• La santé naturelle est la solution miracle contre les vampires de la médecine

    Article de Jon Rapporport traduit par Ey@el

    Available in English

    Partager sur Twitter

    © David Dees

    Il s'avère que les enfants non vaccinés ne sont pas des bombes à retardement prêtes à exploser et à répandre la maladie sur leur sillage.

    Il s'agit d'un mythe entretenu par le cartel médical pour des raisons évidentes qui leur sont propres.

    Et en réalité, les enfants élevés de manière saine sont forts et dotés de systèmes immunitaires résistants.

    Ce que l'on savait, comprenait et acceptait autrefois viscéralement comme une évidence.

    Que cela plaise ou non, ceux qui insistent pour injecter à chaque enfant une cinquantaine, voire une soixantaine, de doses de germes et substances chimiques toxiques se rendent complices d'une entreprise criminelle perpétuelle.

    Ils sont dotés d'une vision perverse et contre nature.

    Il s'avère que stimuler la production d'anticorps — le but de la vaccination — n'est pas une panacée en soi dans l'existence. Ce n'est pas ce qui mène à la santé et cela ne permet nullement un regain de vie automatique.

    Il est bien connu que chaque aspect de la vie d'un enfant renforce ou affaiblit la santé et la force de son système immunitaire. Cette connaissance de base a été ébranlée et détournée par des décennies de propagande éhontée de la part des parrains de la mafia corporative, gouvernementale et médicale.

    L'ordre établi de la vaccination est devenu un racket de protection. Faites vos injections ou subissez-en les conséquences sociales et politiques.

    La santé naturelle est une réalité. Pas un canular.

    Lorsque l'Angleterre a été décimée par la variole, ce ne fut pas la seule œuvre d'un virus mais du déversement des eaux usées dans les rues, de l'épouvantable surpopulation, de la dénutrition fondamentale, de l'extrême pauvreté et aussi du vaccin antivariolique :

    La variole, à l'instar du typhus, est en voie de disparition (en Angleterre) depuis 1780. Les vaccins dans ce pays sont tombés en désuétude depuis que les gens se sont mis à réaliser à quel point leur importance avait été discréditée par la grande épidémie de variole de 1871-72 (qui survint après une vaccination à grande échelle).

    ~ W. Scott Webb, A Century of Vaccination, Swan Sonnenschein, 1898

    Et puis il y a ceci :

    Le taux de mortalité combiné de la scarlatine, de la diphtérie, de la coqueluche et de la rougeole chez les enfants de moins de quinze ans montre que près de 90% du déclin du nombre de décès infantiles entre 1860 et 1965 avait eu lieu avant l'introduction des antibiotiques et de la vaccination généralisée. Si l'on peut, en partie, imputer ce recul à l'amélioration des logements et une baisse de la virulence des micro-organismes, le facteur de loin le plus déterminant fut une résistance de l'hôte accrue par une meilleure alimentation.

    ~ Ivan Illich, Medical Nemesis, Bantam Books, 1977

    Améliorez les conditions environnementales et le niveau de vie et vous ouvrez la voie à la santé naturelle. Cela n'a rien de sorcier et ne l'a jamais été.

    L'objectif fondamental derrière la promotion anticipée de ces  « épidémies » ratées  tous les deux ou trois ans est de convaincre la population qu'ils ne peuvent vivre dans un état de santé naturelle ; que ça n'existe pas ; que tout le monde doit vivre sous la supervision constante de médecins.

    Cela devient le mythe central de notre époque.

    La principale forme de reddition.

    La santé naturelle est la solution miracle contre les vampires de la médecine.

    Combien d'études trouverez-vous qui explorent les facteurs de santé infantile se passant très bien de supervision médicale ? Combien d'études dans les revues scientifiques spécialisées se penchent sur les nombreux groupes d'enfants non vaccinés et en bonne santé ? Aucune.

    La santé est essentiellement une non-condition médicale.

    L'opération psychologique de la médecine repose principalement sur l'effort d'éradiquer cette compréhension.

    Chaque enfant non-vacciné en bonne santé est une réfutation du cartel médical.

    Si votre entreprise est basée sur la santé et que vous n'avez aucun scrupule, il tombe alors sous le sens que vous essayiez de trouver de plus en plus de malades, même, et surtout, là où il n'y en a pas.

    Vous n’étudierez jamais la santé parce que cela vous conduirait à la faillite.

    Traduit de l'anglais par Ey@el
    © lapensinemutine.eklablog.com

    Articles connexes

    La reproduction du contenu de ce billet est strictement interdite.
    © lapensinemutine.eklablog.com. Tous droits réservés.
    « Regarder tourner les rouesDes images satellite de la NASA dévoilent l'accablante réalité du génie climatique »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 27 Octobre à 10:29

    Comme tout progrès, au départ l'intention était bonne et puis le profit vient tout détruire et inverse l'idée, non, on ne va pas faire des progrès pour soigner les gens, on va progresser dans la bêtise humaine pour faire toujours plus de profit, quitte à tuer des gens et les rendre malades, après on se frotte les mains car on a toujours plus de patients qu'on n'arrivera jamais à soigner mais ils consommeront toute leur vie ! On a réussi l'exploit de les rendre addicts aux médicaments qui les rendent malades, la boucle est bouclée ! 

      • Vendredi 27 Octobre à 15:02

        Je pense surtout que ce n'est pas une défaillance humaine mais une malveillance volontaire. L'humanité est bel et bien scindée en deux : ceux qui s'enfoncent dans la dévolution et qui se couperont de leur cœur pour s'enfermer dans un rationalisme aussi extrême que ceux qu'ils dénoncent (il n'y a pas plus sectaire que ceux qui accusent les autres de l'être) et ceux qui souhaitent évoluer et écoutent leur cœur car ils se sont rendu compte par comparaison (bon sens = pratiquer) que ça leur réussit toujours mille fois mieux que d'écouter leur tête. Cela demande beaucoup de courage car même si on est censé avoir « évolué » (mot détourné dont le sens le plus vrai est statut quo), on brûle toujours les sorcières et on torture encore les gens pour leurs "croyances" en occident même si cela prend des formes différentes. Énergétiquement, la souffrance causée est la même. On peut être un bourreau juste avec des mots. Ne pas se fier aux apparences, tout le monde paie sauf qu'on ne le sait pas. La réalité ne s'arrête  heureusement pas à ce que l'on sait. Et selon son état d'esprit, on peut craindre le pire ou s'attendre au meilleur. C'est un choix que l'on doit faire et c'est difficile quand on est parasité par la peur (qui se manifeste de diverses manière, scepticisme, arrogance, résistance, colère, haine, indifférence, dépression, désespoir...). Finalement résumées ainsi les choses sont simples mais au final c'est compliqué parce que l'humanité est à la fois une et la somme de ses individualités. Un peu comme un corps humain. Si le pied gauche décide d'écraser le pied droit pour avoir le contrôle d'où il veut aller, il finira peut-être par y arriver mais au final il ne pourra plus avancer comme il veut car il sera tout seul pour supporter le poids du corps entier.

    2
    Samedi 28 Octobre à 13:42

    Nous perdons notre immunité à force de vouloir tout aseptiser. Dans les pays pauvres, c'est plus alarmant car le manque d'hygiène se fait sentir. Et ils n'ont pas les moyens d'accéder aux soins comme nous pouvons le faire dans notre Pays. Je ne suis ni pour ni contre la vaccination, car en elle même elle sauve aussi des vies. C'est le principe du "contenu" du vaccin pour lequel je ne suis pas entièrement d'accord. Si Pasteur n'avait pas inventé le vaccin conte la rage... contre le choléra.. la maladie du charbon aussi... Les vaccins nous obligent à faire des anti-corps pour nous empêcher d'être malades. Cela a toujours été une polémique, car on imagine que ces derniers tuent plus qu'ils ne "préviennent" les maladies. Les personnes âgées sont plus sujettes à des infections. J'ai vu un article sur des enfants qui étaient hospitalisés lors des épidémies de grippe. Ils n'avaient pas été vaccinés, et ont subi de graves problèmes pulmonaires "respiratoires". Lorsque beaucoup d'individus ont été contaminés, ils contribuent inévitablement à la propagation des grippes. Mais je suis pour les médecines naturelles cela dit.. tant qu'elles donnent espoir de se soigner.

      • Samedi 28 Octobre à 15:40

        Une chose que beaucoup de gens ignorent (et pour cause, cela est volontaire) est que des moyens simples, peu onéreux et naturels d'éradiquer de graves maladies autant chez les hommes que les animaux avaient été découvertes au même moment que l'institut Pasteur allait sortir ses vaccins. Ces découvertes au lieu d'être accueillies à  bras ouverts, ont été étouffées, leurs "inventeurs" persécutés, diffamés, "charlatanisés". Bref rien de nouveau sous le soleil (ou le brouillard devrais-je plutôt dire) et c'est toujours le cas aujourd'hui notamment pour tous les remèdes efficaces contre le cancer (même certains oncologues l'admettent) ainsi que les énergies libres. Récemment j'ai lu qu'aux États-Unis, un père dont le bébé s'est mis à convulser pratiquement tous les jours deux jours après l'injection (obligatoire) d'un vaccin contre la méningite, s'est vu retirer la garde de son enfant par les services sociaux pour en avoir parlé sur les réseaux sociaux, vidéos à l'appui parce que les médecins et les autorités ne voulaient rien entendre (désolée pas le temps de retrouver les liens mais si ça intéresse, cela pourrait se faire ultérieurement).

        Je sais que c'est plus rassurant de se dire qu'il y a des gens paranos qui voient le mal partout et qui se donnent de l'importance ou se délectent en fichant la trouille aux autres mais c'est une affaire de choix et de discernement. A chacun de décider mais personne n'a le droit de vouloir faire taire ceux qui ne pensent pas comme eux. Les "complotistes" comme on les appelle avec mépris, eux, ne cherchent pas à faire enfermer ceux qui pensent autrement. Ils dénoncent mais ne complotent pas dans l'ombre pour détruire les gens. La vérité se chargera du reste. Ce qui n'est pas le cas pour les "réalistes" qui demandent qu'on jette en prison tous ceux qui veulent vivre et penser autrement, soit en les déclarant fous, sectes, charlatans ou que sais-je d'autre.

        Désolée, j'ai un peu extrapolé sur ton commentaire, cela n'a rien de perso, je saisis juste l'occasion parce que je suis un peu excédée de cette attitude arrogante de ceux qui prennent tout sans contrepartie et qui en plus ont des exigences et des tas de présupposés sur les intentions de ceux qui se donnent sans compter. S'ils savaient, ils auraient honte (ça c'est pour les moins atteints, les autres même pas). Bref, c'était l'occasion d'un coup de gueule.

    3
    Samedi 28 Octobre à 16:44

    Je sais bien que les "intérêts" passent avant tout. Intérêts financiers pour les labos aussi.  Effectivement, faire vacciner des milliers de personnes fait rentrer de l'argent dans les caisses des fabricants de vaccins. Scandaleux ce que tu me racontes au sujet de ces découvertes qui ont été escamotées. La méningite par contre me fait peur, car si elle est bactérienne, il y a peu d'issues. Cet homme qui a fait vacciner son enfant pensait sans doute le préserver de  la maladie. Malheureusement, cela s'est traduit par des convulsions . La médecine ne prétend pas tout connaitre et comme disent les médecins, le risque zéro n'existe pas. Lors des épidémies de grippe, je me suis faite vacciner l'année suivante. Je pense que la plupart de la population craint ces épisodes, car il faut tout de même avouer que ces grippes sont dévastatrices aussi ! Alors vaccin ou pas ? Non pas pour enrichir les labos.. mais pour se protéger peut-être. Il y a combien de cas de pourcentage de personnes qui sont décédées à cause de ces vaccins, et combien de personnes décédées à cause des maladies ?

      • Samedi 28 Octobre à 18:39

        Comme je l'ai dit, c'est à chacun de décider pour LUI mais là où ça ne va plus c'est que l'on IMPOSE à tout le monde en utilisant des mensonges pour stigmatiser ceux qui refusent la vaccination et en les pénalisant socialement. Bientôt on accusera ceux qui refusent d'être responsables. Personnellement, je ne crois pas en la fatalité. C'est une manière à la fois réconfortante de se dédouaner de toute responsabilité et également effrayante car si on n'a aucune responsabilité, on n'a également aucun contrôle. Non pas que l'on puisse tout contrôler mais il y a une différence entre les extrêmes. Le vaccin contre la grippe comme l'expliquait un scientifique dont j'ai oublié le nom, est une aberration vu que chaque année les virus mutent et qu'on ne peut pas connaître cette mutation à l'avance donc on injecte une souche différente et les anticorps que le SI va développer n'auront aucun effet sur le nouveau virus. Mais bon chacun assume ce qu'il croit et comme je l'ai dit, tant qu'il n'insiste pas pour que tout le monde fasse pareil. Le problème est que les enfants n'ont pas leur mot à dire. J'ai eu ma santé ruinée par les vaccins alors je ne parle pas dans le vide. Je remercie le brave médecin qui m'a ouvert les yeux sur ce fait et qui m'a aidée à recouvrer mon système immunitaire avec ce truc totalement inefficace (SIC) qu'est l'homéopathie.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :