• Rhiannon

    Article d'Ey@el et texte de Fleetwood Mac traduit par Ey@el

    Available in English

    Partager sur Twitter

    Ne brûlez pas cette sorcière ! On a tous des chansons qui nous réveillent l'âme, qui nous envoûtent et nous transpercent le coeur et pour moi, ce titre légendaire de Fleetwood Mac en fait partie. Une magie universelle, apparemment, qui en a fait un morceau culte et valu au groupe anglo-américain sa consécration.

    Rhiannon

    Rhiannon résonne comme une cloche dans la nuit
    Et qui ne voudrait pas l'aimer ?
    Elle gère sa vie tel un oiseau en plein vol
    Et qui sera son amant ?

    De ta vie, n'as-tu jamais vu
    De femme possédée par le ciel ?
    Resterais-tu si elle te promettait la lune ?
    Essaierais-tu seulement ?

    Et il lui dit : « Rhiannon, ne t'en vas pas. »
    Et il lui dit : « Rhiannon, reste. »
    Et il lui dit : « Rhiannon, je t'implore,
    Ne me quitte pas !
    Ne me quitte pas...
    »

    Rhiannon résonne comme une cloche dans la nuit
    Et qui ne voudrait pas l'aimer ?
    Elle gère sa vie tel un oiseau en plein vol
    Et qui sera son amant ?

    De ta vie, n'as-tu jamais vu
    De femme possédée par le ciel ?
    Resterais-tu si elle te promettait la lune ?
    Essaierais-tu seulement ?

    Une chatte dans le noir, elle apparaît
    Avant de devenir ton obscurité à part entière.
    Elle gère sa vie telle une belle alouette
    Et par les nuits sans étoiles.

    Des femmes comme elle,
    Il n'en survient qu'une par million d'années.
    « Oh non, Rhiannon ! » implores-tu.
    Mais elle est partie
    Et ta vie reste sans réponse.
    Ta vie reste sans réponse.

    Rhiannon...
    Rhiannon...
    Rhiannon...
    Rhiannon...

    Elle résonne comme une cloche dans la nuit
    Et qui ne voudrait pas l'aimer ?
    Elle gère sa vie tel un oiseau en plein vol
    Et qui sera son amant ?

    De ta vie, n'as-tu jamais vu
    De femme possédée par le ciel ?
    Resterais-tu si elle te promettait la lune ?
    Essaierais-tu seulement ?

    Rhiannon...
    Rhiannon...

    Les rêves défilent, l'amour est un état d'esprit.
    Les rêves défilent, l'amour est un état d'esprit.

    Tes rêves défilent et pourtant c'est difficile à trouver, je sais bien.
    Tes rêves défilent et pourtant tout est dans ta tête, je sais.

    Soulève-moi comme le vent,
    Possède-moi avec le ciel,
    Prends-moi maintenant.

    Soulève-moi comme le vent,
    Possède-moi avec le ciel.

    Quoi qu'il en soit...
    Quoi qu'il en soit...
    Quoi qu'il en soit...

    Rhiannon...

    Quoi qu'il en soit...
    Quoi qu'il en soit...

    Et il l'implore toujours :
    « Ne me quittes pas maintenant ! »

    © Stevie Nicks, 1975

    Traduit de l'anglais par Ey@el
    © lapensinemutine.eklablog.com

    À propos de cette chanson

    Rhiannon appartient à la tradition galloise. Son nom issu de Rigantona signifie « Grande Reine » ; c’est un avatar de la divinité celtique féminine. Stevie Nicks en a entendu parler à travers un roman de Mary Bartlet Leader intitulé Triad qu'elle aurait acheté au début des années 70, dans un aéroport, avant d'effectuer un long vol. Certes, l'intrigue mettant en scène une femme nommée Branwen possédée par une autre, Rhiannon, n'avait à priori rien à voir avec les légendes celtes si ce n'est que les personnages se ressemblaient assez et qu'elle trouva ce prénom si beau qu'il lui inspira une chanson. Qu'elle composa en dix minutes, en 1974, trois mois avant de rejoindre Fleetwood Mac.

    « J'ai l'ai donc écrite » raconte-t-elle, « et j'ai fait de Rhiannon une vieille sorcière galloise comme je l'imaginais. Et peu après, j'ai appris, de quelqu'un à Phoenix qui était tombé sur une trilogie de livres écrits en 1972 portant sur la mythologie galloise, que c'était effectivement le cas. Ce qui est très étrange car je l'ignorais et pourtant c'est exactement ce dont il est question dans la chanson. »

    « Cette légende de Rhiannon » dit-elle encore, « parle d'un chant d'oiseaux qui supprime la douleur et appaise la souffrance. C'est ce qu'est la musique pour moi.

    « C'est l'histoire d'une femme venue d'un autre monde appelé le Monde de lumière. Et elle quitte son royaume pour devenir l'épouse d'un roi mortel. Mais en réalité, les divinités ne peuvent épouser des mortels car en faisant cela, elles perdent leur magie. Elles n'en perdent pas la connaissance. Elles savent juste tout ce qui va arriver sans pouvoir l'empêcher. Ce qui est bien plus difficile à vivre que lorsque l'on n'a aucun pouvoir magique, c'est de ne pas être en mesure de l'utiliser tout en sachant ce qui va se passer sans pouvoir prévenir quiconque. Et donc elle descend sur Terre et entame son periple dont il est question dans le récit — une merveilleuse histoire.

    « Elle est la créatrice des oiseaux et la déesse des montures — elle est la protectrice des chevaux. Sa musique est comme un antidouleur. Lorsque vous vous réveillerez et entendrez ses oiseaux chanter sa mélodie, le danger sera écarté. J'ai réalisé que j'avais en quelque sorte réussi à écrire une chanson dans la lignée du mythe de Rhiannon. Et c'est là que tout le monde s'est mis à raconter que Stevie devait sûrement être une sorcière noire ou quelque chose du genre ! »

    « Rhiannon» ajoute-t-elle, « est un morceau intense à interpréter chaque soir. Sur scène, on prend vraiment son pied avec. À la fin, tout le monde, moi y compris, est comme sous l'effet d'électrochocs. Et je m'y investis tellement que je suis quasiment vidée. Il y a quelque chose dans cette chanson qui touche les gens. Je ne sais pas ce que c'est mais je suis très heureuse qu'il en soit ainsi. »

    Vingt-deux ans plus tard

    Ey@el

    Articles connexes

    La reproduction du contenu de ce billet est strictement interdite.
    © lapensinemutine.eklablog.com. Tous droits réservés.
    « Le manifeste du Nouvel Ordre MondialColoriser un portrait »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 12 Avril à 13:34

    C'est pas Rhianna son p'tit nom ?

    Je ==>

      • Mercredi 12 Avril à 17:50

        Marrant, j'avais anticipé que tu allais me sortir ça. Pourquoi, hein, je me demande bien ? :D

    2
    Jeudi 13 Avril à 13:20

    et: "esprit es-tu-là ?", t'avais anticipé aussi    PTDR

      • Jeudi 13 Avril à 18:44

        Nan, je perds parfois la boule (de cristal) mais jamais l'esprit. Présente ! :lol:

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :