• Si vous trouvez l'intrication quantique bizarre, l'intrication temporelle va vous exploser les neurones

    Article d'Arjun Walia traduit par Ey@el

    Available in English

    Partager sur Twitter

    Nous choisissons d'examiner un phénomène absolument impossible à expliquer de manière classique au cœur duquel repose le fondement de la mécanique quantique. En réalité, il ne recèle que du mystère.

    ~ Richard Feynman, un lauréat du prix Nobel au XXe siècle

    Comme disait le célèbre physicien quantique Niels Bohr, « si vous n'avez pas été profondément choqué par la mécanique quantique, c'est que vous ne l'avez pas encore comprise ». Et c'est vrai, la mécanique quantique est pour le moins déconcertante. Pour ceux qui ne savent pas, la mécanique quantique est l'étude de la « réalité » au niveau de l'infiniment petit. En gros, c'est l'observation de la matière à l'échelle « quantique ». Ce qu'il y a de déconcertant en elle est que les lois qui la régissent sont radicalement différentes de celles de la physique classique.

    Prenez l'expérience de la double fente quantique, par exemple, dans laquelle un écran doté de deux fentes est mitraillé de minuscules fragments de matière (photons, électrons ou autres particules atomiques) tandis que derrière lui, une caméra enregistre où atterrit chaque photon. Quand les scientifiques ferment une des fentes, la caméra montre le schéma attendu comme en témoigne la vidéo ci-dessous.  Mais lorsque les deux sont ouvertes, un « schéma d'interférence » apparaît — les photons commencent à se comporter comme des ondes. Cela ne veut pas dire qu'à l'observation ces éléments atomiques prennent l'apparence d'ondes (même si elles viennent récemment d’apparaître ainsi) mais qu'elles se comportent comme telles. Ce qui signifie que chaque photon traverse individuellement les deux fentes au même moment et interfère avec lui-même, mais traverse également une seule fente puis l'autre ensuite. De plus, il n'en traverse aucune. Le simple fragment de matière devient une « onde » de potentialités, s'exprimant sous forme de possibilités multiples et c'est pour cette raison que nous obtenons ce schéma d'interférence. Ce n'est qu'après l'ajout de la mesure à l'équation qu'il décide d'adopter un comportement différent.

    Cette expérience a servi à démontrer le rôle joué par la conscience sur la matière physique.

    Les observations non seulement perturbent ce qui doit être mesuré, mais produisent le phénomène [...] Nous obligeons l'électron a adopter une position définie [...] Nous produisons nous-mêmes les résultats de cette évaluation.

    ~ Dr Dean Radin dans un article paru dans la revue scientifique Physic Essays où il explique comment cette expérience a servi maintes fois pour explorer le rôle de la conscience dans le façonnage de la nature de la réalité physique

    C'est l'une des multiples expériences quantiques ayant démontré la relation entre la conscience et la matérialité de notre monde physique. En fait, les lois mêmes de la mécanique quantique ont été formés en fonction de son rapport étroit avec la conscience. Max Planck, le physicien théoricien à qui l'on attribue l'origine de la théorie quantique — une prouesse qui lui a valu le prix Nobel de physique en 1918 — est sans doute celui qui propose la meilleure explication quant à l'importance de comprendre la conscience : « À mon sens, la conscience est essentielle. Pour moi, la matière découle de la conscience. Nous ne pouvons pas outrepasser la conscience. tout ce que dont nous parlons, tout ce que nous considérons comme existant suppose une conscience. »

    Une entité biologique physique est-elle même un prérequis à l'existence de la conscience ?

    L'expérience de la double fente sert aux physiciens à explorer l'incidence et l'influence de la conscience dans le façonnage de la réalité physique. Le rôle dominant de l'univers matériel et physique (newtonien) fut abandonné à la seconde où la mécanique quantique entra dans l'équation et ébranla le fondement même de la science comme elle continue de le faire aujourd'hui.

    C'est le domaine de la science de l'intangible que des centaines de scientifiques se rassemblent pour mettre en avant, que la matière n'est pas la seule réalité et que les lois qui régissent la matière physique tangible à l'échelle quantique offrent une perspective bien différente de la réalité.

    Ce qui m'intéresse surtout est le fait indéniable (et il ne s'agit pas d'une simple interprétation) — le lien entre la conscience et notre monde physique et matériel et comment la physique quantique entretient également une corrélation étroite avec la parapsychologie (télépathie, visualisation à distance, etc.).

    Les lois mécaniques classiques que nous pensons régir notre univers et la nature de la réalité ne permettent plus d'expliquer de manière satisfaisante de quoi est faite la réalité. Pourquoi nous nous acharnons à nous y accrocher me dépasse totalement.

    Le jour où la science commencera à étudier les phénomènes intangibles, elle accomplira plus de progrès en une décennie que depuis tous les siècles de son existence.

    ~  Nikola Tesla

    Intrication quantique et intrication temporelle

    La recherche récente a sorti l'intrication quantique du domaine de la théorie physique pour l'installer dans celui des phénomènes vérifiés. Une expérience conçue par le Centre de dynamique quantique de L'Université Griffith et menée par le Professeur Howard Wiseman et son équipe de chercheurs à l'université de Tokyo, vient de publier il y a peu un article dans la revue Nature Communications confirmant ce qu'Einstein ne croyait pas être réel : l'effondrement non local de la fonction ondulatoire d'une particule (source)(source) et ce ne l'est qu'un seul exemple parmi tant d'autres.

    L'intrication quantique,  ce phénomène qu'Einstein estimait si « surnaturel » qu'il ne pouvait en aucun cas être recevable, postule que « l'espace » entre les objets physique n'est en fait pas vide comme le perçoivent nos sens mais qu'au contraire, chaque information est acheminée à une vitesse plus rapide que celle de la lumière ou encore mieux, instantanément sans impliquer le facteur « temps ».

    La plupart des physiciens pensent qu'il est impossible de dépasser la vitesse de la lumière et que par conséquent il est plus probable que ce type de transmission observé avec l'intrication quantique soit plutôt instantanée, ce qui laisse à supposer qu'il n'y aurait aucun « espace » entre les objets et qu'en quelque sorte tout serait interconnecté.

    Une nouvelle étude dans la revue Science montre comment des scientifiques ont été en mesure de produire des photons intriqués à bord d'un satellite orbitant à 450 kilomètres au-dessus de la planète et les ont diffusés vers deux laboratoires terrestres différents, distants de plus de 1000 kilomètres, tout cela sans perdre cette étrange liaison entre les particules.

    Selon le Washington Post, « c'est la première fois au monde que l'on produit des particules intriquées dans l'espace et cela représente un décuplement par dix de la distance sur laquelle l'intrication a été maintenue ».

    Les avancées dans ce domaine sont donc très prometteuses, ceci dit, l'intrication quantique n'est pas uniquement un phénomène que l'on a observé malgré la « distance » entre des objets mais également dans lequel le facteur temps n'intervenait pas... si vous voyez ce que je veux dire.

    Le genre de phénomène qui défie tellement l'entendement qu'Einstein l'a qualifié de « surnaturel ». Einstein et ses co-auteurs ont démontré comment l'intrication menait à ce qu'on appelle aujourd'hui la non-localité quantique, ce lien étrange qui semble exister entre les particules intriquées. Si deux systèmes quantiques se rencontrent puis se séparent, même à des milliers d'années-lumières de distance, il devient impossible de mesurer les caractéristiques de l'un (comme sa position, son dynamisme et sa polarité) sans immédiatement conduire l'autre à adopter l'état correspondant.

    Intrication temporelle

    L'intrication quantique fait référence au rapport entretenu à travers « l'espace » mais ce phénomène a également montré qu'il se produisait aussi à travers le temps.

    En 2013, une équipe de physiciens de l'université hébraïque de Jérusalem rapportait être parvenue à intriquer des photos qui n'avaient jamais coexisté.

    Selon Elise Crull, professeur adjoint d'histoire et de philosophie scientifique au City College de New York :

    Des expériences antérieures impliquant une technique appelée « permutation d'intrication » avait déjà mis en évidence les corrélations quantiques à travers le temps en retardant la mesure de l'une des des particules intriquées coexistantes, mais Eli Megidish et ses collaborateurs furent les premiers à montrer l'intrication entre des photons dont les rémanences ne se chevauchaient pas du tout.

    Ces données montrent l'existence de corrélations quantiques entre des photons « temporairement non locaux », ce qui signifie qu'une intrication peut se produire entre deux systèmes quantiques n'ayant jamais coexisté.

    Que diable cela veut-il dire ? À première vue, cela semble aussi troublant que de d'affirmer que la polarité de la lumière stellaire dans un lointain passé — disons deux fois supérieur à la durée d'existence de la Terre — a néanmoins influencé la polarité de cette lumière captée par votre téléscope d'amateur l'hiver dernier. Plus bizarre encore : cela implique sans doute que les mesures effectuées par votre œil percevant cette lumière stellaire à travers votre lunette téléscopique cet hiver ont en quelque sorte dicté la polarité de ces photons émis il y a plus de 9 milliards d'années. Au risque que ce scénario ne vous apparaissent trop farfelu, Megidish et ses collègues ne peuvent s'empêcher de spéculer sur les interprétations possibles et assez surnaturelles des résultats qu'ils ont obtenus.

    Une autre expérience, celle du choix différé ou gomme quantique, a également été démontrée et répliquée. Par exemple, des physiciens de l'université nationale australienne (ANU) ont reproduit le test de pensée de choix différé de John Wheeler dont les résultats ont été récemment publiés dans la revue Nature Physics et montrent que ce qui se produit dans le passé peut influencer l'avenir et vice versa. (source)

    En 2007 (Science 315, 966, 2007), des scientifiques français ont projeté des photons dans un appareillage et prouvé que leurs actions pouvaient modifier de manière rétroactive une chose s'étant déjà produite.

    Quand nous tentons d'attribuer une signification objective à l'état quantique d'un système isolé, cela produit de curieux paradoxes : les effets quantiques imitent non seulement l'action à distance immédiate mais également, comme nous l'avons vu ici, l'influence d'actions futures sur des événements passés même après que ces derniers aient été irrévocablement enregistrés.

    ~ Asher Peres, pionier de la théorie de l'information quantique (source)(source)(source)

    En gros, c'est à n'y rien comprendre !

    Ce que l'on observe à l'échelle quantique ne s'appliquerait pas à l'échelle mécanique classique. Par exemple, un minuscule fragment de matière pourrait être téléporté d'un endroit à un autre mais pas comme le pourrait un corps ou un objet physique entier ? Peut-être nous faut-il encore comprendre la relation entre l'échelle quantique et l'échelle traditionnelle ? Tout porte à croire que c'est déjà le cas, la recherche menée au sein des programmes de la caisse noire et les commentaires d'anciens directeurs de Lockheed Martin (première entreprise américaine et mondiale de défense et de sécurité — N.d.T.) et de bien d'autres encore, laissent entendre que la mécanique quantique est utilisée pour faire fonctionner des engins capables d'effectuer des manœuvres inconcevables.

    L'histoire et les nombreuses cultures regorgent également de cas reportés où l'esprit influence la matière, plus spécifiquement des aptitudes « paranormales » parmi lesquelles on recense la télépathie, la psychokinésie et d'autres phénomènes relevant du domaine de la parapsychologie. Cela apparait clairement dans les anciens écrits, des textes védiques et des yoga sutras à Jésus, Moïse, Milarepa, Mahomet et des documents déclassifiés du ministère de la défense américaine.

    Il y a amplement matière à débattre, mais ce qui me plait dans la physique quantique est l'aspect conscience souligné par la plupart sinon tous les pères fondateurs de cette discipline qui font que les deux vont de paire.

    À mon sens, la conscience est essentielle. Pour moi, la matière découle de la conscience. Nous ne pouvons pas outrepasser la conscience. tout ce que dont nous parlons, tout ce que nous considérons comme existant suppose une conscience.

    ~ Max Planck, le physicien théoricien à qui l'on attribue l'origine de la théorie quantique

    On voit bien à quel point des choses aussi puissantes que la conscience et la science de l'intangible peuvent transformer notre monde et tout laisse à penser que ce changement commence d'abord avec vous et votre état émotionnel intérieur, la manière dont vous réagissez et quel type d'énergie vous choisissez d'y émettre.

    Traduit de l'anglais par Ey@el
    © lapensinemutine.eklablog.com

    Articles connexes

    La reproduction du contenu de ce billet est strictement interdite.
    © lapensinemutine.eklablog.com. Tous droits réservés.
    « EntropieQuelque chose d'humain »
    Pin It

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :