• Le curcuma : de l'or en poudre pour votre santé

    Article d'Ey@el

    La plupart des épices dont nous nous servons comme condiments pour relever la saveur de nos plats sont nombreuses à présenter des vertus curatives connues depuis des temps immémoriaux et ce bien avant l'avènement des drogues synthétiques brevetées aux effets secondaires toxiques notoires.

    Les origines du curcuma

    Originaire du sud-est de l'Asie, le curcuma (appelé également curry) est cultivé depuis l'Antiquité en Inde pour son rhizome qui, une fois séché, fournit une poudre jaune vif entrant dans la composition des fameux currys mais également très employé en médecine ayurvédique en raison de ses nombreux bienfaits pour la santé.

    Au VIe siècle av. J.-C., les Chinois l'utilisaient déjà pour ses propriétés médicinales mais également tinctoriales, le jaune étant la couleur impériale. D'ailleurs, autrefois, le vêtement jaune était réservé exclusivement à l'empereur et s'en vêtir était considéré, pour qui que ce soit d'autre, comme un acte de rébellion et de trahison, passible de mort.

    Ses effets sur le cerveau

    On recense plus de 600 propriétés bénéfiques pour la curcumine, le polyphénol identifié comme le composant actif principal du curcuma dont 150 potentiellement thérapeutiques. Capable de traverser la barrière hémato-encéphalique, cette substance s'avèrerait donc très prometteuse en tant qu'agent neuroprotecteur dans un large éventail de maladies neurologiques et neurodégénératives dont la sclérose en plaques.

    Une étude a également démontré que le curcuma stimulerait la régénération des cellules souches du cerveau grâce à un autre composant, la turmérone aromatique, pouvant accroître leur croissance jusqu'à 80% selon la concentration.

    Ce qui a donc incité les chercheurs à se pencher tout particulièrement sur le rôle potentiel qu'il pourrait jouer dans l'amélioration des maladies de Parkinson et d'Alzheimer ainsi que dans la réparation des dommages causés par les AVC.

    Ils ont ainsi découvert que le mode fonctionnement de la curcumine s'apparentait à celui de la vitamine D en modulant un grand nombre de gènes (environ 700 contre plus d'un millier pour la vitamine D) et qu'elle permettait aussi d'inhiber l'accumulation de bêta-amyloïdes, des fragments d'albumine destructifs considérés comme la principale cause de la maladie d'Alzheimer ainsi que de briser les plaques existantes dans le cerveau des patients atteints.

    Le curcuma empêcherait également le fluor de détruire le cerveau en atténuant sa neurotoxicité.

    Ses effets sur le reste de l'organisme

    Toutefois, les vertus du curcuma ne se limitent pas au cerveau et au système nerveux. En effet, ses propriétés anti-inflammatoires puissantes fort utiles pour traiter la maladie d'Alzheimer, s'avèrent tout aussi efficaces en cas d'arthrite rhumatoïde, de rhumatismes et dans la gestion de la douleur en général car c'est également un analgésique puissant.

    Antiseptique, cicatrisant, anti-oxydant, il permet de traiter de nombreux problèmes cutanés et de lutter contre le vieillissement. Il protégerait efficacement de la cataracte, des effets des rayonnements et aurait également une action contre la toxicité pulmonaire et les fibroses.

    Le curcuma s'avère être un immunostimulant remarquable, capable d'inhiber la réplication de certains virus dont le VIH, ainsi qu'un agent anti-cancéreux non négligeable, bloquant le développement de certaines tumeurs.

    Cholérétique (augmentant la sécrétion biliaire), c'est également un excellent hépatotrope favorisant la détoxification du foie et réduisant ainsi la toxicité des métaux lourds. Il contribue à une meilleure santé de l'appareil digestif et régule le métabolisme et la gestion du poids. Il supprimerait même les symptômes associés au diabète de type II (diabète gras).

    Enfin, c'est un inhibiteur d'agrégation plaquettaire permettant de réduire ainsi le risque de thrombose et d'infarctus du myocarde et s'avère très utile en cas d'hypertension artérielle.

    Comment le consommer à des fins thérapeutiques

    Des études cliniques ont montré que le rhizome de curcuma ne contient que 3% de curcumine qui, de surcroît, serait très mal absorbée par l'organisme. Il faut donc utiliser de la poudre 100% bio que l'on passe au mixeur à raison d'une cuillère à soupe pour 1 ou 2 jaunes d’œufs (ou 2 cuillères à soupe d'huile de coco) afin de produire une micro-émulsion.

    Mais il y a beaucoup mieux : la pâte de curcuma, une vieille recette de la médecine ayurvédique, qui l'associe au poivre noir. En effet, grâce à la pipérine qu'il contient, le poivre noir renforce considérablement la biodisponibilité du curcuma. Ainsi en mélangeant les deux, le pouvoir d'absorption de la curcumine par l'organisme sera augmenté de 2000%.

    La pâte de curcuma

    - ¼ tasse (~ 30 g) de curcuma en poudre
    - ½ cuillère à café de poivre noir moulu
    - ½ tasse (~125 ml) d’eau minérale ou filtrée

    Mélanger tous les ingrédients dans une casserole à feu moyen en remuant constamment jusqu'à obtention d'une pâte épaisse. Le cuire environ 7 minutes (la cuisson étant nécessaire pour rendre les curcuminoïdes biodisponibles) en rajoutant un peu d'eau si la pâte se désèche trop. Laisser refroidir avant de verser dans un petit bocal hermétique en verre à conserver au réfrigérateur pendant 2-3 semaines maximum.

    Cette préparation peut être consommée telle quelle à raison d'une demie à deux cuillères à café par jour. Mais il est certainement plus plaisant de l'ajouter à d'autres aliments sans affecter ses bienfaits. On pourra donc la mélanger à des currys, des marinades, du yaourt, du porridge, des smoothies, du thé vert ou encore la boire sous forme de « lait d'or » ou « lait doré » que je trouve personnellement délicieux.

    Le lait d'or

    - 1 tasse de lait d'amande (ou autre lait végétal)
    - 1 cuillère à café d'huile de coco
    - 1 cuillère à café de pâte de curcuma

    Verser tous les ingrédients dans une casserole et réchauffer sans faire bouillir en mélangeant bien. Déguster tel quel ou avec du miel (ou du sirop d'agave).

    Conseils et mises en garde

    Pour une absorption optimale, l'ingestion de la pâte de curcuma est préférable additionnée à un corps gras, les curcuminoïdes (principes actifs du curcuma) étant liposolubles.

    Pour renforcer l'effet anti-inflammatoire ou si tout simplement, comme moi, vous en adorez le goût, ajoutez du gingembre moulu.

    À forte dose (100 mg par kilo de poids corporel), le curcuma pourrait provoquer des troubles gastriques et des réactions cutanées. Il est donc généralement recommandé de ne pas dépasser 2 g par jour.

    Comme c'est un fluidifiant sanguin, il ne faut pas l'associer à des anticoagulants ni à des anti-plaquettaires. Il est également contre-indiqué pour les personnes sujettes aux calculs biliaires.

    Enfin, bien qu'aucun effet indésirable n'ait été constaté pendant la grossesse, par précaution, certains le déconseilleront aux femmes enceintes du fait de ses propriétés emménagogues (favorisant les règles).

    Un colorant tenace

    Un dernier mot sur le curcuma : attention ça tâche ! Et il est pratiquement impossible de le faire partir. Évitez donc les projections sur les vêtements ou les murs et l'utilisation d'ustensiles et récipients en bois ou en plastique. Préférez l'inox qui se nettoiera sans problème et servez-vous de papier absorbant plutôt que de vos beaux torchons tout neufs. Pour ma part, je l'utilise également comme teinture capillaire en adjonction à d'autres plantes (poudre de noyer, brou de noix et henné neutre incolore) et après des années d'empoisonnement et de maltraitance avec des produits chimiques de la marque qui ne le vaut pas du tout, mes cheveux me disent merci (et mon porte-monnaie aussi).

    Ey@el

    La reproduction du contenu de ce billet est strictement interdite.
    © lapensinemutine.eklablog.com. Tous droits réservés.

    Haut de page

    Bas de page

    « Tu électrises ma vieCeux qui ont été créés peuvent être anéantis »
    Pin It

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 8 Mars 2015 à 20:42

    tiens une amie m'a aussi parlé du curcuma hier !! c'est la mode ?? bises à toi !

    2
    Dimanche 8 Mars 2015 à 23:55

    En fait, il a fort longtemps que le curcuma est à la mode en Inde :lol: Par chez nous, ce sont en général les médias qui parlent de mode dès que le bouche à oreille commence à faire des émules en matière de vie saine ou autre — pour dénigrer et décourager ceux qui sont encore dans le brouillard. Si tu arrives à te guérir d'un truc et que tu en parles à ton médecin, il va te dire que c'est juste le fruit du hasard et te filer des médocs qui vont détruire tout le bienfait que tu auras obtenu « par le fruit du hasard » sans compter l'effet nocebo de bien montrer au patient qu'il est impuissant devant la maladie et que seule la médecine et Big Pharma ont le pouvoir de l'aider (avant c'était le curé et Jésus mais on reste dans la même dialectique).

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :