• Projet Eklabugs : L'amour a la clef

    Article d'Ey@el

    À l'occasion de cette soixantième session du projet Eklabugs qui, disons-le franchement, bat un peu de l'aile ces derniers temps, nous avons opté pour un tirage de cartes divinatoires (version Rêves enchantés du Petit Lenormand illustrée par Ciaro Marchetti) dans l'idée de nous sortir un peu de la routine en proposant une formule un peu plus originale comme nous l'avions fait l'été dernier (voir Articles connexes). Des trois lames tirées au hasard évoquant un assombrissement passager (un nuage noir masquant partiellement le soleil) qui se résoudrait (une clef ouvrant la porte d'une cage dans laquelle est enfermée une rose) par une transformation (Anubis, le dieu funéraire égyptien, penché sur un sarcophage), trois thèmes se sont dégagés et c'est la clef qui l'a emporté d'une voix sur le nuage.

    Une bonne illustration de nos états d'esprit actuels où le contraste devient plus marqué que jamais entre ceux qui pataugent dans la confusion et ne voient plus la lumière et ceux qui, au contraire, se laissent porter par le flux et savent où la trouver. En voyant cette cage, je n'ai d'ailleurs pu m'empêcher de penser au confinement. Les plus pessimistes pourraient y voir la victoire de l'ombre et la mort physique ou métaphysique mais dans un cas comme l'autre, la solution (clef) demeure toujours dans la carte centrale. Pour peu qu'on choisisse de s'en servir. Car ce sont toujours nos choix qui conditionnent notre liberté.

    Le nom de la rose

    Lorsque la nuit a été trop solitaire
    Et la route trop longue
    Et que tu crois qu'il n'y d'amour
    Que pour les forts et les chanceux,
    Souviens-toi que sous les profondeurs
    De la neige en hiver repose la graine
    Qui grâce aux rayons d'amour du soleil
    Au printemps deviendra une rose.

    "The Rose", Bette Midler (1979)

    La rose revêt bien des significations selon les époques, les cultures et les traditions. Par exemple, dans la mythologie gréco-romaine, elle fait partie des attributs d’Aphrodite (Vénus), la déesse de l'amour ; dans le tarot de Marseille, on la retrouve dans les arcanes du Magicien, de la Force, de la Mort et du Mat (Fou), qui contiennent tous des valeurs d'équilibre et d'harmonie (propres au signe de la Balance gouverné par la planète Vénus en astrologie).

    D'ailleurs, pour les alchimistes, la rose est un symbole d'intégration, de compréhension et d'ordre universels ; pour les Francs-maçons, elle représente le principe directeur de l'Amour, la Vie et la Lumière ; et pour les chrétiens, un symbole de la résurrection du Christ. Un hasard si cette carte porte le numéro 33, un maître nombre associé à l'énergie christique et au rang le plus élevé dans la Franc-maçonnerie ?

    Le nombre 33 correspond aux trois niveaux du plan d'incarnation terrestre (triangle vers le bas), qui sont le physique, le sentimental et le mental, ainsi qu'aux trois niveaux du plan spirituel ou transcendantal (triangle vers le haut) à savoir, la volonté cosmique, l'amour divin et la sagesse divine comme nous l'explique Pierre Lassalle dans son ouvrage consacré à l'Astrologie relationnelle.

    Le but de l'évolution de tout individu est l'équilibre et la fusion des trois niveaux du moi inférieur avec les trois niveaux du moi supérieur illustré par l'hexagramme ou étoile à six branches plus connu sous le nom de Sceau de Salomon ou Étoile de David, un symbole bien plus ancien que son appellation. « La triangle pointe en haut représente l'esprit, le principe masculin et le Feu. Le triangle pointe en bas représente la matière, le principe féminin et l' Eau. »

    À noter que 3+3=6, le nombre associé à la vibration de l'amour, de l'harmonie et du service à autrui. Dans le tarot, il correspond à l'arcane de l'Amoureux que la numérologue québécoise Murielle Robert appelle encore Croisée des chemins ou principe du choix conscient, « l'Amour dans toute sa diversité et sa multiplicité qui deviendra le lien unificateur. »

    Désenchaîne mon cœur

    L'amour est une rose
    Qu'il vaut mieux ne pas cueillir
    Car elle ne pousse que sur la vigne.
    Une poignée d'épines
    Te fera savoir qu'elle t'a échappé.
    Tu perds l'amour
    En prononçant le mot « mien ».

    "Love Is A Rose", Neil Young (1977)

    Cette carte me fait également irrépressiblement penser aux baies d'alkékenge appelé amour-en-cage pour la coque translucide qui entoure ses fruits (comestibles) évoquant, selon les variétés, une cage ou une lanterne.

    Une cage que l'on pourrait aisément assimiler à la cage thoracique qui abrite notre cœur.

    Et la clef dans tout ça ?

    Du latin clavem, dans toutes ses définitions, qu'il s'agisse de la tige de métal qu'on insère dans une serrure à la clé de décryptage informatique — en passant la clef USB, la clef à molette, la clef de judo, la clef de sol ou encore la clef d'un problème, la clef (ou clé) sert à ouvrir (ou fermer) l'accès à quelque chose aussi bien au sens physique que métaphorique (par exemple, la connaissance qui permet de transformer ce qui est bloqué, soit la solution).

    Une jolie clef dorée ciselée et sertie de quatre émeraudes symbolisant, sans doute, les quatre éléments.

    L'émeraude était également l'attribut de Vénus et sa couleur, celle du chakra du cœur. Une variété de béryl vert, catalyseur d'équilibre et de bien-être, qui aiderait à trouver la paix intérieure et porterait vers la paix et la justice, l'émeraude porte en elle la vibration de l'espérance. Dans son ouvrage intitulé Le cristal n'est pas de l'aspirine, Virginia Cavalcanti explique que « dans la mesure où elle se superpose à tout choc rationnel, elle nous ramène à la certitude qu'il existe de bonnes choses dans cette vie » et agit « comme une lumière au bout du tunnel ».

    La clef de l'évolution

    L'amour est la clef de toutes les portes fermées en ce monde.
    ~ Ginette Blais

    Dans le premier volume d'une trilogie de romans spirituels destinés aux enfants (mais qui en réalité s'adressent tout autant aux adultes) intitulé AMI, l'enfant des étoiles, Enrique Barrios explique que le degré de civilisation d'une planète se mesure à son niveau d'amour : « Si le niveau d'amour d'un monde est bas, il en résulte des calamités, de la haine, de la violence, de la discorde, des guerres, etc... un niveau dangereusement élevé de capacités destructrices. »

    « Sans amour, il ne peut exister d'organisation durable car dans ce cas ils doivent obliger et forcer les gens. Il se produit donc des rebellions, des divisions et de la destruction. Il y a une seule forme universelle et parfaite d'organisation capable de garantir la survivance et elle se développe naturellement lorsqu'une civilisation se rapproche de l'amour, lorsqu'elle évolue. Les mondes qui la constituent sont évolués, civilisés et ne font de mal à personne. Aucune autre alternative n'existe dans tout l'univers. Une intelligence plus grande que la nôtre est à l'origine de tout cela. »

    Lorsque Pedro ne comprend pas pourquoi la Terre ne fait pas encore partie des mondes civilisés, Ami, l'extraterrestre lui explique que « là-bas, ils en sont à peine au troisième palier, celui de la pensée, de l'intellect. C'est pour cette raison qu'ils appellent intellectuels ceux qui pensent beaucoup. »

    « Et comment est-ce possible que quelque chose d'aussi simple ait pu leur échapper ? » lui demande alors Pedro.

    « Parce qu'ils n’utilisent qu'un seul de leurs cerveaux, mais la pensée ne peut exprimer l'Amour. Les sentiments ne sont pas des pensées. Certains en arrivent à croire que les sentiments sont quelque chose de "primitif" et qu'ils doivent être remplacés par la pensée. Ils élaborent des théories qui justifient la guerre, la terreur, la malhonnêteté et la destruction de la nature. Maintenant ton humanité est en danger d'extinction à cause de ces pensées si "intelligentes", de ces théories si "brillantes". »

    L'Amour est la loi fondamentale de l'univers et l'évolution signifie s'approcher de l'amour en franchissant la barrière de l'égo.

    « Puisque l'égo est une barrière à l'Amour, il nous empêche de ressentir la compassion, de la tendresse, de l'affection, de l'Amour. L'égo nous insensibilise face à la vie. Il est alimenté par les  idées fausses, par les appréciations erronées au sujet de nous-mêmes, des autres et de l’existence. Observe bien : "Égo-iste", qui s'intéresse à soi-même et non aux autres ; "Égo-lâtre", qui n'adore personne d'autre que lui-même ; "Égo-tiste", qui parle seulement de lui-même ; "Égo-centrique" : qui pense que l'univers tourne autour de sa propre personne. L'évolution humaine consiste à faire diminuer l'ego afin que l'Amour puisse grandir. »

    J'espère que ce brainstorming vous aura plu et qu'il vous restera encore suffisamment d'amour pour me pardonner sa longueur et me laisser un petit com. N'oubliez pas également d'utiliser votre passe-partout pour aller faire un tour chez les autres participants dont vous trouverez les codes d'accès ci-dessous.

    Ey@el

    La reproduction du contenu de ce billet est strictement interdite.
    © lapensinemutine.eklablog.com. Tous droits réservés.

    #Eklabugs

    « L'Univers est constitué de fréquences et de vibrations d'énergie Liberté »
    Pin It

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 1er Août à 09:05

    Bien le bonjour,

    bin dis donc, je savais pas que ça voulait dire tout ça la rose ! Des symboles, des interprétations, j'aime bien son odeur -surtout celle du rosier "sauvage"- qui m'inspire la quiétude et la tranquillité. (La rose en vraie, in ze nature, et perso je ne coupe jamais les fleurs du jardin pour en faire des bouquets).


    "33", ça me rappelle vaguement quelque chose... ha oui, le docteur ! çui qui est mort à 33 ans... (je sors)

    Super jolie la baie d'alkékenge, je connaissais pas ! C'est très curieux, et à la regarder on se demande si sa coque en dentelle c'est une protection ou une défense !?

    La clef est superbe, elle me fait penser aux graphismes de Dark Parables (jeu PC) j'aime beaucoup (la clef et le jeu ;) C'est probablement elle qui a réveillée mon imaginaire, jolie comme tout, éclairante voire rassurante entre deux cartes plutôt maussades et tristounettes.

    Je te cache pas que je suis pas fan fan de "l'amour est la loi fondamentale de l'univers et l'évolution signifie s'approcher de l'amour en franchissant la barrière de l'égo" : si l'égo est capable de sacrément faire chier, on peut pas non plus aimer tout le monde :)))  (mais ce n'est un point de vue à un instant T ;)

    En voilà un brainstorming dont j'aurais été bien incapable : merci ! Et merci pour les découvertes :)

     

      • Samedi 1er Août à 16:31

        Tu sais  tu as le droit de ne pas être fan mais je pense que c'est le mot "amour" et toutes les connotations attachées plus le vocabulaire qui te heurtent. Je ne te jetterai pas la pierre car j'ai été un peu pareil. Quand j'entends le mot 'dieu' ou 'spirituel' ou 'amour', ça sonne bisounours mais ce ne sont pas les mots en fait, mais ce que j'y rattache. Le newage, les manipulations, les gens qui laissent faire en attendant d'être sauvés... bref, je n'ai pas de problème avec l'amour énergie (la seule qui reste quand tu enlèves toutes les couches de fausses croyances, conditionnements , attachement à des expériences mal vécues, etc.,). Je pense que tu as mal compris la notion d'aimer. On ne peut effectivement pas se forcer à aimer tout le monde ni à aimer tout court, c'est très juste. Je ne sais pas comment le formuler car pour l'expliquer je dois passer par le mental et le mental n'est pas à meme de comprendre cela. Ce que je comprends c'est que les gens que l'on "aime" et que l'on "aime pas" c'est juste une affaire de vibration. Pas vraiment d'exemple en tête mais je note que lorsque nous sommes déconnectés de l'amour universel, nous sommes en perdition d'énergie et avons besoin de la voler au x autres (quatre manière : autoritaire, culpabilisateur, victime ou indifférent) et que d'autre part on ne peut absorber de vibration plus haute que la sienne (un peu comme un appareil électrique qui a besoin d'un transformateur pour abaisser la tension sinon il crâme). Donc si une personne qui vibre plus haut que toi a  de la bonne énergie (miam miam) comment tu fais pour la lui prendre sans te faire crâmer ? Ben, tu la forces à abaisser sa vibration en appuyant sur les boutons de son ego en la mettant en colère, en étant injuste (l'injustice ça fait toujours sortir de ses gonds) ou en la poussant à te haîr si tu es dans ce mode je passe mon temps à dénigrer le monde entier parce que je ne m'aime pas et que je ne veux pas être seul dans ma haine de tout). Donc hair les gens "haissables", c'est leur donner ce qu'ils demandent en s'empoisonnant par dessus le marché ! Pas une belle preuve d'amour de soi. S'aimer c'est ça. Quand on s'aime d'ailleurs, on n'a plus besoin de voler de l'énergie (mode survie) puisqu'on ouvre ses canaux à la source d'énergie illimitée. Ca se voit sur les effets du vieillissement. Les gens paisibles et aimants ont l'air moins abimés par le temps et deviennent plus beaux et des gens beaux deviennent parfois hideux à force de cultiver le non-amour (juste une constatation, pas un jugement, on ne sait pas quels drames personnels les ont poussés à basculer dans le désamour). Rien à voir non plus avec se placer comme le centre du monde. Se respecter, ne pas se déniger mais ne pas gommer ses qualités sous prétexte que c'est pas bien parce que quelqu'un qui ne voulait pas qu'on lui fasse de l'ombre a décrété que c'était narcissique de s'aimer. Comment donner aux autres ce qu'on est incapble de se donner à soi. Comment apprendre à ton enfant à lacer ses chaussures si tu ne sais pas le faire toi-même. Ne me crois surtout pas sur parole, observe-toi avec honnêteté  (j'insiste là-dessus) et surtout sans jugement (encore plus dur) et regarde à quoi tu réagis, ce qui te blesse, etc. Ce qui te fait tiquer dans mon article par exemple, est un bon point de départ. Peu importe ce que j'ai voulu dire, c'est comment toi tu le reçois que tu devrais analyser. Pareil pour moi quand je lis des articles d'autres personnes. Ce n'est pas la personne que je dois juger pour ce qu'elle dit mais m'interroger en quoi ça me dérange et pourquoi ? Quand on se sent ennuyé c'est souvent une peur enfouie. Reste à savoir laquelle. Et tout ce qui est mis en lumière ne peut plus agir à notre insu. L'amour c'est ça.  S'accorder l'attention parce que ça modifie illico notre rapport aux autres. Même ceux qu'on apprécie pas ou peu. Jamais une histoire d'aimer tout le monde. Impossible. Mais on peut éviter de haïr tout le monde. Et c'est justement ce qu'ils sont en train de faire avec cette pandémie. Le test ultime : ne pas haïr ceux qui refusent de voir et qui pensent que ce sont ceux qui ont compris depuis longtemps qui sont fous . Ils n'ont plus toute leur tête qu'ils disent. Et nous on dit qu'ils n'ont plus tout leur cœur. En résumé, expérimente hors de ce que tu crois immuable. Et tout ce qui te rends la vie meilleure à l'intérieur, le fera à l'extérieur . Et par ricochet, tu rendras la vie meilleure à ton entourage aussi (sauf si pour eux  être égoiste c'est ne pas subvenir à mes désirs en premiers).

      • Samedi 1er Août à 16:53

        La coque de "dentelle" de l'akékenge, c'est efficace contre les petits insectes (les autres ne sont peut-être pas attiré par ce fruit acide riche en vitamine C).

      • Dimanche 2 Août à 10:33

        argh ! la touche Entrée de ton clavier [pour des retours à la ligne] ne marche plus ? peut-être écrit d'une traite ? pas facile à lire ce texte sans "espaces" (si je peux me permettre).

        Ok pour les "vibrations" qui font qu'on aime ou pas. Mais perso c'est pas parce que j'accroche pas avec quelqu'un que je vais lui rentrer dedans : n'est-ce pas aussi s'aimer que de faire ce qui nous semble le mieux ?  
        Certes les acariatres sont moins sereins que les bienheureux et les rides d'expressions peuvent en être des témoins, fortes de mauvaises vibrations.
        Mais les vibrations (quelles qu'elles soient) sont à mon avis nécessaires : elles nous alertent comme elles nous font sourire = elles nous font réagir. (sauf à être dans une vie monastique par exemple).
        Perso je suis bien incapable de me dire "je m'aime" parce que y'a des trucs que je m'aime pas ;) Et la totale "neutralité" (si on ne réagit plus) n'est à mon avis pas vivable parce que génératrice de rien.
        Oui, je pense que le rapport à soi modifie le rapport à l'autre. Que les peurs (zancestrales zou personnelles) nous modifient, tout comme notre bonheur/malheur impacte autrui. Pourquoi ? probablement parce que, de part et d'autres, y'a des vibrations individuelles et personnelles > vouloir les aplanir pour se sauver soi-même ? Perso j'y arrive pas et oui dans certains cas ça m'emmerde, mais j'en ai conscience, c'est déjà ça ;) 
        C'est aussi une question de temps (je parle pas de la météo) parce que, effectivement, rien n'est immuable. 
          
        Pas simple voire complexe tout ça :) 

         

      • Lundi 3 Août à 00:32

        Toutes mes excuses pour ce long pavé sans espaces ! À ma décharge, en ce moment j'ai de gros soucis de vision avec les écrans donc je tape plus ou moins en aveugle. J'ai donc fait un sevrage et port de lunette à trous pour reposer ma vue et ça va un peu mieux mais ce fut une semaine d'enfer.

         Sinon, je pense que soit je me suis encore mal exprimée (pas grave, ça me permet d'ajuster ma communication) mais je n'ai jamais dit qu'il fallait aimer tout le monde ni se forcer à aimer les gens ! Tu as tout a fait raison, il faut s'aimer assez pour savoir quelles personnes sont bonnes pour nous, c'est vraiment essentiel (parfois impossible d'éviter ceux qui sont à nos antipodes). Ce que j'essayais surtout de dire (et c'est peut-être une nuance subtile mais qui change la donne à l'intérieur), c'est qu'on peut choisir de se tenir à l'écart de telle personne parce qu'on ne la sent pas, qu'on se sent mal à l'aise avec elle en restant sur ce constat-là (observation, remarque, fait) et non dans le jugement (il ou elle est ceci ou cela). Parce que ça affecte notre vibration qu'on s'en rende compte ou non.

         D'une part, parce que ne pas apprécier quelqu'un ne veut pas dire que cette personne est mauvaise. Elle est juste "mauvaise" pour nous. On peut très bien ne pas apprécier quelqu'un sans le détester ou nourrir des pensées dénigrantes à son égard (qui ne blessent que nous  au final). Si tout le monde faisait ça, on pourrait tous vivre en paix avec qui on veut sans vouloir imposer notre façon de vivre aux autres. Voilà en gros où, avec mes chemins sinueux, je voulais en venir. Mais je voulais expliquer ça par rapport au sujet de mon article.

         Deuxièmement, à quel moment j'ai parlé de nécessité des vibrations ? Je ne comprend pas ta remarque... Les vibrations sont la nature même de tout (tout est énergie y compris la matière qui n'est que de l'énergie dense). Même un arbre (qui à part quand il y a du vent, ne bouge pas — en fait si mais ce n'est pas perceptible avec nos sens et même ils communiquent entre eux comme des études très sérieuses l'ont démontré, mais bon) donc même un arbre a une vibration. Une couleur est une vibration. Pour ça qu'on dit les goûts et les couleurs... Pour ça aussi qu'il y a des jours où tu as envie de porter telle couleur plutôt qu'une autre parce qu'elle correspond à ta vibration. Quand tu broies du noir, tu as rarement envie de porter des couleurs vives (sauf si tu sais que les couleurs peuvent t'aider à remonter tes vibrations et là tu te forces à porter des couleurs vives mais en général, tu as éliminé toutes les couleurs tristes de ta garde-robe).

         Enfin ta dernière remarque "je suis incapable de me dire je t'aime", c'est le lot de bien des gens moi y compris. Mais j'apprends et je t'assure que ça a changé énormément de choses pour moi en très peu de temps. Je ne dis pas que je m'adore tout le temps  (oh la la, non !) mais je me force à sortir de ma zone de confort de plus en plus et je découvre  une personne bien mieux que l'image (faussée) que j'avais de moi. Chacun sa méthode et tout dépend du blocage mais je me rend compte que les gens m'apprécient davantage et me demandent de l'aide. Donc ça veut dire que ça ne m'a transformée en une espèce de baudruche nombriliste ! Je rigole mais c'est aussi le truc qui nous bloque parce qu'on nous l'a dit "s'aimer, c'est mal, c'est egoiste". Ce qui est égoiste, c'est de dire aux autres qu'ils sont égoistes dès qu'il se font passer en premier avant moi. Il y a plein de trucs pour travailler sur soi. Mais le point de départ est de s'observer. Ecoute ton dialogue intérieur, comment tu te juges, comment tu te traites. Tu vas vite réaliser que tu te dis des trucs qui te mettraient super en pétard si quelqu'un d'autre te les disais. Nous sommes nos pires juges. Mais en plus en vibrant l'autodénigrement, on attire à soi la vibration de personnes qui vont nous dénigrer parce que c'est comme si tu te baladais avec un panneau "Dénigrez-moi". Quand on arrive à s'estimer, on est libéré du regard des autres. Combien de trucs t'es-tu refusé à cause de ça (même de manière plus ou moins inconsciente) ?

        Et oui, ce n'est pas simple. Mais en fait, si. Ce qui est compliqué, c'est de lâcher nos repères. Mais chacun avance à son rythme. Parfois ça peut aller très vite, une fois le déclic passé. Et puis, on a la chance de vivre à une époque où on peut communiquer avec des tas de gens sans sortir de chez soi (ça ne remplace en rien les contacts physiques mais parfois mieux vaut une discussion inspirante avec une personne à l'autre bout du monde que des échanges insignifiants autour d'une table à parler de la pluie et du beau temps qui te font sentir encore plus seul que quand tu es tout seul.

        Désolée, je t'ai encore pondu un pavé mais je ne sais pas parler comme sur les zoos en 240 caractères maxi. Et encore désolée, pas de pouce pour liker (nan, je sais que t'as horreur et tu as bien raison).

    2
    Lundi 3 Août à 09:57

    Ha zut le problème de vision ! J'espère que ça va s'arranger bien.

    T'inquiète, moi aussi je peux mal m'exprimer et faire que la compréhension ne soit pas celle qui a été exprimée. D'autant qu'à la lecture, y'a pas les sonorités vocales de l'auteur : ça rend pas pareil ;)

    "on peut choisir de se tenir à l'écart de telle personne (...)" tout à fait d'accord et heureusement. Si perso y'a des mises à l'écart qui ne méritent pas de s'y arrêter, d'autres si, parce que quelque part, ça compte. Parce que ça  touche + ?
    Après, la notion de "jugement" est à mon avis très subtile... un bon jugement ne vaut-il pas mieux qu'un mauvais procès ? (le plus dur c'est le "bon" jugement...)
    Tu sais, je ne suis pas persuadée que si tout le monde ne détestait personne on vivrait tous plus en paix. Peut-être pendant un temps, mais un temps seulement, suffit de regarder l'Histoire des peuples.

    "haïr les gens "haïssables", c'est leur donner ce qu'ils demandent en s'empoisonnant par dessus le marché ! Pas une belle preuve d'amour de soi." C'est là que je vois la nécessité (où l'évidence de la nécessité ?) des vibrations, qu'elles soient positives OU négatives.

    Je souris parce que j'ai PAS écrit "je suis incapable de me dire je t'aime". (si Sigmund passe par là :))) La pensée intérieure pour s'auto-analyser, c'est pas mon truc. Je dis pas que c'est de la connerie, je dis que c'est pas mon truc. 
    Comme les 240 caractères, hi :)
    (ça ne m'empêche pas d'entendre et d'enregistrer, ça permet d'y repenser ;) 

    Bon jour

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :