• Une étude scientifique résolvant le mystère de la non-efficacité des vaccins antigrippaux sème la panique dans l'industrie vaccinale

    Article de Mike Adams traduit par Ey@el

    Available in English

    Partager sur Twitter

    Les vaccins anti-grippe sont une arnaque médicale basée sur une science de charlatan. Quand bien même certains vaccins confèrent bien une immunisation efficace, ces derniers n'en font pas partie. Des études récentes ont prouvé, par exemple, que leur inoculation affaiblit sérieusement le système immunitaire pour les années à venir. Parfois, il arrive que les souches virales utilisées soient totalement erronées et donc sans effet contre les souches grippales en circulation sur la planète. Même lorsqu'ils contiennent les « bonnes », les notices insérées reconnaissent volontiers que ces vaccins n'ont été soumis à aucune étude contrôlée à double insu par placebo et il n'existe absolument aucune preuve scientifique réelle pour étayer cette allégation selon laquelle la vaccination antigrippale annuelle confère une protection significative.

    Aujourd'hui, une nouvelle étude menée par l'institut de recherche Scripps publiée dans la revue scientifique PLoS dévoile la supercherie en expliquant exactement pourquoi ces vaccins sont la plus grande arnaque de toute l'histoire des sciences et de la médecine. Intitulé "Une explication structurée de la faible efficacité du vaccin H3N2 contre la grippe saisonnière", ce document de recherche en conclut que c'est la méthode même utilisée pour produire ce vaccin antigrippal moderne qui provoque la mutation des souches virales en des structures inefficaces et ne confère pas la protection qu'on lui prête fréquemment.

    En d'autres termes, c'est leur procédé de fabrication qui rend certaines souches grippales pratiquement inutile. C'est à l'évidence l'une des raisons de la fréquence alarmante à laquelle les gens qui se font vacciner contre la grippe l'attrapent quand même. (Paradoxalement, c'est de cet échec vaccinale dont se servent les médias pour encourager les gens à se faire vacciner davantage comme si recevoir des injections multiples d'un vaccin bidon pouvait, comme par magie, le rendre plus efficace).

    Extrait du résumé de l'étude :

    L'efficacité du vaccin antigrippal annuel a diminué au cours de ces dernières années, surtout en ce qui concerne le composant H3N2, ce qui pose problème en matière de santé publique. La cause majeure de ce manque d'efficacité a été attribuée au processus de fabrication même de ces vaccins à base d'œufs [...] Dans l'ensemble, ces découvertes permettent d'expliquer la faible efficacité du vaccin saisonnier contre les virus H3N2 [...] Des œufs de poule sont couramment utilisés pour la culture d'isolats cliniques et pour la production de vaccins à grande échelle. Cependant, le virus de la grippe mute souvent pour s'adapter à la culture en un tel milieu, ce qui peut avoir une influence sur l'antigénicité et par delà sur l'efficacité du vaccin.

    Plus loin, l'auteur admet ouvertement que les vaccins antigrippaux ne fonctionnent pas et exhorte l'industrie à modifier d'urgence ses procédures de fabrication :

    Notre étude décrit un mécanisme produisant un vaccin anti-grippe de faible efficacité et confirme qu'il est urgent de remplacer ce mode de fabrication à base d'œufs [...]

    Il admet même que la propagande en faveur de l'inoculation saisonnière est dans une large mesure erronée, en précisant comment l'objectif de cette immunisation n'a jamais été atteint même au bout de 70 années de charlatanisme, propagande et ingénierie sociale à promouvoir des vaccins tout bonnement sans effet :

    En dépit de l'autorisation de mise sur le marché américain des premiers vaccins antigrippaux il y a 70 ans, ces derniers n'ont jamais atteint une protection générale et complète. De plus, ces dix dernières années, leur efficacité contre les virus H3N2 s'est avérée particulièrement faible.

    Ce graphique issu de l'étude montre la mutation de la structure physique des fragments viraux qui les rend inefficaces à l'immunisation :

    Opposez tout ceci au charlatanisme et aux mensonges de l'industrie vaccinale et ses deux allégations aberrantes et totalement fausses :

    1. Tous les vaccins sont efficaces toujours et sur tout le monde.
    2. Les vaccins ne présentent absolument aucun risque et sont toujours sans danger pour tout le monde.

    Ce sont ces deux mensonges chroniques que continuent de promouvoir les fanatiques de l'industrie vaccinale, les médecins, les pharmaciens, les journalistes médicalement incultes et les charlatans malhonnêtes de la médecine et raison pour laquelle le CDC (centre pour le contrôle et la prévention des maladies), les fabricants de vaccins et les propagandistes fallacieux passent de plus en plus pour des imbéciles et des bonimenteurs aux yeux du public informé. La « négation des préjudices vaccinaux » est un trouble mental dangereux qui a désormais contaminé l'industrie médicale corrompue qui rejette la véritable science au profit du « culte vaccinal » niant toute réalité biologique. 

    Les vaccins sont une arnaque médicale... et tout cela est admis en toutes lettres sur les notices d'accompagnement.

    L'irréfutable vérité concernant les vaccins est qu'ils sont la plupart du temps sans effet, mais en même temps expose les bénéficiaires à des préjudices sérieux, liés principalement aux ingrédients toxiques entrant dans leur formulation en sus des souches virales. Il a été largement démontré que ces adjuvants toxiques provoquaient  paralysies, coma, convulsions, troubles neurologiques et même la mort. C'est pourquoi le programme d'indemnisation des préjudices vaccinaux aux États-Unis (souvent qualifié de « Cour vaccinale ») a déjà reversé plus de 3 millions de dollars de dommages-intérêts aux familles d'enfants atteints qui ont été soit mutilés ou tués par les vaccins.

    La banque de données VAERS administrée par l'État et consultable ICI, confirme qu'au moins 144 enfants ont été tués par des vaccins durant la seule année 2016, avec des milliers d'autres blessés, mutilés ou atteints de maladies suite à ces dangereuses injections. Prenez par exemple cette petite Texane frappée de cécité et de paralysie à peine deux après s'être faite vacciner. Le vaccin contre l'hépatite B tue régulièrement des nouveaux-nés par choc systémique. À maintes reprises, les vaccins ont été reliés scientifiquement à l'accroissement du risque d'autisme. Des vaccins du laboratoire Merck auraient tués des bébés mexicains et dans une ville au Mexique, 75% des enfants ayant reçu une injection sont soit morts ou ont dû être hospitalisés.

    La propagande et le charlatanisme entourant les vaccins sont si graves et si incontestables que les médias grand public ont même commencé à reconnaître qu'ils propageaient les maladies.

    À la grande surprise de beaucoup de gens, les feuillets d'insertion des vaccins reconnaissent que ces derniers n'ont jamais fait l'objet d'études médicales prouvant leur efficacité comme l'atteste la notice du Flulaval 2014 dans laquelle est stipulé que :

    [...] aucun essai contrôlé n'a été effectué démontrant une diminution de la grippe après inoculation du FLULAVAL.

    Mais il y a plus encore. Plus bas sur la notice, il est stipulé en toutes lettres que « l’innocuité et l'efficacité du FLULAVAL chez l'enfant et l'adolescent n'ont pas encore été établies ».

    Il est encore dit que « aucune étude n'a été menée à ce jour pour évaluer le potentiel carcinogène ou mutagène du FLULAVAL ou son effet sur la fertilité ».

    Sur ce même feuillet, on nous explique également que dans qu'avec ce vaccin anti-grippe, on nous injecte aussi du mercure, du formol et d'autres adjuvants toxiques : 

    Du thimérosal, un dérivé du mercure et ajouté comme agent de conservation. Chaque [...] dose contient 50 mcg de thimérosal. Chaque dose peut également contenir des quantités résiduelles d'ovalbumine, de formaldéhyde et de désoxycholate de sodium résultant du procédé de fabrication.

    Comme nous l'avons déjà détaillé dans cet article, les effets secondaires des vaccins antigrippaux observés sont : 

    • Douleurs oculaires et thoraciques
    • Arthrite
    • Vertiges, tremblements et perte de conscience (syncope)
    • Convulsions et crises épileptiques
    • Syndrome de Guillain-Barré
    • Paralysie des nerfs crâniens ou des membres
    • Œdème du cerveau
    • Paralysie faciale partielle


    Et pour finir, on vous met en garde de ne pas l'injecter à quiconque ayant reçu une autre vaccination antigrippale même au cours des années précédente :

    Ne pas administrer Flulaval à quiconque [...] faisant suite à une précédente administration de tout vaccin antigrippal.

    La vraie science prouve que les vaccins antigrippaux ne rien de plus qu'une supercherie médicale et du vaudou commercial

    L'article scientifique susmentionné n'est que le dernier exemple en date de la vraie science démasquant le charlatanisme et la fraude des vaccins antigrippaux, qui contiennent toujours du mercure (une neurotoxine préjudiciable au cerveau) sous forme de thimérosal, agent de conservation toxique. Le fait que ces vaccins contenant du mercure soient toujours administrés aux enfants et aux femmes enceintes en Amérique est la faute de toute la malhonnêteté et l'abandon de l'éthique médicale pratiquées par le système médical américain aujourd'hui défaillant.

    Désormais, grâce à la vraie science qui émerge enfin, nous savons pourquoi les vaccins contre la grippe ne fonctionnent pas. En fait, les scientifiques penchés sur la question admettent désormais ouvertement qu'ils sont sans effet !

    Je me demande si les fanatiques de la vaccination ne vont pas maintenant qualifier la Bibliothèque scientifique publique (PLoS) de « publication du complot » pour avoir publié un article scientifique étudiant le mystère des échecs si fréquents des vaccins antigrippaux ? Cela fait plus d'une décennie que je vous le dis. Et aujourd'hui, il semblerait que ma mise en garde soit devenue une conclusion publiée dans un dossier scientifique. L'inefficacité de ces vaccins est un fait tellement répandu dans la communauté des chercheurs scientifiques que l'idée en soit n'est même sujette à polémique. Après tout, cette étude n'a même pas eu besoin de déterminer leur réelle efficacité tant il va de soi qu'il n'en ont aucune, mais plutôt à rechercher la cause de cette inefficacité.

    Voilà pourquoi quiconque prétend que les vaccins antigrippaux sont toujours efficace est soit malhonnête, scientifiquement inculte ou bien terriblement mal informé.

    Traduit de l'anglais par Ey@el
    © lapensinemutine.eklablog.com

    « L'ancien patron de Facebook, Sean Parker, avertit que le site a été conçu pour exploiter les faiblesses des gensGlyphosate : l’UE repousse sa décision, le temps d’étudier tous les pots-de-vin des lobbies »
    Pin It

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    jack
    Lundi 20 Novembre 2017 à 18:13

    Je suis tout à fait d'accord avec toi ! La preuve est donnée dans ce qui suit : Je fais une allergie aux cons et comme il n'existe pas de vaccin contre la connerie, je fais semblant, quand j'en croise un qui me colle, de paraître aussi con que lui (plus con c'est parfois au dessus de mes capacités) et j'ai remarqué que cela les faisait fuir, par exemple que je ne comprenne pas leurs jeux de mots vaseux, que je ne ris pas quand ils s'esclaffent, et que je les regarde les yeux éberlués d'incompréhension quand ils me racontent que sur facebook ils organisent une soirée spéciale surprise pour leur institutrice perdue de vue depuis trente ans !

      • Lundi 20 Novembre 2017 à 18:25

        Hi hi mais le rapport entre les deux est quand même un peu tenu non ? Pas pour défendre les cons (je vois très bien le genre dont tu parles) mais la connerie est somme toute relative car des êtres plus intelligents que nous (et perso je ne trouve pas ça du tout tiré par les cheveux car je m'estime loin d'être une lumière même si mon QI ne s'en rapporte pas à ma blondeur) pourraient nous trouver aussi très cons (et nos cons à nous seraient sans doute considérés comme des animaux). Comme disait je ne sais plus qui, « on est tous le con de quelqu'un d'autre ». Perso moi les OCNI (objets crashés non identifiés), je ne m'abaisse pas à leur niveau. Je les vois comme des cas médicaux sauf que j'ai pas le remède et je ne perds plus mon temps à dialoguer avec eux. Mais bon vu qu'ils sont tous vissés les yeux sur un écran et que moi je ne suis pas en pixels, du coup, ben ça tombe bien parce qu'ils ne me voient pas. Si seulement je pouvais faire pareil avec les moustiques !

    2
    Lundi 20 Novembre 2017 à 20:13

    je vais croiser les doigts et toucher du bois mais la dernière fois que j'ai eu la grippe j'avais 10 ans ! Depuis je ne l'ai jamais attrapée et je ne me suis pourtant jamais faite vacciner ! ;) 

    Encore cette année ils ont dits bien haut et fort que le vaccin était fabriqué sur la base de l'année dernière et que le virus avait muté déjà l'année dernière . 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :