• Comment éliminer le Candida naturellement

    Article de Karen Foster traduit par Ey@el

    Available in English

    Partager sur Twitter

    Saviez-vous que le Candida, présent à l'état naturel dans l'organisme, servait en fait à décomposer les cadavres en libérant des toxines ? Pas étonnant que certains oncologues1, très controversés et fort déclamés par la mafia médicale, soient persuadés que les tumeurs cancéreuses seraient en fait des réactions de défense de l'organisme face à un envahisseur constitué de souches de champignons microscopiques ultra-résistantes et pathogènes, produits de la mycélisation (formation de filaments) de ces levures. Ces saletés de profanateurs de corps me donnent la nausée (au propre comme au figuré) et me font penser à Dreamcatcher2, un roman de Stephen King (adapté au cinéma) où de mystérieux spores extraterrestres envahissaient la Terre, infectant et dévorant ses habitants de l'intérieur. Ceci dit, le régime proposé ci-dessous comporte quelques incohérences, n'est pas vraiment accessible à toutes les bourses (du moins pour les compléments alimentaires sans parler du bio qui coûte les yeux de la tête et qu'on ne trouve pas forcément partout selon où l'on habite) et surtout demande une volonté de fer et une patience à toute épreuve. Comme toujours, fiez-vous en priorité à votre instinct et surtout aux réactions de votre corps. Personnellement, je vous recommande la terre de diatomée de grade alimentaire et les jus de légumes frais (bio) alcalinisants.

    Ey@el

    Un déséquilibre de la flore intestinale peut permettre à certaines bactéries et champignons d'envahir notre corps. Le Candida est un fongus de la famille des levures existant en petite quantité dans votre bouche et vos intestins. Lorsqu'il se met à proliférer, il traverse la paroi intestinale pour s'infiltrer dans le sang en libérant des toxines dans l'organisme, ce qui peut provoquer de nombreux problèmes de santé d'ordre varié allant de troubles digestifs à la dépression voire même le cancer.

    Comment le Candida en vient-il à proliférer ?

    Ce sont les bactéries saines présentes dans l'intestin qui le maintiennent sous contrôle. Plusieurs facteurs peuvent toutefois rendre sa prolifération incontrôlable :

    • Une alimentation riche en glucides et en sucres raffinés (qui nourrissent les levures)
    • Une grande consommation d'alcool
    • La prise de contraceptifs oraux
    • Un mode de vie stressant
    • Une prise importante d'antibiotiques qui détruisent trop de bactéries amies

    Les symptômes de la candidose

    Sous contrôle, le Candida Albicans ne pose aucun problème mais lorsqu'il devient ingérable et se met à proliférer, il provoque de nombreux symptômes et des ennuis de santé de la tête aux pieds allant des migraines aux infections fongiques unguéales qui peuvent se manifester aussi bien en interne (douleur et mauvais fonctionnement des organes voire lésions cérébrales) qu'en externe (eczéma et urticaire). Il peut également engendrer des problèmes d'ordre mental ou émotionnel. Voici les multiples symptômes générés par une surpopulation de Candida.

    • Allergies, sensibilités et intolérances empirant dans les lieux humides ou envahis de moisissures ou encore quand le temps est humide ou pluvieux.
    • Rhume des foins et asthme.
    • Intolérances ou allergies aux parfums, aux odeurs, aux émanations, notamment celle des ateliers de tissu, à l'herbe, aux chats, aux chiens ou à d'autres animaux, à la fumée du tabac, aux produits chimiques, au brouillard formé par la pollution, aux moisissures, aux acariens, à la poussière, au pollen et aux autres substances en suspension dans l'air.
    • Le pied d'athlète
    • Chez les bébés : colique, érythème fessier, muguet (langue blanche pâteuse) et croûtes de lait.
    • Propension aux ecchymoses.
    • Pommettes et front sensibles, douleur.
    • Mains et pieds froids, température corporelle basse.
    • Symptômes analogues à ceux d'un rhume : production excessive de mucosités dans les sinus, le nez, la gorge, les bronches et les poumons.
    • Envies impérieuses ou dépendance au sucre, au pain, aux pâtes et à d'autres aliments riches en hydrates de carbone ainsi qu'à l'alcool.
    • Kystes, formations anormales dans différentes parties du corps, notamment dans la région du cou, de la gorge, des ovaires et dans la vessie ou le scrotum.
    • Troubles digestifs : diarrhée, constipation, distension abdominale, ballonnements ou douleur, gaz, présence de mucus dans les selles, hernie hiatale, ulcères, atteintes bactériennes du style salmonelle, E. coli, H. pylori, etc.
    • Oreilles : bourdonnements (acouphènes), sifflements, infections, sécheresse, démangeaisons, douleurs, écoulements, présence de liquide, surdité, accumulation anormale de cérumen.
    • Yeux : vision erratique, tâches (corps flottants) et flashes lumineux ; rougeur, sécheresse, démangeaisons, larmoiement excessif, insuffisance lacrymale, etc.
    • Fatigue, syndrome de fatigue chronique ou maladie d'Epstein Barr, sensation d'être vidé de toute énergie, léthargie, somnolence.
    • Symptômes grippaux.
    • Ganglions enflés, peu de salive (bouche sèche), glandes salivaires bouchées, enflure des ganglions lymphatiques.
    • Perte de cheveux, résidus et pellicules, démangeaisons, plaies et sécheresse du cuir chevelu.
    • Palpitations et irrégularité du rythme cardiaque.
    • Maux de tête, migraines, cerveau embrouillé, étourdissements, etc.
    • Hémorroïdes et démangeaisons rectales, éruptions cutanées et rougeurs.
    • Hypoglycémie (insuffisance de sucre dans le sang) et diabète.
    • Hypothyroïdie, syndrome de Wilson, maladie d'Hashimoto, hyperthyroïdie, fonctionnement erratique de la thyroïde, etc.
    • Irritabilité, nervosité, agitation et crises d'angoisse.
    • Lésions cutanées et internes dont au cerveau.
    • Chez les hommes : démangeaison d'écossais (comme le pied d'athlète mais à l'aine — N.d.T.), perte de libido, impuissance, prostatite, infections du pénis, difficulté à uriner, mictions fréquentes ou impérieuses, rapports douloureux, scrotum enflé, etc.
    • Chez les femmes : infertilité, vaginite, odeurs inhabituelles, endométriose (règles irrégulières ou douloureuses), crampes, irrégularités menstruelles, syndrome prémenstruel, pertes vaginales, rapports douloureux, perte de libido, rougeur ou enflement de la vulve et des zones avoisinantes, prurit vaginal ou candidose génitale, brûlures, rougeurs ou infections persistantes.
    • Infections fongiques cutanées ou unguéales comme la teigne, la dermatite séborrhéique et des taches brunes ou décolorées sur la peau (Pityriasis vesicolor), etc.
    • Douleurs articulaires avec raideur ou enflement (arthrite).
    • Reins et vessie : infections, cystite (inflammation de la vessie avec une éventuelle infection), mictions fréquentes ou impérieuses, faible diurèse, urine malodorante, difficultés à uriner, sensation de brûlure lors des mictions.
    • Manque d’appétit.
    • Mental et humeurs : crises d'angoisse, crises de larmes, pertes de mémoire, sensation d'être dans le coaltar, dépression (avec pensées suicidaires), sentiments maniaques, incapacité de se concentrer, sautes d'humeur, irritabilité, etc.
    • Ulcères buccaux, abcès, aphtes sècheresse buccale, mauvaise haleine, langue blanche pâteuse (muguet) et glandes salivaires bouchées.
    • Douleurs musculaires, engourdissements, sensations de brûlures et fourmillements et manque de force et de coordination.
    • Congestion nasale, écoulement post-nasal, démangeaison, sécheresse.
    • Odeurs corporelles y compris des pieds et des cheveux dont la toilette ne vient pas à bout.
    • Problèmes respiratoires : toux, bronchite ou pneumonie, douleur et serrement de poitrine, respiration sifflante, essoufflement, asthme.
    • Sensation d'avoir mal partout.
    • Inflammation des sinus, enflement et infections.
    • Peau : sècheresse cutanée, plaques rouges desquamées, acné, boutons, urticaire, éruptions cutanées, prurit, eczéma, psoriasis, séborrhée, teigne, dermatite de contact, rosacée, etc.
    • Estomac : bactérie H. pylori (à l'origine des ulcères), brûlures gastriques, indigestion, hernie hiatale, reflux acides, éructations, vomissements, douleurs gastriques comme des aiguilles, les aliments semblent former un bloc dans l'estomac, etc.
    • Sommeil : insomnie, réveils fréquents, cauchemars, sommeil agité, etc.
    • Maux de gorge, enrouement, chatouillis permanent dans la gorge, laryngite (extinction de voix), etc.

    Qu'est-ce qui rend le Candida ingérable ?

    Les causes de dérèglement du système immunitaire sont variées et complexes mais les antibiotiques en sont les principaux responsables de par ce qu'ils éradiquent les micro-organismes amicaux du système digestif. Comme le Candida leur est résistant, le déséquilibre ainsi provoqué lui permet de prendre le dessus. Il se met à changer de forme et à proliférer en se reproduisant pour créer ce qu'on appelle des colonies.

    De surcroît au problème de malabsorption viennent s'ajouter des carences nutritionnelles qui affaiblissent également l'immunité. L'alimentation moderne normale n'apporte pas les nutriments nécessaires pour assurer la bonne santé du système immunitaire. Elle déborde de sucre, de glucides, d'huiles et de graisses hydrogénées (acides gras saturés), de produits à base de farine blanche, d'aliments transformés, d'additifs alimentaires, de conservateurs, de pesticides et de métaux lourds. Ceci, en plus du fait que les aliments sont irradiés (exposés à des niveaux élevés de radiations afin de prolonger leur durée de conservation) et cultivés sur des sols appauvris, à quoi il faut ajouter les longues durées de stockage et de transport, le traitement inadéquat ainsi que la cuisson, notamment celle au micro-ondes comme c'est le cas dans beaucoup de foyers — réduit encore davantage les nutriments disponibles. Et tous ces facteurs contribuent à affaiblir l'immunité.

    Faire le test du Candida chez soi

    Votre praticien holistique utilisera des méthodes irréfutables pour dépister la présence de Candida, toutefois pour faire un test simple à la maison, vous pouvez essayer ceci. La première chose à faire en vous levant avant de vous mettre quoi que ce soit dans la bouche, remplissez un verre non teinté d'eau minérale à la température de la pièce.

    Sécrétez un peu de salive et crachez dans le verre. Regardez l'eau tous les quarts d'heure à peu près pendant une heure.

    Si vous voyez des filaments se détacher de la salive étalée en surface, des particules visqueuses (en suspension dans l'eau) ou le crachat descendre directement au fond du verre, vous avez un problème de candidose.

    Le programme pour contrôler le Candida

    Afin de juguler la prolifération du Candida, il faut appliquer simultanément les cinq mesures suivantes :

    1. Éliminer les aliments qui nourrissent le Candida

    La prolifération du Candida est entretenue principalement par le sucre, les glucides raffinés et le gluten. Examinons-les un par un afin de savoir ce qu'il convient au juste d'éviter.

    Sa nourriture de base principale est le sucre sous toutes ses formes telles que le lactose présent dans les produits laitiers, le miel, le glucose, le fructose et les succédanés comme le Nutrasweet (équivalent américain de nos sucrettes — N.d.T.), l'aspartame ou la saccharine. L'élimination du sucre est donc l'élément le plus important du régime anti-Candida. Tous les fruits à l'exception du citron en sont également très riches et leur consommation devrait être extrêmement réduite durant la mise en place du programme ainsi que celle de certains légumes comme les patates douces, les navets et les betteraves. Il y a aussi du sucre dans la plupart des aliments transformés comme les viandes froides fumées, le ketchup, les céréales et les yaourts, d'où l'importance de bien lire les étiquettes.

    La plupart des personnes atteintes de candidose sont intolérantes au gluten. Il s'agit d'une protéine élastique et gluante que l'on trouve dans le blé, le seigle, l'orge, l'avoine, l'épeautre, le kamut et le triticale mais qui reste également cachée dans une infinie variété d'aliments transformés. Le triticale est une nouvelle céréales hybride combinant les propriétés du blé et du seigle tandis que l'épeautre et le kamut sont des variantes du blé contenant du gluten et risquent donc de poser les mêmes problèmes que ce dernier. Les céréales riches en gluten sont utilisées de manière intensive dans la confection de pains et autres produits de boulangerie en raison de leur consistance « gluante » et collante.

    À l'instar du sucre, elles entretiennent le Candida grâce à leur index glycémique élevé et tout comme lui, elles génèrent une résistance à l'insuline à l'intérieur des cellules, engendrant des problèmes de glycémie comme l'hypoglycémie ou le diabète. Les cellules deviennent résistantes à l'insuline en tentant de se protéger contre les effets toxiques des hautes doses qu'elles reçoivent pour pallier aux apports élevés en sucre et en glucides simples. Ce faisant, le pancréas secrète encore davantage d'insuline, ce qui crée un cercle vicieux et l'épuise jusqu'à la défaillance induisant ainsi le diabète.

    Les céréales à base de gluten contiennent une protéine difficile à digérer et qui interfère avec l'assimilation des minéraux et provoque des lésions qui rendent les intestins incapables d'absorber des substances nutritives telles que les protéines, les glucides, les graisses, les vitamines, les oligo-éléments et voire même dans certains cas, l'eau. Nos productions céréalières renferment également des mycotoxines (toxines produites par les champignons) que l'on trouve surtout dans le maïs et le blé et qui peuvent inhiber la fonction immunitaire normale. Pour information, veuillez vous référer à la section sur les levures, les moisissures et les champignons.

    2. Renforcer le système immunitaire

    • Consommer les bons aliments
    • Prendre les suppléments indispensables
    • Éviter les levures, les moisissures et les champignons

    Il est pratiquement impossible de guérir si l'on persiste à suivre un mauvais régime alimentaire ou si les dommages provoqués par la prolifération de levures suite à la prise d'un médicament ou d'un traitement antibiotique ne sont pas inversés. La consommation des bons aliments est l'aspect le plus important pour contrôler le Candida et renforcer le système immunitaire. Le « Régime Anti-Candida » est riche en protéines et en bonnes huiles et graisses saturées, pauvre en glucides et ne comporte aucun sucre, ni céréales ou aliments transformés. La nourriture doit être aussi fraîche et naturelle que possible et dépourvue d'additifs, de pesticides, de métaux lourds, d'irradiation, de mycotoxines, etc.

    Les bonnes graisses et huiles

    Elles sont aussi importantes dans l'alimentation que les protéines et sont indispensables pour maitriser le Candida. Non seulement elles augmentent la capacité du corps d'absorber les nutriments des aliments consommés mais elles constituent la meilleure source d'énergie qui soit. Elles fournissent également les éléments constitutifs des membranes cellulaires ainsi que diverses hormones et substances assimilées. Les bonnes graisses servent à transporter les importantes vitamines liposolubles A, D, E et K, à convertir le carotène en vitamine A, à l'absorption des minéraux et bien d'autres processus encore. La qualité des lipides consommés a une énorme influence sur l’assimilation et l'utilisation de la vitamine D.

    Les acides gras essentiels

    Il y en a également deux types que le régime alimentaire doit fournir. Il s'agit des oméga-3 et des oméga-6. On les appelle « essentiels » parce que l'on ne peut les obtenir que par la nourriture, notre corps n'étant pas en mesure de les fabriquer à partir d'autres graisses. La plupart des gens consomment trop d'oméga-6. Il est donc important de s'assurer que notre alimentation contiennent davantage d'éléments riches en oméga-3 pour remédier à ce déséquilibre.

    Éviter toutes les graisses et huiles dernier cri (acides gras trans)

    Les personnes atteintes de candidose ne peuvent se permettre de compromettre leur santé en ingérant des lipides toxiques et doivent éviter toutes ces nouvelles graisses polyinsaturées et ces huiles végétales hydrogénées (margarine, huile de canola, huile de carthame, etc.) que l'on appelle acides gras trans. En plus de leur toxicité, elles augmentent les besoins de l'organisme en vitamine E et autres antioxydants tout en affaiblissant le système immunitaire. Tous ces acides gras trans que l'on trouve dans la margarine et les matières grasses végétales utilisées dans la fabrication de la plupart des pâtisseries commerciales et des aliments transformés devraient toujours être évités même par les personnes en bonne santé.

    L'huile de coco

    Encore une autre graisse saine saturée dont l'avantage pour ceux qui souffrent de candidose est ses propriétés anti-bactériennes, anti-virales et anti-fongiques. Elle neutralise également la prolifération de levures, stimule les fonctions immunitaires et fournit un apport important de nutriments essentiels à la santé tout en améliorant la digestion et l'absorption de ces derniers.

    Les lipides qu'elle contient sont très digestes et facilement assimilables contrairement aux nouveaux acides gras trans qui agissent comme du plastique dans l'organisme. L'huile de coco sollicite peu les fonctions digestives et constitue une source d'énergie rapide favorisant la guérison. Elle est directement absorbée de l'intestin vers la veine porte qui l'envoie tout droit au foie contrairement aux autres acides gras qui ont besoin d'enzymes pancréatiques pour être décomposés en unités plus petites.

    Éviter le soja et les produits à base de soja3

    Il renferme de grandes quantités de toxines naturelles ou « facteurs anti-nutritionnels » dont de puissants inhibiteurs d'enzymes qui bloquent l'action enzymatique indispensable à la digestion des protéines et qui ne sont pas complétement désactivés par la cuisson ordinaire, pouvant ainsi occasionner de graves troubles gastriques, une réduction de la digestion des protéines et des insuffisances chroniques de l'absorption des acides aminés (protéines). Sur les animaux testés, une alimentation riche en inhibiteurs enzymatiques provoque une augmentation du volume du pancréas accompagné de conditions pathologiques, un dérèglement de la thyroïde et d'autres maladies comme le cancer. Il contient aussi de l'hémagglutinine, une substance coagulante provoquant l'agglomération des globules rouges.

    De plus, le soja est l'aliment qui compte l'une des plus fortes proportions de pesticides et est à 99% génétiquement modifié. Il a également une haute teneur en acide phytique, présent dans le son ou l'enveloppe externe de toutes les graines et qui bloque l'absorption des minéraux essentiels comme le calcium, le magnésium, le cuivre, le fer et surtout le zinc dans le tractus intestinal. Pour aller mieux, les personnes atteintes de candidose doivent l'éviter ainsi que tous ses produits dérivés.

    Prendre des suppléments essentiels

    Lorsque l'on est victime du Candida, il faut renforcer son immunité en la supplémentant à l'aide de certains minéraux et vitamines essentiels sans levure et sans sucre, à savoir :

    • La chlorelle est un aliment complet qui contient un large éventail de vitamines, minéraux et enzymes. Elle contribue à renforcer le système immunitaire, détoxifie l'organisme des métaux lourds et des pesticides, améliore les fonctions digestives, redonne de l'énergie et régularise la glycémie et la pression artérielle. Prendre deux capsules trois fois par jour.
    • Complexe de vitamines B (sans levures) 50 mg, deux fois par jour.
    • Vitamine C avec des bio-flavonoïdes 1000 mg, deux fois par jour.
    • Vitamine D (avec de la vitamine A), 1 cuillerée à café par jour par tranches de 20 kg de masse corporelle d'huile de foie de morue ou de poisson de haute qualité.
    • Vitamine E contenant de l'alpha-tocophérol naturel (le D-alpha-tocophérol est chimique) ne provenant pas du soja à raison de 400 UI deux fois par jour.
    • Citrate de calcium/magnésium sous forme de « traces » contenant 800-1200 mg de calcium avec la même proportion de magnésium.

    3. Neutraliser la prolifération du Candida

    Il existe de nombreux agents antifongiques pour détruire le Candida dont l'ail cru, le vinaigre de cidre, l'extrait de feuille d'olivier et le lapacho.

    L'ail

    Il contient beaucoup de soufre dont les composés présentent de puissantes propriétés antifongiques à large spectre, à savoir l'allicine, l'alliine, l'alliinase et la S-Allyl Cystéine qui comptent parmi les plus étudiés.

    L'ail frais est beaucoup plus efficace pour lutter contre le Candida albicans que toute autre forme comme les comprimés, les huiles et les gélules. Il constitue également une alternative intéressante aux médicaments pour traiter les infections fongiques importantes chez des patients atteints d'immunodépression grave. L'ajouter à la nourriture (cru ou écrasé) ou avaler directement une gousse crue ou écrasée peut s'avérer un traitement antimycosique à la fois puissant et peu onéreux. L'ail stimule le système immunitaire, améliore la circulation, réduit l'hypertension, détruit les parasites intestinaux et, outre ses nombreux autres avantages pour la santé, s'avère être un antioxydant et un antibiotique de grande efficacité.

    Pour en tirer profit au maximum, assurez-vous qu'il soit certifié biologique et consommez-le écrasé car cela brise ses parois cellulaires, entrainant ainsi la diffusion de ses propriétés bénéfiques. Pour venir à bout du Candida, il faut consommer 4-5 gousses de taille moyenne par jour ajoutées aux aliments ou prises pendant les repas. Autrement, vous pouvez en boire 3-4 tasses par jour en infusion.

    Le vinaigre de cidre brut

    Il ne fait pas bon ménage avec le Candida. Ajoutez-en une cuillerée à soupe dans un verre d'eau à boire avant chaque repas. Il permet de lutter contre la prolifération des levures intestinales en les détruisant, provoquant une réaction à mesure qu'elles meurent. Le vinaigre de cidre brut non filtré crée un environnement hostile aux champignons mais favorable à la flore intestinale.

    L'extrait de feuille d'olivier4

    Il a le pouvoir de détruire l'invasion fongique plutôt que de la juguler grâce à l'oléuropéine, un composé phénolique aux propriétés antivirales, antifongiques, antiprotozoaires et antibactériennes. Suivre les indications sur la bouteille.

    Le lapacho

    Il s'agit de l'écorce d'un arbre antifongique par nature (connu également sous le nom de pau d'arco ou taheebo) qui peut être prise sous forme de capsules ou de tisane. Prendre le nombre indiqué sur le flacon ou boire 3 tasses par jour.

    4. Implanter de bonnes bactéries dans l'appareil digestif

    Dès lors que l'on éradique les levures avec des agents antifongiques, il est important d'ajouter un apport régulier de probiotiques, ces bactéries « amies » ou « bénéfiques » qui vivent dans notre système digestif. La réduction des colonies de Candida laisse le champ libre à l'implantation de celles qui sont bonnes pour la santé. L'espèce la plus nombreuse que l'on trouve dans l'intestin grêle est celle des lactobacilles ; dans le colon, on trouve une majorité de bifidobactéries.

    Le moyen le plus simple et le moins onéreux pour coloniser le tractus digestif avec des bactéries saines est de prendre du kvas de chou (jus de chou fermenté — N.d.T.). Mais les compléments probiotiques peuvent également le faire. Malheureusement il ne s'agit pas simplement d'acheter son premier ferment en supposant que cela fera l'affaire. Les meilleurs probiotiques contiennent des souches spécifiques qui auront été étudiées et dont l'efficacité aura été testée. Ces dernières seront identifiées sur le flacon par une série de lettres ou de chiffres après le nom de la bactérie. Parmi les plus utilisées, on trouve le Lactobacillus acidophilus SD-1 et le Lactobacillus GG. Ces suppléments devraient comporter au minimum 500 milliards de micro-organismes par gramme, stockés dans des flacons opaques afin d'éviter toute détérioration par la lumière et la chaleur et conservés au réfrigérateur même dans le magasin. Suivre la posologie indiquée sur l'étiquette.

    5. Gérer la crise de guérison

    La crise de guérison survient lorsque l'organisme commence à être encombré de déchets et de toxines. Les cellules et les tissus se mettent à rejeter ces surplus dans le sang où ils sont acheminés vers les différents organes éliminateurs y compris les intestins, les reins, les poumons, la peau, les fosses nasales, les oreilles, la gorge et les organes génitaux qui deviennent, à leur tour, congestionnés et irrités, présentant des symptômes tels que des rhumes, des furoncles, des infections rénales et urinaires, des maux de tête, des plaies ouvertes, des diarrhées et des fièvres.

    Ces symptômes d'extinction sont provoqués par l'éradication des levures en grandes quantités, libérant ainsi un taux élevé de toxines dans le système — dans le jargon médical, on appelle cela réaction de Herxheimer ou phénomène de mort des levures. Ils s'apparentent à ceux d'une grippe et peuvent s'avérer très pénibles. On peut les atténuer par :

    • La prise de 1000 mg de vitamine C (de préférence sous forme de poudre dans de l'eau pure) plusieurs fois par jour ou quand nécessaire.
    • Des bains chauds avec des sels d'Epsom (sulfate de magnésium — N.d.T.) éliminent également les toxines par la peau et permettent d'atténuer les symptômes (ajouter deux tasses ou 500 g de sels dans une baignoire remplie d'eau chaude).

    L'aspect le plus important d'une crise de guérison est de ne jamais apporter de changements extrêmes à votre régime alimentaire ou votre style de vie. Il s'agit de les introduire graduellement, un à la fois, afin de permettre à l'organisme de s'adapter et de s'ajuster à ces modifications. Les clefs pour venir à bout du Candida sont de :

    1. respecter le programme anti-Candida
    2. faire preuve de patience
    3. faire preuve de persévérance

    Et vous irez bien.

    Traduit de l'anglais par Ey@el
    © lapensinemutine.eklablog.com

    Sources de l'article

    Notes et références

    1. ^ Site du Dr Simoncini (en français).
    2. ^ Dreamcatcher, Stephen King (2001).
    3. ^ Attention, la toxicité supposée du soja est très controversée et n'a encore véritablement pu être prouvée comme il est expliqué ici et . Dans le doute, il vaut mieux ne consommer que du soja fermenté (Sojami par exemple) à petites doses ou voir si ne plus en consommer du tout fait une différence.
    4. ^ Les deux propriétés majeures de la feuille d'olivier sont ses actions hypotensive par vaso-dilatation périphérique (sans effet cardio-dépresseur) et hypoglycémiante particulièrement indiquée en cas de diabète. C'est sans doute parce qu'elle abaisse le taux de sucre sanguin qu'elle est conseillée ici mais certainement pas pour ses vertus antifongiques.

    Articles connexes

    La reproduction du contenu de ce billet est strictement interdite.
    © lapensinemutine.eklablog.com. Tous droits réservés.
    « Facebook travaille à un Smartphone pouvant lire les penséesBallade au clair de lune »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    maat64
    Lundi 5 Juin à 10:25

    merci encore pour cet article Ey@el. Je me permets d'ajouter que, d'après mes sources, l'extrait de pépin de pamplemousse (sans benzéthonium) est très efficace pour lutter contre le Candida Albicans

     

     

      • Lundi 5 Juin à 12:15

        Merci pour cette contribution. Effectivement, j'en ai entendu parler dans d'autres articles mais honnêtement pour moi ça n'a rien fait. Ceci dit, nous sommes tous différents et certains remèdes sont plus en affinité avec notre corps que d'autres d'où la difficulté de s'y retrouver et de conseiller les gens. Je pense qu'en ce domaine, il faut tester et rester à l'écoute des réactions de son corps. Le fait qu'un remède ne marche pas pour soi ne veut pas forcément dire qu'il est inefficace mais juste non adapté à soi. Évidemment s'il ne marche pour personne, on peut en déduire qu'il ne sert à rien...

      • maat64
        Mardi 6 Juin à 11:44

        je joins un lien ci-dessous :

         

        http://www.alternativesante.fr/candidose/metaux-lourds-et-candidose-eliminer-l-un-puis-l-autre

        Il y a également de bonnes infos sur le site" AtelierSanté.ch"      

        Quant à l'EPP dont je parlais, il ne traiterait que le Candida Albicans (or les Candida sont nombreux)

        Bonne pioche

        Amicalement,

        Maïté

      • Mardi 6 Juin à 17:27

        Merci beaucoup. En fait, tu ne pouvais pas le savoir, mais cet article explique que la cause des candidoses est avant tout les métaux lourds et c'est exactement ce qui vient de m'être diagnostiqué.

    2
    Lundi 5 Juin à 13:05

    "Il existe de nombreux agents antifongiques pour détruire le Candida dont [b]l'ail cru[/b]"

     ... ainsi que, l'eau bénite, les crucifisques, toussa quoi ...

    Arrgggggggggg damned, je ne me vois plus dans le miroir, donc je ==>

    3
    maat64
    Jeudi 8 Juin à 10:40

    donc, si j'ai bien compris, c'est la CHLORELLA qui élimine tous les métaux lourds

    https://www.echlorial.fr/fr/content/9-proprietes-et-vertus

    Je te souhaite le meilleur Ey@el, toi qui te décarcasses pour nous tous/tes

    Je t'embrasse

    Maïté

      • Jeudi 8 Juin à 17:50

        Merci, je t'avoue qu'en ce moment j'en ai plus que super besoin.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :