorte d'erreur mentale. La raison pour laquelle j'aborde ce sujet de la mémoire éclair dans mon livre Quantum Jumps (Bonds quantiques) est pour partager les extraordinaires découvertes de ces chercheurs qui ont demandé à leurs étudiants de première année de faire un compte-rendu rédigé à la main d'un événement et de s'en souvenir quelque temps après. Grâce à cette étude et aux résultats spectaculaires de l'effet placebo, nous avons désormais l'opportunité d'admettre qu'au lieu d'expliquer de tels glissements de réalité par des « trous de mémoire » ou de la confusion, nous avons toujours été témoins de la manière dont ce phénomène quantique se produit à TOUS les niveaux de la réalité, et non pas uniquement sous la soi-disante « coupure de Von Neumann ». J'ai le sentiment que la recherche dans ces domaines va bientôt nous amener à un nouveau palier de conscience que les faits peuvent changer — même si la compréhension de notre identité véritable comme étant la conscience reste ce qui pourra le mieux nous aider à trouver le chemin pour faire l'expérience de diverses réalités possibles.

    Que remarqueriez-vous si vous vous trouviez dans une superposition d'états ?

    Quel effet cela ferait-il d'exister dans une superposition d'états ? Comment savoir ? Vous remarqueriez probablement des choses comme des souvenirs d'enfances manifestement différents de la part de vos frères et sœurs ; des guérisons spontanées ou accélérées de maladies ou blessures ; des différences dans des dialogues de film, des phrases dans des livres, des noms de produits, des paroles de chansons, des émissions de télé, et des gens célèbres de nouveaux en vie après avoir été déclarés morts. En fait, c'est précisément ce que rapportent les gens avec pour exemples les plus connus :

    • La Famille Berenstein vs la Famille Berenstain (livre pour enfant)
    • La reine dans Blanche Neige disant « Miroir mon beau miroir, dis-moi qui est la plus belle ? » vs « Miroir magique au mur, qui a beauté parfaite et pure ? »
    • Mr Rogers chantant « Il fait si beau dans le voisinage » vs « Il fait si beau dans ce voisinage » (l'Extraordinaire Mr. Rogers)
    • Dark Vador disant à Luke Skywalker, « Luke, je suis ton père » vs « Non, je suis ton père » (StarWars)
    • Forrest Gump disant « Maman disait toujours que la vie c'est comme une boite de chocolats » vs « Maman disait toujours que la vie c'était comme une boite de chocolats » (Forrest Gump)
    • « On va avoir besoin d'un bateau plus grand » vs « Vous allez avoir besoin d'un bateau plus grand » (les Dents de la mer)

    Les rapports d'effet Mandela à la hausse

    En sus de ces partages d' expériences d'histoires alternatives assez répandus, les souvenirs de certaines personnes différent sur d'autres choses comme : « Si vous le construisez, ils viendront » devenu « Si vous le construisez, il viendra » (Jusqu'au bout du rêve) et du beurre de cacahuète Jiffy or lieu de Jif.

    Comme de plus en plus d'honnêtes gens et d'auteurs commencent à faire leurs propres expériences de l'effet Mandela — à la fois d'ordre privé qu'eux seuls peuvent reconnaître ou d'ordre public qui est la type le plus partagé — nous poursuivrons ce dialogue qui s'intensifie à propos du phénomène et pourquoi les gens sont désormais toujours plus nombreux à le remarquer.

    Entre temps, je vous conseille de ne cesser de vous demander comment l'améliorer afin de mettre votre imagination à contribution et votre capacité à assurer votre propre auto-guidance depuis les plus hauts niveaux de votre conscience. Vous poser cette question nous aidera à faire tout notre possible pour honorer une expérience optimale à plus long terme, plus épanouie et plus harmonieusement connectée. Nous pouvons nous fier à nos niveaux de conscience les plus élevés, les plus importants et les plus complets et ce faisant, nous continuerons de vivre des passés différents et des transformations instantanées à mesure que nous évoluerons dans ces temps difficiles vers des réalités plus optimales.

    Traduit de l'anglais par Ey@el
    © lapensinemutine.eklablog.com

    Articles connexes

    La reproduction du contenu de ce billet est strictement interdite.
    © lapensinemutine.eklablog.com. Tous droits réservés.
    « La remarquable progression de l'effet Mandela (1)L'importance de la neutralité émotionnelle »
    Pin It

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :