• La science confirme que le nerf vague est la clé du bien-être

    Article de Markheim Heid traduit par Ey@el

    Available in English

    Prenez une profonde inspiration. Serrez un ami dans vos bras. Essayez de toucher le plafond en étirant vos membres. Chacun de ces gestes simples procure un sentiment de calme et de confort. Et leur magie apaisante repose en partie sur l'activation d'un système sophistiqué de nerfs reliant le cerveau au cœur, à l'intestin, au système immunitaire et à beaucoup d'autres organes — un système connu sous le nom de nerf vague (ou parasympathique — N.d.T.).

    Il s'agit là d'un des douze nerfs crâniens qui s'étendent du cerveau au reste du corps tels un réseau complexe de racines et qui servent de canaux de communications entre le premier et les nombreux systèmes et organes du second. Certains nerfs crâniens interprètent les informations sensorielles recueillies par la peau, les yeux ou la langue. D'autres contrôlent les muscles ou communiquent avec les glandes.

    Le nerf vague, également appelé « 10e nerf crânien », est le plus long, le plus large et le plus complexe de tous, et en quelque sorte c'est également le moins bien compris. Des spécialistes ont établi un lien entre son activité et des changements symptomatiques chez les personnes souffrant de migraines, de maladie inflammatoires de l'intestin, de dépression, d'épilepsie, d'arthrite et bien d'autres affections courantes. Plus la science en apprend sur le nerf vague, plus il apparaît qu'une meilleure compréhension de sa fonction pourrait ouvrir de nouvelles portes pour traiter toute forme de souffrance humaine.

    Issu du latin vagus, « vague » signifie « errant, vagabond », ce qui est tout à fait adapté quand on voit toutes les parties du corps reliées à ce nerf. « Il semble que chaque année quelqu'un découvre un nouvel organe ou système en communication avec lui » confie le Dr Tiffany Field, directrice de l'Institut de recherche sur le toucher de l'école de médecine universitaire de Miami.

    Field explique que le nerf vague a des branches connectées au visage et à la voix : « Nous savons que les personnes déprimées ont une faible activité vagale associée à une moindre intonation vocale et un visage moins expressif ». Une branche longe le tube digestif. Ici, une faible activité vagale se traduit par une motilité gastrique ralentie qui interfère avec la digestion.

    D'autres branches encore sont reliées au cœur, aux poumons et au système immunitaire. L'activation ou la désactivation du nerf vague est liée aux fluctuations hormonales du cortisol et de la ghréline (hormone digestive), du taux d'inflammation engendré par le système immunitaire et bien d'autres processus internes qui façonnent la santé et l'expérience humaine. Pour Field, « le nerf vague est responsable d'une vaste série de processus bioélectriques et biochimiques qu'il est pratiquement impossible de cartographier ».

    Comment un simple système nerveux peut-il contrôler autant de chose ? Même si certains aspects de l'activité vagale sont impénétrables, il est clair que c'est ce nerf qui régit le système nerveux parasympathique qui aide à contrôler la relaxation du corps. En d'autres mots, une activité vagale intense neutralise la réponse au stress qui est du ressort du système nerveux sympathique. « Le système nerveux sympathique est dans l'affrontement ou la fuite alors que le système nerveux parasympathique est plus dans la détente » explique le Dr Stephen Silberstein, professeur de neurologie et directeur du Centre des céphalées aux CHU Thomas Jefferson de Philadelphie.

    Silverstein est le co-auteur d'une analyse complète de la recherche sur le nerf vague parue en 2016. Il raconte qu'une forte activité vagale ralentit le rythme cardiaque et désactive l'inflammation, en partie par le déclenchement de la sécrétion de substances chimiques calmantes par le système immunitaire. Il a également été démontré que l'activation du nerf vague par stimulation électronique pouvait avoir toute une gamme d'effets bénéfiques sur la santé. « En fonction de la fréquence de stimulation, nous savons qu'il peut enrayer une crise d'asthme ou d'épilepsie » dit Silberstein. « Il peut enrayer une migraine ou une algie vasculaire de la face et peut diminuer la perception des reflux acides ».

    Prenez pratiquement n'importe quel trouble médical courant aggravé par le stress ou l'inflammation — de l'arthrite à la maladie inflammatoire de l'intestin — et il existe une étude démontrant que la stimulation du nerf vague peut aider à la traiter ou soulager ses symptômes.

    Par le passé, cette stimulation requérait un implant chirurgical dans la poitrine pour transmettre des impulsions électriques au nerf vague. Mais des appareillages plus récents et non invasifs — dont un ayant reçu l'aval du FDA pour le traitement des migraines et de l'algie vasculaire de la face — sont en mesure de stimuler ce dernier lorsqu'on les appliquent contre la peau du cou. Silberstein rapporte que des médecins étudient l'application de la stimulation vagale à un large éventail de pathologies et de troubles donc ceux affectant le mental.

    « De plus en plus, nous découvrons à quel point l'activité vagale est essentielle à l'humeur et l'attention » écrit Field. On a déjà la preuve que la stimulation vagale peut améliorer la mémoire de travail ou aider les personnes souffrant de trouble déficitaire de l'attention avec hyperactivité. Et depuis le début du second millénaire, le FDA autorise la stimulation du nerf vague dans le cadre du traitement de certaines formes de dépression.

    Pour elle, même si la stimulation électronique s'avère prometteuse — et, apporte déjà un soulagement dans certains cas — pour un large éventail de problèmes de santé, il existe de nombreux moyens d'agir sur le nerf vagal sans appareillage ni implant. « Nous savons que les massages et le yoga favorisent l'activité du système nerveux parasympathique, à savoir l'activité vagale ».

    Son étude montre que ces activités et de nombreuses autres en rapport accroissent l'activité vagale par le biais des capteurs de pression enfouis sous la surface de la peau — des récepteurs disséminés à travers le corps que seuls une pression ferme ou un étirement intense peuvent atteindre. Elle précise qu'un léger contact ou une caresse produisent une excitation tandis qu'une puissante étreinte ou une poignée de main vigoureuses apaisent naturellement. « Une forte étreinte ou poignée de main stimulent l'activité parasympathique » dit-elle.

    Selon Silberstein, pratiquement tout ce qui procure de la détente — méditation, respiration profonde — est également en rapport avec une activité vagale et parasympathique intense. « Par le passé, nous avons mené des études qui ont démontré que les patients atteints de migraines souffraient également d'une déficience de l'activité vagale » dit-il. « Nous avons essayé d'y remédier par la pratique du yoga ou de la méditation par la respiration profonde et nous avons découvert que cela nous permettait d'activer le nerf vagal ». Par ailleurs, le stress et l'anxiété sont liés à une dépression de l'activité vagale, ce qui pourrait expliquer pourquoi ces troubles augmentent le risque de développer d'autres pathologies.

    Il y a encore beaucoup de choses à propos du nerf vague que la science ne comprend pas. Mais à mesure que les médecins découvrent ses secrets, ils sont en mesure de trouver d'autres moyens efficaces de soulager la douleur, l'inflammation, la tristesse et la maladie.

    Traduit de l'anglais par Ey@el
    © lapensinemutine.eklablog.com

    Articles connexes

    La reproduction du contenu de ce billet est strictement interdite.
    © lapensinemutine.eklablog.com. Tous droits réservés.
    « Il n'y a rien de plus réconfortant aujourd'hui que de voir Bill Gates se faire démolir sur TwitterDouche provençale »
    Pin It

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :